La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Who are "Yu" ?

"Je pense à Yu", Théâtre Artistic Athévains, Paris

Une fois de plus, la Québécoise Carole Fréchette bouleverse. À partir d’un entrefilet, la dramaturge nous offre une pièce avec laquelle elle parvient à fouiller au fond de notre intime. "Je pense à Yu" est pour le spectateur un miroir vertigineux. La mise en scène de Jean-Claude Berutti (en ce moment au Théâtre Artistic Athévains) y est pour beaucoup.



"Je pense à Yu" © Lot.
"Je pense à Yu" © Lot.
C’est quoi une vie ?
"Du sable qui s’écoule entre les doigts".
Et dix-sept ans, c’est combien, dix-sept ans ?
"Dix-sept fois trois cent soixante-cinq jours".
Tu sais qui c’est, toi, "Yu" ?
Yu Dongyue.
Dis, Madeleine, pourquoi penser à Yu ? "Pourquoi penser à un homme que tu ne connais pas ?"

La pièce de Carole Fréchette est toute entière contenue dans cette interrogation aussi ambiguë que faussement simple. Car qui se souvient de Yu Dongyue ? Et pourtant, il fut l’un de ceux qui lancèrent de la peinture rouge sur le portrait de Mao pendant les événements de la Place Tienanmen. C’était en 1989. Pour ce geste à la fois insignifiant et lourd de conséquence, il passa dix-sept ans de sa vie en prison. Mais si les événements de Tienanmen restent bien gravés, Yu, quant à lui, fut littéralement condamné aux oubliettes de l’Histoire... et de nos mémoires.

"Je pense à Yu" © Lot.
"Je pense à Yu" © Lot.
À rebours, le souvenir de cet homme va tourner à l’obsession chez Madeleine (celle dont le nom même indique qu'elle est en charge du souvenir), au point de laisser de côté son travail et sa maison. Sa vie entière va être confinée dans cette bulle… en suspens. Ses interrogations, elle finira par les partager avec deux autres personnages. Et à chacun des trois, "Yu" va faire écho de manière différente. Mêlant public et intime, histoire politique et personnelle, chacun en ressort bouleversé. À commencer par Madeleine dont l’interprétation sur le fil du rasoir par Marianne Basler donne une dimension supplémentaire au personnage. Sa vie est un rêve éveillé qui se joue au conditionnel, une ambition empêtrée dans les "et si...?" de son existence.

Et chacun, en se frottant à Yu, atteint une dimension qu’on n’aurait pu soupçonner au départ. Même Lin (la comédienne Yilin Yang) - ce joli bonbon acidulé aux collants roses ou jaunes qui a tant appris à se taire - finit par lâcher prise et accepter le mot "révolte". Quant à Jérémie (très juste et touchant Antoine Caubet* dans ce rôle), accorder une légitimité au geste de Yu reviendrait pour lui à laisser s’écrouler sa maison et tout ce qu’il a construit… lui le charpentier. Mais dans ce kaléidoscope où chacun, et jusqu’au spectateur, est tour à tour le je, tu ou il de l’autre, Fréchette et Berutti évitent l’écueil de la pièce politique et donnent une dimension symbolique au spectacle.

"Je pense à Yu" © Lot.
"Je pense à Yu" © Lot.
La scénographie va dans ce sens. Rudy Sabounghi plonge les personnages dans un no man’s land, une longue attente, qui finit par ne les faire exister que dans l’instant présent. C’est ainsi que l’on pourrait interpréter ce choix d’une scène en chantier… image qui permet de brouiller un peu plus les frontières du réel et d’en estomper les contours. Et le beau travail sur les lumières tamisées et indirectes de Dominique Borrini isole un peu plus nos trois protagonistes dans cette bulle poétique. La scène cesse d’être une scène, et le spectateur devient progressivement partie intégrante de cet univers. Entre création vidéo et brouillage de pistes, de regardant à regardé, la mise en scène de Jean-Claude Berutti se dédouble en autant d’horizons que le théâtre de Carole Fréchette va en profondeur.

À travers l’histoire d’un révolté dont on ne se souvient plus, Carole Fréchette et Jean-Claude Berutti de concert nous attrapent par le col avec leurs interrogations. Leur poésie (redoutable) nous plante, là… face à l’égotisme de nos vies.

*Antoine Caubet qu’on a eu l’occasion de voir plusieurs fois au Théâtre de l’Aquarium (comédien associé), tant à la mise en scène qu’au jeu.

