Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
À l'affiche

"Pierre et le loup" chez Tim Burton… - 28/10/2017

Le conte musical de Prokofiev aura bercé des générations d'enfants et amené nombre d'entre eux à aborder, tout en douceur, le continent parfois intimidant de la musique classique. Au départ, une idée aussi simple que géniale : personnaliser chaque rôle par un instrument. Le hautbois, le basson, les cors restent ainsi inséparables du canard, du grand-père et du loup. Autre atout précieux de cette...  

● Avignon Off 2017 ● "Le jour où j'ai rencontré Franz Liszt" de et avec Pascal Amoyel - 05/07/2017

De retour à Avignon après son bouleversant "Pianiste aux 50 doigts", le pianiste Pascal Amoyel nous embarque dans une épopée fantastique à la rencontre de celui qui fut la première "Star" de l'histoire. Virtuose adulé, inventeur du récital, séducteur aux mille conquêtes et fervent croyant, c'est peu dire que la vie de Franz Liszt est un roman ! C'est avec son regard émerveillé d'enfant que Pascal...  

● Avignon Off 2017 ● "Charb/Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes" - 04/07/2017

Le Théâtre K et Charlie Hebdo organisent cinq soirées événements autour du livre posthume de Charb, "Lettre aux escrocs de l’Islamophobie qui font le jeu des racistes". Alors que l’hebdomadaire fêtera ses 25 ans, Gérald Dumont, auteur et metteur en scène , présentera une lecture "irresponsable", mêlant musiques et vidéos, de ce texte finalisé deux jours avant le 7 janvier 2015. "Cette mise au...  

● Avignon Off 2017 ● "Le Quatrième Mur", Julien Bleitrach questionne la place du théâtre en temps de guerre - 03/07/2017

"La guerre est folie. La paix doit l'être aussi. Tu vas monter Antigone à Beyrouth, Georges." Seul en scène, le comédien Julien Bleitrach joue pour la première fois "Le Quatrième Mur", adapté du roman de Sorj Chalandon (grand reporter et écrivain français), publié en 2013 et lauréat du prix Goncourt des Lycéens. Une histoire sublime et déroutante sur une tentative qui donne le vertige - monter...  

● Avignon Off 2017 ● "Une cosmonaute est un souci dans notre galaxie" par L'Embellie Cie - 30/06/2017

"Qu'est-ce que tu veux faire plus tard ?" Pourquoi la petite fille ne déclare-t-elle jamais qu'elle veut devenir astronaute, pompière ou chauffeuse d'autobus ? Chacun sa place, pardi ! Place réservée ! Les places sont chères, ancestrales surtout. On change de place ? Axelle, 10 ans, se rêve cosmonaute. À l'image de Von Braun, père du programme Apollo, elle rejoint le club fusée. Mais Axelle est...  

● Avignon Off 2017 ● "Au bout du rouleau" de et par Gérard Dubouche et Didier Landucci - 30/06/2017

Un huis-clos captivant et divertissant qui aborde de façon originale des sujets de société et l'engagement citoyen inspiré du mouvement Colibris de Pierre Rabhi. C'est l'histoire d'une rencontre entre deux personnages, totalement opposés, dont les chemins n'auraient jamais dû se croiser. D'un côté, un grand patron, leader mondial du papier toilette, responsable de milliers d'emplois et investi...  

● Avignon Off 2017 ● "Scènes ordinères de nos vies débiles" par la Cie La clé des planches - 28/06/2017

Avant le monde était fou… Aujourd'hui, il est débile… Nos habitudes sont décortiquées avec un humour totalement hilarant et décapant par les auteurs de "Fuck OFF" et de "Train de Banlieue". Du comédien cabotinant au serveur vocal abrutissant, en passant par le sportif crétinisant ou la visite d'un 3m2 à 8 500 euros par mois (mais charges comprises), tout est passé au crible ou presque… De petites...  

● Avignon Off 2017 ● "JAZ" par la Compagnie La Camara Oscura - 28/06/2017

Avec "JAZ", Koffi Kwahulé nous conduit au coeur de ses intuitions et glisse vers le poème musical choc. "JAZ" est le récit d'un viol, où la parole devient un exutoire, l'acte nécessaire à une certaine forme de libération ; un chant tragique où toute la violence du monde vient frapper la beauté et l'innocence de l'être. Le chant de JAZ, c'est le corps musical qui bat de l'intérieur, une...  

● Avignon Off 2017 ● "Mission Neige" par la Compagnie Si & seulement La - 27/06/2017

Rien ne va plus, la neige a disparu ! On dit qu’il existe une horloge du temps, quelque part dans le monde. Une simple horloge qui permettrait aux saisons de débuter. On dit aussi que le printemps commencerait par le bourgeonnement des arbres et des fleurs, que le soleil amènerait l’été, que la pluie serait maître en automne et que Dame Neige serait en charge de lancer les premiers flocons de...  

● Avignon Off 2017 ● "Anaïs, A Dance Opera", par la Compagnie Mixed eMotion Theatrix - 26/06/2017

"La vie rétrécit ou se développe proportionnellement à son courage." "Life shrinks or expands in proportion to one's courage." Anaïs Nin. Création Los Angeles, California - Première en France Avignon 2017 Pièce pour 6 danseurs et chanteuse créée à Los Angeles par la compositrice/librettiste Cindy Shapiro (Cité Internationale des Arts Paris - Résidence d’artiste) et la metteure en...  
1 ... « 2 3 4 5 6 7 8 » ... 20

Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021