La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Un Requiem électrisant de jeunesse au Festival Berlioz

Le Festival Berlioz s'attache du 18 août au 2 septembre, à l'orée des commémorations des cent cinquante ans de la disparition du grand compositeur français (en 1869), à mettre en valeur ses œuvres sacrées et sa personnalité hors du commun. Cet acte I offre ainsi quatre-vingt-dix manifestations variées (gratuites aux deux tiers) réunissant mille cinq cents artistes.



© Bruno Moussier.
© Bruno Moussier.
Dans la ville natale de Berlioz, en Isère, à La-Côte-Saint-André, l'orchestre-académie du festival et quatre chœurs ont ainsi livré un "Requiem" électrisant de jeunesse sous la direction de l'excellent François-Xavier Roth.

Plusieurs rendez-vous émaillent la journée du festivalier pendant deux semaines à la Côte-Saint-André et sa région : apéros-concerts à 11 heures, visite du Musée Berlioz (sa maison natale) et conférences à 15 heures, concert de chambre à 17 heures en l’Église de La-Côte-Saint-André (où fut baptisé Hector), récital "Sous le balcon d'Hector" à 19 heures (dans son jardin d'enfance), grand concert symphonique au château à 21 heures puis soirée joyeuse assurée avec de jeunes ensembles à la Taverne ensuite.

Inauguré par une grande fête des moissons et un Bal Contrebandier (tels que les a connus le jeune Berlioz), l'acte I des commémorations de la mort du compositeur français se décline donc en une proposition enrichie d'année en année depuis une décade. Le Festival Berlioz, devenu incontournable, a d'ailleurs vu récemment son mentor, Bruno Messina, nommé à la tête de l'organisation des commémorations nationales de 2019 par Françoise Nyssen, Ministre de la Culture, (présente en ce 21 août pour le premier concert au Château Louis XI avec le "Requiem").

© Bruno Moussier.
© Bruno Moussier.
À 17 heures en ce 21 août, le récital a mis à l'honneur le hautbois de Céline Moinet, super-soliste de la Staatskapelle de Dresde, accompagnée de la jeune pianiste Suzana Bartal dans un programme dominé par les "Romances" et "Pièces dans le style populaire" de Robert Schumann (composées en 1849 entre Dresde et Düsserldorf) et la transcription pour deux instruments de "La Mort d'Ophélie" de Berlioz, entre autres. À la virtuosité et l'expressivité de Céline Moinet a répondu la grâce de la pianiste d'origine roumaine dans un dialogue rare entre bois et clavier.

Dans cette édition vouée au "Sacré Berlioz", c'est au Jeune Orchestre Européen Hector Berlioz assisté par les forces de quatre chœurs dont le Spirito de Nicole Corti qu'il revenait de donner la Grande Messe des morts (opus 5) du compositeur romantique. Fresque sonore grandiose, ce Requiem composé en trois mois en 1837 est l'un des chefs-d'œuvre du maître - conçu à l'origine "pour cinq cents à six cents exécutants (instrumentistes et chanteurs), gigantisme berliozien oblige (1), et donné habituellement avec les forces quand même considérables de quatre cents artistes (2), comme en cette soirée iséroise.

Fresque tripartite inspirée du Dante, l'auditeur traverse les climats tantôt fracassants, tantôt intimistes, de l'Enfer au Paradis via le Purgatoire en une cérémonie originale. Berlioz s'empare en démiurge (épris de liberté créatrice) du genre sacré entre tous pour en livrer une version très personnelle, modifiant même le texte liturgique à des fins d'efficacité dramatique.

© Bruno Moussier.
© Bruno Moussier.
Joie de retrouver à cette occasion les juvéniles interprètes de l'orchestre-académie jouant sur instruments français de 1840 (une formation unique de jeunes issus des meilleurs conservatoires européens, fondée par Bruno Messina et François-Xavier Roth) encadrés par quelques musiciens des Siècles (3) - sans oublier les quatre formations chorales nécessaires (Spirito, Jeune Choeur Symphonique, Chœur d'oratorio de Lyon, Chœur régional d'Auvergne). Un magistral casse-tête pour tout chef puisque ce Requiem invite impitoyablement chaque impétrant à donner la preuve de ses capacités et de son art.

Gageure évidemment largement dominée par François-Xavier Roth, magicien des effets dynamiques (essentiels ici), dont la puissance généreuse et l'énergie galvanisante sait comme personne extraire la meilleure et substantifique moelle de l'engagement de ces jeunes musiciens passionnés, élevés pour ainsi dire dans la dévotion du Maître de la musique française.

On retiendra particulièrement la petite et grande harmonie, stupéfiante de densité apocalyptique dans ses interventions ("Tuba mirum", "Rex tremendae" spatialisées comme il se doit - entre autres, avec le chef Mathieu Romano du haut des fenêtres du Château Louis XI), ainsi que celles des solistes (le "Quid sum miser" ou le beau solo des deux flûtes dans le "Sanctus"), ses bois coloristes, et ses cordes (aiguës et graves) un peu écrasées par les chœurs au début mais réussissant finalement à s'imposer avec éloquence.

© Bruno Moussier.
© Bruno Moussier.
Les chœurs nous offrent de très beaux moments (malgré une prononciation latine assez aventureuse, des entrées un peu erratiques parfois), fruits d'un travail considérable pour mener à bien ces moments de désolation nue, ces méditations inquiètes que ménage la partition. La très belle vision des anges du "Sanctus" se poétise des accents de la voix du ténor Toby Spence (qui semble nettement plus à l'aise dans sa deuxième entrée, prenant la mesure de l'espace des hauteurs du château). Une très belle soirée qu'aurait applaudie le génial et sensible Berlioz, ce passionné et passionnant artiste.

(1) Voir l'exposition jusqu'en décembre 2018 au Musée Berlioz sur les Caricatures (celles du Maître et celles des autres).
(2) Sur ce Requiem, se reporter à l'article consacré (ici-même) à la soirée de l'Orchestre Philharmonique de Radio France (M. Franck, dir.) paru le 13/05/2018.
(3) L'orchestre Les Siècles jouant sur instruments anciens a été fondé par F.X. Roth en 2003.

© Bruno Moussier.
© Bruno Moussier.
Festival Berlioz
Du 18 août au 2 septembre 2018.
38, place de la Halle,
La Côte-Saint-André (38).
festival.berlioz@aida38.fr
Programmation complète et réservations :
>> festivalberlioz.com
Tél. : 04 74 20 20 79.

Le festival est organisé par l’Agence Iséroise de Diffusion Artistique (AIDA).

Christine Ducq
Jeudi 23 Août 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019