La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Une nouvelle donne pour Radio France

La nomination en 2016 de Michel Orier comme directeur de la musique et de la création culturelle à la tête du groupe Radio France a permis la mise en œuvre d'une nouvelle ambition pour la Maison Ronde. Celle d'entrer de plein pied dans la modernité. Entretien avec Michel Orier en forme de bilan provisoire sur les avancées du projet.



Orchestre National de France © DR.
Orchestre National de France © DR.
Michel Orier est un homme courtois et pressé. Il a pris en charge dès mars 2016 les destinées du groupe Radio France avec une double casquette, celle de la direction de la musique et de la création culturelle. Sa mission en clair ? Assumer la responsabilité de la politique culturelle et artistique de Radio France pour la faire rayonner auprès du plus grand nombre.

Cet ancien ingénieur du son et directeur de grandes institutions culturelles en région (1), qu'on voit assidu à tous les concerts des quatre grandes formations maison (2), est donc le pilote de la nouvelle politique musicale comme de la programmation événementielle. Une offre pensée pour attirer les meilleurs artistes.

Christine Ducq - Vous avez été nommé il y a un peu plus de deux ans et le bilan de votre mission est déjà impressionnant.

Michel Orier - Ce n'est pas à moi de le dire. Mais cette mission avance incontestablement et pourtant rien n'était gagné. Nous avons une salle formidable avec l'Auditorium (avec une jauge de 1460 places) mais elle a ouvert ses portes deux mois avant la Philharmonie. Dans une maison qui n'était pas vraiment préparée à avoir la responsabilité d'une institution du spectacle capable d'offrir un tel volume et une telle qualité de production musicale. Il a fallu construire cette offre plus cohérente et éditorialisée que par le passé. Ce fut l'axe majeur de ces deux années. Aujourd'hui, nous avons de très bons résultats avec un taux de fréquentation qui avoisine les quatre-vingt douze pour cent. Naturellement nous le devons aux musiciens, à nos chefs Emmanuel Krivine et Mikko Franck et au public.

Michel Orier © Christophe Abramowitz/Radio France.
Michel Orier © Christophe Abramowitz/Radio France.
Vous vous êtes aussi donné comme ambition de redonner tout son lustre au Studio 104 en tant que salle dévolue au jazz ?

Michel Orier - Par le passé, le Studio 104 (avec sa capacité d'accueil de huit cent cinquante auditeurs, un Petit Olympia en somme) a été une grande salle pour le jazz. Puis les concerts ont plutôt été donnés dans le Studio 105, qui excelle pour la variété, pour le rock (3) mais qui se révèle à mon sens insuffisant en termes de volume et de respiration pour le jazz. Désormais le Studio 104 retrouve sa vocation première avec sa double programmation mensuelle de jazz qui fonctionne très bien.

Vous avez aussi souhaité que la Maison Ronde devienne un lieu de résidence pour les artistes ?

Michel Orier - Bien sûr. Fondamentalement notre différence est là : nous sommes une maison de production - ce qui est vrai pour les antennes comme pour la musique - et ce, à la différence de nombre d'autres institutions culturelles. Nous fabriquons nos propres programmes en fonction de thématiques que nous choisissons selon nos préoccupations, nos musiciens et nos directeurs musicaux. Cela nous permet de pouvoir dire à des artistes que nous aimons que nous les invitons une ou plusieurs saisons pour accompagner la création de leurs projets.

Ce sera le cas dès la saison 2018-2019 avec des artistes (tel Lambert Wilson), des musiciens (tels Bertrand Chamayou ou le Quatuor Diotima) et des compositeurs tel Pascal Dusapin, et beaucoup d'autres. C'est une de nos qualités essentielles que de pouvoir offrir des volumes d'activité allant de la création contemporaine à la réinterprétation d'œuvres du répertoire.

En ce qui concerne les événements passés, duquel êtes-vous le plus fier ?

Michel Orier - Nous avons donné quelques grands concerts, impossible de tous les citer. Et il est difficile d'en choisir un plutôt qu'un autre : peut-être le concert de Martha Argerich pour le Concerto en sol de Ravel dirigé par Emmanuel Krivine, celui de Barbara Hannigan avec le Philharmonique ou la Symphonie des Psaumes de Stravinski dirigée par Mikko Franck … La reprise d'"Elektra" de Strauss par Mikko Franck à la Philharmonie a représenté un moment exceptionnel dans cette dernière saison !

Orchestre Philharmonique © Christophe Abramowitz/Radio France.
Orchestre Philharmonique © Christophe Abramowitz/Radio France.
Le chef de l'Orchestre Philharmonique de Radio France, Mikko Franck, réfléchit justement à de nouvelles configurations de concert en termes de nombre de musiciens et de répertoires pour sortir du schéma "ouverture, concerto, symphonie". Est-ce une nécessité aujourd'hui ?

