La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

07/07 au 28/07/2012, Festival In d’Avignon, Vaucluse

Avec plus de 65 000 places vendues en trois jours, le Festival d'Avignon 2012, soixante-sixième du nom, se porte toujours aussi bien ! 2012 est aussi l'année du centième anniversaire de la naissance de son créateur, Jean Vilar. Tour d’horizon non exhaustif de cette nouvelle édition, véritable creuset de la création européenne.



"Le Maître et Marguerite" © Robbie Jack.
"Le Maître et Marguerite" © Robbie Jack.
Encore une fois, Hortense Archambault et Vincent Baudriller, directeurs du In, ont réuni de grands noms à Avignon, dans un équilibre entre textes du répertoire, auteurs vivants, spectacles musicaux, arts visuels, danse et performances… L’artiste associé cette année est l’acteur et metteur en scène britannique Simon McBurney. Il vient de Londres pour nous présenter "Le Maître et Marguerite" de Mikhaïl Boulgakov, dans la Cour d’honneur du Palais des Papes, avec sa compagnie de théâtre Complicite. Une exposition sur l’histoire et l’esprit de cette dernière aura également lieu à l’École d'Art.

C’est ensuite Arthur Nauzyciel qui investira cette scène immense avec "La Mouette" de Tchekhov (dans une traduction d'André Markowicz et Françoise Morvan), dans laquelle on retrouvera, entre autres, Marie-Sophie Ferdane de la Comédie-Française, Xavier Gallais et Laurent Poitrenaux. Au Cloître des Carmes, Stéphane Braunschweig est de retour à Avignon (où il avait présenté "Amphitryon" de Kleist en 1994) et monte son adaptation de "Six personnages en quête d’auteur" de Pirandello, avec notamment Christophe Brault, Philippe Girard et Claude Duparfait. Il le reprendra dans son théâtre de la Colline à Paris en septembre.

"Refuse The Hour" © John Hodgkiss.
"Refuse The Hour" © John Hodgkiss.
La Schaubühne de Berlin sera aussi à Avignon avec Thomas Ostermeier qui met en scène "Un ennemi du peuple" de Henrik Ibsen, à l’Opéra-Théâtre. Autre célébrité européenne - qui fit la "Une" de l'actualité cette année avec "Sur le concept du visage du fils de Dieu" au Théâtre de la Ville -, Roméo Castellucci revient cette année dans la cité papale pour présenter sa nouvelle création au Gymnase Aubanel, "The Four Seasons Restaurant". Avec toujours le concept du visage au cœur de ses travaux, Castellucci présente un spectacle qui reste dans le même cycle (que "Sul concetto di volto nel figlio di Dio") inspiré de la nouvelle de l’écrivain américain Nathaniel Hawthorne "Le Voile noir du pasteur".

À la Chartreuse, nous pourrons voir "W/GB84", d’après Peace et Büchner, mis en scène par Jean-François Matignon. Celui-ci (et sa compagnie Fraction) propose un spectacle réunissant deux textes : "Woyzeck" de Georg Büchner et "GB84" de David Peace, deux auteurs sur lesquels il a déjà travaillé séparément (depuis 2008 pour l’auteur britannique et sa tétralogie "The Red Riding Quartet"). Un autre moment fort sera sans doute "Refuse The Hour" ("La Négation du temps") de William Kentridge, une nouvelle création qui mélange des formes artistiques différentes : dessin, projection, texte, chant, musique, danse, théâtre d’objets, image animée, etc.).

"The Animals and Children took to the Streets" © Nick Flintoff.
"The Animals and Children took to the Streets" © Nick Flintoff.
Mais vous pourrez également retrouver de nombreux autres artistes, tels que Suzanne Andrade et Paul Barritt et l'étonnant "The Animals and Children took to the Streets" (un spectacle qui a nécessité dix-huit mois de préparation et qui a déjà commencé une tournée internationale), Josef Nadj, Olivier Dubois, John Berger, Guillaume Vincent, Jérôme Bel et Theater HORA, Christophe Honoré, Steven Cohen, Christoph Marthaler… En tout, plus de quatre-vingts propositions ! Des spectacles bien sûr, mais aussi des concerts (avec notamment la chanteuse Camille), des expositions, des projections, des rencontres… Encore une fois cet été, Avignon sera au centre de la création !

"Ces artistes cherchent à faire de la représentation un espace de risque et de partage. Sans doute est-ce aussi ce qui conduisit Jean Vilar à inventer dès 1947 son propre théâtre dans la Cour d'honneur du Palais des Papes ; puis, après avoir arrêté de mettre en scène au milieu des années soixante, à y inviter d'autres artistes audacieux, souvent éloignés de sa propre esthétique. Nous célébrerons le centième anniversaire de sa naissance avec un spectacle de la compagnie KompleXKapharnaüM, et avec la Maison Jean Vilar." Vincent Baudriller et Hortense Archambault.

"The Animals and Children took to the Streets" © Nick Flintoff.
"The Animals and Children took to the Streets" © Nick Flintoff.
Du 07 au 28 juillet 2012
Festival d'Avignon, Cloître St-Louis, 20, rue du portail Boquier, Avignon.
Informations pratiques et renseignements.
Téléphone : 04 90 14 14 14.
Billetterie du Cloître Saint-Louis,
à partir du 7 juillet, tous les jours de 10 h à 19 h.
>> www.festival-avignon.com

Retrouvez aussi le festival sur Facebook.

>> Avant programme des manifestations "Centenaire Jean Vilar"
Programme allégé du Festival d'Avignon 2012 :
progfa_allege_2012.pdf progfa-allege-2012.pdf  (532.48 Ko)

Mickaël Duplessis
Vendredi 29 Juin 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019