La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

21/06 au 1er/07/2012, 3e Festival des Écoles du Théâtre Public, La Cartoucherie, Paris

Être comédien ! Un rêve, un désir qui peuvent devenir un projet professionnel... mais qui n'est pas toujours facile à réaliser et qui demande beaucoup d'énergie et de conviction. Les façons de se former à ce métier sont multiples : "sur le tas", dans un des nombreux cours privés, à l'université aussi... ou dans l'une des onze "Écoles nationales supérieures d’art dramatique"*. C'est dans chacune d'entre-elles que se préparent, chaque année, un spectacle dit de "fin de cursus". Ce sont ceux-ci que nous présente le Festival des Écoles du Théâtre Public.



"Ne m’oublie pas", mise en scène de Philippe Genty © Pascal François/Nord-Trøndelag University College de Verdal.
"Ne m’oublie pas", mise en scène de Philippe Genty © Pascal François/Nord-Trøndelag University College de Verdal.
Chaque année, environ cent jeunes comédiens sortent frais émoulus des onze "écoles nationales supérieures d’art dramatique" réparties sur toute la France, à l’image d’un théâtre de service public et décentralisé. Préalablement préparés dans moult conservatoires, écoles de formation initiale ou dans des cours privés, ils ont grandi ensuite au sein de leur école supérieure durant trois années intenses en expérimentations, en découvertes et en questionnements. Avec leur «spectacle de sortie», ils se montrent enfin à visage découvert aux spectateurs et à la profession, à la fois forts et fragiles, impatients et inquiets, avides en tout cas de voler de leurs propres ailes.

Pour les accompagner dans ces premiers pas dans le monde, les écoles font appel à d’éminents metteurs en scène qui savent allier exigence artistique et fibre pédagogique : ainsi Philippe Genty, Oscar Gómez Mata, Árpád Schilling, Thomas Jolly, Stuart Seide et Laurent Gutmann signeront les spectacles conçus ad hoc pour les élèves sortants de Nord-Trøndelag - University College de Verdal (bienvenue parmi nous à cette jeune école norvégienne !), de la Manufacture (Lausanne), de l’ENSATT (Lyon), de l’École du TNB (Rennes), de l’EPSAD (Lille) et de l’ESAD (Paris - dont le travail sera présenté au Théâtre de La Colline).

21/06 au 1er/07/2012, 3e Festival des Écoles du Théâtre Public, La Cartoucherie, Paris
En plus de ces spectacles de fin de cursus, vous pourrez découvrir les élèves de 2e année de l’Académie (Limoges) dans le magnifique travail que Stéphanie Loïk a concocté pour eux à partir des "Sacrifiées" de Laurent Gaudé : vous pourrez ainsi apprécier de tout jeunes comédiens à différentes étapes de leur formation, telle qu’elle se pratique et se réfléchit en France et en
Europe.

À leurs côtés, travailleront aussi aux montages et démontages techniques les jeunes apprentis techniciens lumière du CFA du Spectacle Vivant et de l’Audiovisuel et du CFPTS de Bagnolet, futurs régisseurs ou techniciens, également encadrés par les professionnels idoines. Et les étudiants du Master 2 de Paris III, futurs administrateurs de théâtre, proposeront aux jeunes comédiens, qui ont déjà des projets de création en tête, de réfléchir avec eux au binôme si essentiel entre le/la metteur/e en scène et le/la administrateur/trice.

Tous ces comédiens, techniciens, administratifs en devenir ont les rêves et l’énergie de leur jeunesse. Ils savent pertinemment que le monde qui les attend n’est pas tendre avec l’art et la création : leur désir d’agir en est d’autant plus ardent et réfléchi. La cartoucherie, îlot d’utopie théâtrale inventé de toutes pièces par de joyeux fous il y a plus de quarante ans, n’est-elle pas décidément le havre idéal pour accueillir leur premier envol ? Grâce en soit rendue d’ailleurs à nos voisins, les théâtres de la Tempête, de l’Épée de Bois, du Soleil et l’Atelier de Paris-Carolyn Carlson - Théâtre du Chaudron, pour leur entière hospitalité, sans laquelle ce Festival n’aurait pas lieu : preuve que La cartoucherie demeure un indéfectible vivier pour la jeunesse.
François Rancillac, directeur du Théâtre de l’Aquarium.

"Les Sacrifiées", mise en scène de Stéphanie Loïk, Académie de Limoges © DR.
"Les Sacrifiées", mise en scène de Stéphanie Loïk, Académie de Limoges © DR.
*Les onze écoles nationales supérieures sont le CNSAD et l'ESAD à Paris, l’EPSAD à Lille, l’École du TNB à Rennes, l’Académie de Limoges, l’École supérieure du TnBA à Bordeaux, l’ESAD du Conservatoire de Montpellier, l’ERAC à Cannes, l’École de La Comédie de Saint-Étienne, l’ENSATT à Lyon et l’ESAD du TNS à Strasbourg. Elles sont subventionnées par le Ministère de la Culture (par le Ministère de l’Éducation pour l’ENSATT), avec le soutien des villes et des collectivités territoriales respectives.

Entrée libre, mais réservation indispensable pour l’ensemble du festival au Théâtre de l’Aquarium :
01 43 74 99 61 (du mardi au samedi de 14 h à 19 h).
>> theatredelaquarium.com

21/06 au 1er/07/2012, 3e Festival des Écoles du Théâtre Public, La Cartoucherie, Paris

Gil Chauveau
Jeudi 14 Juin 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019