Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

17 au 22/10/2011, Semaine de la Pop Philosophie Saison III, Marseille

Cette année, à Marseille, philosophes, journalistes, économistes et sociologues interviendront sur "Kant et les extraterrestres", les super-héros de Batman à Superman, "l’architecture canard" théorisée par Robert Venturi, mais également sur la question du prix de la philosophie. Et c’est à la Maison Hantée que se tiendra une surprenante rencontre "Rock, drugs & philosophy".



Jacques Rancière © DR.
Jacques Rancière © DR.
Troisième édition de cette manifestation originale initiée par Les Rencontres Place Publique et conçue par Jacques Serrano, la Semaine de la Pop Philosophie connaîtra plusieurs moments forts, notamment la soirée Rock "Purple Haze, le Rock et les drogues" : Un Trip avec Jimmy Hendrix et Michel Foucault, au Bar rock La Maison Hantée, avec l'intervention du philosophe Francis Métivier.

Parmi les autres évènements importants de cette semaine, la soirée inaugurale sur le thème "La philosophie, combien ça coûte ?", avec Marcel Hénaff, Yann Moulier Boutang et Aude Lancelin, sera accueillie par Euromed Management.

À la Galerie de l’École Supérieure des Beaux-Arts, les super-héros Batman et Superman feront l’objet d’une intervention de Christian Boissinot, Jean-Claude Simard et Federico Pagello, et, au forum de la Fnac, Mathieu Triclot interrogera "La Métaphysique du Joystick".

Francis Métivier interviendra sur "Foucault et Hendrix" au bar rock la Maison Hantée, et Valéry Didelon et Bruno Queysanne, aux côtés de Françoise Gaillard, interrogeront l’histoire de "l’architecture canard" dans les galeries du Musée d’Art Contemporain de Marseille.

Quand à Peter Szendy, il évoquera, au théâtre national de Marseille La Criée, les relations que Kant a entretenu avec les extraterrestres. Enfin, au centre de la Vieille Charité/CIPM, Quentin Meillassoux dévoilera à l’occasion de cette semaine le "code secret de Mallarmé".

La Semaine de la pop philosophie par Stéphane Legrand (philosophe)

17 au 22/10/2011, Semaine de la Pop Philosophie Saison III, Marseille
Ne nous faisons pas d’illusion : nous ne parviendrons pas à définir la "pop’philosophie". L’expression vient on le sait de Deleuze, qui l’utilisait pour caractériser, avec un brin d’ironie, sa manière très personnelle de pratiquer la philosophie en opérant des greffes de références hétérogènes (à la philosophie d’école la plus classique comme à des films de série B, ou à des musiciens portés sur la consommation d’hallucinogènes). Mais le moins qu’on puisse dire est qu’il n’a pas été d’une précision absolue dans sa définition de la chose (s’agit-il, d’ailleurs, d’une chose ? d’un style ? d’une discipline ? d’une méthode ? d’un champ de recherche ? d’un effet spécifique produit sur le lecteur ?), et qu’on en a fait depuis des usages proliférants et pour le moins contrastés.

De sorte que l’on pourrait dire de la pop philosophie ce que Malcolm Lowry disait de son livre Under the Volcano : elle peut tenir dans "de la musique hot, un poème, une chanson, une tragédie, une comédie, une farce, tout cela à la fois" ; elle est "superficielle, profonde, passionnante, rasante, selon les goûts" ; et l’on ne sait s’il faut y voir "une prophétie, un tract politique, un cryptogramme, un film grotesque, ou un graffiti". Indéfinissable, donc.

Mais peut-être n’y a-t-il pas lieu de le déplorer. Car définir, c’est délimiter, fixer des frontières, enclore dans les bornes immuables d’un concept, partager entre un intérieur (propre, rassurant, cosy, heimlich) et un extérieur (étranger et toujours plus ou moins menaçant). Et c’est aussi reconduire dans la pensée l’opposition, toujours politiquement et socialement connotée, des discours légitime et illégitime.

Or ce geste est précisément celui que la "pop’philosophie" se retient d’accomplir, en sorte qu’elle se caractérise sans doute moins par telle ou telle propriété positive, par un contenu ou une méthode assignable, que par l’entêtement de ce refus. Peut-être a–t-elle retenu la leçon de Canguilhem selon qui "la philosophie est une réflexion pour qui toute matière étrangère est bonne, et nous dirions volontiers pour qui toute bonne matière doit être étrangère". On ne s’étonnera donc, qu’il soit impossible de se mettre d’accord sur les déterminations objectives que comporterait son concept, et on se gardera plus encore d’y voir un manque ou un désordre.

C’est que "pop’philosophie" est beaucoup moins une notion qu’un mot d’ordre, certainement pas une discipline constituée ou même un champ de recherche clairement délimité, mais plutôt une injonction et un étendard. "Il faut être absolument pop" voudrait alors dire : il faut assumer le destin de la pensée philosophique qui est d’être par essence dépourvue d’essence, structurellement exorbitée, de n’avoir toujours son lieu propre qu’en-dehors d’elle-même.

Cette philosophie n’est donc pas "pop" au sens où elle élèverait à la supposée noblesse du concept des objets triviaux, ou inversement ferait descendre des philosophèmes issus d’on ne sait trop quelle stratosphère théorique dans les entendements ordinaires du peuple ("vulgariser", ce vilain mot) - mais bien plutôt au sens où elle se contente de jouer en toute innocence et candeur le jeu même de la philosophie, dont l’enjeu a toujours consisté dans la recherche de ses propres règles, par définition introuvables, pour la simple joie de la théorie.

Une philosophie sans qualités, en somme*. Stéphane Legrand.

*Au sens où Robert Musil concevait ce que pourrait être un Homme sans Qualité, dans le roman qui porte ce nom.

Les Rencontres Place Publique
1, Place de Lorette, 13002 Marseille.
Tél. : 04 91 90 08 55.
rencontresplacepublique@yahoo.fr
>> lesrencontresplacepublique.fr
>> Programme complet.

Gil Chauveau
Vendredi 14 Octobre 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021