La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Une version de Claudel qu’on n’échangerait pas !

Entre les mains de Valérie Castel-Jordy, "l’Échange" de Paul Claudel retrouve son cri de jeunesse, bestial et sensuel. Les mots deviennent chairs pour s’élever jusqu’à nous et transpercer l’écorce de nos âmes. Difficile de résister à une telle beauté.



Une version de Claudel qu’on n’échangerait pas !
L’Échange, c’est le récit de ceux qui briguent ce qu’ils n’ont pas. À n’importe quel prix. C’est aussi l’histoire d’un plan diabolique, d’un "échange" fomenté par un riche homme d’affaires américain (Thomas Pollock Nageoire) et un jeune type, pauvre et à moitié sauvage, pris surtout dans l’urgence furieuse de ses vingt ans (Louis Lane). Tous les deux se mettent d’accord pour s’échanger leur épouse. Mais si la sulfureuse et sensuelle Léchy Elbernon est attirée par Lane, la pure et jeune amoureuse, Marthe, ne peut accepter d’entrer dans leur danse. Les liens sacrés qui l’unissent à Louis vont au-delà des considérations matérielles. Son amour est un bien plus précieux que les dollars de l’Américain. Dans cette pièce à quatre personnages, chacun pourrait être le double inversé de l’autre. Ici, l’opposition est marquée par une mise en scène et un jeu qui redoublent de beauté et de finesse.

Sable blanc et bruits de vagues. Marthe (Émilie Cazenave) et Louis Lane (Pierre Deverines) sont comme deux êtres échoués sur une île. Le corps entièrement nu (superbe !) de Louis qui court et batifole au milieu des spectateurs ressemble à Adam au dernier jour de la création, dans le jardin d’Eden. Ses gestes sont primitifs et puissants, un accent tribal se dégage de cette "tige nerveuse". Ce jeune chien fou ne peut résister à sa soif de liberté ni à son désir (insatiable) de goûter au fruit interdit : il reluque la femme du riche propriétaire qui les héberge, Lechy. Elle est ce serpent irrésistible qui s’enroule autour de son corps. La tentation est trop forte, le poison qui s’infiltre a déjà pris possession de cette âme. Trop tard, la pomme a été croquée.

On peut dire, sans mauvais jeu de mots, que la prise de corps des personnages est d’une beauté rare. L’étude précise de chaque mouvement entre Louis et Lechy est à la limite du geste chorégraphié. Leur danse de l’amour est l’union sauvage et bestiale de deux corps en furie, contrebalancée par la voix pure de Marthe. L’ancienne sociétaire de la Comédie Française, Isabelle Gardien (Lechy), dans sa robe rouge flamboyante, est véritablement cette "touffe de fleur funèbre" dont parle l’auteur. Elle est "comme l’animal qui va", à la fois ange perfide et démon loyal. Grâce au travail de Valérie Castel-Jordy, mais aussi de son assistant Éric Nesci, le couple adultère donne à voir et à entendre un Claudel au souffle monstrueux et pneumatique, le verbe sacré empoigné dans sa chair la plus brute.

Et le contraste avec Marthe, restée seule sur son rocher, en est d’autant plus poignant. Le décor du premier plan, simple et épuré, fait écho à la voix pure et solitaire de la jeune fille. La belle branche qui descend des cintres apparaît dans une simplicité étincelante. Elle fait face aux ombres fantasmatiques et fantasmées d’un arrière-plan rougeoyant et nébuleux. Les âmes en dérive tournoient derrière un voilage tout en transparence. En coupant le fond de la scène en deux, il marque une frontière, celle de l’inconscient dans lequel on tente de pénétrer. Belle superposition des mots, des corps et des univers.

Le geste suppliant de Marthe, les bras tendus, ainsi que la douleur infinie qui s’exprime sur le visage de la comédienne ne sont pas sans rappeler les sculptures de Camille Claudel, qui ont aussi été une source d’inspiration pour la metteuse en scène. La perte de son mari est littéralement vécue comme un arrachement, la mort d’une promesse, le déchirement d’un vœu sacré.

Aussi, pas étonnant que la proposition mercantile de Thomas Pollock (Hugues Martel) soit rejetée, la décision de la jeune femme est nette et sans appel. Il ne peut en être autrement dans la bouche de Marthe. Dans la peau du richissime Américain qui a "tout vu", "tout connu", le comédien est d’une justesse parfaite. On regrette néanmoins qu’il ne prenne pas plus de temps à faire ressentir sa fascination pour la jeune fille. Mais ce sera bien la seule remarque que nous aurons à faire tant nous avons été frappés par la puissance du verbe claudélien dans la bouche des comédiens.

Monter l’Échange (et d’une façon générale le théâtre de Claudel) n’est pas donné au tout venant. Bien éclairé celui qui choisit la première version (que Claudel reniera plus tard, dans sa vieillesse), la plus belle, la plus sexuelle aussi, mais certainement la plus inspirée. Et c’est de celle-là que Valérie Castel-Jordy s’empare quand elle décide de monter la pièce il y a quatre ans. Quatre années d’essais, de tentatives, de fermentation aussi… pour aboutir à ce spectacle. Quelle patience !

Quelle prouesse aussi. Surtout dans une société où tout doit se faire vite, très vite, dans un milieu (celui du spectacle vivant) où l’on ne peut se permettre d’attendre si longtemps, au risque d’accoucher d’un bâtard. Parce que oui, accouchement il y a bien. Ici la délivrance est un beau râle sublime, un mélange d’amour et de sacré. On souhaite à ce nouveau-né de rencontrer ses pairs… Une belle couronne ceint déjà son front. Pour notre part, le nectar que l’on recueille s’insinue goutte à goutte dans nos veines.

"Un éclair… Puis la nuit ! […] / Ne te verrai-je plus que dans l’éternité ?". Comme Baudelaire avec sa "passante", l’impression laissée nous marquera pour longtemps.

L’ Échange

Une version de Claudel qu’on n’échangerait pas !
(Vu le 30 avril 2011)

Texte : Paul Claudel.
Mise en scène : Valérie Castel-Jordy.
Assistant et travail du mouvement : Eric Nesci.
Création musicale : David Georgelin.
Scénographie : Charlotte Villermet.
Construction : Jean-Paul Dewynter et Thierry Simonet.
Costumes : Angélique Calfati.
Lumières : Christine Mame.
Avec : Émilie Cazenave, Isabelle Gardien, Pierre Deverines, Hugues Martel.

Du 29 avril 07 mai 2011.
Du mardi au samedi à 20 h 30. Relâche le mercredi
et séance supplémentaire le vendredi 6 mai à 14 h 30.
Réservations : 01 55 48 06 90.
Pour plus de renseignements : www.theatreachatillon.com

Sheila Louinet
Mercredi 4 Mai 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019