La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Un Requiem électrisant de jeunesse au Festival Berlioz

Le Festival Berlioz s'attache du 18 août au 2 septembre, à l'orée des commémorations des cent cinquante ans de la disparition du grand compositeur français (en 1869), à mettre en valeur ses œuvres sacrées et sa personnalité hors du commun. Cet acte I offre ainsi quatre-vingt-dix manifestations variées (gratuites aux deux tiers) réunissant mille cinq cents artistes.



© Bruno Moussier.
© Bruno Moussier.
Dans la ville natale de Berlioz, en Isère, à La-Côte-Saint-André, l'orchestre-académie du festival et quatre chœurs ont ainsi livré un "Requiem" électrisant de jeunesse sous la direction de l'excellent François-Xavier Roth.

Plusieurs rendez-vous émaillent la journée du festivalier pendant deux semaines à la Côte-Saint-André et sa région : apéros-concerts à 11 heures, visite du Musée Berlioz (sa maison natale) et conférences à 15 heures, concert de chambre à 17 heures en l’Église de La-Côte-Saint-André (où fut baptisé Hector), récital "Sous le balcon d'Hector" à 19 heures (dans son jardin d'enfance), grand concert symphonique au château à 21 heures puis soirée joyeuse assurée avec de jeunes ensembles à la Taverne ensuite.

Inauguré par une grande fête des moissons et un Bal Contrebandier (tels que les a connus le jeune Berlioz), l'acte I des commémorations de la mort du compositeur français se décline donc en une proposition enrichie d'année en année depuis une décade. Le Festival Berlioz, devenu incontournable, a d'ailleurs vu récemment son mentor, Bruno Messina, nommé à la tête de l'organisation des commémorations nationales de 2019 par Françoise Nyssen, Ministre de la Culture, (présente en ce 21 août pour le premier concert au Château Louis XI avec le "Requiem").

© Bruno Moussier.
© Bruno Moussier.
À 17 heures en ce 21 août, le récital a mis à l'honneur le hautbois de Céline Moinet, super-soliste de la Staatskapelle de Dresde, accompagnée de la jeune pianiste Suzana Bartal dans un programme dominé par les "Romances" et "Pièces dans le style populaire" de Robert Schumann (composées en 1849 entre Dresde et Düsserldorf) et la transcription pour deux instruments de "La Mort d'Ophélie" de Berlioz, entre autres. À la virtuosité et l'expressivité de Céline Moinet a répondu la grâce de la pianiste d'origine roumaine dans un dialogue rare entre bois et clavier.

Dans cette édition vouée au "Sacré Berlioz", c'est au Jeune Orchestre Européen Hector Berlioz assisté par les forces de quatre chœurs dont le Spirito de Nicole Corti qu'il revenait de donner la Grande Messe des morts (opus 5) du compositeur romantique. Fresque sonore grandiose, ce Requiem composé en trois mois en 1837 est l'un des chefs-d'œuvre du maître - conçu à l'origine "pour cinq cents à six cents exécutants (instrumentistes et chanteurs), gigantisme berliozien oblige (1), et donné habituellement avec les forces quand même considérables de quatre cents artistes (2), comme en cette soirée iséroise.

Fresque tripartite inspirée du Dante, l'auditeur traverse les climats tantôt fracassants, tantôt intimistes, de l'Enfer au Paradis via le Purgatoire en une cérémonie originale. Berlioz s'empare en démiurge (épris de liberté créatrice) du genre sacré entre tous pour en livrer une version très personnelle, modifiant même le texte liturgique à des fins d'efficacité dramatique.

© Bruno Moussier.
© Bruno Moussier.
Joie de retrouver à cette occasion les juvéniles interprètes de l'orchestre-académie jouant sur instruments français de 1840 (une formation unique de jeunes issus des meilleurs conservatoires européens, fondée par Bruno Messina et François-Xavier Roth) encadrés par quelques musiciens des Siècles (3) - sans oublier les quatre formations chorales nécessaires (Spirito, Jeune Choeur Symphonique, Chœur d'oratorio de Lyon, Chœur régional d'Auvergne). Un magistral casse-tête pour tout chef puisque ce Requiem invite impitoyablement chaque impétrant à donner la preuve de ses capacités et de son art.

