La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Xavier Gallais, comédien non apprivoisé (2e partie - Fin)

"Faim", Le Lucernaire, Paris

Deuxième partie de notre entretien avec Xavier Gallais qui incarne, jusqu’au 25 septembre au Lucernaire, le narrateur-personnage de "Faim", dans un spectacle adapté du roman de Knut Hamsun. Le comédien nous confie son désir d’ouvrir de nouveaux horizons dans sa relation avec le spectateur.



© Fabien Pio.
© Fabien Pio.
Quand je vous ai vu lors de la première, le 26 août, deux mots se sont imposés à moi : intelligence avec le spectateur et grande précision du jeu dans ce dispositif.

Xavier Gallais - Précision et Interaction ? Oui. La précision, c'est ma quête du détail. Je suis quelqu'un de très précis, je crois, dans le travail en amont du spectacle. Et je joue souvent dans de grands espaces où il faut élargir. Au Lucernaire, avec ce désir de proximité avec le spectateur, j'avais envie de ciseler là où je sculpte peut-être d'habitude plus au burin.

Cela fait un moment que j'expérimente tous les soirs la faculté de rendre le spectateur le plus actif possible, d'activer son imaginaire et qu'il ne soit pas seulement dans la position de celui qui reçoit. Avec "Faim", j'essaie donc d'être à l'écoute pour l'accompagner chaque soir et qu'on fasse le voyage ensemble. Il faut ouvrir les sens tout le temps et c'est un vrai travail, quoique moins visible.

© Isabelle Nègre.
© Isabelle Nègre.
Est-ce dans cet esprit que vous avez choisi de bouleverser la structure du roman dans votre adaptation ?

Xavier Gallais - Oui. Avec Florient Azoulay nous souhaitions rendre le texte plus théâtral, plus efficace scéniquement. Nous avons réduit la chronologie des événements en un jour et un nuit pour précipiter la chute du personnage puis réécrit quelques épisodes dans un ordre différent. Nous avons dû effectuer des coupes franches aussi et avons donc créé une autre œuvre inspirée de nos rêves sur le roman.

Comment avez-vous construit le personnage ?

Xavier Gallais - J'ai axé mes recherches sur un jeu d'acteur qu'on pourrait rapprocher d'un mouvement pictural. Pour moi ce jeu serait proche du travail de Francis Bacon ou peut-être cubiste. J'ai fait du personnage un portrait explosé comme l'est sa conscience. Il s'agit de s'attarder là encore sur des détails : l'œil, la joue, puis coller à son instinct animal de survie, voir ses réactions dans la société, son mal physique et métaphysique. Notre adaptation est forcément resserrée, concentrée sur l'expérience de la faim par un jeune artiste qui doit trouver sa place dans le monde et réussir à écrire. Fuir la réalité pour développer son imaginaire : c'est la métaphore pour moi de l'acte théâtral et artistique.

J'ai trouvé que vous aviez fait le choix pour ce spectacle de l'économie de moyens, de la sobriété, de la douceur.

Xavier Gallais - Oui, de la tendresse.

Même l'utilisation de votre voix - si musicale - est différente. Vous jouez moins sur l'étendue de sa tessiture.

Xavier Gallais - Pour moi une pièce est un voyage. Tout ce que je peux utiliser comme instruments - le corps, la voix, l'espace - sert à embarquer le spectateur. C'est vrai qu'ici je suis physiquement contraint dans un espace réduit.

Cette contrainte, ce jeu intériorisé dans "Faim" permettent d'autant plus le surgissement d'une émotion très forte.

Xavier Gallais - Oui. Il était hors de question pour Arthur Nauzyciel et moi de présenter un personnage en haillons devant un mur décrépi. Pas de cris non plus ni des chuchotements qui sont dans le roman. Le spectateur ne doit pas être en position agréable de voyeur mais être dans le mouvement. Pour moi, il s'agit d'assumer cette parole de poète. Celui qui sait avant les autres et qu'on considère comme fou alors que c'est le clairvoyant.

En ce moment, j'ai envie de la douceur, de la sérénité pour un théâtre, un art qui a des choses à dire que la télévision, le monde du travail, le monde de la politique et la société ne peuvent plus nous dire aujourd'hui. Oui je ressens le besoin de consoler.

Entretien réalisé le 4 septembre 2015.

"Faim"

© Isabelle Nègre.
© Isabelle Nègre.
Texte : Knut Hamsun.
Mise en scène : Arthur Nauzyciel.
Adaptation théâtrale : Florient Azoulay et Xavier Gallais.
Traductions : Régis Boyer et Georges Sautreau.
Avec : Xavier Gallais.
Collaboration artistique : Florient Azoulay.
Scénographie : Giulio Lichtner.
Mouvements : Damien Jalet.
Son : Xavier Jacquot.
Costume : Gaspard Yurkievich.
Durée : 1 h 20.

Du 26 août au 25 septembre 2015.
Du mardi au samedi à 21 h.
Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34.
>> lucernaire.fr

"Étude de fesses"
Tetxtes : Xavier Gallais et le Projet Bloom.
Conception : Florient Azoulay.
Collaboration artistique : Colin Roche.
Avec : Xavier Gallais.
Soprano : Raquel Camarinha.
Guitare : Christelle Séry et Margot Fontana.
Durée : 1 h 40.

Du 30 septembre au 16 octobre 2015.
Du mardi au samedi à 21 h.
Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34

"Splendid's"
Spectacle anglais surtitré en français.
Texte : Jean Genet.
Traduction anglaise : Neil Bartlett.
Mise en scène : Arthur Nauzyciel.

Du 20 au 26 mars 2016.
Théâtre de la Colline, Paris, 20e, 01 44 62 52 52.

Christine Ducq
Samedi 12 Septembre 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019