La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Xavier Gallais, comédien non apprivoisé (2e partie - Fin)

"Faim", Le Lucernaire, Paris

Deuxième partie de notre entretien avec Xavier Gallais qui incarne, jusqu’au 25 septembre au Lucernaire, le narrateur-personnage de "Faim", dans un spectacle adapté du roman de Knut Hamsun. Le comédien nous confie son désir d’ouvrir de nouveaux horizons dans sa relation avec le spectateur.



© Fabien Pio.
© Fabien Pio.
Quand je vous ai vu lors de la première, le 26 août, deux mots se sont imposés à moi : intelligence avec le spectateur et grande précision du jeu dans ce dispositif.

Xavier Gallais - Précision et Interaction ? Oui. La précision, c'est ma quête du détail. Je suis quelqu'un de très précis, je crois, dans le travail en amont du spectacle. Et je joue souvent dans de grands espaces où il faut élargir. Au Lucernaire, avec ce désir de proximité avec le spectateur, j'avais envie de ciseler là où je sculpte peut-être d'habitude plus au burin.

Cela fait un moment que j'expérimente tous les soirs la faculté de rendre le spectateur le plus actif possible, d'activer son imaginaire et qu'il ne soit pas seulement dans la position de celui qui reçoit. Avec "Faim", j'essaie donc d'être à l'écoute pour l'accompagner chaque soir et qu'on fasse le voyage ensemble. Il faut ouvrir les sens tout le temps et c'est un vrai travail, quoique moins visible.

© Isabelle Nègre.
© Isabelle Nègre.
Est-ce dans cet esprit que vous avez choisi de bouleverser la structure du roman dans votre adaptation ?

Xavier Gallais - Oui. Avec Florient Azoulay nous souhaitions rendre le texte plus théâtral, plus efficace scéniquement. Nous avons réduit la chronologie des événements en un jour et un nuit pour précipiter la chute du personnage puis réécrit quelques épisodes dans un ordre différent. Nous avons dû effectuer des coupes franches aussi et avons donc créé une autre œuvre inspirée de nos rêves sur le roman.

Comment avez-vous construit le personnage ?

Xavier Gallais - J'ai axé mes recherches sur un jeu d'acteur qu'on pourrait rapprocher d'un mouvement pictural. Pour moi ce jeu serait proche du travail de Francis Bacon ou peut-être cubiste. J'ai fait du personnage un portrait explosé comme l'est sa conscience. Il s'agit de s'attarder là encore sur des détails : l'œil, la joue, puis coller à son instinct animal de survie, voir ses réactions dans la société, son mal physique et métaphysique. Notre adaptation est forcément resserrée, concentrée sur l'expérience de la faim par un jeune artiste qui doit trouver sa place dans le monde et réussir à écrire. Fuir la réalité pour développer son imaginaire : c'est la métaphore pour moi de l'acte théâtral et artistique.

J'ai trouvé que vous aviez fait le choix pour ce spectacle de l'économie de moyens, de la sobriété, de la douceur.

Xavier Gallais - Oui, de la tendresse.

Même l'utilisation de votre voix - si musicale - est différente. Vous jouez moins sur l'étendue de sa tessiture.

Xavier Gallais - Pour moi une pièce est un voyage. Tout ce que je peux utiliser comme instruments - le corps, la voix, l'espace - sert à embarquer le spectateur. C'est vrai qu'ici je suis physiquement contraint dans un espace réduit.

Cette contrainte, ce jeu intériorisé dans "Faim" permettent d'autant plus le surgissement d'une émotion très forte.

Xavier Gallais - Oui. Il était hors de question pour Arthur Nauzyciel et moi de présenter un personnage en haillons devant un mur décrépi. Pas de cris non plus ni des chuchotements qui sont dans le roman. Le spectateur ne doit pas être en position agréable de voyeur mais être dans le mouvement. Pour moi, il s'agit d'assumer cette parole de poète. Celui qui sait avant les autres et qu'on considère comme fou alors que c'est le clairvoyant.