Gageure évidemment largement dominée par François-Xavier Roth, magicien des effets dynamiques (essentiels ici), dont la puissance généreuse et l'énergie galvanisante sait comme personne extraire la meilleure et substantifique moelle de l'engagement de ces jeunes musiciens passionnés, élevés pour ainsi dire dans la dévotion du Maître de la musique française.

On retiendra particulièrement la petite et grande harmonie, stupéfiante de densité apocalyptique dans ses interventions ("Tuba mirum", "Rex tremendae" spatialisées comme il se doit - entre autres, avec le chef Mathieu Romano du haut des fenêtres du Château Louis XI), ainsi que celles des solistes (le "Quid sum miser" ou le beau solo des deux flûtes dans le "Sanctus"), ses bois coloristes, et ses cordes (aiguës et graves) un peu écrasées par les chœurs au début mais réussissant finalement à s'imposer avec éloquence.

© Bruno Moussier.
© Bruno Moussier.
Les chœurs nous offrent de très beaux moments (malgré une prononciation latine assez aventureuse, des entrées un peu erratiques parfois), fruits d'un travail considérable pour mener à bien ces moments de désolation nue, ces méditations inquiètes que ménage la partition. La très belle vision des anges du "Sanctus" se poétise des accents de la voix du ténor Toby Spence (qui semble nettement plus à l'aise dans sa deuxième entrée, prenant la mesure de l'espace des hauteurs du château). Une très belle soirée qu'aurait applaudie le génial et sensible Berlioz, ce passionné et passionnant artiste.

(1) Voir l'exposition jusqu'en décembre 2018 au Musée Berlioz sur les Caricatures (celles du Maître et celles des autres).
(2) Sur ce Requiem, se reporter à l'article consacré (ici-même) à la soirée de l'Orchestre Philharmonique de Radio France (M. Franck, dir.) paru le 13/05/2018.
(3) L'orchestre Les Siècles jouant sur instruments anciens a été fondé par F.X. Roth en 2003.

© Bruno Moussier.
© Bruno Moussier.
Festival Berlioz
Du 18 août au 2 septembre 2018.
38, place de la Halle,
La Côte-Saint-André (38).
festival.berlioz@aida38.fr
Programmation complète et réservations :
>> festivalberlioz.com
Tél. : 04 74 20 20 79.

Le festival est organisé par l’Agence Iséroise de Diffusion Artistique (AIDA).

Christine Ducq
Jeudi 23 Août 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Barbara amoureuse"… Ah qu'il est doux le temps des amours

Caroline Montier chante "Barbara amoureuse", Essaïon Théâtre, Paris

Chanter l'amour comme une femme, chanter l'amour de toutes les femmes, et interpréter celle qui sut tant aimer les hommes ainsi que son public. Dans une belle et élégante simplicité, Caroline Montier nous offre quelques joyaux mélodiques et poétiques de la grande Barbara, éternelle amoureuse.

Parti-pris judicieux, Caroline Montier a puisé dans le répertoire de jeunesse de la dame en noir, époque L’Écluse, Bobino (en première partie de Félix Marten en 61 et de Brassens en 64, puis en vedette en 65), et des premiers Olympia… Période Barbara jeune, tendre, passionnée ou orageuse amante. Une femme qui, à ses débuts, fut tout aussi timide et réservée que mutine et fougueuse, aimant tant l'amour que les hommes qui souvent l'ont comblée.

De titres connus ("Dis, quand reviendras-tu", 1ère version 1962 ou "La Solitude", 1965) à ceux qui le sont moins ("Pierre", 1964 ou "Gare de Lyon", 1964), Caroline Montier a construit un récital sur ces aventures qui ont jalonné sa vie, mais ici avec un choix de chansons enregistrées par Barbara entre 1962 et 1968, avec une prédilection pour des compositions de 64 ("Toi l'homme", "Je ne sais pas dire", "Septembre"…) ou de 68 ("Du bout des lèvres", "Amoureuse", "Le Testament", "Tu sais"…).

