La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Une version de Claudel qu’on n’échangerait pas !

Entre les mains de Valérie Castel-Jordy, "l’Échange" de Paul Claudel retrouve son cri de jeunesse, bestial et sensuel. Les mots deviennent chairs pour s’élever jusqu’à nous et transpercer l’écorce de nos âmes. Difficile de résister à une telle beauté.



Une version de Claudel qu’on n’échangerait pas !
L’Échange, c’est le récit de ceux qui briguent ce qu’ils n’ont pas. À n’importe quel prix. C’est aussi l’histoire d’un plan diabolique, d’un "échange" fomenté par un riche homme d’affaires américain (Thomas Pollock Nageoire) et un jeune type, pauvre et à moitié sauvage, pris surtout dans l’urgence furieuse de ses vingt ans (Louis Lane). Tous les deux se mettent d’accord pour s’échanger leur épouse. Mais si la sulfureuse et sensuelle Léchy Elbernon est attirée par Lane, la pure et jeune amoureuse, Marthe, ne peut accepter d’entrer dans leur danse. Les liens sacrés qui l’unissent à Louis vont au-delà des considérations matérielles. Son amour est un bien plus précieux que les dollars de l’Américain. Dans cette pièce à quatre personnages, chacun pourrait être le double inversé de l’autre. Ici, l’opposition est marquée par une mise en scène et un jeu qui redoublent de beauté et de finesse.

Sable blanc et bruits de vagues. Marthe (Émilie Cazenave) et Louis Lane (Pierre Deverines) sont comme deux êtres échoués sur une île. Le corps entièrement nu (superbe !) de Louis qui court et batifole au milieu des spectateurs ressemble à Adam au dernier jour de la création, dans le jardin d’Eden. Ses gestes sont primitifs et puissants, un accent tribal se dégage de cette "tige nerveuse". Ce jeune chien fou ne peut résister à sa soif de liberté ni à son désir (insatiable) de goûter au fruit interdit : il reluque la femme du riche propriétaire qui les héberge, Lechy. Elle est ce serpent irrésistible qui s’enroule autour de son corps. La tentation est trop forte, le poison qui s’infiltre a déjà pris possession de cette âme. Trop tard, la pomme a été croquée.

On peut dire, sans mauvais jeu de mots, que la prise de corps des personnages est d’une beauté rare. L’étude précise de chaque mouvement entre Louis et Lechy est à la limite du geste chorégraphié. Leur danse de l’amour est l’union sauvage et bestiale de deux corps en furie, contrebalancée par la voix pure de Marthe. L’ancienne sociétaire de la Comédie Française, Isabelle Gardien (Lechy), dans sa robe rouge flamboyante, est véritablement cette "touffe de fleur funèbre" dont parle l’auteur. Elle est "comme l’animal qui va", à la fois ange perfide et démon loyal. Grâce au travail de Valérie Castel-Jordy, mais aussi de son assistant Éric Nesci, le couple adultère donne à voir et à entendre un Claudel au souffle monstrueux et pneumatique, le verbe sacré empoigné dans sa chair la plus brute.

Et le contraste avec Marthe, restée seule sur son rocher, en est d’autant plus poignant. Le décor du premier plan, simple et épuré, fait écho à la voix pure et solitaire de la jeune fille. La belle branche qui descend des cintres apparaît dans une simplicité étincelante. Elle fait face aux ombres fantasmatiques et fantasmées d’un arrière-plan rougeoyant et nébuleux. Les âmes en dérive tournoient derrière un voilage tout en transparence. En coupant le fond de la scène en deux, il marque une frontière, celle de l’inconscient dans lequel on tente de pénétrer. Belle superposition des mots, des corps et des univers.

Le geste suppliant de Marthe, les bras tendus, ainsi que la douleur infinie qui s’exprime sur le visage de la comédienne ne sont pas sans rappeler les sculptures de Camille Claudel, qui ont aussi été une source d’inspiration pour la metteuse en scène. La perte de son mari est littéralement vécue comme un arrachement, la mort d’une promesse, le déchirement d’un vœu sacré.

Aussi, pas étonnant que la proposition mercantile de Thomas Pollock (Hugues Martel) soit rejetée, la décision de la jeune femme est nette et sans appel. Il ne peut en être autrement dans la bouche de Marthe. Dans la peau du richissime Américain qui a "tout vu", "tout connu", le comédien est d’une justesse parfaite. On regrette néanmoins qu’il ne prenne pas plus de temps à faire ressentir sa fascination pour la jeune fille. Mais ce sera bien la seule remarque que nous aurons à faire tant nous avons été frappés par la puissance du verbe claudélien dans la bouche des comédiens.

Monter l’Échange (et d’une façon générale le théâtre de Claudel) n’est pas donné au tout venant. Bien éclairé celui qui choisit la première version (que Claudel reniera plus tard, dans sa vieillesse), la plus belle, la plus sexuelle aussi, mais certainement la plus inspirée. Et c’est de celle-là que Valérie Castel-Jordy s’empare quand elle décide de monter la pièce il y a quatre ans. Quatre années d’essais, de tentatives, de fermentation aussi… pour aboutir à ce spectacle. Quelle patience !

Quelle prouesse aussi. Surtout dans une société où tout doit se faire vite, très vite, dans un milieu (celui du spectacle vivant) où l’on ne peut se permettre d’attendre si longtemps, au risque d’accoucher d’un bâtard. Parce que oui, accouchement il y a bien. Ici la délivrance est un beau râle sublime, un mélange d’amour et de sacré. On souhaite à ce nouveau-né de rencontrer ses pairs… Une belle couronne ceint déjà son front. Pour notre part, le nectar que l’on recueille s’insinue goutte à goutte dans nos veines.

"Un éclair… Puis la nuit ! […] / Ne te verrai-je plus que dans l’éternité ?". Comme Baudelaire avec sa "passante", l’impression laissée nous marquera pour longtemps.

L’ Échange

Une version de Claudel qu’on n’échangerait pas !
(Vu le 30 avril 2011)

Texte : Paul Claudel.
Mise en scène : Valérie Castel-Jordy.
Assistant et travail du mouvement : Eric Nesci.
Création musicale : David Georgelin.
Scénographie : Charlotte Villermet.
Construction : Jean-Paul Dewynter et Thierry Simonet.
Costumes : Angélique Calfati.
Lumières : Christine Mame.
Avec : Émilie Cazenave, Isabelle Gardien, Pierre Deverines, Hugues Martel.

Du 29 avril 07 mai 2011.
Du mardi au samedi à 20 h 30. Relâche le mercredi
et séance supplémentaire le vendredi 6 mai à 14 h 30.
Réservations : 01 55 48 06 90.
Pour plus de renseignements : www.theatreachatillon.com

Sheila Louinet
Mercredi 4 Mai 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.



    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021