La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

Victoires de la Musique 2012... Hubert-Félix Thiefaine, Catherine Ringer, Jean-Louis Aubert, Brigitte et Izia

Radio Victoires... Les professionnels parlent aux professionnels... 27e du nom ! Après l'échec du dédoublement l'année dernière, l'édition 2012 a subi une nouvelle refonte réunissant à nouveau "révélations" et talents confirmés. Près de quatre heures de show très parisien en direct sur France 2 et sur France Inter. C'est sur cette dernière que les commentaires furent les plus "croustillants" grâce à Isabelle Dhordain (Le pont des artistes) et Didier Varrod (Électron libre).



Hubert-Félix Thiéfaine © Yann Orhan.
Hubert-Félix Thiéfaine © Yann Orhan.
Nous retiendrons de cette soirée : le très bel hommage à Barbara ("Dis quand reviendras-tu ?" par Aubert, Zaz et Raphaël), qu'Allain Leprest n'ait pas été oublié de la liste des "chers disparus" (mais écrit Alain au lieu d'Allain) et que la profession se soit enfin aperçue que Hubert-Félix Thiéfaine existait... après 40 ans d'une magnifique carrière de scène quasi ignorée des médias (et plus de 4 millions d'albums vendus) ; ainsi que Jean-Louis Aubert !

Nous sommes heureux aussi de la reconnaissance de Catherine Ringer enfin légitimée après la douloureuse disparition de Fred Chichin et qui a su se créer une seconde carrière (où son compagnon reste malgré tout présent en filigrane)... On se réjouit également pour Izia, à laquelle nous croyons beaucoup (exit l'excuse de "fille de" même si nous sommes "historiquement" très proche de l'extraordinaire papa et de la talentueuse famille), et pour Brigitte, un délicieux et "psychédélique" duo féminin dont les méconnues mais talentueuses carrières individuelles (Aurélie Saada, ex "Mayane Delem", et Sylvie Hoarau, ex "Vendetta") auraient mérité un peu plus d'attention de notre part.

Mais nous regrettons surtout que les "révélations" n'en soient plus (et pour certaines, c'est heureux) et qu'une manifestation congratulatoire (tout comme les Molière d'ailleurs... mais ne tirons pas sur une ambulance !) n'existe que pour exacerber l'évidence... Et que ceux qui effectuent la sélection n'aient pas le courage, face à une industrie du disque à l'agonie (et nous le regrettons), d'aller chercher dans le creuset florissant des artistes en devenir des perles qui ont marquées l'année 2011 par leur originalité et leur talent ; ou qui occupent depuis des années, comme H-F T, la scène française et/ou internationale. Nous ne les nommerons pas bien sûr, de peur d'en oublier, mais pour certains(es), ils ont leur place depuis 23 ans dans nos colonnes.

Hubert-Félix Thiéfaine dans le n° 6 de la RDS © Francis Vernhet/La Revue du Spectacle.
Hubert-Félix Thiéfaine dans le n° 6 de la RDS © Francis Vernhet/La Revue du Spectacle.
● Artiste masculin
Benjamin Biolay // Julien Clerc // Thomas Dutronc // Hubert-Félix Thiéfaine.

● Artiste féminine
Catherine Ringer // Camille // Nolwenn Leroy // Zaz.

● Groupe ou artiste révélation public (vote du public)
Brigitte // L // Inna Modja // Orelsan.

● Groupe ou artiste révélation scène
Alexis HK // Brigitte // Imany // Skip The Use.

● Album "chanson"
Camille "Ilo Veyou" // Cœur de Pirate "Blonde" // Catherine Ringer "Ring’n’roll" // Hubert-Félix Thiéfaine "Suppléments de mensonge".

● Chanson originale de l’année (vote du public pendant l’émission)
Jean-Louis Aubert "Puisses-tu" // Camille "l’Etourderie" // Mika "Elle me dit" // Laurent Voulzy "Jeanne".

Izia © Universal/AZ 2011.
Izia © Universal/AZ 2011.
● Spectacle/tournée
Jean-Louis Aubert // Catherine Ringer // Stromae // Hubert-Félix Thiéfaine.

● Album rock
Archimède "Trafalgar" // Izia "So Much Trouble" // Keren Ann "101" // Shaka Ponk "The geeks & the Jerkin Socks".

● Album rap/musiques urbaines
Booba "Autopsie, volume 4" // Joeystarr "Egomaniac" // La Fouine "La Fouine vs. Laouni" // Orelsan "le Chant des sirènes".

● Album musiques du monde
Jehro "Cantina Paradise" // Magic System "Touté Kalé" // Titi Robin "les Rives" // Tinariwen "Tassili".

● Album de musiques électroniques
General Elektriks "Parker Street" // David Guetta "Nothing But the Beat" // Justice "Audio, Video, Disco" // Yuksek "Living on the Edge of Time".

● Vidéo
Julien Doré "Kiss Me Forever" // Inna Modja "French Cancan" // Orelsan "Raelsan" // Vanessa Paradis et M "la Seine".

● DVD
Indochine "Putain de stade" // M "les Saisons de passage" // Christophe Maé "On trace la route, live" // Raphaël "Live, filmé par Jacques Audiard".

Gil Chauveau
Samedi 3 Mars 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022