La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Xavier Gallais, comédien non apprivoisé (2e partie - Fin)

"Faim", Le Lucernaire, Paris

Deuxième partie de notre entretien avec Xavier Gallais qui incarne, jusqu’au 25 septembre au Lucernaire, le narrateur-personnage de "Faim", dans un spectacle adapté du roman de Knut Hamsun. Le comédien nous confie son désir d’ouvrir de nouveaux horizons dans sa relation avec le spectateur.



© Fabien Pio.
© Fabien Pio.
Quand je vous ai vu lors de la première, le 26 août, deux mots se sont imposés à moi : intelligence avec le spectateur et grande précision du jeu dans ce dispositif.

Xavier Gallais - Précision et Interaction ? Oui. La précision, c'est ma quête du détail. Je suis quelqu'un de très précis, je crois, dans le travail en amont du spectacle. Et je joue souvent dans de grands espaces où il faut élargir. Au Lucernaire, avec ce désir de proximité avec le spectateur, j'avais envie de ciseler là où je sculpte peut-être d'habitude plus au burin.

Cela fait un moment que j'expérimente tous les soirs la faculté de rendre le spectateur le plus actif possible, d'activer son imaginaire et qu'il ne soit pas seulement dans la position de celui qui reçoit. Avec "Faim", j'essaie donc d'être à l'écoute pour l'accompagner chaque soir et qu'on fasse le voyage ensemble. Il faut ouvrir les sens tout le temps et c'est un vrai travail, quoique moins visible.

© Isabelle Nègre.
© Isabelle Nègre.
Est-ce dans cet esprit que vous avez choisi de bouleverser la structure du roman dans votre adaptation ?

Xavier Gallais - Oui. Avec Florient Azoulay nous souhaitions rendre le texte plus théâtral, plus efficace scéniquement. Nous avons réduit la chronologie des événements en un jour et un nuit pour précipiter la chute du personnage puis réécrit quelques épisodes dans un ordre différent. Nous avons dû effectuer des coupes franches aussi et avons donc créé une autre œuvre inspirée de nos rêves sur le roman.

Comment avez-vous construit le personnage ?

Xavier Gallais - J'ai axé mes recherches sur un jeu d'acteur qu'on pourrait rapprocher d'un mouvement pictural. Pour moi ce jeu serait proche du travail de Francis Bacon ou peut-être cubiste. J'ai fait du personnage un portrait explosé comme l'est sa conscience. Il s'agit de s'attarder là encore sur des détails : l'œil, la joue, puis coller à son instinct animal de survie, voir ses réactions dans la société, son mal physique et métaphysique. Notre adaptation est forcément resserrée, concentrée sur l'expérience de la faim par un jeune artiste qui doit trouver sa place dans le monde et réussir à écrire. Fuir la réalité pour développer son imaginaire : c'est la métaphore pour moi de l'acte théâtral et artistique.

J'ai trouvé que vous aviez fait le choix pour ce spectacle de l'économie de moyens, de la sobriété, de la douceur.

Xavier Gallais - Oui, de la tendresse.

Même l'utilisation de votre voix - si musicale - est différente. Vous jouez moins sur l'étendue de sa tessiture.

Xavier Gallais - Pour moi une pièce est un voyage. Tout ce que je peux utiliser comme instruments - le corps, la voix, l'espace - sert à embarquer le spectateur. C'est vrai qu'ici je suis physiquement contraint dans un espace réduit.

Cette contrainte, ce jeu intériorisé dans "Faim" permettent d'autant plus le surgissement d'une émotion très forte.

Xavier Gallais - Oui. Il était hors de question pour Arthur Nauzyciel et moi de présenter un personnage en haillons devant un mur décrépi. Pas de cris non plus ni des chuchotements qui sont dans le roman. Le spectateur ne doit pas être en position agréable de voyeur mais être dans le mouvement. Pour moi, il s'agit d'assumer cette parole de poète. Celui qui sait avant les autres et qu'on considère comme fou alors que c'est le clairvoyant.

En ce moment, j'ai envie de la douceur, de la sérénité pour un théâtre, un art qui a des choses à dire que la télévision, le monde du travail, le monde de la politique et la société ne peuvent plus nous dire aujourd'hui. Oui je ressens le besoin de consoler.

Entretien réalisé le 4 septembre 2015.