"Je pense à Yu"

"Je pense à Yu" © Lot.
"Je pense à Yu" © Lot.
Texte : Carole Fréchette (éditions Actes Sud-Papiers).
Mise en scène : Jean-Claude Berutti.
Assisté de : Salomé Broussky.
Avec : Marianne Basler, Antoine Caubet, Yilin Yang.
Scénographie et costumes : Rudy Sabounghi.
Création vidéo : Florian Berutti.
Lumières : Dominique Borrini.
Durée : 1 h 30.

Du 14 mai au 30 juin 2013.
Mardi à 20 h, mercredi et jeudi à 19 h, vendredi et samedi à 20 h 30, samedi et dimanche à 16 h.
Théâtre Artistic Athévains, Paris 11e, 01 43 56 38 32.
>> artistic-athevains.com/

Vendredi 14 Juin 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter








À Découvrir

Maria Casarès et Albert Camus se retrouvent pour une heure dans un nouveau théâtre de Poitiers

Ouverte en septembre 2023, cette nouvelle salle finit sa saison en rendant hommage à celle qui lui a donné son nom : Maria Casarès. Une salle citadine née de la volonté des deux codirecteurs de la Maison Maria Casarès, Matthieu Roy et Johanna Silberstein. C'est dans les anciennes écuries de la caserne de Poitiers que deux grandes salles voûtées abritent maintenant ce nouveau lieu destiné à présenter au public tourangeau une programmation hivernale (et donc plus confortable) qui vient en complément des activités de la maison mère d'Alloue.

© Solotiana.
Cette dernière fut la demeure que Maria Casarès acheta après la mort de Camus. Une grande propriété du nom de Domaine de Lavergne, léguée par sa propriétaire à la petite commune d'Alloue, qui abrite depuis quelques années un lieu de résidence pour les compagnies de théâtre de la région et d'ailleurs. Un festival estival est également proposé dans ses immenses jardins, au mois d'août. Cette année, le Festival d'Été aura lieu du 22 juillet au 16 août.

En 2017, les éditions Gallimard, avec l'accord de la fille d'Albert Camus, publiaient la Correspondance entre ces deux artistes. Une correspondance amoureuse de plus de 800 lettres, écrites du début de leur relation (la première est datée du 6 juin 1944) jusqu'au 30 décembre 1959. Cinq jours plus tard, Camus décédait dans un accident de voiture. Ces lettres, Catherine Camus les avait collationnées des années auparavant, ayant racheté celles que possédait Maria Casarès. Cette dernière les lui avait cédées par besoin d'argent, pour réparer le toit de sa maison d'Alloue…

Bruno Fougniès
18/06/2024
Spectacle à la Une

"Mon Petit Grand Frère" Récit salvateur d'un enfant traumatisé au bénéfice du devenir apaisé de l'adulte qu'il est devenu

Comment dire l'indicible, comment formuler les vagues souvenirs, les incertaines sensations qui furent captés, partiellement mémorisés à la petite enfance. Accoucher de cette résurgence voilée, diffuse, d'un drame familial ayant eu lieu à l'âge de deux ans est le parcours théâtral, étonnamment réussie, que nous offre Miguel-Ange Sarmiento avec "Mon petit grand frère". Ce qui aurait pu paraître une psychanalyse impudique devient alors une parole salvatrice porteuse d'un écho libératoire pour nos propres histoires douloureuses.

© Ève Pinel.
9 mars 1971, un petit bonhomme, dans les premiers pas de sa vie, goûte aux derniers instants du ravissement juvénile de voir sa maman souriante, heureuse. Mais, dans peu de temps, la fenêtre du bonheur va se refermer. Le drame n'est pas loin et le bonheur fait ses valises. À ce moment-là, personne ne le sait encore, mais les affres du destin se sont mis en marche, et plus rien ne sera comme avant.

En préambule du malheur à venir, le texte, traversant en permanence le pont entre narration réaliste et phrasé poétique, nous conduit à la découverte du quotidien plein de joie et de tendresse du pitchoun qu'est Miguel-Ange. Jeux d'enfants faits de marelle, de dinette, de billes, et de couchers sur la musique de Nounours et de "bonne nuit les petits". L'enfant est affectueux. "Je suis un garçon raisonnable. Je fais attention à ma maman. Je suis un bon garçon." Le bonheur est simple, mais joyeux et empli de tendresse.

Puis, entre dans la narration la disparition du grand frère de trois ans son aîné. La mort n'ayant, on le sait, aucune morale et aucun scrupule à commettre ses actes, antinaturelles lorsqu'il s'agit d'ôter la vie à un bambin. L'accident est acté et deux gamins dans le bassin sont décédés, ceux-ci n'ayant pu être ramenés à la vie. Là, se révèle l'avant et l'après. Le bonheur s'est enfui et rien ne sera plus comme avant.

Gil Chauveau
05/04/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024