La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

23/06 au 3/07/2011, 2e Festival des Écoles du théâtre public, Paris

Devenir comédien ! Voilà un rêve et/ou un projet professionnel pas toujours facile à réaliser et qui demande beaucoup d'énergie et de conviction. Pourtant, les façons de se former à ce métier sont multiples : "sur le tas", dans un des nombreux cours privés, à l'université aussi... ou dans l'une des onze "Écoles nationales supérieures d’art dramatique"*. Ce sont ces dernières qui sont à l'honneur dans ce festival où seront présentés les spectacles dits "de sortie" de cinq d'entre-elles.



23/06 au 3/07/2011, 2e Festival des Écoles du théâtre public, Paris
Il sort environ une centaine de jeunes comédiens chaque année des écoles nationales supérieures d’art dramatique réparties sur toute la France. Venant de différents conservatoires ou d'écoles de formation initiale, comme l'EDT 91, ils suivent dans ces ENSAD une formation de trois ans (gratuite et diplômante ) dispensée par des artistes-pédagogues triés sur le volet (metteurs en scène, comédiens, auteurs, dramaturges, clowns, marionnettistes, musiciens, chorégraphes, etc). A l'issue de cette dernière, ces jeunes comédiens préparent un spectacle dit "de sortie" où ils se montrent enfin à visage découvert aux spectateurs et à la profession. Impatients de de voler de leurs propres ailes, ils s'investissent bien sûr entièrement dans ces réalisations où ils sont accompagnés, à l'initiative de leur école respective, de metteurs en scène de renom sachant allier exigence artistique et fibre pédagogique. Cette année, il s'agira de Stéphanie Loïk (atelier de fin de 2e année de l'EPSAD Lille), Antoine Caubet (EDT 91), Laurent Hatat (ESAD Paris), Yann-Joël Collin (École de la Comédie de Saint-Étienne), Valérie Dréville et Charlotte Clamens (ERAC Cannes/Marseille).

Dans le cadre des spectacles présentés, les comédiens auront aussi à leurs côtés les jeunes apprentis lumière du CFA du Spectacle Vivant et de l’Audiovisuel et du CFPTS de Bagnolet, futurs régisseurs ou techniciens, encadrés par les professionnels idoines, qui travailleront sur les montages et démontages techniques. Le festival accueillera également les étudiants futurs administrateurs en Master 2 de l’Université de Paris III qui profiteront de la manifestation pour concevoir un "Scénoscope" (exercice pratique de fin d’études) sur la question des utopies théâtrales (et notamment des collectifs artistiques) à travers une installation, des tables rondes, des interviews, etc.
À noter que La Cartoucherie s'investit pleinement dans le Festival des Écoles du théâtre public. En effet, en plus du Théâtre de l'Aquarium (initiateur de l'évènement), se joigne à l'accueil des spectacles le Théâtre de l’Épée de Bois et le Théâtre de la Tempête.

*Les onze écoles nationales supérieures sont le CNSAD et l'ESAD à Paris, l’EPSAD à Lille, l’École du TNB à Rennes, l’Académie de Limoges, l’École supérieure du TnBA à Bordeaux, l’ESAD du Conservatoire de Montpellier, l’ERAC à Cannes, l’École de La Comédie de Saint-Étienne, l’ENSATT à Lyon et l’ESAD du TNS à Strasbourg. Elles sont subventionnées par le Ministère de la Culture (par le Ministère de l’Éducation pour l’ENSATT), avec le soutien des villes et des collectivités territoriales respectives.

Du 23 au 26 juin 2011 :
● L’EDT 91 (Essonne), "L’Enfant rêve" d’Hanokh Levin, mis en scène par Antoine Caubet.
Jeudi, vendredi, samedi à 19 h, dimanche à 15 h, au Théâtre de l’Épée de Bois.

● L’ESAD (Paris), "Les piliers de la société" d’Henrik Ibsen, mis en scène par Laurent Hatat.
Jeudi, vendredi, samedi à 21 h, dimanche à 17 h, au Théâtre de l’Aquarium.

Du 30 juin au 3 juillet 2011
● L’École de La Comédie de Saint‐Étienne, "La Noce" de Bertolt Brecht, mis en scène par Yann‐Joël Collin.
Jeudi, vendredi, samedi à 19 h, dimanche à 15 h au Théâtre de la Tempête.

● L’ERAC (Cannes), "Phèdre : l'aveu" d’après Sénèque, Garnier, Racine, Tsvétaïéva, Enquist, Rimbaud, Aude
Schmitter, mis en scène par Valérie Dréville et Charlotte Clamens.
Jeudi, vendredi, samedi à 21 h, dimanche à 17 h au Théâtre de l’Aquarium.

● L’EpsAd (Lille), "La Supplication/Tchernobyl, chronique du monde après l’apocalypse" de Svetlana Alexievitch, un atelier de 2e année dirigé par Stéphanie Loïk.
Jeudi, vendredi, samedi à 21 h, dimanche à 17 h, au Théâtre de l’Épée de Bois.

Entrée libre, mais réservation indispensable pour l’ensemble du festival au Théâtre de l’Aquarium :
01 43 74 99 61 (du mardi au samedi de 14 h à 19 h).
theatredelaquarium.com

Gil Chauveau
Lundi 13 Juin 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022