La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Yannick Nézet-Séghin, grand orfèvre des symphonies de Mendelssohn

L'intégrale des cinq grandes symphonies de Félix Mendelssohn était donnée ce week-end à la Philharmonie de Paris par un des chefs les plus doués de sa génération. Yannick Nézet-Séghin - sans baguette mais dirigeant de tout son corps, sa tête et son cœur le Chamber Orchestra of Europe et le RIAS Kammerchor - a déchaîné l'enthousiasme. Compte-rendu du concert du 20 février.



Yannick Nézet-Séghin © Borggreve.
Yannick Nézet-Séghin © Borggreve.
Au programme de la soirée du samedi étaient littéralement recréées les deuxième et troisième symphonies du compositeur allemand, les fameuses "Lobgesang" (Chant de Louanges) et "Écossaise". Et ce, sous la direction du chef canadien considéré comme l'un des meilleurs au monde dans ce répertoire romantique, déjà à la tête de trois orchestres (et non des moindres) à quarante ans (1). Son enregistrement de cette intégrale pour Deutsche Grammophon est d'ailleurs prévu d'ici peu. C'est dire l'attente considérable suscitée par cet événement dans la belle salle parisienne à l'acoustique impressionnante.

Félix Mendelssohn a vingt ans et ses dons exceptionnels dans de nombreux arts se voient récompensés par sa famille par le cadeau d'un voyage de trois ans en Europe. En 1829, il rêve devant les ruines du château de Marie Stuart en Irlande - ce sera la source d'inspiration de sa troisième symphonie composée en 1842. Œuvre aux dimensions relativement modestes par sa durée (35 minutes) mais déjà conséquente en terme d'effectifs, la symphonie "Ecossaise" est un poème passionné qui convoque autant l'atmosphère mélancolique des landes brumeuses que le folklore des Highlands avec ses danses et ses apparitions de fantômes. Avec son orchestration complexe et raffinée frappée au coin d'une imagination tantôt folâtre tantôt ténébreuse, la troisième symphonie révèle, chez celui que Richard Wagner tenait pour "un paysagiste de premier ordre" (et il saura s'en souvenir), les coloris du romantisme le plus brûlant - mais soumis à l'élégance de la forme.

© Borggreve.
© Borggreve.
Nézet-Séghin, avec sa phalange de musiciens (2), se joue, avec son tempérament bouillant mais aussi beaucoup de délicatesse, des grandes difficultés d'une partition exigeant vélocité extrême et une rare précision dans les dialogues entre les pupitres - et dans les rangs mêmes des instrumentistes (particulièrement ceux des cordes, des bois, entre autres). Le spectacle que nous offre la direction du chef canadien est un bonheur constant. Pétrissant littéralement cette matière sonore de pure émotion, il tient tous les musiciens sous une étrange emprise des doigts et de l'œil avec force gestes enveloppants et énergiques élans du corps - qui impriment alors rythmes, dynamiques et expressivité comme jamais.

Vient ensuite l'imposante Symphonie n°2, ce chant de louanges ("Lobgesang") composé entre 1838 et 1840 à l'occasion des commémorations organisées pour fêter l'invention de l'imprimerie. Ce sont les mânes du grand Beethoven qui sont convoqués avec cette œuvre de plus d'une heure nécessitant, outre un orchestre imposant dont un orgue, un chœur mixte et trois chanteurs solistes. Avec cette fresque grandiose quasi opératique en deux parties composée d'une "Sinfonietta" instrumentale (une dizaine de minutes) introduisant un céleste et dramatique théâtre vocal, Mendelssohn était bien à sa manière le thuriféraire de ces dieux qu'il a sortis de l'oubli, Haendel et Bach. Son ami Berlioz n'avait-il pas noté "son amour filial" pour ceux que Mendelssohn, le célèbre chef du Gewandhaus de Leipzig (3), allait ressusciter dans la mémoire des hommes ?

Philharmonie de Paris © Beaucardet.
Philharmonie de Paris © Beaucardet.
On se souvient que Mendelssohn avait dirigé en 1829 - pour la première fois depuis la mort du grand Bach - une "Passion selon Saint-Matthieu" qui avait fait date. L'exceptionnelle qualité des chanteurs que dirigeait Nézet-Séghin (rappelant le grand spécialiste du répertoire lyrique qu'il est aussi) à la Philharmonie aura eu raison là encore des écueils de cet opus.

