La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"X", Allo la Terre ? Silence radio… Un huis clos d'outre-temps

Dans une capsule spatiale autonome envoyée aux confins de la Galaxie, un groupe de scientifiques se rend progressivement à l'évidence… Si ses messages partent sans encombres de Pluton, ils ne rencontrent, après avoir traversé le silence infini des espaces interstellaires, que le mutisme des Terriens. Confrontés au silence assourdissant de leurs paroles sans écho, les passagers solitaires vivent un huis clos aux rebondissements en marge de l'horreur. Le temps lui-même ne semble plus obéir à aucune loi connue…



© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
Le Collectif O'SO, lauréat du Festival Impatience 2015 pour son "Timon/Titus" - prenant appui sur deux pièces de Shakespeare et un essai d'un anthropologue américain sur la dette -, est (re)connu pour ses engagements artistiques investissant l'espace théâtral comme un lieu de débat mettant en jeu les fonctionnements délétères de nos sociétés. Dans ce droit fil, c'est à un nouveau défi qu'il se confronte ici. Mais alors que jusque-là le processus de création collective s'organisait autour de l'improvisation, débouchant sur un texte écrit au plateau à plusieurs mains, le collectif s'empare ici d'une matrice qui n'est pas la sienne.

La pièce écrite par Alistair McDowall (traduite par Vanasay Khamphommala qui assure aussi la direction d'acteurs) appartient au registre de la SF exploratrice de situations confrontant l'humain à ses dérives présentes. Ainsi, en projetant dans un avenir indéterminé un échantillon d'humanité - certes capable d'aller sur Pluton grâce au progrès exponentiel des technologies mais, dans le même temps, soumis aux affres de l'anéantissement redouté -, le récit tend un miroir "réfléchissant" nos propres questionnements sur "l'à-venir" de la vie sur notre planète.

© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
S'emparer de cette problématique au plateau suppose la création d'un dépaysement spatio-temporel propre à provoquer à distance la réflexion. Le décor de l'intérieur de la capsule avec ses hublots géants donnant sur un extérieur insondable et ses machines intégrées aux cloisons délivrant la nourriture synthétique, l'eau et l'air nécessaires, répond à cette exigence en étant suffisamment futuriste pour susciter l'imaginaire sans pour autant écraser les personnages qui s'y meuvent, véritables "carburants" du réacteur théâtral.

Il y a là Ray, le commandant de l'expédition, qui porte en lui la mémoire déchirante du chant polyphonique des oiseaux, dont il a vu les derniers représentants mourir. Gilda, la commandante par intérim, fragile nerveusement et à la mémoire perturbée. Clark, l'ingénieur fantasque qui a été l'un des derniers à voir des arbres avec des feuilles colorées. Cole, le météorologue qui tente de résoudre l'équation X, linéaire à deux inconnues, celles du temps et de l'espace, sauf que, là, il n'a que X et pas d'Y, le temps et l'espace s'étant confondus dans le même, et que la linéarité est totalement mise à mal par l'éclatement de toute chronologie…

© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
Quatre personnages donc - d'une humanité en errance et déshérence - en quête d'un sens perdu… auxquels il faut ajouter un mystérieux "cinquième élément", Mattie, au statut et au visage changeant. À qui appartient cette figure d'enfant, apparaissant la bouche mutilée ? Existe-t-elle vraiment ou est-elle le produit fantasmé d'une imagination torturée ? Survivra-t-elle à la mort de celle qui l'a enfantée ? Les protagonistes "identifiés", le cadre posé, l'action se déroule à un rythme "fou".

Comme dans un thriller, n'hésitant pas à ménager de profonds effrois liés à l'effraction de frissons convulsifs dans la répétition de la banalité du familier, les ressources propres au cinéma d'horreur sont réinterprétées au plateau. Parfois même, des emprunts aux procédés spectaculaires magnifiés par les séries ne sont pas écartés. Ainsi du montage alterné de scènes mentales ayant lieu à des endroits et époques différentes se percutant dans le même espace-temps où elles reviennent obsessionnellement en boucle… Chaos spatio-temporel rappelant, s'il était besoin, que le temps compté de la survie sur Terre était l'enjeu subliminal du récit.

© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
Si les problèmes tissant la trame écolo-politique de cette épopée fictionnelle ne sont en rien mineurs, si la dramaturgie impeccablement déstructurée rend compte du dérèglement de toute raison faisant de l'homme un apprenti sorcier courant à sa désintégration, si l'engagement des acteurs et actrices dans ce climax passionnel à haut coefficient d'intensité est à placer au-dessus de tout soupçon, il n'en reste pas moins que le tout peut nous laisser dans l'expectative…

La SF narrative serait-elle un genre qui aurait du mal à survivre au plateau ? Quant aux problématiques posées, si essentielles soient-elles, elles semblent avoir perdu ici une part significative de leur acuité sous l'effet d'un traitement (un peu trop) "spectaculaire"… Ces quelques réserves étant elles-mêmes à questionner au regard des applaudissements nourris ayant salué cette représentation, marquant là sans conteste le plaisir à nul autre pareil de se retrouver ensemble dans un théâtre.

Vu au TnBA, Bordeaux-Aquitaine, le samedi 12 juin à 19 h.

"X"

© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
Texte : Alistair McDowall.
Traduction, dramaturgie et direction d'acteurs : Vanasay Khamphommala.
Mise en scène : Collectif O'SO.
Avec : Roxane Brumachon, Bess Davies, Mathieu Ehrhard, Baptiste Girard, Tom Linton.
Collaboration artistique : Denis Lejeune.
Lumière : Jérémie Papin.
Scénographie : Hélène Jourdan.
Costumes : Aude Desigaux.
Musique et son : Martin Hennart.
Maquillage : Carole Anquetil.
Perruque : Pascal Jehan.
Marionnette : Marion Bourdil.
Régie générale : Benoit Lepage.
Horloge : Fanny Derrier.
Tatouages : Pique À Cœur Ink.
Durée : 2 h 05.

Du 27 juin au 2 juillet 2021
Du mardi au vendredi à 19 h, dimanche à 15 h.
Le CentQuatre-Paris, Paris 19e, 01 53 35 50 00.
>> 104.fr

Yves Kafka
Lundi 21 Juin 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024