En ce moment, j'ai envie de la douceur, de la sérénité pour un théâtre, un art qui a des choses à dire que la télévision, le monde du travail, le monde de la politique et la société ne peuvent plus nous dire aujourd'hui. Oui je ressens le besoin de consoler.

Entretien réalisé le 4 septembre 2015.

"Faim"

© Isabelle Nègre.
© Isabelle Nègre.
Texte : Knut Hamsun.
Mise en scène : Arthur Nauzyciel.
Adaptation théâtrale : Florient Azoulay et Xavier Gallais.
Traductions : Régis Boyer et Georges Sautreau.
Avec : Xavier Gallais.
Collaboration artistique : Florient Azoulay.
Scénographie : Giulio Lichtner.
Mouvements : Damien Jalet.
Son : Xavier Jacquot.
Costume : Gaspard Yurkievich.
Durée : 1 h 20.

Du 26 août au 25 septembre 2015.
Du mardi au samedi à 21 h.
Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34.
>> lucernaire.fr

"Étude de fesses"
Tetxtes : Xavier Gallais et le Projet Bloom.
Conception : Florient Azoulay.
Collaboration artistique : Colin Roche.
Avec : Xavier Gallais.
Soprano : Raquel Camarinha.
Guitare : Christelle Séry et Margot Fontana.
Durée : 1 h 40.

Du 30 septembre au 16 octobre 2015.
Du mardi au samedi à 21 h.
Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34

"Splendid's"
Spectacle anglais surtitré en français.
Texte : Jean Genet.
Traduction anglaise : Neil Bartlett.
Mise en scène : Arthur Nauzyciel.

Du 20 au 26 mars 2016.
Théâtre de la Colline, Paris, 20e, 01 44 62 52 52.

Christine Ducq
Samedi 12 Septembre 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter







À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Mon Petit Grand Frère" Récit salvateur d'un enfant traumatisé au bénéfice du devenir apaisé de l'adulte qu'il est devenu

Comment dire l'indicible, comment formuler les vagues souvenirs, les incertaines sensations qui furent captés, partiellement mémorisés à la petite enfance. Accoucher de cette résurgence voilée, diffuse, d'un drame familial ayant eu lieu à l'âge de deux ans est le parcours théâtral, étonnamment réussie, que nous offre Miguel-Ange Sarmiento avec "Mon petit grand frère". Ce qui aurait pu paraître une psychanalyse impudique devient alors une parole salvatrice porteuse d'un écho libératoire pour nos propres histoires douloureuses.

© Ève Pinel.
9 mars 1971, un petit bonhomme, dans les premiers pas de sa vie, goûte aux derniers instants du ravissement juvénile de voir sa maman souriante, heureuse. Mais, dans peu de temps, la fenêtre du bonheur va se refermer. Le drame n'est pas loin et le bonheur fait ses valises. À ce moment-là, personne ne le sait encore, mais les affres du destin se sont mis en marche, et plus rien ne sera comme avant.

En préambule du malheur à venir, le texte, traversant en permanence le pont entre narration réaliste et phrasé poétique, nous conduit à la découverte du quotidien plein de joie et de tendresse du pitchoun qu'est Miguel-Ange. Jeux d'enfants faits de marelle, de dinette, de billes, et de couchers sur la musique de Nounours et de "bonne nuit les petits". L'enfant est affectueux. "Je suis un garçon raisonnable. Je fais attention à ma maman. Je suis un bon garçon." Le bonheur est simple, mais joyeux et empli de tendresse.

Puis, entre dans la narration la disparition du grand frère de trois ans son aîné. La mort n'ayant, on le sait, aucune morale et aucun scrupule à commettre ses actes, antinaturelles lorsqu'il s'agit d'ôter la vie à un bambin. L'accident est acté et deux gamins dans le bassin sont décédés, ceux-ci n'ayant pu être ramenés à la vie. Là, se révèle l'avant et l'après. Le bonheur s'est enfui et rien ne sera plus comme avant.

Gil Chauveau
05/04/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024