La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Un bijou, certainement. De pacotille ? Non… Brillantissime !

La chronique d'Isa-belle L

Au théâtre du Rond-Point, loin du vacarme urbain, j'ai rencontré, de loin, une comédienne. Une jolie brune au visage fin portant sur elle bien plus qu'une robe, couleur pastel. Cette fillette, devenue femme, porte surtout avec elle, un hommage vibrant à ses parents, trop vite disparus, alors qu'elle n'était qu'une enfant… Étonnant ! D’être au rond-point quand il est question d’accident de la route, non ?



© Giovanni Cittadini Cesi.
© Giovanni Cittadini Cesi.
Loin de ce vacarme urbain, un public varié - lycéens, actifs et retraités - s’imprègne dans le noir de la voix douce et envoûtante de ce petit bout de femme revenant sur le drame qui l’a frappée alors à peine âgée de 9 ans. Le drame, le vrai, celui qui surgit du jour au lendemain.

Le silence, puis la lumière et cette mère… la sienne, sa maman. "Maman" mot qu’elle ne prononcera pas, tout comme "papa". Difficile de comprendre qu’on retire à une gamine de 9 ans les premiers mots sortis de sa bouche après les incontournables "areuh"… C’est vrai, qui des deux arrivent en tête ? "Papa", "Mama" "maman" ?… Il y a la mère qu’elle raconte, et la mer qui remonte, pieds nus sur la plage de ses souvenirs. Il y a le père qu’elle évoque avec des mots tendres et sa voix de velours. Un lien fort, sincère, qui me prend au corps.

Perdre un parent, c’est une épreuve dans la vie d’un enfant, mais les deux… Et pourtant, on sourit, assez souvent même. Chaque détail est poignant. Son frère, le grand-père, le baby-sitter, tous acteurs d’un film dont le scénario vient briser les cœurs. Un frère, une sœur. Un cauchemar dont il faut se réveiller. C’est-à-dire, accuser le coup ! Encaisser le choc. Vivre, simplement.

© Giovanni Cittadini Cesi.
© Giovanni Cittadini Cesi.
J’ai connu une femme, proche de moi, qui, elle, à la mort accidentelle de sa maman, a carrément perdu sa voix. Aphone pendant plus d’un mois. Impensable de ne plus jamais appeler son père "papa", ni de lui tirer le bras pour aller au cinéma. Inimaginable de ne plus dire à sa mère : "maman, tu me prêtes tes boucles d’oreilles ?", si triste de se dire qu’un jour l’un et l’autre, en effet, ne seront plus là. Mais pas tout de suite, pas comme ça. Il n’y a que dans les mauvais films qu’on assiste à ça, n’est-ce pas ?

On suit son récit, encore, on sourit. De la douceur dans les mots, et puis soudain : le choc. L’accident, la sortie de route. Un élément surgissant de nulle part qui brise les tympans dans la salle Roland Topor de ce théâtre parisien. La sonnerie d’un téléphone portable a retenti. Une musique de "d’jeun" comme on dit ! Un morceau de dance pour les jeunes filles en fleur et Roland Topor qui n’aurait certainement pas ri.

La précieuse comédienne a étrangement réagi face à cet énergumène malpoli. Ni bien ni mal, juste un regard bien senti. Avec le sourire. Elle aurait pu arrêter le spectacle, se mettre en colère, critiquer cette mode qui peut foutre un spectacle en l’air. Elle aurait pu dire : "si j’étais ta mère …". Mais non. Et puis, à quoi ça sert ? Alors, la comédienne, habile sur ses pointes, a repris le fil de son histoire. Le public, à l’exception de cette jeunette, lui rendait si bien.

© Giovanni Cittadini Cesi.
© Giovanni Cittadini Cesi.
Au théâtre du Rond-Point, loin du vacarme urbain, j’ai enfin rencontré cette comédienne. Une jolie brune au corps gracile vêtue d’une robe, couleur pastel. Une ballerine, demoiselle devenue femme qui a offert sur un plateau un vrai bijou. Un solo d’or, admirablement maîtrisé par la subtile Céline Milliat-Baumgartner avec pour valeur ajoutée une mise en scène élégante et très soignée de Pauline Bureau.
Un bijou, certainement.
De pacotille ? Non.
Brillantissime.

"Les bijoux de pacotille"

© Giovanni Cittadini Cesi.
© Giovanni Cittadini Cesi.
Texte : Céline Milliat-Baumgartner (publié aux éditions Arléa).
Mise en scène : Pauline Bureau.
Avec : Céline Milliat-Baumgartner.
Scénographie : Emmanuelle Roy.
Costumes et accessoires : Alice Touvet.
Composition musicale et sonore : Vincent Hulot.
Lumière et régie générale : Bruno Brinas.
Dramaturgie : Benoîte Bureau.
Vidéo : Christophe Touche.
Magie : Benoît Dattez.
Travail chorégraphique : Cécile Zanibelli.
Production La Part des Anges.
Durée : 1 h 20.

A été joué notamment du 6 au 31 mars 2018 au Théâtre du Rond-Point, Paris.

6 avril 2018 : Le Théâtre, Chelles (77).

Isabelle Lauriou
Mardi 3 Avril 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019