La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Tosca" à Bastille, un beau Traité des Passions

Reprise de la production de Pierre Audi du chef-d'œuvre de Puccini à Bastille. Servi par une distribution de haut-vol dominée par Anja Harteros et Vittorio Grigolo, le mélodrame implacable se révèle tout aussi brûlant dans la fosse sous la baguette du chef Dan Ettinger.



© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
Il est de certains opéras dont on ne voudrait retrancher ni un mot ni une note, tant leur perfection formelle, dramatique et musicale frappe à chaque nouvelle représentation. Le "mélodrame" puccinien (sous-titre de "Tosca") est de ceux-là ; un modèle du genre avec son livret concentré sur quelques événements liés implacablement par la loi des causes et des effets. Avec son intrigue portée à l'incandescence par une somptueuse écriture vocale et orchestrale, l'œuvre de la maturité du compositeur né à Lucques atteint au cœur des passions tragiques en une crue émotionnelle irrépressible.

Du piètre mélodrame de Victorien Sardou, Puccini et ses librettistes Giacosa et Illica ont extrait une tragédie racinienne, "une action simple, chargée de peu de matière" - tendue comme la corde d'un arc et magnifique d'efficacité théâtrale. Le peintre Mario Cavaradossi aide un prisonnier politique à échapper aux sbires du Baron Scarpia (au premier acte). Jouant avec les sentiments de la fiancée du Chevalier Cavaradossi, la cantatrice Floria Tosca, l'odieux Chef de la police (au service de la Reine Caroline à Rome) se débarrassera de ses ennemis politiques dans les deux actes suivants en le payant de sa vie - échouant à obliger la belle amoureuse à céder à son ignoble chantage : une nuit avec lui contre la vie de son amant.

© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
Les partis pris de la production de Pierre Audi sont d'une simplicité biblique. Les costumes et les décors (dus à Christof Hetzer et Robby Duiveman) respectueux de l‘époque de l'intrigue - une journée en 1800 où s'exacerbent les sentiments des personnages aux mouvements les plus ardents que le sort de la bataille de Marengo viendra troubler. Pierre Audi et son dramaturge Klaus Bertisch jouent sur la stratification et la fermeture du plateau aux deux premiers actes.

Pour l'Église de Sant'Andrea della Valle ou les appartements de Scarpia au Palais Farnèse, le metteur en scène choisit la description réaliste. Quelques chaises côté cour, la grande fresque (pompière) sur Marie-Madeleine côté jardin que peint Cavaradossi, un escalier menant à un portique où se montreront les autorités ecclésiastiques pendant le Te Deum à l'acte un ; un appartement au mobilier de style napoléonien que jouxte une salle de tortures invisible au deux. Ils s'emparent aussi de l'allégorie en jouant sur le poids symbolique d'une énorme croix qui menacera de plus en plus la scène. Le troisième acte montrera le toit végétalisé du Château Saint-Ange où sera exécuté Mario Cavaradossi malgré les efforts déployés par Tosca.

© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
Une proposition plutôt classique qui a le mérite de focaliser l'attention sur les personnages, puisque très soucieuse d'une fine direction de jeu. Une "Tosca" très réussie nécessite, on le sait, un trio de chanteurs de grand talent et à la forte personnalité lyrique. Le couple formé par Anja Harteros (une Tosca subtile aux élans intériorisés) et Vittorio Grigolo (magnifique Cavaradossi qui, après un premier "Recondita armonia" un peu trop en force, se révèle superbe de bout en bout) brûle d'une jolie flamme. Mais le baryton Zeljko Lucic déçoit en Scarpia. Fade, presque paresseux (s'est-on jamais débarrassé plus platement de ses répliques, tel cet "Insistiamo" dont l'articulation virtuose devrait exprimer tout le sadisme du personnage ?), son Scarpia présente un sérieux déficit d'incarnation - et son chant laisse percer une réelle fatigue (en ce soir de première) avec un manque de projection alarmant à la fin de son duo avec Tosca à l'acte deux.

La basse Sava Vemic (Cesare Angelotti) et le baryton-basse Nicolas Cavallier (Il Sagrestano) composent avec le luxe de leurs fiers moyens des seconds rôles inoubliables. Ils sont presque trop beaux pour ces personnages qui ne font que passer. À noter que Martina Serafin, Sonya Yoncheva, Jonas Kaufmann et Marcelo Puente seront les prochains Tosca et Cavaradossi d'ici fin juin.

L'Orchestre de l'Opéra de Paris, dans son élément, et les chœurs brillent sous la baguette du chef israélien Dan Ettinger. Ce dernier donne à entendre toute la richesse du matériau musical, sa violence et parfois son emphase comme son raffinement dynamique et motivique. La tension quasi constante, les climats aux contrastes bien marqués, l'intelligence du discours musical liant pour un résultat au fondu sensuel des épisodes tantôt buffa tantôt seria, sont au rendez-vous. Tout juste regrette-t-on un deuxième entracte qui dessert la belle et implacable horlogerie tant vantée du drame.

Spectacle vu le 16 mai 2019.

© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
Douze représentations du 16 mai au 23 juin 2019.

Opéra national de Paris.
Place de la Bastille 75012.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

"Tosca" (1900).
Musique de Giacomo Puccini ((1858-1924).
Livret de Giuseppe Giacosa et Luigi Illica.
En italien surtitré en français et en anglais.
Durée : 3 h avec deux entractes.

Christine Ducq
Mardi 21 Mai 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

"An Irish Story" Une histoire des Irlandais, ces derniers bardes

"An Irish Story", Théâtre de Belleville, Paris

Son grand-père Peter 0'Farrel a disparu sans laisser d'adresse. Dans "An irish story", Kelly Rivière, la petite fille, est partie en quête puisque sa mère Margaret n'a pas voulu révéler le secret de la famille. Volubile, Kelly raconte sur scène ce qui devient vite, par elle et pour elle, une épopée. Don ou atavisme familial ? Au spectateur de décider mais il est comblé devant le collier de perles théâtrales qui lui est présenté.

Trimballé de Lyon à Dublin via Londres. Au départ, Kelly s'y prend un peu, faussement, gauchement, par un timide stand up mais l'histoire accroche. Il y a la personnalité de cet aïeul "so Irish" rejoignant étonnamment Londres pour reconstruire la ville dévastée par la guerre, qui a eu une fille, et a disparu comme bien d'autres… Disparus dans une mer d'alcool ? Peut-être… Que peut-on attendre de ces diables d'hommes, seuls garçons de fratries de filles (nombreuses) et eux–mêmes géniteurs de légendes…

À mesure que l'histoire avance, le récit devient dialogue. Le personnage est de plus en plus échauffé, de plus en plus passionné. Comme ébrié. Des paroles prises sur le vif, des personnages incarnés. Les accents à couper au couteau, ces îles de par delà la Manche ou le channel, de la mer d'Irlande Muir Éireann ou Irish sea, les rituels de la "cup of Tea", de la Guinness, la mère, les cousines, les voisins, le pub, tout y passe.

Jean Grapin
14/05/2019