Dans cette exploration originale, Caroline Montier fait le choix d'aller croquer un rayon de soleil dans les amours de Barbara, apportant, avec subtilité et talent, une touche de grâce à l'ensemble.

Gil Chauveau
12/12/2018
Spectacle à la Une

"Adieu Monsieur Haffmann"… Rire et émotions mêlés dans une pièce toute en délicatesse… comme une sonate des cœurs purs

Reprise de la pièce aux quatre "Molière 2018", Théâtre Rive Gauche, Paris

La pièce est dessinée en traits purs, comme une esquisse, une encre fine qui laisse autant de place à l'imaginaire dans les espaces laissés vides que dans les tracés. Une sorte de stylisation mêlée à une extrême pudeur pour permettre à cette histoire de briller malgré la noirceur de l'époque où elle se déroule.

1942, les nazis instaurent le port obligatoire de l'étoile jaune pour les Juifs, monsieur Haffmann décide de se cacher dans la cave de sa bijouterie et d'en confier la direction (ainsi que sa propre sécurité) à son employé goy Pierre Vigneau.

Le décor sobre de Caroline Mexme, tout en déclinaisons de gris, sert de fond à cette époque aux couleurs vert-de-gris. D'un côté la cave où se cache Joseph Haffmann, de l'autre l'appartement à l'étage où s'installent Pierre et sa femme, jeune couple en attente d'un enfant qui ne vient pas. Dehors, les persécutions contre les Juifs s'intensifient, dénonciations, expropriations, et puis la rafle du Vél d'Hiv…

C'est dans ce huis clos que va se dérouler la pièce. Une vie à trois qui s'organise sur la base d'un double contrat : donnant-donnant. L'employé-modèle accepte de cacher son patron et de diriger la boutique à condition que celui-ci veuille bien tenter de mettre enceinte sa femme - car lui-même est stérile et monsieur Haffmann si fertile que sa descendance est déjà au nombre de quatre. Contrat aux allures diaboliques dans une époque où l'intégrité est soumise à toutes sortes de tentations, où toutes les trahisons sont possibles.

Bruno Fougniès
09/10/2018
Sortie à la Une

"Crocodiles"… Comme l'histoire d'un d'Ulysse, épuisé, recueilli par Nausicaa

"Crocodiles", en tournée 2018/2019

C'était, il y a, une fois. Un petit garçon qui aimait les étoiles et les arbres fruitiers. Enaiat est son nom. Sa mère, parce qu'elle l'aimait, l'a confié au destin, en l'abandonnant au-delà de la frontière alors qu'il approchait de ses dix ans.

C'est qu'à dix ans, là-bas en Afghanistan, on devient un homme et qu'un homme, quand il est hazāra, quand il appartient à une ethnie persécutée, ne va pas à l'école. Il est esclave. Pendant cinq ans, peut-être, il va avancer vers l'Ouest, de nuit. Se cachant, travaillant le jour, amassant un pécule, des rencontres et des chances.

Afghanistan, Pakistan, Iran, Turquie, Grèce, jusqu'à cette Italie joyeuse et merveilleuse qui l'accueille et recueille son récit.

Cendre Chassane dans "Crocodiles" condense le récit du véritable Enaiat (publié en 2011 chez Liana Levi), et en fait un conte à deux voix dans lequel un écrivain journaliste plein d'empathie interviewe le réfugié.

Sa pièce est un concentré de théâtre. Sa simplicité narrative, l'économie de ses accessoires (un bout de ficelle, un cerf-volant, un ballon, un t-shirt, un livre illustré, un gâteau, un lé de tissu métallisé, des images d'infini de sable ou de ciel) suffisent à capter l'imaginaire et rendent l'histoire lisible et sensible.

Jean Grapin
23/04/2018