La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Yannick Nézet-Séghin, grand orfèvre des symphonies de Mendelssohn

L'intégrale des cinq grandes symphonies de Félix Mendelssohn était donnée ce week-end à la Philharmonie de Paris par un des chefs les plus doués de sa génération. Yannick Nézet-Séghin - sans baguette mais dirigeant de tout son corps, sa tête et son cœur le Chamber Orchestra of Europe et le RIAS Kammerchor - a déchaîné l'enthousiasme. Compte-rendu du concert du 20 février.



Yannick Nézet-Séghin © Borggreve.
Yannick Nézet-Séghin © Borggreve.
Au programme de la soirée du samedi étaient littéralement recréées les deuxième et troisième symphonies du compositeur allemand, les fameuses "Lobgesang" (Chant de Louanges) et "Écossaise". Et ce, sous la direction du chef canadien considéré comme l'un des meilleurs au monde dans ce répertoire romantique, déjà à la tête de trois orchestres (et non des moindres) à quarante ans (1). Son enregistrement de cette intégrale pour Deutsche Grammophon est d'ailleurs prévu d'ici peu. C'est dire l'attente considérable suscitée par cet événement dans la belle salle parisienne à l'acoustique impressionnante.

Félix Mendelssohn a vingt ans et ses dons exceptionnels dans de nombreux arts se voient récompensés par sa famille par le cadeau d'un voyage de trois ans en Europe. En 1829, il rêve devant les ruines du château de Marie Stuart en Irlande - ce sera la source d'inspiration de sa troisième symphonie composée en 1842. Œuvre aux dimensions relativement modestes par sa durée (35 minutes) mais déjà conséquente en terme d'effectifs, la symphonie "Ecossaise" est un poème passionné qui convoque autant l'atmosphère mélancolique des landes brumeuses que le folklore des Highlands avec ses danses et ses apparitions de fantômes. Avec son orchestration complexe et raffinée frappée au coin d'une imagination tantôt folâtre tantôt ténébreuse, la troisième symphonie révèle, chez celui que Richard Wagner tenait pour "un paysagiste de premier ordre" (et il saura s'en souvenir), les coloris du romantisme le plus brûlant - mais soumis à l'élégance de la forme.

© Borggreve.
© Borggreve.
Nézet-Séghin, avec sa phalange de musiciens (2), se joue, avec son tempérament bouillant mais aussi beaucoup de délicatesse, des grandes difficultés d'une partition exigeant vélocité extrême et une rare précision dans les dialogues entre les pupitres - et dans les rangs mêmes des instrumentistes (particulièrement ceux des cordes, des bois, entre autres). Le spectacle que nous offre la direction du chef canadien est un bonheur constant. Pétrissant littéralement cette matière sonore de pure émotion, il tient tous les musiciens sous une étrange emprise des doigts et de l'œil avec force gestes enveloppants et énergiques élans du corps - qui impriment alors rythmes, dynamiques et expressivité comme jamais.

Vient ensuite l'imposante Symphonie n°2, ce chant de louanges ("Lobgesang") composé entre 1838 et 1840 à l'occasion des commémorations organisées pour fêter l'invention de l'imprimerie. Ce sont les mânes du grand Beethoven qui sont convoqués avec cette œuvre de plus d'une heure nécessitant, outre un orchestre imposant dont un orgue, un chœur mixte et trois chanteurs solistes. Avec cette fresque grandiose quasi opératique en deux parties composée d'une "Sinfonietta" instrumentale (une dizaine de minutes) introduisant un céleste et dramatique théâtre vocal, Mendelssohn était bien à sa manière le thuriféraire de ces dieux qu'il a sortis de l'oubli, Haendel et Bach. Son ami Berlioz n'avait-il pas noté "son amour filial" pour ceux que Mendelssohn, le célèbre chef du Gewandhaus de Leipzig (3), allait ressusciter dans la mémoire des hommes ?

Philharmonie de Paris © Beaucardet.
Philharmonie de Paris © Beaucardet.
On se souvient que Mendelssohn avait dirigé en 1829 - pour la première fois depuis la mort du grand Bach - une "Passion selon Saint-Matthieu" qui avait fait date. L'exceptionnelle qualité des chanteurs que dirigeait Nézet-Séghin (rappelant le grand spécialiste du répertoire lyrique qu'il est aussi) à la Philharmonie aura eu raison là encore des écueils de cet opus.

À propos de ces œuvres avec chœur, Berlioz (l'ami depuis 1830) avait souligné qu'il s'agissait "de ce qu'il y a, en fait de chant choral, de plus difficile". Le RIAS Kammerchor berlinois, grand héritier de la tradition chorale allemande tout juste miraculeux de justesse et d'expression, ne l'a cédé en rien aux solistes. La beauté du chant de Karina Gauvin, ange de consolation et de certitude révélée, et les superbes interventions du ténor Daniel Behle (remarqué en juillet 2015 au Festival d'Aix-en-Provence) ont parachevé la perfection de ce mémorable concert.

Notes :
(1) Yannick Nézet-Séghin est à la tête de l'Orchestre de Philadelphie, de l'Orchestre Philharmonique de Rotterdam et de l'Orchestre Métropolitain de Montréal.
(2) Le Chamber Orchestra of Europe, créé en 1981, est composé de soixante membres issus de formations diverses. Sa collaboration avec le chef canadien a débuté en 2008.
(3) La ville où travailla le Cantor J. S. Bach.

© Borggreve.
© Borggreve.
À voir en replay pendant six mois sur le site de la Philharmonie :
>> live.philharmoniedeparis.fr

Programme du samedi 20 février 2016 :
Symphonie n° 3 en la mineur "Écossaise".
Symphonie n°2 en si bémol majeur "Lobgesang".

Programme du dimanche 21 février 2016.
Symphonie n°1.
Symphonie n°4 "Italienne".
Symphonie n°5 "Réformation".

Chamber Orchestra of Europe.
Yannick Nézet-Séghin, direction.
Karina Gauvin, soprano.
Regula Mühlemann, soprano.
Daniel Behle, ténor.
RIAS Kammerchor.

Christine Ducq
Mardi 23 Février 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019