La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
À l'affiche

10 et 11/09/2011, Théâtre de la Ville, Paris, 7/10/2011, Blanc-Mesnil (93), "11 septembre 2001"

Dernière œuvre de Michel Vinaver, écrite à contre-pied de tout sensationnalisme et de tout voyeurisme, "11 septembre 2001" est une partition surprenante. À l'occasion du dixième anniversaire de ce drame, Arnaud Meunier a décidé de mettre en scène cette pièce, dans un projet à la fois singulier et novateur, aux multiples facettes.



10 et 11/09/2011, Théâtre de la Ville, Paris, 7/10/2011, Blanc-Mesnil (93), "11 septembre 2001"
À la manière d’une cantate de Bach, Michel Vinaver entremêle témoignages, discours officiels, textes de propagande et réactions journalistiques, prononcés au cours de cette journée dramatique et des jours qui suivirent. "Instantané de la crise et de la douleur saisies dans une sorte de Guernica dramatique, le 11 septembre a trouvé son Picasso en la personne de Michel Vinaver (...)", écrit à son sujet l'universitaire Olivier Goetz. On l'imagine aisément, la pièce a été sujette à polémiques lors de sa création en 2005 aux États-Unis.

Davantage que pour commémorer le drame, c’est avec le désir de dépasser la douleur, le spectaculaire, et d’ouvrir de nouveaux questionnements qu’Arnaud Meunier, metteur en scène, saisit l’occasion de cette date anniversaire pour poser un acte artistique fort. Sur scène, du vivant encore palpitant de contradictions et d’incertitudes : un chœur formé de jeunes issus de trois lycées de Seine-Saint-Denis, territoire à forte diversité sociale, religieuse et ethnique. C’est à ces jeunes filles et jeunes gens qui avaient 7 ans au moment des faits qu’il reviendra de "réfléchir" l’événement, de le restituer "nu dans son immédiateté", selon une formule de Vinaver lui-même.

Arnaud Meunier a choisi de s’associer au chorégraphe Rachid Ouramdane et au circassien Jean-Baptiste André pour orchestrer cette confrontation d’âges, d’expériences et de corps sur le plateau et, ensemble, faire résonner ce qui fut dit, écrit ou proclamé, au cours de cet événement tragique.

10 et 11/09/2011, Théâtre de la Ville, Paris, 7/10/2011, Blanc-Mesnil (93), "11 septembre 2011"

Texte : Michel Vinaver.
Mise en scène Arnaud Meunier, assisté de Mélanie Mary.
Chorégraphie : Jean-Baptiste André, avec la complicité de Rachid Ouramdane.
Scénographie : Damien Caille-Perret.
Costumes : Anne Autran.
Lumières : Romuald Lesné.
Son : Benjamin Jaussaud
Régie générale : Frédéric Gourdin.
Chargée de la coordination des ateliers artistiques : Nathalie Matter.
Avec : Philippe Durand, Elsa Imbert, Nathalie Matter, Stéphane Piveteau, Thierry Vu Huu.
Et des lycéens issus de trois établissements de Seine-Saint-Denis, le lycée Évariste Galois à Noisy-le-Grand, le lycée Voillaume à Aulnay-sous-Bois, le lycée Jean Renoir à Bondy : Diana Abiassi, Yassine Abid, Sabrina Ait Houmad, Sidra Aslam, Massim Assoumane, Fatih Avsar, Safa Belmokhtar, Mouna Ben Moussa, Sabrina Bessalem, Zeïneb Boughzou, Abdimanaf Boujida, Laura Calleeuw, Marion Charruyer, Walid Chermak, Mathusha Christian, Ibrahim Diane, Tahirou Diombera, Pernelle Escolar, Fouad Ettaoufiq, Loïc Ferret, Dahlia Habibi, Antoine Herlin, Jacqueline Inimgba, Warren Issaadi Achour, Sharoz Kakar, Sory Ibrahim Kouma, Maxime Lévêque, Leslie Lourenço, Maive Louvila, Sébastien Marteaux, Caroline Masson, Steven Naudin, Frédéric Pereira De Almeida, Sindy Poorun, Priscilla Saez, Guideallak Kimo Sakal, Soleine Sandja, Christopher Sandot, Frederico Semedo Rocha, Hi Kandée Soumare, Julie Suner, Maroua Telouine, Soumail Traore.

Deux avant-premières ont eu lieu les 4 et 5 septembre 2011 à la Comédie de Saint-Etienne (CDN).
Spectacle les 10 et 11 septembre 2011 (pour le dixième anniversaire des attentats du 11 septembre 2011).
Samedi 20 h 30, Dimanche 15 h et 20 h 30. Durée : 1 h.
Théâtre de la Ville, Paris 4e, 01 42 74 22 77.

Vendredi 7 octobre 2011 à 20 h 30.
Forum du Blanc-Mesnil, Blanc-Mesnil (93), 01 48 14 22 00

Annonce
Dimanche 4 Septembre 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020