La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Adieu Ferdinand ! Suite et fin" Les trois derniers chapitres d’une saga théâtrale de presque 40 ans

En 1981 (bientôt quarante ans), Philippe Caubère créait à Avignon "La danse du Diable, histoire comique et fantastique". C'était la naissance du "Roman d'un acteur" qui avait Ferdinand Faure pour personnage principal. Depuis, vingt spectacles ont été écrits, mis en scène et interprétés par Philippe Caubère.



© Sébastien Marchal.
© Sébastien Marchal.
Sachant que chaque épisode dure environ deux heures chacun, c'est, mis bout à bout, plus de quarante heures de spectacles* qui relatent la vie moitié romancée moitié autobiographique de l'acteur phare du Théâtre du Soleil que fut Philippe Caubère dans les années soixante-dix.

Un vrai roman. Dense, multiforme, jubilatoire, épais comme une Pléiade, mais un roman qui ne se lit pas, un roman qui se crée en direct, sur le plateau et qu'il faut engloutir par les yeux, les oreilles et l'imagination. C'est toute la particularité de l'œuvre vivante de Philippe Caubère. Une autre de ces particularités est l'invention qu'il fit en 1981 de cette forme narrative incarnée qu'il développera tout au long de ces nombreux épisodes. Dans l'art du "seul en scène", il y a un avant Caubère et un après.

Ce qu'il fait seul sur un plateau nu, avec en général une simple chaise comme décor, n'a rien à voir avec du stand-up, du monologue ni du one-man-show. Formé dans la troupe du Théâtre du Soleil par Ariane Mnouchkine, il a pu s'initier à différentes techniques de jeu et d'incarnation du personnage dont, entre autres, le jeu du masque et l'art du mime. Ces connaissances profondes du jeu de comédien lui servent à chaque seconde pour créer par son seul corps et sa voix, ses personnages et ses histoires.

© Sébastien Marchal.
© Sébastien Marchal.
Personnages dont il puise les modèles dans sa vie personnelle et sa vie d'acteur, histoires qu'il extrait également de cette vie pour en faire à chaque spectacle une sorte d'épopée fantastique où se joue sans cesse le décalage entre la représentation et la réalité. Car, ici, tout est théâtre, tout respire cette magie qui d'un éclat de lumière fait s'envoler l'imaginaire, et d'une boîte noire étroite et bornée surgir un paysage sans limite. Le théâtre naît ici du corps du comédien, pour qui tout paraît facile, mais dont la rigueur du jeu et l'énergie incroyable permettent d'inventer toutes ces situations facétieuses, pastiches d'une réalité un peu folle et d'aventures du quotidien magnifiées par la dérision.

Pour poser un point final à la saga de Ferdinand Faure, il fallait bien trois épisodes. Le premier, "La Baleine et le camp naturiste", invoque l'époque où Ferdinand, marié dans les années soixante-dix à Clémence sous le régime de la liberté sexuelle, tente de mettre en acte dans son couple cette liberté. Passer de la théorie à pratique demande des trésors d'ingéniosité et de remises en question. La deuxième partie de ce spectacle raconte un séjour dans un des bastions du naturisme et tous les effarements qui en découlent.

© Sébastien Marchal.
© Sébastien Marchal.
Le second et le troisième volet de cet Adieu - "Le casino de Namur 1 et 2" - nous emportent dans la Belgique du terroir. On y retrouve un autre des personnages historiques de la saga : le truculent, débonnaire et fantasque Bruno Gaillardini. C'est l'épopée des aléas des tournées qui s'y joue avec la rencontre de personnages terriens, aux figures érodées comme des paysages qui semblent aussi fous que tragiquement réalistes.

* "Adieu Ferdinand ! Suite et fin" regroupe les trois derniers spectacles de son roman théâtral autobiographique commencé en 1981 avec "La Danse du diable" (1 spectacle) puis "Le Roman d'un acteur" (11 spectacles), "L'Homme qui danse" (8 spectacles) et "Le Bac 68" (1 spectacle).

"Adieu Ferdinand ! Suite et fin"

© Sébastien Marchal.
© Sébastien Marchal.
Texte, mise en scène et interprétation : Philippe Caubère.
Assistanat à l'écriture : Roger Goffinet.
Lumière : Claire Charliot.
Son : Mathieu Faedda.
Chansons : André Burton.
Administration : Guy Robert.
Production La Comédie Nouvelle.
"La baleine et le camp naturiste" : 2 h 10.
"Le casino de Namur 1" : 1 h 50.
"Le casino de Namur 2" : 1 h 50.

Du 5 novembre au 5 janvier 2019.
Les trois spectacles sont en alternance
Mardi, mercredi, vendredi et samedi à 20 h 30, dimanche à 16 h.
Théâtre du Rond Point, Salle Renaud-Barrault, Paris 8e, 01 44 95 98 21.
>> theatredurondpoint.fr

Bruno Fougniès
Vendredi 22 Novembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020