La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Ultime voyage imaginaire d'une légende du jazz… Nina Simone, femme révoltée, engagée et virtuose

"Miss Nina Simone", Théâtre de l'Œuvre, Paris

Destin hors du commun, voix grave de diva, à la fois douce et puissante, oreille absolue, pianiste virtuose, du classique au jazz naît une frustration due à l'impossibilité d'une carrière de concertiste... empêchée par sa couleur noire de peau. Cette injustice forgera une femme, Africaine, fière, féministe et militante, revendiquant courageusement ses racines, qui, malgré ses addictions et sa bipolarité, deviendra l'une des plus grandes légendes du jazz.



© Samy La Famille.
© Samy La Famille.
Elle se rêvait "première concertiste classique noire en Amérique" mais, dans les années cinquante, cela n'est pas encore possible, le racisme (un apartheid qui ne disait pas son nom mais qui en avait la couleur) est encore trop présent dans la société américaine. Eunice Kathleen Waymon devenue Nina Simone - Nina pour Niña (petite fille en espagnol, surnom que lui aurait donné un petit ami) et Simone emprunté à Signoret – devint donc une géniale musicienne et une chanteuse de jazz hors pair.

Le spectacle, comme le roman de Gilles Leroy, débute par la fin, les dernières années d'une vie tumultueuse, ultime voyage où se mêlent le chant, la musique et une forme d'intimité générée par des échanges imaginés mais révélateurs de l'être fragile qu'elle était. À ce moment de la pièce, Nina est malade, fatiguée, épuisée. Elle a perdu de sa superbe. Mais le ton général et la mise en scène tendent vers l'onirisme, usant d'une astucieuse succession de séquences à la manière cinématographique, découpage tout aussi rythmé que poétique.

Jina Djemba interprète ce personnage complexe - aux sautes d'humeur aussi cadencées qu'un solo de batterie - avec une grande profondeur émotionnelle… Avec finesse et intelligence, associant - sans excès de pathos - la violence de son mal-être et les expressions caractérielles de l'artiste aux émotions de la femme blessée et sensible - à la douceur sous-jacente -, de l'amoureuse - qui ne s'épanouira jamais dans une vie sentimentale instable voire souvent chaotique - et de la mère absente, qui ne parviendra pas à avoir une relation sereine et réellement maternelle avec sa fille.

© Samy La Famille.
© Samy La Famille.
Et, pour le bonheur de nos oreilles, le plaisir musical est là également car Jina est une excellente interprète, bouleversante… une très belle voix à la mesure de l'hommage rendu. Sa tessiture de mezzo/soprano lui permet de nous offrir une lecture personnelle, respectueuse et intense des titres choisis parmi lesquels on notera l'incontournable "My baby just cares for me" (Kahn/Donaldson), "Mr. Bojangles" (Jerry Jeff Walker) et "Ain't got no… I've got live" (Arthur Terence MacDermot/Gerome Ragni, James Rado). Ce dernier, quasi scandé, est d'une étonnante actualité en ces temps de questionnement sur les droits et les libertés de chacune et chacun. Texte brillant et vif, il est une véritable ode à la liberté et à la révolte.

La musique est jouée en direct sur scène par Julien Vasnier, talentueux multi-instrumentiste qui signe aussi les arrangements.

Le deuxième personnage de la pièce, son intendant philippin Ricardo - Valentin de Carbonnières jouant d'un registre d'expressions tout en subtilité et efficacité -, est à la fois son souffre-douleur, une compagnie, un confident.

Personnage fictif qui, comme un miroir à la solitude de Nina, permet d'en refléter la face cachée, plus intime, peu connue du public… De dessiner, concrétiser, le profil d'une femme engagée, revendicative ; et passionnée, tant par la musique que par les idées, les combats, sa lutte pour les droits juridiques des noirs aux États-Unis. Leur relation permet également de dévoiler celle qui maniait un humour percutant, savait faire preuve de tendresse et d'humanité.

"Miss Nina Simone" est une fusion réussie entre un théâtre biographique et une narration onirique appelant aux souvenirs d'un mythe entre rêve et réalité... Fin d'une vie, d'une époque, d'une chanteuse ? Non, Nina Simone est toujours là, présente sur la scène éternelle musicale où nous pouvons écouter les merveilleux enregistrements de cette diva du jazz.

"Miss Nina Simone"

© Samy La Famille.
© Samy La Famille.
D'après "Nina Simone, roman" de Gilles Leroy, éditions Mercure de France.
Adaptation : Jina Djemba et Anne Bouvier.
Mise en scène : Anne Bouvier.
Avec : Jina Djemba, Valentin de Carbonnières et Julien Vasnier.
Création et arrangements musicaux : Julien Vasnier.
Scénographie : Jean Haas.
Conception lumière : Denis Koransky.
Production La Compagnie du Crépuscule.
Durée : 1 h 15.