Michel Orier - J'en ai le sentiment en effet car le monde a changé. Il faut donc évoluer. Cependant on pourrait ne pas le faire et cela ne dérangerait pas une partie de notre public qui aime ce cérémonial immuable. Mais il se trouve qu'une de nos deux formations orchestrales est à géométrie variable et peut jouer dans des formats très différents. Jean-Marc Bador (délégué général du Philharmonique de Radio France, NDLR) et moi-même trouvons que cela a été fort mal exploité jusqu'à présent et qu'il est plus intéressant de mêler dans le même concert des parties en soliste, en quatuor, en musique de chambre et des parties orchestrales.

Et nous avons la salle qui convient pour ce projet : la qualité de l'écoute dans l'Auditorium, les détails perceptibles à chaque concert permettent de travailler sur ce genre de programme. Nous n'écoutons pas les œuvres de la même façon et c'est très intéressant : on sera plus sensible au contrepoint, aux diverses lignes mélodiques d'un symphonie après avoir entendu une œuvre chambriste.

Maîtrise de Radio France © Christophe Abramowitz/Radio France.
Maîtrise de Radio France © Christophe Abramowitz/Radio France.
Dans votre mission figurait aussi la création d'un site dédié au concert sur Internet. C'est désormais chose faite, n'est-ce pas ?

Michel Orier - Ce site dédié à la diffusion de nos concerts a ouvert en décembre 2017 en partenariat avec Arte. Les concerts sont diffusés à la fois sur les sites de France Musique et d'Arte Concert. Cela ouvre de belles possibilités pour un public qui ne peut pas venir à Paris. Nous avons aussi créé le site anglophone de France Musique (disponible depuis juin 2018). La musique est un langage universel et il était important de rendre accessible à une large audience internationale nos programmes qui l'encadrent - comme les reportages, les critiques, les commentaires.

Vous avez souhaité également ouvrir davantage les antennes à la musique de films ?

Michel Orier -
Nous avons enregistré la musique du film de Luc Besson, "Valérian", composée par Alexandre Desplat - ce compositeur talentueux à qui nous consacrerons d'ailleurs une soirée. Nous avons aussi imaginé trois week-ends particuliers autour de Bertrand Tavernier (spécialiste de la musique du cinéma français), autour de l'œuvre de Nino Rota et autour des musiques des films de Stanley Kubrick. Voilà une activité que j'aimerais développer dans la maison, y compris celle d'enregistrement.

Nous avons en effet l'opportunité désormais de relocaliser en France l'enregistrement des musiques de films grâce à un crédit d'impôt important et à une politique d'aide du CNC. Et surtout nous avons des formations d'excellence avec l'Orchestre National de France et l'Orchestre Philharmonique de Radio France. Sans oublier que nous avons la capacité technique d'enregistrement en tant que dernier grand studio alors qu'il n'y en a plus aucun autre à Paris. Nous pouvons challenger le London Symphony Orchestra et Abbey Road sans difficulté sur ce terrain.

Le Chœur de Radio France © Christophe Abramowitz/Radio France.
Le Chœur de Radio France © Christophe Abramowitz/Radio France.
En quoi la musique de films est-elle importante à vos yeux ?

Michel Orier - Je suis persuadé (et je ne suis pas le seul) que la musique de films est une des voies essentielles de l'avenir de la musique classique, en particulier pour les compositeurs. Les Nino Rota, Maurice Jarre, John Williams, Howard Shore et autres Bernard Hermann ont écrit de superbes pages symphoniques et ces grandes partitions sont très populaires. Elles recroisent souvent certaines grandes œuvres du patrimoine.

(1) Michel Orier a également travaillé pour différents cabinets ministériels et a occupé la fonction d'Inspecteur général des affaires culturelles au Ministère de la Culture jusqu'en 2016.
(2) Ce sont l'Orchestre National de France, l'Orchestre Philharmonique de Radio France, le Chœur et la Maîtrise de Radio France.
(3) Avec les Black Sessions de Bernard Lenoir par exemple.


Du 9 au 27 juillet 2018.
Festival de Radio France - Occitanie - Montpellier "Douce France". >> lefestival.eu

Le Chœur de Radio France © Christophe Abramowitz/Radio France.
Le Chœur de Radio France © Christophe Abramowitz/Radio France.
Du 4 au 8 septembre 2018.
4e Concours international de chefs d'orchestre Evgeny Svetlanov.
6 septembre 2018 à 20 h.
Concert-hommage à Evgeny Svetlanov par le Philharmonique de Radio France.

Concerts d'ouverture de la saison 2018-2019.
13 septembre 2018 à 20 h : Concert de l'ONF (Lalo, Saint-Saëns, Brahms), direction E. Krivine.
14 septembre 2018 à 20 h : Concert de l'Orchestre Philharmonique de Radio France (Berlioz, Chausson, Ravel, Matalon, Debussy), direction M. Franck.
22 septembre 2018 à 20 h 30 : Jazz sur le vif, Michel Portal New Quintet, au Studio 104.

>> maisondelaradio.fr

Christine Ducq
Lundi 16 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019