La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"X", Allo la Terre ? Silence radio… Un huis clos d'outre-temps

Dans une capsule spatiale autonome envoyée aux confins de la Galaxie, un groupe de scientifiques se rend progressivement à l'évidence… Si ses messages partent sans encombres de Pluton, ils ne rencontrent, après avoir traversé le silence infini des espaces interstellaires, que le mutisme des Terriens. Confrontés au silence assourdissant de leurs paroles sans écho, les passagers solitaires vivent un huis clos aux rebondissements en marge de l'horreur. Le temps lui-même ne semble plus obéir à aucune loi connue…



© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
Le Collectif O'SO, lauréat du Festival Impatience 2015 pour son "Timon/Titus" - prenant appui sur deux pièces de Shakespeare et un essai d'un anthropologue américain sur la dette -, est (re)connu pour ses engagements artistiques investissant l'espace théâtral comme un lieu de débat mettant en jeu les fonctionnements délétères de nos sociétés. Dans ce droit fil, c'est à un nouveau défi qu'il se confronte ici. Mais alors que jusque-là le processus de création collective s'organisait autour de l'improvisation, débouchant sur un texte écrit au plateau à plusieurs mains, le collectif s'empare ici d'une matrice qui n'est pas la sienne.

La pièce écrite par Alistair McDowall (traduite par Vanasay Khamphommala qui assure aussi la direction d'acteurs) appartient au registre de la SF exploratrice de situations confrontant l'humain à ses dérives présentes. Ainsi, en projetant dans un avenir indéterminé un échantillon d'humanité - certes capable d'aller sur Pluton grâce au progrès exponentiel des technologies mais, dans le même temps, soumis aux affres de l'anéantissement redouté -, le récit tend un miroir "réfléchissant" nos propres questionnements sur "l'à-venir" de la vie sur notre planète.

© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
S'emparer de cette problématique au plateau suppose la création d'un dépaysement spatio-temporel propre à provoquer à distance la réflexion. Le décor de l'intérieur de la capsule avec ses hublots géants donnant sur un extérieur insondable et ses machines intégrées aux cloisons délivrant la nourriture synthétique, l'eau et l'air nécessaires, répond à cette exigence en étant suffisamment futuriste pour susciter l'imaginaire sans pour autant écraser les personnages qui s'y meuvent, véritables "carburants" du réacteur théâtral.

Il y a là Ray, le commandant de l'expédition, qui porte en lui la mémoire déchirante du chant polyphonique des oiseaux, dont il a vu les derniers représentants mourir. Gilda, la commandante par intérim, fragile nerveusement et à la mémoire perturbée. Clark, l'ingénieur fantasque qui a été l'un des derniers à voir des arbres avec des feuilles colorées. Cole, le météorologue qui tente de résoudre l'équation X, linéaire à deux inconnues, celles du temps et de l'espace, sauf que, là, il n'a que X et pas d'Y, le temps et l'espace s'étant confondus dans le même, et que la linéarité est totalement mise à mal par l'éclatement de toute chronologie…

© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
Quatre personnages donc - d'une humanité en errance et déshérence - en quête d'un sens perdu… auxquels il faut ajouter un mystérieux "cinquième élément", Mattie, au statut et au visage changeant. À qui appartient cette figure d'enfant, apparaissant la bouche mutilée ? Existe-t-elle vraiment ou est-elle le produit fantasmé d'une imagination torturée ? Survivra-t-elle à la mort de celle qui l'a enfantée ? Les protagonistes "identifiés", le cadre posé, l'action se déroule à un rythme "fou".

Comme dans un thriller, n'hésitant pas à ménager de profonds effrois liés à l'effraction de frissons convulsifs dans la répétition de la banalité du familier, les ressources propres au cinéma d'horreur sont réinterprétées au plateau. Parfois même, des emprunts aux procédés spectaculaires magnifiés par les séries ne sont pas écartés. Ainsi du montage alterné de scènes mentales ayant lieu à des endroits et époques différentes se percutant dans le même espace-temps où elles reviennent obsessionnellement en boucle… Chaos spatio-temporel rappelant, s'il était besoin, que le temps compté de la survie sur Terre était l'enjeu subliminal du récit.

© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
Si les problèmes tissant la trame écolo-politique de cette épopée fictionnelle ne sont en rien mineurs, si la dramaturgie impeccablement déstructurée rend compte du dérèglement de toute raison faisant de l'homme un apprenti sorcier courant à sa désintégration, si l'engagement des acteurs et actrices dans ce climax passionnel à haut coefficient d'intensité est à placer au-dessus de tout soupçon, il n'en reste pas moins que le tout peut nous laisser dans l'expectative…

La SF narrative serait-elle un genre qui aurait du mal à survivre au plateau ? Quant aux problématiques posées, si essentielles soient-elles, elles semblent avoir perdu ici une part significative de leur acuité sous l'effet d'un traitement (un peu trop) "spectaculaire"… Ces quelques réserves étant elles-mêmes à questionner au regard des applaudissements nourris ayant salué cette représentation, marquant là sans conteste le plaisir à nul autre pareil de se retrouver ensemble dans un théâtre.

Vu au TnBA, Bordeaux-Aquitaine, le samedi 12 juin à 19 h.

"X"

© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
Texte : Alistair McDowall.
Traduction, dramaturgie et direction d'acteurs : Vanasay Khamphommala.
Mise en scène : Collectif O'SO.
Avec : Roxane Brumachon, Bess Davies, Mathieu Ehrhard, Baptiste Girard, Tom Linton.
Collaboration artistique : Denis Lejeune.
Lumière : Jérémie Papin.
Scénographie : Hélène Jourdan.
Costumes : Aude Desigaux.
Musique et son : Martin Hennart.
Maquillage : Carole Anquetil.
Perruque : Pascal Jehan.
Marionnette : Marion Bourdil.
Régie générale : Benoit Lepage.
Horloge : Fanny Derrier.
Tatouages : Pique À Cœur Ink.
Durée : 2 h 05.

Du 27 juin au 2 juillet 2021
Du mardi au vendredi à 19 h, dimanche à 15 h.
Le CentQuatre-Paris, Paris 19e, 01 53 35 50 00.
>> 104.fr

Yves Kafka
Lundi 21 Juin 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022