La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Vivre dans le feu ou les sept vies de la pianiste Lydia Jardon

Entre la sortie de son dernier CD, "L’Oiseau de feu" de Igor Stravinski, et son prochain récital le 11 décembre au Goethe Institut, la pianiste Lydia Jardon nous a fait la joie de nous rencontrer. Portrait d’une pianiste surdouée et d’une femme inoubliable.



© DR.
© DR.
Rencontrer Lydia Jardon, vraie muse au prénom grec, c’est faire l’expérience d’un moment de réalité augmentée. Tous les superlatifs, les adjectifs élogieux ont déjà été écrits à son sujet, et ma foi, ils se pressent aussi sous ma plume. Elle n’est pas seulement "l’électron libre" de la musique classique, comme elle nous le glisse dans un grand rire ravageur : cette musicienne, au talent incandescent comme sa chevelure, est aussi une femme très belle. De cette beauté que ne dépare pas une bravoure, qui déplace les montagnes. Fondatrice de deux festivals dans des lieux improbables, et d’un label de disques classiques exigeants en un temps peu clément pour les ventes, cette femme semble vivre plusieurs vies en une seule !

Je la retrouve dans un bar parisien un jour gris et maussade. Dès qu’elle apparaît, tout semble retrouver des couleurs. Elle m’accueille avec la simplicité et la générosité des vraiment grands. Enfant de ces terres sublimes et écrasées de soleil de la Catalogne, elle a pourtant été séduite par les grandes terres et îles bretonnes battues par les vents, par "l’île aux femmes" qu’est Ouessant, où elle a fondé en 2001 un festival dédié aux compositrices, oubliées injustement par la postérité, et aux interprètes féminines. Car Lydia Jardon n’est pas du genre à se contenter d’un parcours académique d’interprète, bien qu’elle soit lauréate de concours et de prix enviés. Ni même d’une belle carrière internationale.

© Alexandra de Leal.
© Alexandra de Leal.
Elle me le confirme : ce qui compte pour elle "c’est la quête", celle de la vie, de l’art, et des autres. Comme Van Gogh cherchait la haute note jaune, Lydia Jardon par ses multiples activités - pianiste et directrice artistique - veut "apporter du beau", "rentrer dans le cœur des gens". Et quel meilleur médium que la musique ? Elle est d’ailleurs aussi une pédagogue hors-pair, soucieuse de transmettre son art aux enfants, comme elle en fait cadeau à tous dans ses concerts. Je lui cite Stravinski, qui semble la connaître : "J’approuve l’audace, je ne lui fixe pas de limites." Elle réfléchit et acquiesce.

Et de l’audace, il en faut pour créer ces festivals dédiés aux artistes féminines, ces Fanny Mendelssohn, ces Alma Mahler, injustement oubliées par l’Histoire. Imaginez cette scène digne du film de Jane Campion, "La leçon de piano" : une dizaine de pianos en train d’être embarqués à bord de bateaux sur une mer déchaînée, et destinés à révéler ces artistes du passé et du présent. Une image épique et géniale qui lui ressemble. Mais croire qu’elle va se contenter de cette victoire sur les éléments est bien mal la connaître ! En 2002, Lydia Jardon crée le label "Ar Ré-Sé" ("Celles-là" en breton) pour redonner sa chance à des partitions méconnues et pour exhausser d’autres perles : des jeunes musiciennes, une cantatrice Norah Amsellem et une compositrice, Florentine Mubant.

© DR.
© DR.
Notre oiseau de feu ne s’estime pas pour autant satisfait et l’an dernier elle crée le festival "Musiciennes en Guadeloupe", après avoir été séduite par les paysages caraïbes et les femmes d’outre monde, lors d’une tournée. C’est une folie ? Ce n’en est que plus désirable, et tant pis s’il faut affronter un ouragan dès la première édition en mai 2012. Celle qui se dit "stakhanoviste" de la musique, aime aussi les défis : renversant problèmes de financement et préjugés - car la musique classique là-bas rappelle à certains l’odeur des soutes des négriers de la métropole… -, entraînant (presque) tous les cœurs vaillants après soi, c’est mission réussie - et ce, malgré les incroyables difficultés. Mais notre pianiste flamboyante dompte aussi les partitions récalcitrantes !

Quand elle évoque la partition de la transcription pour piano de la suite symphonique de Stravinski, "L’Oiseau de feu", Lydia Jardon sourit. Deux ans de travail ont été nécessaires pour en venir à bout, depuis que le chef Jean-Claude Casadesus lui en a passé commande pour son "Lille piano(s) festival". Reprenant les transcriptions du compositeur russe et de son fils, la pianiste les fusionne et en livre une version toute personnelle. Elle me montre la partition, "taguée" dit-elle de toutes les couleurs de l’arc en ciel, et qui témoigne de l’âpre travail qu’elle a dû fournir pour aboutir au magnifique enregistrement d’aujourd’hui. Un marathon incroyable, d’inlassables expérimentations pour répartir les parties dévolues à la main gauche et à la droite, bref une tâche titanesque qui en aurait fait fuir plus d’un, peu pressé comme elle de "s’enfermer vivante" dans l’œuvre.

© Alexandra de Leal.
© Alexandra de Leal.
On peut donc ajouter à tous nos adjectifs de ce portrait, celui de "perfectionniste" pour cette musicienne fidèle en cela à l’exigence d’absolu d’un grand pianiste du passé qui prônait une connaissance parfaite de la partition avant l’enregistrement ("jouer plus de trente fois" me dit-elle, l’œil rêveur…). Pour le CD, elle qui avait montré son âme mélancoliquement slave avec ses interprétations de Rachmaninov, de Scriabine, de Miaskovsky, son âme délicatement française avec sa version de "La Mer" de Claude Debussy, elle révèle une autre facette passionnante de sa psyché : sa force solaire, régénératrice toute stravinskienne. Son jeu tantôt subtil, tantôt puissant, ce jeu virtuose, parfois serein, et parfois emporté, sert en tous points une riche partition, pleine de couleurs, de rythmes, de ruptures, de sauts d’octave invraisemblables. Tantôt jazzy et tantôt méditative, lyrique ou déchaînée, la musique comme son interprète se fait grave puis lumineuse. "L’Oiseau de feu" : un vrai autoportrait de l’artiste en somme ! Bref, vous l’aurez compris, il faut courir écouter Lydia Jardon en récital. Moi, je l’adore !

 Vivre dans le feu ou les sept vies de la pianiste Lydia Jardon
Mercredi 19 juin 2013 à 18 h 30
Récital : "L'oiseau de feu" de Stravinsky,
transcription pour piano seul.
Lydia Jardon, piano.
Argument lu par Ingrid Schoenlaub.
Bibliothèque nationale de France, Petit auditorium,
11, quai François Mauriac, Paris 13e.

Récital le 11 décembre 2012 à 20 h.
Lydia Jardon, piano.
Macha Méril, récitante.
Goethe Institut, 01 44 43 92 30.
17 avenue d’Iéna, Paris 16e.

• Lydia Jardon "The Firebird - The Song of the Nightingale" de Igor Stravinski.
Transcription pour piano seul.
Sorti le 7 novembre 2012.
Label : Ar Ré-Sé. Distribution : Codaex.
>> arre-se.com

>> lydiajardon.com
>> musiciennesaouessant.com
>> musiciennesenguadeloupe.com

Christine Ducq
Samedi 8 Décembre 2012

Concerts | Lyrique








À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019