La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Vassilis Varvaresos, le plus français des pianistes grecs en récital à Gaveau

Le jeune pianiste Vassilis Varvaresos, né à Thessalonique et parisien d'adoption depuis ses études au CNSMD de Paris avec Michel Dalberto, donnera un récital consacré à l'esprit de Vienne et à la valse, le 15 mai Salle Gaveau.



© DR.
© DR.
"Apothéose de la Valse", c'est sous ce titre ravélien qu'a été dévoilé le programme du récital parisien du pianiste Vassilis Varvaresos, trente-cinq ans (il est né en 1983), et déjà une réputation d'artiste à suivre bien établie. Il a étudié à la Juilliard School et donc au CNSMD et il joue très souvent avec ses amis, des artistes français tels que le violoniste Noé Inui, son maître Michel Dalberto ou le violoncelliste Henri Demarquette. Ce pianiste grec très francophile pense son instrument et ses possibilités comme "le plus métaphysique et transcendant" de tous - on ne lui donnera pas tort.

Il s'est distingué très jeune en réussissant de nombreux concours, ce qui lui vaut l'honneur de jouer (en tant qu'espoir du clavier) pour Barack Obama et ses invités à la Maison Blanche. Les critiques lui reconnaissent virtuosité, engagement et haute inspiration dans le répertoire romantique et moderne.

Le 15 mai, à l'occasion de la sortie d'un nouveau CD chez Aparté ("Valse"), Vassilis Varvarasos donnera un récital qui reprendra en grande partie le programme de son dernier enregistrement - qui sortira au même moment. La valse (sans Chopin dans ce programme), cette danse fondée sur un rythme à trois temps, est comme l'émanation presque mythique de l'esprit viennois au XIXe siècle. Elle relève surtout pour le pianiste d'une spiritualité et d'un "esprit dionysiaque" ; un esprit confirmé par le choix d'un fil de compositeurs qui court de Beethoven à Ravel - preuve s'il en était du grand avenir au XXe siècle de cette forme.

© DR.
© DR.
Le pianiste a choisi de réunir la Sonate n° 26 opus 81 A, dite "Les Adieux", composée entre 1809 et 1810 pour son élève l'archiduc Rodolphe. Son premier mouvement construit sur un motif rythmique de trois notes (formant les trois syllabes de "lebewohl") est célèbre. Ce sera ensuite aux "Scènes de Carnaval de Vienne" opus 26 de Schumann (composées en 1839) de déployer leur redoutable défi technique pour l'interprète. Elles citent de surcroît "La Marseillaise" dans leur premier mouvement, l'opus 26 de Beethoven précédemment donné et la "Valse noble" de Schubert. Un des sommets de la sonate romantique dans l'esprit de la fantaisie.

La réécriture par Liszt d'une "Soirée de Vienne" de Schubert, pièce dans laquelle le pianiste a élu la septième de ces neuf valses, sera l'occasion pour ce dernier de montrer énergie et souffle. Un souffle et une énergie bien nécessaires pour la valse suivante. La "Mephisto Waltz" n°1 composée par Liszt entre 1859 et 1881 met en musique la scène de banquet du "Faust" de Lenau. C'est une danse diabolique (Méphisto fait danser la noce) qui permettra à Vassilis Varvaresos de montrer l'étendue de sa virtuosité.

© DR.
© DR.
Scriabine ("Valse" opus 38) et Ravel ("La Valse") concluront ce programme, tels des héritiers de ces grands ancêtres germaniques. Elle devient même pour le compositeur du "Boléro" un "tournoiement fantastique et fatal". Rendez-vous le 15 mai avec le pianiste grec qui devrait ainsi gagner sa légitime place dans l'affection du public français.

Récital le 15 mai 2018 à 20 h 30.
Salle Gaveau.
45-47, rue de la Boétie, Paris 8e.
Tél. : 01 49 53 05 07.
>> sallegaveau.com

Christine Ducq
Samedi 21 Avril 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Dévaste-moi"… Persuasion et précision artistique… Pour une nouvelle façon de percevoir un spectacle

"Dévaste-moi", Tournée 2018/2019

Airs célèbres d'opéra, chansons rock, romances populaires. Dans son dernier spectacle "Dévaste moi"*, Emmanuelle Laborit chante et danse, livre des confidences à son public, elle fait le show. Avec ses musicos, (ses boys), tout le tralala et ses effets, les surtitrages qui ponctuent avec humour le tour de chant.

Elle met en place avec le soutien de Johanny Bert (qui met en scène) une forme éclectique de théâtre-danse et de music-hall mêlés. Le spectacle est à bien des égards vertigineux.