Du 18 avril au 2 juin 2018.
Du mardi au samedi à 21 h.
Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34.

Puis du 7 juin au 28 juillet 2018.
Du mercredi au samedi à 19 h.
Théâtre de l'Œuvre, Paris 9e, 01 44 53 88 88.
>> theatredeloeuvre.com

Gil Chauveau
Mardi 12 Juin 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Kanata" : conjuguer la réalité et l'illusion, et faire apparaître, sous l'apparence et la fiction, le réel et son intimité

"Kanata", Théâtre du Soleil, Paris

Mais que sont devenus les Hurons, la Grande Forêt, les canoës ? Tous ces rêves de Canada des petits garçons et petites filles ? Quand Ariane Mnouchkine et Robert Lepage, avec les comédiens du Soleil, envisagent de monter un spectacle sur le Canada et son Histoire, personne n'imaginait l'hostilité, la violence des réactions qu'engendrerait là-bas ce projet*.

Que l'ambition affichée de montrer le sort des Amérindiens dans le monde moderne aboutirait à une contestation brutale du droit à les représenter. Face aux insultes anonymes, forcément sur Internet, venant de tous les bords, la troupe du Soleil (dont les comédiens appartiennent au monde entier) a réagi de la meilleure façon. En montant le premier épisode de "Kanata" sur la controverse. La troupe intègre, intériorise tous les tenants de la querelle.

La pièce prend pour fil conducteur un couple de jeunes Français primo immigrants naïfs qui s'installant à Vancouver, découvrent les réalités cachées sous les cartes postales. Les rues sordides, la misère, la drogue, la prostitution, les Amérindiens déchus, le crime, l'impuissance d'une police, la déforestation, la disparition des traces du passé. Un melting-pot qui n'est qu'un agrégat de souffrances travaillées pourtant par l'instinct de survie et l'espoir de s'en sortir.

Jean Grapin
07/02/2019
Spectacle à la Une

"Botéro en Orient"… tout en rondeur !

C'est un voyage où le physique et l'esthétisme ont une place prépondérante et dans laquelle les rondeurs sont revendiquées et montrées. Autour d'une création picturale qui l'a guidé, Taoufiq Izeddiou place l'identité au centre de sa création.

Le titre du spectacle est dû au fait que Taoufiq Izeddiou a été inspiré par l'œuvre autour d'Abou Ghraïb (Irak) de Fernando Botero, peintre et sculpteur colombien, où l'artiste s'était insurgé. Il avait en effet dessiné de superbes planches où la torture, l'humiliation et la violence s'étalaient. Les personnages des œuvres de Botero sont toujours des êtres ronds et épais. C'est dans ce rapport aux volumes que le chorégraphe a bâti son spectacle.

À l'entame de la représentation, le silence habille le plateau puis des ombres se détachent d'une demi-obscurité. Les déplacements sont séparés, la gestuelle des trois danseurs est propre à chacun, ceux-ci perchés sur un bloc de bois. La scénographie est déplacée tout au long du spectacle, les blocs changeant de lieu, bousculés et balancés sur scène. C'est une œuvre de construction et de reconstruction où les chorégraphies se suivent dans des thématiques où l'identité de chaque interprète est posée par rapport à son corps, rond, "volumétrique" selon les propos de Taoufiq Izeddiou.

Safidin Alouache
28/02/2019
Sortie à la Une

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown

"Je demande la route", Théâtre de l'Œuvre, Paris

Roukiata Ouedraogo présente son spectacle "Je demande la route". Difficile de ne pas lui répondre que la route est droite et belle en saluant tout le talent dont elle fait preuve sur scène.

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown
Roukiata Ouedraogo est pour ainsi dire une princesse qui, ayant découvert le secret des griots et leur art de raconter, donne corps et parole à tous les personnages qui ont marqué sa vie. Elle fait ainsi cadeau de l'humour africain et le fait savoir dans la joie de jouer.

Allant bien au-delà d'un soliloque moqueur ou sarcastique, Roukiata fait œuvre picaresque. En faisant vivre toutes ses ombres, en partant du village, quittant son enfance, sa famille : partant à la conquête du monde. Le public l'accompagne dans le rire.

Les récitations ânonnées à l'école communale, les conseils du grand frère, son arrivée en France, son grand-père ancien de la guerre, sa hantise du froid, son premier appart au dernier étage avec vue sur les chéneaux. De la bureaucrate de l'état civil aux femmes du salon de coiffure à Château-rouge, des métiers de gardienne d'enfants à celui de comédienne, tout fait conte, conte moderne, conte initiatique.

Jean Grapin
08/02/2019