La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Un bijou, certainement. De pacotille ? Non… Brillantissime !

La chronique d'Isa-belle L

Au théâtre du Rond-Point, loin du vacarme urbain, j'ai rencontré, de loin, une comédienne. Une jolie brune au visage fin portant sur elle bien plus qu'une robe, couleur pastel. Cette fillette, devenue femme, porte surtout avec elle, un hommage vibrant à ses parents, trop vite disparus, alors qu'elle n'était qu'une enfant… Étonnant ! D’être au rond-point quand il est question d’accident de la route, non ?



© Giovanni Cittadini Cesi.
© Giovanni Cittadini Cesi.
Loin de ce vacarme urbain, un public varié - lycéens, actifs et retraités - s’imprègne dans le noir de la voix douce et envoûtante de ce petit bout de femme revenant sur le drame qui l’a frappée alors à peine âgée de 9 ans. Le drame, le vrai, celui qui surgit du jour au lendemain.

Le silence, puis la lumière et cette mère… la sienne, sa maman. "Maman" mot qu’elle ne prononcera pas, tout comme "papa". Difficile de comprendre qu’on retire à une gamine de 9 ans les premiers mots sortis de sa bouche après les incontournables "areuh"… C’est vrai, qui des deux arrivent en tête ? "Papa", "Mama" "maman" ?… Il y a la mère qu’elle raconte, et la mer qui remonte, pieds nus sur la plage de ses souvenirs. Il y a le père qu’elle évoque avec des mots tendres et sa voix de velours. Un lien fort, sincère, qui me prend au corps.

Perdre un parent, c’est une épreuve dans la vie d’un enfant, mais les deux… Et pourtant, on sourit, assez souvent même. Chaque détail est poignant. Son frère, le grand-père, le baby-sitter, tous acteurs d’un film dont le scénario vient briser les cœurs. Un frère, une sœur. Un cauchemar dont il faut se réveiller. C’est-à-dire, accuser le coup ! Encaisser le choc. Vivre, simplement.

© Giovanni Cittadini Cesi.
© Giovanni Cittadini Cesi.
J’ai connu une femme, proche de moi, qui, elle, à la mort accidentelle de sa maman, a carrément perdu sa voix. Aphone pendant plus d’un mois. Impensable de ne plus jamais appeler son père "papa", ni de lui tirer le bras pour aller au cinéma. Inimaginable de ne plus dire à sa mère : "maman, tu me prêtes tes boucles d’oreilles ?", si triste de se dire qu’un jour l’un et l’autre, en effet, ne seront plus là. Mais pas tout de suite, pas comme ça. Il n’y a que dans les mauvais films qu’on assiste à ça, n’est-ce pas ?

On suit son récit, encore, on sourit. De la douceur dans les mots, et puis soudain : le choc. L’accident, la sortie de route. Un élément surgissant de nulle part qui brise les tympans dans la salle Roland Topor de ce théâtre parisien. La sonnerie d’un téléphone portable a retenti. Une musique de "d’jeun" comme on dit ! Un morceau de dance pour les jeunes filles en fleur et Roland Topor qui n’aurait certainement pas ri.

La précieuse comédienne a étrangement réagi face à cet énergumène malpoli. Ni bien ni mal, juste un regard bien senti. Avec le sourire. Elle aurait pu arrêter le spectacle, se mettre en colère, critiquer cette mode qui peut foutre un spectacle en l’air. Elle aurait pu dire : "si j’étais ta mère …". Mais non. Et puis, à quoi ça sert ? Alors, la comédienne, habile sur ses pointes, a repris le fil de son histoire. Le public, à l’exception de cette jeunette, lui rendait si bien.

© Giovanni Cittadini Cesi.
© Giovanni Cittadini Cesi.
Au théâtre du Rond-Point, loin du vacarme urbain, j’ai enfin rencontré cette comédienne. Une jolie brune au corps gracile vêtue d’une robe, couleur pastel. Une ballerine, demoiselle devenue femme qui a offert sur un plateau un vrai bijou. Un solo d’or, admirablement maîtrisé par la subtile Céline Milliat-Baumgartner avec pour valeur ajoutée une mise en scène élégante et très soignée de Pauline Bureau.
Un bijou, certainement.
De pacotille ? Non.
Brillantissime.

"Les bijoux de pacotille"

© Giovanni Cittadini Cesi.
© Giovanni Cittadini Cesi.
Texte : Céline Milliat-Baumgartner (publié aux éditions Arléa).
Mise en scène : Pauline Bureau.
Avec : Céline Milliat-Baumgartner.
Scénographie : Emmanuelle Roy.
Costumes et accessoires : Alice Touvet.
Composition musicale et sonore : Vincent Hulot.
Lumière et régie générale : Bruno Brinas.
Dramaturgie : Benoîte Bureau.
Vidéo : Christophe Touche.
Magie : Benoît Dattez.
Travail chorégraphique : Cécile Zanibelli.
Production La Part des Anges.
Durée : 1 h 20.

A été joué notamment du 6 au 31 mars 2018 au Théâtre du Rond-Point, Paris.

6 avril 2018 : Le Théâtre, Chelles (77).

Isabelle Lauriou
Mardi 3 Avril 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

"An Irish Story" Une histoire des Irlandais, ces derniers bardes

"An Irish Story", Théâtre de Belleville, Paris

Son grand-père Peter 0'Farrel a disparu sans laisser d'adresse. Dans "An irish story", Kelly Rivière, la petite fille, est partie en quête puisque sa mère Margaret n'a pas voulu révéler le secret de la famille. Volubile, Kelly raconte sur scène ce qui devient vite, par elle et pour elle, une épopée. Don ou atavisme familial ? Au spectateur de décider mais il est comblé devant le collier de perles théâtrales qui lui est présenté.

Trimballé de Lyon à Dublin via Londres. Au départ, Kelly s'y prend un peu, faussement, gauchement, par un timide stand up mais l'histoire accroche. Il y a la personnalité de cet aïeul "so Irish" rejoignant étonnamment Londres pour reconstruire la ville dévastée par la guerre, qui a eu une fille, et a disparu comme bien d'autres… Disparus dans une mer d'alcool ? Peut-être… Que peut-on attendre de ces diables d'hommes, seuls garçons de fratries de filles (nombreuses) et eux–mêmes géniteurs de légendes…

À mesure que l'histoire avance, le récit devient dialogue. Le personnage est de plus en plus échauffé, de plus en plus passionné. Comme ébrié. Des paroles prises sur le vif, des personnages incarnés. Les accents à couper au couteau, ces îles de par delà la Manche ou le channel, de la mer d'Irlande Muir Éireann ou Irish sea, les rituels de la "cup of Tea", de la Guinness, la mère, les cousines, les voisins, le pub, tout y passe.

Jean Grapin
14/05/2019