"Faim"

© Isabelle Nègre.
© Isabelle Nègre.
Texte : Knut Hamsun.
Mise en scène : Arthur Nauzyciel.
Adaptation théâtrale : Florient Azoulay et Xavier Gallais.
Traductions : Régis Boyer et Georges Sautreau.
Avec : Xavier Gallais.
Collaboration artistique : Florient Azoulay.
Scénographie : Giulio Lichtner.
Mouvements : Damien Jalet.
Son : Xavier Jacquot.
Costume : Gaspard Yurkievich.
Durée : 1 h 20.

Du 26 août au 25 septembre 2015.
Du mardi au samedi à 21 h.
Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34.
>> lucernaire.fr

"Étude de fesses"
Tetxtes : Xavier Gallais et le Projet Bloom.
Conception : Florient Azoulay.
Collaboration artistique : Colin Roche.
Avec : Xavier Gallais.
Soprano : Raquel Camarinha.
Guitare : Christelle Séry et Margot Fontana.
Durée : 1 h 40.

Du 30 septembre au 16 octobre 2015.
Du mardi au samedi à 21 h.
Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34

"Splendid's"
Spectacle anglais surtitré en français.
Texte : Jean Genet.
Traduction anglaise : Neil Bartlett.
Mise en scène : Arthur Nauzyciel.

Du 20 au 26 mars 2016.
Théâtre de la Colline, Paris, 20e, 01 44 62 52 52.

Christine Ducq
Samedi 12 Septembre 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Co-Rennes-A-Virus (Collectif confiné), huit minutes trente de bonheur et de bonne humeur

Un clip jubilatoire et survitaminé de huit minutes trente, un moment exceptionnel qui rassemble soixante-cinq musiciens(nes) chanteurs(ses) et une trentaine de danseurs(ses) confinés(es) à Rennes. Initié par le pianiste Édouard Leys, ce projet représente huit jours de travail, d'enregistrement et de montage pour aboutir à un morceau entièrement composé par des artistes calfeutrés à leur domicile pour lutter contre la propagation du Covid-19. À découvrir d'urgence !

Co-Rennes-A-Virus (Collectif confiné), huit minutes trente de bonheur et de bonne humeur
Collectif rennais confiné mais réuni autour d'un projet collaboratif : écrire, enregistrer et filmer un morceau tous ensemble, à distance, chacun avec les moyens dont il dispose dans son lieu de confinement. Réunir toutes les propositions, certaines enregistrées avec les moyens du bord, les compiler, les agencer et en faire un titre représentant une partie de la diversité de la scène rennaise. Certains mettent leurs talents de monteurs, réalisateurs, techniciens au service de cette entreprise improbable et pharaonique !

8 jours, 65 musiciens, 170 pistes audios et autant d'extraits vidéos plus tard, un clip de 8'30 bluffant, joyeux, bourré d'énergie, émerge, boosté par une trentaine de danseurs rennais venus compléter le tableau de famille ; un morceau très rythmé aux accents groove et funk tantôt chanté, tantôt rappé !

Gil Chauveau
27/03/2020
Spectacle à la Une

"Où sont passés vos rêves ?" d'Alexandre Prévert, en public au Bataclan

Captation intégrale "Où sont passés vos rêves ?" est le nouveau stand-up classique écrit et interprété par Alexandre Prévert, jeune pianiste de 23 ans, accompagné par le groupe Believe et le label Naïve. Ce jeune Savoyard talentueux, diplômé du Conservatoire de Paris, associe à une originalité créative le piano et les grands compositeurs, l'humour, la poésie, les échanges avec le public et les anecdotes historiques. Joyeux et virtuose, son spectacle est une pause rafraîchissante qui sied bien au contexte actuel un chouia anxiogène !

Ce spectacle est une invitation à rire ensemble de nos petites histoires personnelles et de notre grande Histoire commune, en les partageant sans complexe à travers les codes du stand-up, de la musique classique et de la poésie.

Pour cette nouvelle saison, Alexandre Prévert vous propose un voyage dans le temps et dans l'Histoire à travers les rêves d'amour de Verlaine et de Liszt, les rêves de révolution de Beaumarchais et de Mélenchon, le rêve d'égalité de Martin Luther King ou encore le rêve d'un nouveau Monde partagé par Gérard et Christophe Colomb !

Sur votre route, vous pourrez également croiser Mozart, Apollinaire, Leonardo DiCaprio, Renaud, Schubert, Montaigne, Booba et Kaaris, Chopin, et même Napoléon III dans un Airbnb...

Alors, où sont passés vos rêves ?

Gil Chauveau
27/03/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020