La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Un non-conte de fée russe ou de l'impossibilité de modifier l'ordre des choses

"Idiot", Théâtre de Belleville, Paris 11e

"Idiot" qui est présenté sur scène par Laurence Andreini est un condensé du roman de Fédor Dostoïevski dont le héros, le prince Mychkine, est affecté par un syndrome étrange. Il ne sait pas mentir et décrypte les destins des personnes qui croisent sa vie. Il dit ce qu’il voit. C’est apparemment une figure lumineuse qui ne semble connaitre de l’amour que sa dimension oblative.



© Frantz Plotard.
© Frantz Plotard.
Le prince, éternel enfant, porteur des espoirs des femmes, s’attache à la plus belle des figures, Nastassia, et ne sait nouer de liens. Il a la satisfaction amère de voir se réaliser ses prédictions les plus noires sur l’impossibilité de l’amour.

Le récit théâtral proposé ne retient du roman que les rencontres et les séparations des principaux personnages, gomme les péripéties, réduit le récit à une succession de faits divers et de mauvaises rencontres. Trépidant et fébrile, comme en un accéléré, il multiplie et éclaire les différents points de vue des personnages où chacun est pris dans le rets de ses rêves et contraint par la réalité des préjugés sociaux. Les passions russes qui s’expriment sont violentes, passionnelles et vénales. À la manière d’un roman feuilleton, les caractères sont révélés par les aspects extérieurs des personnages. Elles sont ainsi simples à lire. La distribution reflétant un véritable traité de physiognomonie.

© Frantz Plotard.
© Frantz Plotard.
C’est pour le spectateur un plaisir de suivre les différents couples qui se constituent avec le prince, le désir d’amour qui ne trouve pas son point de fusion dans ses retards, ses écarts, ses rendez-vous manqués, ses déchirures ; et de vivre, dans la vivacité, la variation des points de vue, leur découplement. De manière étonnante, par le fil du récit et du jeu, chacun prend son poids respectif de caricature, d’enfance et de mythe.

Au bout du conte, cet "Idiot-là", le prince Mychkine à la bonté platonique ravageuse, est présenté de manière appuyée comme un révélateur de la fatalité. Il est le mauvais œil par qui meurt la jeune femme qui l’aime probablement vraiment. Le spectateur dans cette manière de théâtre tourbillonnant feuillette aussi les pages d’un journal intime : celui d’une jeune femme qui se perd parce qu’elle aime celui qui ne sait l’aimer.

Cette fable sonne terrible comme une dénonciation. Celle d’une bonté imposture qui se révèle incapable de trouver la solution de courage et de liberté. Dans cette Russie-là, le conte de fée est impossible tout comme il est impossible de modifier l’ordre des choses. Marie-Madeleine en est absente.

De la belle ouvrage.

"Idiot"

© Frantz Plotard.
© Frantz Plotard.
D'après le roman de Fédor Dostoïevski.
Nouvelle Traduction de Sergueï Vladimirov.
Partition pour 6 acteurs écrite par Laurence Andreini, Pauline Thimonnier, Sergueï Vladimirov.
Mise en scène : Laurence Andreini, assistée de Laury André.
Avec : Valentine Alaqui, Eric Bergeonneau, Clémentine Bernard, Romain Cottard, Philippe Maymat et Bertrand Poncet.
Scénographie et Costumes : Charlotte Villermet.
Collaboration artistique : Gabrielle Piwnik.
Création Lumière : Maurice Fouilhé.
Création Son : Michaël Schaller.
Chant : Sacha Mars.
Durée : 2 h.

Du 15 octobre au 24 novembre 2013.
Du mardi au samedi à 21 h 15, dimanche à 17 h (relâches du 28 octobre au 4 novembre).
Théâtre du Belleville, Paris 11e, 01 48 06 72 34.
>> theatredebelleville.com

Tournée 2014 :
20 janvier 2014 à 20 h 30 : Gallia Théâtre, Saintes (17).
23 janvier 2014 à 20 h 30 : Palais des Congrès, Royan (17).
27 janvier à 19 h et 28 janvier 2014 à 14 h : Théâtre de l’Université, La Rochelle (17).
À suivre...

Jean Grapin
Lundi 4 Novembre 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020