La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Unique récital à Paris de Murray Perahia, pianiste de légende

Le 8 juin 2015 à la Philharmonie, le légendaire pianiste américain Murray Perahia donne son unique récital parisien dans le cadre de la série de concerts "Piano****" qu'il honore de sa présence depuis plus de trente ans. Pour nous faire l'offrande de son jeu chantant et introspectif dans son répertoire de prédilection mais aussi nous emmener vers de nouveaux territoires.



© DR.
© DR.
Faut-il encore présenter Murray Perahia ? Ce n'est pas seulement le virtuose renommé qui appartient au cercle fermé des pianistes qui jouissent depuis longtemps de la faveur du public dans le monde entier - parce qu'auréolé d'une aura quasi mythique. C'est aussi le représentant à lui seul d'un pan entier de l'histoire de la musique.

Né en 1947 à New York, il a été le disciple, l'ami et le partenaire des plus grands. Benjamin Britten et Peter Pears fondateurs du Festival d'Aldeburgh - dont il fut en héritier le directeur artistique -, Pablo Casals, Rudolf Serkin, Mieczyslaw Horszowski, Vladimir Horowitz, Radu Lupu, la liste est longue de ces génies dont il peut dire qu'il les a vraiment connus et fréquentés. Ajoutons Dietrich Fischer-Dieskau qu'il accompagna en 1990 en tournée pour un "Voyage d'hiver" schubertien d'anthologie - immortalisé sur disque.

Un coffret paru en 2012 de plus de soixante-dix CD témoigne de ces exceptionnelles et riches quarante ans de carrière. Une expérience et une maturité que le pianiste peut à juste titre revendiquer puisqu'elles ont permis à l'homme de déployer une intime compréhension de ses compositeurs de prédilection : Mozart, Haydn, Schubert, Beethoven, Schumann et Chopin…

Philharmonie de Paris (Extérieur entrée) © Beaucardet.
Philharmonie de Paris (Extérieur entrée) © Beaucardet.
Et vint Bach qui lui sauva littéralement la vie quand il dut arrêter de jouer car souffrant d'un problème à la main pendant près de deux ans. Dans sa quête existentielle d'une totale intelligence des œuvres (et ce, humainement, philosophiquement, musicalement et artistiquement), Murray Perahia n'a pas poursuivi l'ambition d'une carrière ou d'un ego mais y a engagé tout son être.

Dans le récital parisien - son premier à la Philharmonie -, ce savoir, cette très grande empathie à la fois analytique et spirituelle au service des œuvres se déploiera dans son répertoire baroque et classique de toujours. Mais aventureux et modeste - considérant qu'il est enfin prêt -, Murray Perahia offrira aussi à son public la Sonate n°14 "Clair de Lune" de Beethoven et une pièce de César Franck. Nouveaux territoires servis humblement par un artiste incomparable.

Concert le 8 juin 2015 à 20 h 30.

Philharmonie de Paris, 01 44 84 44 84.
Grand Auditorium.
221, avenue Jean Jaurès, Paris 19e.
>> philharmoniedeparis.fr

Programme :
J. S. Bach, Suite française n°6 en mi majeur BWV 817.
J. Haydn, Sonate n°31 en la bémol majeur Hob.XVI.46 et Variations en fa mineur Hob.XVII.6.
L. van Beethoven, Sonate n°14 opus 27 "Clair de lune".
C. Franck, Prélude, Choral et Fugue.
F. Chopin, Scherzo n°1 opus 20.

Christine Ducq
Dimanche 7 Juin 2015


1.Posté par LAMANDE MARC HENRI le 08/06/2015 13:05
"Considérant qu'il est enfin prêt..." Cette phrase est admirable !
Elle me rappelle une anecdote concernant Wilhem Kempf et qui m'a été rapportée par mon défunt maître Raymond Trouard : Kempf avait enregistré à la Deutsch Grammophon l'intégrale des sonates de Beethoven. Bien des années plus tard la maison de disques propose à l'artiste de faire un nouvel enregistrement des trente-deux sonates. Raymond l'en félicite et Kempf de lui confier : "Cette fois, il faut vraiment que je travaille !"

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019