La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Une Saison Philharmonique pour l’Orchestre de Paris

En résidence à la Salle Pleyel jusqu’en décembre, l’Orchestre de Paris prendra ses quartiers à la Philharmonie de Paris dès janvier 2015. Coup de projecteur sur une saison 2014-2015 des plus passionnantes.



Orchestre de Paris © Gérard Uferas.
Orchestre de Paris © Gérard Uferas.
Entendu ce mercredi 17 septembre à Pleyel, l'Orchestre de Paris emmené par son directeur musical Paavo Järvi impressionne davantage d'année en année. Quatre saisons d'un travail minutieux ont façonné une complicité sans faille, une véritable osmose entre l'orchestre et son chef estonien. Un grand orchestre mené par un grand chef, voilà ce qu'on sait depuis un bon moment à l'étranger (Japon, Chine, Corée…) et qui s'impose désormais en France (dans cette rubrique cela fait longtemps). Nul n'est jamais prophète en son pays, dit-on. Le départ de Paavo Järvi à la fin de son mandat (en 2016) sera vécu difficilement sans doute par la formation aux 120 musiciens et aux 130 chanteurs.

Cette cohésion, cette entente profonde se vérifieront pendant la soirée. Avec les "Métaboles" de Henri Dutilleux d'abord. Cette belle œuvre redoutable du compositeur disparu en 2013 revit, et remarquablement. Créant une matière sonore en perpétuelle fusion, tous les pupitres déroulent la texture mouvante d'une partition qui réclame une très grande précision et une haute inspiration. Défi relevé à la perfection sous la baguette de Paavo Järvi. Le cinquième et dernier mouvement "Flamboyant" se voit très justement nommé en cette soirée.

Paavo Järvi © Mirco Magliocca.
Paavo Järvi © Mirco Magliocca.
Avec le magnifique Concerto pour violoncelle en ré mineur de 1876 de Lalo entre en scène un jeune homme qui paraît plutôt effacé. Sitôt que le violoncelliste Xavier Phillips entame son dialogue avec l'orchestre, le temps suspend son vol comme dirait le poète. Un jeu habité et d'une grande expressivité, un magnétisme irrésistible pas seulement dû à sa virtuosité récolteront les acclamations méritées du public. Cet artiste qui a fait ses débuts avec l'Orchestre de Paris en 2006 fait partie de la tournée en Chine prévue cet automne (avec le pianiste Nicholas Angelich).

Une nouvelle saison s'annonce donc très riche avec ses chefs invités prestigieux (Riccardo Chailly, Christoph von Dohnànyi, Guennadi Rozhdestvensky, Esa Pekka Salonen, etc.) et sa quarantaine de solistes programmés. Des pianistes (Martha Argerich, Hélène Grimaud, David Fray, Boris Berezovsky, Fazil Say entre autres) succéderont aux violonistes (Renaud Capuçon, Isabelle Faust, Chad Hoopes, etc.), aux violoncellistes tel Gautier Capuçon, aux chanteurs comme Julie Pasturaud, Matthias Goerne ou Petra Lang par exemple. Lionel Sow, qui se consacre désormais entièrement au Chœur de l'orchestre, va accompagner la création d'un chœur d'enfants avec une centaine de (petits) participants.

Xavier Phillips © DR.
Xavier Phillips © DR.
Parmi la centaine de concerts produits par l'Orchestre de Paris, ceux qui seront donnés à la Philharmonie (aux beaux bâtiments conçus par Jean Nouvel) bénéficieront d'une politique tarifaire plus accessible avec un prix des places divisé par deux. Quatre concerts gratuits sont prévus en 2015 dont trois les 17 et 18 janvier pour fêter l'ouverture. Les concerts donnés lors de trois week-ends thématiques ("Love Stories", "Vienne et Berlin", "Nouveaux Mondes") et celui du 24 juin au format "Proms" de Londres seront proposés respectivement à dix et cinq euros - sans oublier le tarif jeune. Bref une saison très excitante !

Concert entendu le 17 septembre 2014.
A réécouter en podcast sur le site de France Musique.

Programmation complète de la saison 2014-2015 :
>> orchestredeparis.com

Programme :
Henri Dutilleux (1916-2013).
"Métaboles" (1964).
Édouard Lalo (1823-1892).
Concerto pour violoncelle en ré mineur (1876).
Piotr Illyitch Tchaïkovski (1840-1893).
Symphonie n° 5 en mi mineur, opus 64 (1888).

Paavo Järvi, direction.
Xavier Phillips, violoncelle.
Orchestre de Paris.
Philippe Aïche, violon solo.

Christine Ducq
Jeudi 25 Septembre 2014

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020