La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"100 % Cuban"… Un régal… à la découverte de la culture cubaine !

Autour de sept chorégraphes, cinq créations et quatorze danseurs, le Théâtre national de Chaillot met à l'honneur Cuba avec la compagnie Acosta Danza créée par Carlos Acosta. C'est un voyage mêlant des mythes, la Santeria, des langues folkloriques et contemporaines, un vieux chant de prières Yoruba, la littérature cubaine anti-esclavagiste et une ballade au bord de mer sur le malecón de la Havane.



"De Punta a Cabo" © Yuris Nórido.
"De Punta a Cabo" © Yuris Nórido.
"Liberto", "Hybrid", "Paysage, Soudain, la nuit", "Impronta" et "De Punta a Cabo" sont les cinq créations qui composent le spectacle. Aussi variées que multiples, elles nous emmènent à la découverte de la culture cubaine par le biais de différents chemins artistiques.

Différentes les unes des autres, les chorégraphies reposent, toutes, sur de la grâce. Les gestuelles s'accompagnent de courbures, d'arrondis laissant voir une gestique à la fois pleine de tension et de décontraction. Les angles droits n'ont pas droit de cité. Les artistes se lient les uns aux autres autour de différentes figures qui mêlent petits sauts, tours de cent quatre-vingts degrés, appuis sur les bras et les épaules, lancés de jambes et courbures des troncs. Les plantes des pieds, en biais, laissent les corps en suspension comme à la recherche d'un équilibre.

Assis par terre de temps en temps, les jambes allongées, ils gigotent par petits sauts par le biais des postérieurs. Celles-ci peuvent se lever aussi jusqu'aux épaules. Parfois un tronc se plie à l'arrière pour former un demi-cercle. Les gestuelles sont souvent amples et ouvertes comme un appel à l'ailleurs et au monde. La vitesse semble accompagner le temps, comme si les secondes s'écoulaient doucement et calmement.

"Paysage, Soudain, la nuit" © Kike.
"Paysage, Soudain, la nuit" © Kike.
Dans chaque chorégraphie, il y a une expressivité festive, grave, ou une couleur comme avec le bleu dans "Impronta". Dans "Hybrid" de Norge Cedeño et Thais Suárez, le rouge et des couleurs sombres mettent les deux groupes de danseurs dans une disposition scénique frontale. "Liberto" de Raúl Reinoso est un pas de deux qui s'inspire de deux œuvres de la littérature cubaine anti-esclavagiste "El monte" de Lydia Cabrera (1899-1991) et "Biografía de un cimarrón" de Miguel Barnet. Pour ce duo, la musique est de Pepe Gavilondo que l'on retrouve aussi dans le solo "Impronta" avec Zeleydi Crespo. Les mouvements sont là aussi tout en fluidité. Le corps est presque élastique, en adéquation avec la gravité, comme porté par elle.

Dans "De Punta a Cabo" de Alexis Fernández et Yaday Ponce, et "Paysage, Soudain, la nuit" du suédois Pontus Lidberg sur une composition du compositeur cubain Leo Brouwer, les interprètes, en duo pour certains, se détachent de l'ensemble pour créer une deuxième ligne artistique quand la première en construit une autre. Autour de pas de deux et d'une myriade de gestiques synchronisées, les mains sont en appui sur les dos, les membres inférieurs et supérieurs se touchent et se frôlent, des troncs se courbent et se plient aux articulations de façon saccadée et séquentielle. Le rapport à l'autre, toujours proche et avec une distance de quelques centimètres, donne une individualité propre à chacun. Ce qui est remarquable est cette justesse des prises et des contacts car aucun ne semble physique comme si tout était léger, les corps étant plus un appui, un support qu'une résistance.

"Liberto" (répétition) © Pepe Gavilondo.
"Liberto" (répétition) © Pepe Gavilondo.
"De Punta a Cabo" débute avec une vidéo projetée en arrière-scène. Elle a pour décor le malecón de la Havane, cette longue et large promenade majestueuse sur le littoral de la ville qui la protège de la mer. Cette jetée, lieu de rencontres, est une avenue de bord de mer célèbre à Cuba. Nous retrouvons les artistes debout sur celle-ci. L'aspect est festif, surtout quand sur scène, ils se retrouvent en emmenant avec eux des percussions. Après avoir été si proches, les couples s'enlacent enfin pour finir en maillot de bain. La vie devient un régal comme une invitation à les rejoindre.

"100 % Cuban"

"De Punta a Cabo" © Enrique Soldevilla Estudio.
"De Punta a Cabo" © Enrique Soldevilla Estudio.
Direction artistique : Carlos Acosta.
Directeur des répétitions : Yaday Ponce.
Avec : Zeleidy Crespo, Enrique Corrales, Yasser Dominguez, Mario Sergio Elias, Arelys Hernandez, Penelope Moréjon, Liliana Menéndez, Marco Palomino, Raúl Reinoso, Amisaday Rodriguez, Laura Rodriguez, Alejandro Silva, Chay Torres, Patricia Torres.

"Liberto"
Chorégraphie : Raúl Reínoso.
​Musique : Pepe Gavilondo.
Conception musicale : Raúl Reínoso et Pepe Gavilondo.
Costumes : Alisa Pelaez.
Lumières : Yaron Abulafia.
Durée : 17 minutes.

"Hybrid"
Chorégraphie : Norge Cedeño et Thais Suárez.
Assistant à la chorégraphie : Niosbel González.
Musique : Jenny Peña et Randy Araujo.
Lumières et scénographie : Yaron Abulafia.
Costumes : Celia Ledón.
Durée : 24 minutes.

"Paysage, Soudain, la nuit" © Yuris Nórido.
"Paysage, Soudain, la nuit" © Yuris Nórido.
"Paysage, soudain, la nuit"
Chorégraphie : Pontus Lidberg.
Musique : Leo Brouwer (Cuban Landscape with Rumba) et Stefan Levin (Cuban Landscape).
Costumes : Karen Young.
Lumières : Patrik Bogårdh.
Assistant à la dramaturgie et chorégraphie : Adrian Silver.
Scénographie : Elizabet Cerviño.
Durée : 17 minutes.

"Impronta"
Chorégraphie : Maria Rovira.
Musique Pepe Gavilondo.
Lumières Pedro Benitez.
Durée : 7 minutes.

"De Punta a Cabo"
Chorégraphie : Alexis Fernandez (Maca) et Yaday Ponce.
Musique : Kumar, Kike Wolf - From "Beautiful Cuban" de José White and Omar Sosa.
Costumes : Vladimir Cuenca.
Lumières : Yaron Abulafia.
Durée : 17 minutes.

"Liberto" (répétition) © Pepe Gavilondo.
"Liberto" (répétition) © Pepe Gavilondo.
Directeur technique : Luis Carlos Benvenuto.
Responsable production : Jenny Wheeler.
Régisseure adjointe : Emma Maxwell.
Production : Electrician Arnaud Stephenson.
Lumières : Pedro Benitez.
Son : José Acedo.
Habillage : Yunet Uranga.
Administrateur : Heian Perón Araujo.

Du 10 au 18 mars 2022.
Mardi, mercredi, vendredi et samedi à 20 h 30, jeudi à 19 h 30 et dimanche à 15 h 30.
Chaillot -Théâtre national de la Danse, Paris 16e, 01 53 65 30 00.
>> theatre-chaillot.fr

Safidin Alouache
Mercredi 16 Mars 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022