La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"X", Allo la Terre ? Silence radio… Un huis clos d'outre-temps

Dans une capsule spatiale autonome envoyée aux confins de la Galaxie, un groupe de scientifiques se rend progressivement à l'évidence… Si ses messages partent sans encombres de Pluton, ils ne rencontrent, après avoir traversé le silence infini des espaces interstellaires, que le mutisme des Terriens. Confrontés au silence assourdissant de leurs paroles sans écho, les passagers solitaires vivent un huis clos aux rebondissements en marge de l'horreur. Le temps lui-même ne semble plus obéir à aucune loi connue…



© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
Le Collectif O'SO, lauréat du Festival Impatience 2015 pour son "Timon/Titus" - prenant appui sur deux pièces de Shakespeare et un essai d'un anthropologue américain sur la dette -, est (re)connu pour ses engagements artistiques investissant l'espace théâtral comme un lieu de débat mettant en jeu les fonctionnements délétères de nos sociétés. Dans ce droit fil, c'est à un nouveau défi qu'il se confronte ici. Mais alors que jusque-là le processus de création collective s'organisait autour de l'improvisation, débouchant sur un texte écrit au plateau à plusieurs mains, le collectif s'empare ici d'une matrice qui n'est pas la sienne.

La pièce écrite par Alistair McDowall (traduite par Vanasay Khamphommala qui assure aussi la direction d'acteurs) appartient au registre de la SF exploratrice de situations confrontant l'humain à ses dérives présentes. Ainsi, en projetant dans un avenir indéterminé un échantillon d'humanité - certes capable d'aller sur Pluton grâce au progrès exponentiel des technologies mais, dans le même temps, soumis aux affres de l'anéantissement redouté -, le récit tend un miroir "réfléchissant" nos propres questionnements sur "l'à-venir" de la vie sur notre planète.

© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
S'emparer de cette problématique au plateau suppose la création d'un dépaysement spatio-temporel propre à provoquer à distance la réflexion. Le décor de l'intérieur de la capsule avec ses hublots géants donnant sur un extérieur insondable et ses machines intégrées aux cloisons délivrant la nourriture synthétique, l'eau et l'air nécessaires, répond à cette exigence en étant suffisamment futuriste pour susciter l'imaginaire sans pour autant écraser les personnages qui s'y meuvent, véritables "carburants" du réacteur théâtral.

Il y a là Ray, le commandant de l'expédition, qui porte en lui la mémoire déchirante du chant polyphonique des oiseaux, dont il a vu les derniers représentants mourir. Gilda, la commandante par intérim, fragile nerveusement et à la mémoire perturbée. Clark, l'ingénieur fantasque qui a été l'un des derniers à voir des arbres avec des feuilles colorées. Cole, le météorologue qui tente de résoudre l'équation X, linéaire à deux inconnues, celles du temps et de l'espace, sauf que, là, il n'a que X et pas d'Y, le temps et l'espace s'étant confondus dans le même, et que la linéarité est totalement mise à mal par l'éclatement de toute chronologie…

© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
Quatre personnages donc - d'une humanité en errance et déshérence - en quête d'un sens perdu… auxquels il faut ajouter un mystérieux "cinquième élément", Mattie, au statut et au visage changeant. À qui appartient cette figure d'enfant, apparaissant la bouche mutilée ? Existe-t-elle vraiment ou est-elle le produit fantasmé d'une imagination torturée ? Survivra-t-elle à la mort de celle qui l'a enfantée ? Les protagonistes "identifiés", le cadre posé, l'action se déroule à un rythme "fou".

Comme dans un thriller, n'hésitant pas à ménager de profonds effrois liés à l'effraction de frissons convulsifs dans la répétition de la banalité du familier, les ressources propres au cinéma d'horreur sont réinterprétées au plateau. Parfois même, des emprunts aux procédés spectaculaires magnifiés par les séries ne sont pas écartés. Ainsi du montage alterné de scènes mentales ayant lieu à des endroits et époques différentes se percutant dans le même espace-temps où elles reviennent obsessionnellement en boucle… Chaos spatio-temporel rappelant, s'il était besoin, que le temps compté de la survie sur Terre était l'enjeu subliminal du récit.

© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
Si les problèmes tissant la trame écolo-politique de cette épopée fictionnelle ne sont en rien mineurs, si la dramaturgie impeccablement déstructurée rend compte du dérèglement de toute raison faisant de l'homme un apprenti sorcier courant à sa désintégration, si l'engagement des acteurs et actrices dans ce climax passionnel à haut coefficient d'intensité est à placer au-dessus de tout soupçon, il n'en reste pas moins que le tout peut nous laisser dans l'expectative…

La SF narrative serait-elle un genre qui aurait du mal à survivre au plateau ? Quant aux problématiques posées, si essentielles soient-elles, elles semblent avoir perdu ici une part significative de leur acuité sous l'effet d'un traitement (un peu trop) "spectaculaire"… Ces quelques réserves étant elles-mêmes à questionner au regard des applaudissements nourris ayant salué cette représentation, marquant là sans conteste le plaisir à nul autre pareil de se retrouver ensemble dans un théâtre.

Vu au TnBA, Bordeaux-Aquitaine, le samedi 12 juin à 19 h.

"X"

© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
Texte : Alistair McDowall.
Traduction, dramaturgie et direction d'acteurs : Vanasay Khamphommala.
Mise en scène : Collectif O'SO.
Avec : Roxane Brumachon, Bess Davies, Mathieu Ehrhard, Baptiste Girard, Tom Linton.
Collaboration artistique : Denis Lejeune.
Lumière : Jérémie Papin.
Scénographie : Hélène Jourdan.
Costumes : Aude Desigaux.
Musique et son : Martin Hennart.
Maquillage : Carole Anquetil.
Perruque : Pascal Jehan.
Marionnette : Marion Bourdil.
Régie générale : Benoit Lepage.
Horloge : Fanny Derrier.
Tatouages : Pique À Cœur Ink.
Durée : 2 h 05.

Du 27 juin au 2 juillet 2021
Du mardi au vendredi à 19 h, dimanche à 15 h.
Le CentQuatre-Paris, Paris 19e, 01 53 35 50 00.
>> 104.fr

Yves Kafka
Lundi 21 Juin 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021