La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"100 % Cuban"… Un régal… à la découverte de la culture cubaine !

Autour de sept chorégraphes, cinq créations et quatorze danseurs, le Théâtre national de Chaillot met à l'honneur Cuba avec la compagnie Acosta Danza créée par Carlos Acosta. C'est un voyage mêlant des mythes, la Santeria, des langues folkloriques et contemporaines, un vieux chant de prières Yoruba, la littérature cubaine anti-esclavagiste et une ballade au bord de mer sur le malecón de la Havane.



"De Punta a Cabo" © Yuris Nórido.
"De Punta a Cabo" © Yuris Nórido.
"Liberto", "Hybrid", "Paysage, Soudain, la nuit", "Impronta" et "De Punta a Cabo" sont les cinq créations qui composent le spectacle. Aussi variées que multiples, elles nous emmènent à la découverte de la culture cubaine par le biais de différents chemins artistiques.

Différentes les unes des autres, les chorégraphies reposent, toutes, sur de la grâce. Les gestuelles s'accompagnent de courbures, d'arrondis laissant voir une gestique à la fois pleine de tension et de décontraction. Les angles droits n'ont pas droit de cité. Les artistes se lient les uns aux autres autour de différentes figures qui mêlent petits sauts, tours de cent quatre-vingts degrés, appuis sur les bras et les épaules, lancés de jambes et courbures des troncs. Les plantes des pieds, en biais, laissent les corps en suspension comme à la recherche d'un équilibre.

Assis par terre de temps en temps, les jambes allongées, ils gigotent par petits sauts par le biais des postérieurs. Celles-ci peuvent se lever aussi jusqu'aux épaules. Parfois un tronc se plie à l'arrière pour former un demi-cercle. Les gestuelles sont souvent amples et ouvertes comme un appel à l'ailleurs et au monde. La vitesse semble accompagner le temps, comme si les secondes s'écoulaient doucement et calmement.

"Paysage, Soudain, la nuit" © Kike.
"Paysage, Soudain, la nuit" © Kike.
Dans chaque chorégraphie, il y a une expressivité festive, grave, ou une couleur comme avec le bleu dans "Impronta". Dans "Hybrid" de Norge Cedeño et Thais Suárez, le rouge et des couleurs sombres mettent les deux groupes de danseurs dans une disposition scénique frontale. "Liberto" de Raúl Reinoso est un pas de deux qui s'inspire de deux œuvres de la littérature cubaine anti-esclavagiste "El monte" de Lydia Cabrera (1899-1991) et "Biografía de un cimarrón" de Miguel Barnet. Pour ce duo, la musique est de Pepe Gavilondo que l'on retrouve aussi dans le solo "Impronta" avec Zeleydi Crespo. Les mouvements sont là aussi tout en fluidité. Le corps est presque élastique, en adéquation avec la gravité, comme porté par elle.

Dans "De Punta a Cabo" de Alexis Fernández et Yaday Ponce, et "Paysage, Soudain, la nuit" du suédois Pontus Lidberg sur une composition du compositeur cubain Leo Brouwer, les interprètes, en duo pour certains, se détachent de l'ensemble pour créer une deuxième ligne artistique quand la première en construit une autre. Autour de pas de deux et d'une myriade de gestiques synchronisées, les mains sont en appui sur les dos, les membres inférieurs et supérieurs se touchent et se frôlent, des troncs se courbent et se plient aux articulations de façon saccadée et séquentielle. Le rapport à l'autre, toujours proche et avec une distance de quelques centimètres, donne une individualité propre à chacun. Ce qui est remarquable est cette justesse des prises et des contacts car aucun ne semble physique comme si tout était léger, les corps étant plus un appui, un support qu'une résistance.

"Liberto" (répétition) © Pepe Gavilondo.
"Liberto" (répétition) © Pepe Gavilondo.
"De Punta a Cabo" débute avec une vidéo projetée en arrière-scène. Elle a pour décor le malecón de la Havane, cette longue et large promenade majestueuse sur le littoral de la ville qui la protège de la mer. Cette jetée, lieu de rencontres, est une avenue de bord de mer célèbre à Cuba. Nous retrouvons les artistes debout sur celle-ci. L'aspect est festif, surtout quand sur scène, ils se retrouvent en emmenant avec eux des percussions. Après avoir été si proches, les couples s'enlacent enfin pour finir en maillot de bain. La vie devient un régal comme une invitation à les rejoindre.

"100 % Cuban"

"De Punta a Cabo" © Enrique Soldevilla Estudio.
"De Punta a Cabo" © Enrique Soldevilla Estudio.
Direction artistique : Carlos Acosta.
Directeur des répétitions : Yaday Ponce.
Avec : Zeleidy Crespo, Enrique Corrales, Yasser Dominguez, Mario Sergio Elias, Arelys Hernandez, Penelope Moréjon, Liliana Menéndez, Marco Palomino, Raúl Reinoso, Amisaday Rodriguez, Laura Rodriguez, Alejandro Silva, Chay Torres, Patricia Torres.

"Liberto"
Chorégraphie : Raúl Reínoso.
​Musique : Pepe Gavilondo.
Conception musicale : Raúl Reínoso et Pepe Gavilondo.
Costumes : Alisa Pelaez.
Lumières : Yaron Abulafia.
Durée : 17 minutes.

"Hybrid"
Chorégraphie : Norge Cedeño et Thais Suárez.
Assistant à la chorégraphie : Niosbel González.
Musique : Jenny Peña et Randy Araujo.
Lumières et scénographie : Yaron Abulafia.
Costumes : Celia Ledón.
Durée : 24 minutes.

"Paysage, Soudain, la nuit" © Yuris Nórido.
"Paysage, Soudain, la nuit" © Yuris Nórido.
"Paysage, soudain, la nuit"
Chorégraphie : Pontus Lidberg.
Musique : Leo Brouwer (Cuban Landscape with Rumba) et Stefan Levin (Cuban Landscape).
Costumes : Karen Young.
Lumières : Patrik Bogårdh.
Assistant à la dramaturgie et chorégraphie : Adrian Silver.
Scénographie : Elizabet Cerviño.
Durée : 17 minutes.

"Impronta"
Chorégraphie : Maria Rovira.
Musique Pepe Gavilondo.
Lumières Pedro Benitez.
Durée : 7 minutes.

"De Punta a Cabo"
Chorégraphie : Alexis Fernandez (Maca) et Yaday Ponce.
Musique : Kumar, Kike Wolf - From "Beautiful Cuban" de José White and Omar Sosa.
Costumes : Vladimir Cuenca.
Lumières : Yaron Abulafia.
Durée : 17 minutes.

"Liberto" (répétition) © Pepe Gavilondo.
"Liberto" (répétition) © Pepe Gavilondo.
Directeur technique : Luis Carlos Benvenuto.
Responsable production : Jenny Wheeler.
Régisseure adjointe : Emma Maxwell.
Production : Electrician Arnaud Stephenson.
Lumières : Pedro Benitez.
Son : José Acedo.
Habillage : Yunet Uranga.
Administrateur : Heian Perón Araujo.

Du 10 au 18 mars 2022.
Mardi, mercredi, vendredi et samedi à 20 h 30, jeudi à 19 h 30 et dimanche à 15 h 30.
Chaillot -Théâtre national de la Danse, Paris 16e, 01 53 65 30 00.
>> theatre-chaillot.fr

Safidin Alouache
Mercredi 16 Mars 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022