À propos de ces œuvres avec chœur, Berlioz (l'ami depuis 1830) avait souligné qu'il s'agissait "de ce qu'il y a, en fait de chant choral, de plus difficile". Le RIAS Kammerchor berlinois, grand héritier de la tradition chorale allemande tout juste miraculeux de justesse et d'expression, ne l'a cédé en rien aux solistes. La beauté du chant de Karina Gauvin, ange de consolation et de certitude révélée, et les superbes interventions du ténor Daniel Behle (remarqué en juillet 2015 au Festival d'Aix-en-Provence) ont parachevé la perfection de ce mémorable concert.

Notes :
(1) Yannick Nézet-Séghin est à la tête de l'Orchestre de Philadelphie, de l'Orchestre Philharmonique de Rotterdam et de l'Orchestre Métropolitain de Montréal.
(2) Le Chamber Orchestra of Europe, créé en 1981, est composé de soixante membres issus de formations diverses. Sa collaboration avec le chef canadien a débuté en 2008.
(3) La ville où travailla le Cantor J. S. Bach.

© Borggreve.
© Borggreve.
À voir en replay pendant six mois sur le site de la Philharmonie :
>> live.philharmoniedeparis.fr

Programme du samedi 20 février 2016 :
Symphonie n° 3 en la mineur "Écossaise".
Symphonie n°2 en si bémol majeur "Lobgesang".

Programme du dimanche 21 février 2016.
Symphonie n°1.
Symphonie n°4 "Italienne".
Symphonie n°5 "Réformation".

Chamber Orchestra of Europe.
Yannick Nézet-Séghin, direction.
Karina Gauvin, soprano.
Regula Mühlemann, soprano.
Daniel Behle, ténor.
RIAS Kammerchor.

Christine Ducq
Mardi 23 Février 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

"L'Écume des jours"… Étonnant et détonnant !

C'est une pièce renversante montée par Claudie Russo-Pelosi à partir d'un roman qui l'est tout autant même si, de son vivant, Boris Vian n'a pas connu la popularité et la reconnaissance qu'il obtiendra ensuite. Dans une mise en scène qui s'appuie aussi sur quelques-unes de ses chansons, sur l'un de ses poèmes et sur le jazz de Duke Ellington, bousculé par un rap, l'amour entre Chloé et Colin prend une tonalité presque surréaliste en écho au style de l'artiste.

© Les Joues Rouges.
Boris Vian (1920-1959), l'homme aux mille qualités artistiques et aux mille vies. Scientifique, démarrant sa vie professionnelle à l'AFNOR (Agence Française de NORmalisation), musicien, écrivain, nouvelliste, chroniqueur, chanteur, poète, dramaturge, critique musical, directeur artistique, Satrape du collège de Pataphysique, il a touché, marqué et influencé différents domaines de l'art. Grand animateur de Saint-Germain-des-Prés où il a été l'un des premiers musiciens du célèbre Tabou, il avait pour passion le jazz et a joué un moment en tant que trompettiste dans le groupe de Claude Luter (1923-2006). Il a influencé des artistes comme Gainsbourg (1928-1991) par ses compositions et ses interprétations. Sous le pseudonyme de Vernon Sullivan, il a écrit aussi des romans, de type américain, dont le plus connu, "J'irai cracher sur vos tombes" (1946), lui a valu autant la célébrité que les ennuis fiscaux.

Mettre en scène un roman est toujours un exercice de réécriture et celui que la troupe "Les Joues Rouges" effectue de "L'Écume des jours" (1946) donne à l'œuvre une lecture théâtrale vive, condensée et musicale. Le roman a eu une reconnaissance tardive, bien après la mort de l'écrivain et bien qu'il ait eu l'appui de Raymond Queneau (1903-1976) et de Jean-Paul Sartre (1905-1980) lors de sa parution. Il a été écrit très rapidement, de mars à mai 1946. C'est une histoire d'amitiés, de désirs, d'amours, de maladie, de mort, de solitude et de couples autour, entre autres, de Chloé (Lou Tilly) et Colin (Ethan Oliel), de Chick (Stéphane Piller) et Alise (Aurore Streich).

Safidin Alouache
04/08/2022
Spectacle à la Une

"L'Alchimiste" Un bien joli voyage théâtral !