C'est que, au cas présent, l'artiste ne peut parler ni entendre les sons. Les mots et le sens ne peuvent pas sortir de la bouche. Tout le spectacle est en langage des signes. Interprété, pas traduit. En chantsigne.

Ce qui donne quelque chose de déroutant d'étonnamment maîtrisé qui dépasse très largement la notion de mimodrame et oblige le spectateur qui fait parti des "entendants" à reconsidérer sa manière de percevoir un spectacle.

Car à l'inverse des repères traditionnels qui élaborent un espace scénique dans lequel le sens circule entre les deux bornes de l'indicible : celles de l'obscène et du sublime, la prestation d'Emmanuelle Laborit passe par le bout des doigts et se transmet à tout le corps sans tabous avec la seule force de la persuasion et de la précision artistique. C'est toute la personne qui exprime le poids des sensations, la raison des sentiments ainsi que les effets de style.

Jean Grapin
20/09/2018
Spectacle à la Une

Le retour en grâce des "Huguenots" à Paris

Le retour des "Huguenots" de Meyerbeer sur la scène de l'Opéra de Paris est un des événements marquants de la commémoration des 350 ans de la noble maison. En dépit de contrariétés dues à des défections de dernière minute, le spectacle tient son rang et fait sonner de nouveau (à juste titre) les trompettes de la notoriété d'un compositeur longtemps oublié.

Le retour en grâce des
Le grand opéra à la française - un genre à la charnière de deux styles, celui du Bel Canto et du Romantisme - a fait les délices du public de la Monarchie de Juillet et bien au delà. Les opéras de la période française de Giacomo Meyerbeer ont en effet été parmi les plus joués et acclamés au XIXe et au début du XXe siècle.

Ouvrant la voie aux triomphes des Verdi, Offenbach, Gounod et autres Wagner, l'œuvre du compositeur allemand a par la suite subi un effacement presque total des scènes - nonobstant quelques rares reprises dont celle des "Huguenots" à l'Opéra national du Rhin (1), il y a un peu plus de cinq ans. On peut s'interroger à l'infini sur les raisons d'une telle désaffection (coût des productions, difficultés à trouver les chanteurs compétents, entre autres), mais on peut être assuré d'une chose : le nouveau spectacle de l'Opéra de Paris redonne aujourd'hui ses lettres de noblesse à une œuvre qui n'est pas sans attraits.

D'abord l'opéra lui-même est une sorte de super production d'avant l'invention du cinéma avec ses quatre heures de musique dédiées à un sujet historique (La Nuit de la Saint-Barthélémy en août 1572), une intrigue implexe trahissant sans vergogne la grande Histoire, avec ses chœurs impressionnants et ses sept rôles principaux nécessitant de solides chanteurs - sans oublier les nombreux figurants et un ballet ornant des tableaux qui doivent impressionner ou charmer. Et les bonnes surprises ne manquent pas à la (re)découverte de ces "Huguenots", qui furent le deuxième triomphe parisien d'un compositeur qui régna de son vivant sur Paris sans partage (2).

Christine Ducq
08/10/2018
Sortie à la Une

Une forme de miroir contemporain avec ses diaboliques bobards… façon fake news

"Le Maître et Marguerite", Tournée 2018/2019

"Le Maître et Marguerite" de Mikhaïl Boulgakov, c'est Dostoïevski, Gogol et Tchekhov réunis. Un roman qui est un désir de théâtre. Désir qu'Igor Mendjinsky exauce avec talent dans l'adaptation qu'il propose.

Une forme de miroir contemporain avec ses diaboliques bobards… façon fake news
C'est une nuit de pleine lune, une nuit de plein été, et dans Moscou, certains, nombreux, rencontrent des chats qui parlent. Un homme meurt décapité par un tramway, une jeune femme meurt à l'autre bout de la ville. Un écrivain voit son œuvre raillée et censurée. Une jeune femme à la tête romanesque quitte son mari et son ennui à la recherche d'un maître. Un dramaturge qui a écrit une pièce sur Jésus et Ponce Pilate, témoin de tout cela, se trouve enfermé chez les fous. Une sorcière chevauche un balai.

Les récits se choquent, cahotent et s'amplifient jusqu'à l'absurde, jusqu'à l'inquiétude.

C'est que c'est le diable qui mène la danse, sème le désordre, installe une autre réalité, la Sienne, qui dissout toutes les autres. Le Surnaturel s'impose. Ce qui est des plus réjouissant.

Et dans cette nuit de pleine lune, l'ombre d'un pouvoir s'étend sur la ville. Comprenne qui pourra.

Jean Grapin
21/05/2018