La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

TransHumance... d'une utopie à l'autre, d'un territoire à l'autre... créer une nouvelle carte des liens

"TransHumance", trois parcours différents et traversée finale de Marseille, Marseille-Provence 2013

Un spectacle qui n'en est pas un... une rencontre, plutôt des rencontres... hors des sentiers battus, ceux devenus plus rares de la transhumance... Long parcours de l'homme et de l'animal... enfin réunis... associés, en symbiose... comme le centaure, mi-Homme mi-Cheval... Pour cela, il fallait un théâtre hors du commun et deux êtres "habités" : le Théâtre du Centaure, Camille et Manolo... Une utopie réalisée pour Marseille-Provence 2013 !



© Lionel Roux/Théâtre du Centaure.
© Lionel Roux/Théâtre du Centaure.
Habitué des parcours atypiques - depuis sa création en 1989 mais surtout à partir de 95, date de son installation à Marseille -, le Théâtre du Centaure fait de l'utopie sa colonne vertébrale, celle qui relie l'homme au cheval et - dans une mythologie que Camille et Manolo (créateurs de la Cie) voudraient (et vivent!) comme une utopie du réel - exprime l'incarnation du centaure. Symbiose de l'homme et de l'animal, réunion/réconciliation de la Terre mère/génitrice et du Vivant.

Au-delà de cette utopie émerge une philosophie - propre à Camille et Manolo - dépassant le cadre classique du spectacle vivant ou du moins mettant en exergue, démultipliant le vecteur rencontre, déchiffrant de nouvelles alliances, de nouvelles réflexions, à la découverte de ce qui n'est pas (ou n'est plus)... et générant une catharsis récréée, libératrice... comme un nouveau ravissement esthétique devant ce corps rêvé, qui n'existe pas encore, l'acteur centaure... Pour une acceptation, par le biais du jeu, de l'altérité, enjeu majeur de notre monde aujourd'hui.

Centaure, Camargue © Philippe Praliaud.
Centaure, Camargue © Philippe Praliaud.
La TransHumance, événement phare de Marseille-Provence 2013, est de cette utopie-là, de cette recherche à créer une nouvelle carte des liens. En plongeant dans le passé, celui des traditions où l'homme et l'animal étaient encore liées par des parcours saisonniers "intimes" communs, et dans le présent (et passé récent), celui des nouvelles migrations, transhumances modernes bousculant la géographie des frontières et posant de nouveaux équilibres fragiles entre ruralité et urbanité... Où l'animal peut disparaître mais pas forcément l'animalité de l'être.

Pour ce projet, mis en place pour Marseille-Provence 2013 dans une perspective euro-méditerranéenne, conçu comme une utopie en construction - sa réalisation n'occultera pas son aspect utopique pour des intentions futures -, Camille et Manolo ont imaginer un vaste mouvement collectif (vibration ?) qui prendra la forme de deux parcours. L'un partira de Cuges-les-Pins. Transfrontalier, il prend son origine en Italie et regroupera notamment une trentaine de cavaliers "butteri", derniers éleveurs à cheval de la Maremme (Toscane), avec plus de 90 animaux, chevaux de Maremme et vaches à grandes cornes.

L'autre parcours partira de Châteaurenard et puisera son inspiration nomade dans les traditions et le patrimoine culturel de la Provence, territoire de prédilection des transhumances. Ici ce sont chevaux camarguais, moutons, chevaux lourds et attelages décorés de fruits et légumes qui prendront part à cette redécouverte des chemins traversant les plus beaux paysages des Alpilles. Au terme de ces deux parcours, italiens et provençaux se rejoindront dans la plaine de la Crau au domaine départemental de l'Étang des Aulnes, le 31 mai. Ce sera le temps de la "Ré-Union", avant la traversée de Marseille le 9 juin.

Animaglyphe dans la plaine de la Crau © Lionel Roux/Théâtre du Centaure.
Animaglyphe dans la plaine de la Crau © Lionel Roux/Théâtre du Centaure.
Pensé comme une marche collective, poétique et géographique, TransHumance est avant tout un carrefour de rencontres, rêveur et structuré, organisé et spontané, entrecroisement de liens entre humain et animal. Une dizaine de bivouacs seront l'occasion pour chacun (randonneurs aguerris ou marcheurs du dimanche) de rejoindre à cheval ou à pieds, pour une ou plusieurs journées, cette migration réinventée.

Au fil des étapes se dérouleront des rencontres festives et interculturelles, des piques-niques, des visites de sites naturelles, etc. Tout au long du chemin seront également réalisées des chorégraphies de troupeaux, nommées "Animaglyphes" (mot inventé par Camille), qui seront immortalisées par des prises de vue aériennes.

Dire plus serait difficile... Car TransHumance s'invente encore... Et est encore à inventer. Ainsi que le déclarent Camille et Manolo : "TransHumance n'est pas un spectacle, c'est une expérience à vivre, une œuvre à réaliser ensemble".
Une utopie en marche, en somme !

"TransHumance"

Tournage Centaure à la Buisserine © Philippe Praliaud.
Tournage Centaure à la Buisserine © Philippe Praliaud.
Aventure équestre.
Imaginé par le Théâtre du Centaure en collaboration avec Equi'Créa.

Du 17 mai au 9 juin 2013.
● Deux parcours (Départ Italie et Départ Provence), un point de Ré-Union (Étang des Aulnes, plaine de la Crau) et un final à Marseille.
Ceux qui le souhaitent sont invités, dès le départ ou à l'occasion d'une étape, à rejoindre l'un des parcours (inscription sur le site de Marseille-Provence 2013).
● 31 mai, 1er et 2 juin : un grand week-end de festivités interculturelles pour célébrer le temps de la Ré-Union.
Démonstrations de chiens de bergers, équitation de travail, troupeaux de juments de Camargue, gastronomie et produits de terroir italiens…
● Samedi 1er juin en soirée : le BalBêtes organisé par Serge Hureau et le Hall de la Chanson (coproduction : Marseille-Provence 2013, Le Hall de la Chanson - centre national du patrimoine de la chanson et la Cie Lamparo.
Projet sur une idée de Serge Hureau et Olivier Hussenet, en collaboration avec Manu Théron (Cie du Lamparo) et la complicité du Théâtre du Centaure.

Renseignements complets et programme détaillé :
>> mp2013.fr

>> theatreducentaure.com

Gil Chauveau
Lundi 15 Avril 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019