Dans une création théâtrale du célèbre roman de Paulo Coelho, le metteur en scène comédien Benjamin Bouzy réussit à créer, dans une simple mais belle scénographie, un voyage autant intérieur qu'extérieur de Santiago, en quête de sa vérité, qui découvre le monde avec ses secrets, ses trésors et ses surprises.

© Matthieu Lionnard.
C'est le mariage d'un conte philosophique, celui de "L'Alchimiste" ("O Alquimista", 1988) de Paulo Coelho et du théâtre, mis en scène par Benjamin Bouzy. À la recherche de sa légende personnelle, pour reprendre les termes de l'auteur brésilien, avec son langage du cœur, ses signes et à la découverte de l'âme du monde, le berger andalou Santiago (Benjamin Bouzy) nous mène du Maroc vers les pyramides d'Égypte en passant par le Sahara. C'est un véritable concentré de poésie et d'actions.

La voix claire, sans tension durant toute la représentation, Santiago porte avec lui le "mektoub", à savoir "ce qui est écrit" comme un parfum de fatalité plein d'espoir. Bien avant qu'il réalise ce que c'est réellement, il l'habite avec quiétude et parfois inquiétude dans les multiples événements qu'il vit. Sa voix, durant ceux-ci, fait l'écho d'une certaine fragilité à la fois poétique et naïve.

L'histoire est racontée au fil de l'eau par deux conteurs, Myriam Anbare et Fabien Floris, qui jouent aussi, à eux deux, tous les autres rôles. Seul Benjamin Bouzy reste dans son personnage. Cette découpe entre conte et actions, récit et situations donnent à la pièce une double dimension avec la parole et l'écrit, le théâtre et le roman. Les actions s'enchaînent dans des tableaux avec, pour chacun, leur décor et leur ambiance. Nous sommes ainsi projetés dans un ailleurs situé dans plusieurs lieux avec un récit qui se décline sous différentes conjugaisons.

Safidin Alouache
06/09/2022
Spectacle à la Une

"Le Dépôt Amoureux" Ou l'art de revisiter de façon tout autant scientifique qu'humoristique le mystère de l'amour et du désamour

Associer avec justesse et inventivité une narration légèrement décalée - du fait de la transposition du traumatisme de la rupture amoureuse d'un patient nommé Noé dans le milieu hospitalier puis dans un centre de rééducation du cœur - et la danse, dont les chorégraphies exprimées peuvent nous mener, selon les interprétations de chacun, dans les méandres du cerveau où s'affrontent les sentiments opposés issus du chagrin d'amour, ou plus exactement de la maladie intitulée ici avec humour… le "Separatus Brutus", telle est la folle création théâtrale, ludique, dynamique et cocasse de la Cie Tout le monde n'est pas normal… Et on veut bien le croire !

© Festival Toi, moi and Co & Ema Martin.
Sur scène, un patient accoutré en mode opératoire d'un linge blanc et entouré de blouses tout aussi blanches qu'on imagine être celles d'une chirurgienne et de quelques autres personnels de santé. L'opéré, Noé, naufragé du cœur après avoir navigué sur l'arche du bonheur, a subi une rupture tout aussi cardiaque que mentale, maladie connue sous le nom évocateur - bien qu'à consonance latine - de "Separatus Brutus".

L'opération chirurgicale est représentée de façon abstraite par le retrait de filaments rouges dans le dos de notre dépité amoureux sous anesthésie. Énumération des actes pratiqués et des suites prévues, envisagés en usant de termes scientifiques propres à consolider la véracité de l'acte médical. C'est la première fois que Noé est atteint de ce mal. Dans son cas, l'annonce de la "fracturation" s'est faite sur l'oreiller avec malheureusement pour lui l'option "rester amoureux" ! Noé, rescapé, survivant, d'un naufrage sentimental.

Diagnostiquer, narrer comme s'il s'agissait d'une opération cardiaque, à cœur "en mal d'amour" ouvert. Après l'intervention vient le temps de la convalescence, direction un centre de rééducation du cœur faisant aussi office d'unité expérimentale de recherche sur le "Separatus Brutus". Dans ce lieu, véritable "dépôt amoureux", on imagine aisément un hangar dans lequel on retrouve des personnages errant comme des âmes en peine. Noé va donc y faire des rencontres nocturnes, issus de son imaginaire… ou pas !

Gil Chauveau
21/09/2022