La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

"A Simple Space" Acrobaties aériennes contre force gravitationnelle

Ils sont huit artistes à défier la gravitation qui ancre, entre autres, la plante des pieds des êtres humains sur la surface terrestre, avec des figures acrobatiques en solo ou en groupe, dans une configuration de jeux et de concours entre eux. La création de la compagnie australienne "Gravity & other myths" offre avec "A simple space", un spectacle dans lequel le sourire et la jovialité font cause commune avec la poésie de l'art circassien.



© Steve Ullathorn.
© Steve Ullathorn.
C'est une petite scène noire rectangulaire délimitée par des poteaux de lumières situés à l'angle de chacun des côtés de celle-ci et qui l'éclairent dans des clairs-obscurs. La scénographie ressemble à un ring avec côtés gauche et droit des sièges où les spectateurs s'installent. Nous sommes ainsi dans une configuration où la scène est vue comme lieu de représentation par une partie du public et pour le reste de l'assistance comme observateur à la fois interne et externe à cette configuration. Cette double focale visuelle donne un regard croisé entre observations omniscientes brassant les planches pour une partie de l'assistance dans leur objet de représentation quand pour l'autre, ils sont spectateurs en lieu et place du public.

À l'entame, en arrière-fond du plateau, nos artistes sont sur une ligne de départ et démarrent avec des courses et des sauts périlleux, arrière, avant selon le moment de la représentation. Ou tout à la fois aussi dans un même tableau.

© Steve Ullathorn.
© Steve Ullathorn.
Le propos artistique n'est pas uniquement dans les acrobaties, même si certaines sont très originales, voire étonnantes. Cette pratique existant depuis tant d'années, l'intérêt de cette création peut aussi se loger dans un autre balcon. Il est avant tout dans un rapport à l'espace, à soi et à l'autre basé sur une confiance "aveugle" réciproque et une impression de simplicité d'exécution décorrélée de la difficulté des figures. La majorité des mouvements prend naissance, car les artistes sont en appui des uns et des autres.

Un corps qui tombe en arrière à un endroit se trouve arrêté avant même de toucher le sol, en écho à ce qui se joue ailleurs au même moment pour la même figure. C'est une sorte de défi lancé par les protagonistes contre une force gravitationnelle, des poids contre la légèreté, du solide contre l'air, de l'éther contre la force newtonienne. Le tout devient un mariage où l'un se nourrit de l'autre, tel un combat commun qui trouve un équilibre heureux.

Les corps deviennent élastiques. Tout est bascule, chute et reprise. Ils sont huit composés de deux femmes et six hommes. Certains glissent leurs pieds en haut des troncs de leurs alter égos afin de marcher d'épaule en épaule en traversant les planches. Ailleurs, il y a une artiste qui marche sur une mer de corps allongés en posant son pied sur des torses et des mains qui se lèvent. Les trajectoires se retrouvent souvent dans les airs où l'équilibre est plus proche de la culbute que de la route droite.

Plus loin, un concours de sauts périlleux arrière s'effectue entre trois circassiens. Ce n'est pas le seul. Ce type de jeu se poursuit tout au long de la représentation. Les visages sont rayonnants et souriants. Tout est fait au travers de la simplicité et de l'humour avec un côté guilleret.

Dans un ensemble de duos, des interprètes sont lancés en diagonale tels des objets à hauteur des torses et prennent la forme et l'allure de virgule. Comme des masses dont on testerait à la fois les énergies cinétiques et potentielles ainsi que les forces de frottement. Ici élastiques, là raides ou courbes, plus loin légers comme des plumes, ils sont mis dans de multiples configurations où le comique de situation a aussi sa place, comme avec ces sauts à la corde entre trois interprètes.

© Chris Herzfeld.
© Chris Herzfeld.
À la lisière de la scène, il y a un batteur qui bat la mesure côté jardin, que nous retrouvons un moment, seul sur les planches, pour un numéro de percussions corporelles, avec la paume des mains qui tape sur le torse, le ventre, les jambes et où le public est aussi convié. Il y a aussi, tête posée au sol sur un ruban de mousse, cet acrobate qui fait son rubik's cube.

Le spectacle semble aussi simple que surprenant, aussi évident que la force gravitationnelle qui nous tient debout. "A Simple Space" a été joué près de 1 000 fois et a tourné dans 34 pays et 6 continents.

"A Simple Space"

© Chris Herzfeld.
© Chris Herzfeld.
Création : Martin Schreiber, Lachlam Binns, Jascha Boyce, Jacob Randell, Triton Tunis-Mitchell.
Avec : Alyssa Moore, Annalise Moore, Axel Osborne, André Augustus, Jacob Randell, Kevin Beverley, Lachlan Harper, Nick Martyn.
Composition : Elliot Zoerner.
Par la compagnie "A Gravity and Other Myths".
Tout public dès cinq ans.
Durée : 1 h.
Avec le soutien d'Arts South Australia.

Du 12 au 31 décembre 2023.
Du mardi au vendredi à 20 h, samedi à 18 h, dimanche à 16 h.
La Villette, Espace Chapiteau, Paris 19e, 01 40 03 75 75.
>> lavillette.com

Safidin Alouache
Vendredi 22 Décembre 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024