La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Tosca" à Bastille, un beau Traité des Passions

Reprise de la production de Pierre Audi du chef-d'œuvre de Puccini à Bastille. Servi par une distribution de haut-vol dominée par Anja Harteros et Vittorio Grigolo, le mélodrame implacable se révèle tout aussi brûlant dans la fosse sous la baguette du chef Dan Ettinger.



© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
Il est de certains opéras dont on ne voudrait retrancher ni un mot ni une note, tant leur perfection formelle, dramatique et musicale frappe à chaque nouvelle représentation. Le "mélodrame" puccinien (sous-titre de "Tosca") est de ceux-là ; un modèle du genre avec son livret concentré sur quelques événements liés implacablement par la loi des causes et des effets. Avec son intrigue portée à l'incandescence par une somptueuse écriture vocale et orchestrale, l'œuvre de la maturité du compositeur né à Lucques atteint au cœur des passions tragiques en une crue émotionnelle irrépressible.

Du piètre mélodrame de Victorien Sardou, Puccini et ses librettistes Giacosa et Illica ont extrait une tragédie racinienne, "une action simple, chargée de peu de matière" - tendue comme la corde d'un arc et magnifique d'efficacité théâtrale. Le peintre Mario Cavaradossi aide un prisonnier politique à échapper aux sbires du Baron Scarpia (au premier acte). Jouant avec les sentiments de la fiancée du Chevalier Cavaradossi, la cantatrice Floria Tosca, l'odieux Chef de la police (au service de la Reine Caroline à Rome) se débarrassera de ses ennemis politiques dans les deux actes suivants en le payant de sa vie - échouant à obliger la belle amoureuse à céder à son ignoble chantage : une nuit avec lui contre la vie de son amant.

© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
Les partis pris de la production de Pierre Audi sont d'une simplicité biblique. Les costumes et les décors (dus à Christof Hetzer et Robby Duiveman) respectueux de l‘époque de l'intrigue - une journée en 1800 où s'exacerbent les sentiments des personnages aux mouvements les plus ardents que le sort de la bataille de Marengo viendra troubler. Pierre Audi et son dramaturge Klaus Bertisch jouent sur la stratification et la fermeture du plateau aux deux premiers actes.

Pour l'Église de Sant'Andrea della Valle ou les appartements de Scarpia au Palais Farnèse, le metteur en scène choisit la description réaliste. Quelques chaises côté cour, la grande fresque (pompière) sur Marie-Madeleine côté jardin que peint Cavaradossi, un escalier menant à un portique où se montreront les autorités ecclésiastiques pendant le Te Deum à l'acte un ; un appartement au mobilier de style napoléonien que jouxte une salle de tortures invisible au deux. Ils s'emparent aussi de l'allégorie en jouant sur le poids symbolique d'une énorme croix qui menacera de plus en plus la scène. Le troisième acte montrera le toit végétalisé du Château Saint-Ange où sera exécuté Mario Cavaradossi malgré les efforts déployés par Tosca.

© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
Une proposition plutôt classique qui a le mérite de focaliser l'attention sur les personnages, puisque très soucieuse d'une fine direction de jeu. Une "Tosca" très réussie nécessite, on le sait, un trio de chanteurs de grand talent et à la forte personnalité lyrique. Le couple formé par Anja Harteros (une Tosca subtile aux élans intériorisés) et Vittorio Grigolo (magnifique Cavaradossi qui, après un premier "Recondita armonia" un peu trop en force, se révèle superbe de bout en bout) brûle d'une jolie flamme. Mais le baryton Zeljko Lucic déçoit en Scarpia. Fade, presque paresseux (s'est-on jamais débarrassé plus platement de ses répliques, tel cet "Insistiamo" dont l'articulation virtuose devrait exprimer tout le sadisme du personnage ?), son Scarpia présente un sérieux déficit d'incarnation - et son chant laisse percer une réelle fatigue (en ce soir de première) avec un manque de projection alarmant à la fin de son duo avec Tosca à l'acte deux.

La basse Sava Vemic (Cesare Angelotti) et le baryton-basse Nicolas Cavallier (Il Sagrestano) composent avec le luxe de leurs fiers moyens des seconds rôles inoubliables. Ils sont presque trop beaux pour ces personnages qui ne font que passer. À noter que Martina Serafin, Sonya Yoncheva, Jonas Kaufmann et Marcelo Puente seront les prochains Tosca et Cavaradossi d'ici fin juin.

L'Orchestre de l'Opéra de Paris, dans son élément, et les chœurs brillent sous la baguette du chef israélien Dan Ettinger. Ce dernier donne à entendre toute la richesse du matériau musical, sa violence et parfois son emphase comme son raffinement dynamique et motivique. La tension quasi constante, les climats aux contrastes bien marqués, l'intelligence du discours musical liant pour un résultat au fondu sensuel des épisodes tantôt buffa tantôt seria, sont au rendez-vous. Tout juste regrette-t-on un deuxième entracte qui dessert la belle et implacable horlogerie tant vantée du drame.

Spectacle vu le 16 mai 2019.

© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
Douze représentations du 16 mai au 23 juin 2019.

Opéra national de Paris.
Place de la Bastille 75012.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

"Tosca" (1900).
Musique de Giacomo Puccini ((1858-1924).
Livret de Giuseppe Giacosa et Luigi Illica.
En italien surtitré en français et en anglais.
Durée : 3 h avec deux entractes.

Christine Ducq
Mardi 21 Mai 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.
Partenariat



À découvrir

Succès mérité pour CIRCa, le cirque dans tous ses états !

Premier week-end à chapiteaux pleins à Auch sous le soleil occitan pour la 34e édition du festival du cirque actuel. Dans une ambiance éminemment festive, le public avait investi les différents espaces du festival, tant le Dôme de Gascogne et la salle Bernard Turin que les toiles édifiées à proximité ou sur d'autres lieux de la commune gersoise, pour découvrir des propositions artistiques riches et variées, d'une grande diversité de formes et de styles.

On pouvait ainsi apprécier, lors de ces deux premières journées, l'espiègle énergie et la bonne humeur des jeunes acrobates australiens de la Cie Gravity and Others Myths, "PANDAX", le cirque narratif de Cirque La Compagnie, la Cie H.M.G. avec son onirique et carrément magique "080" ou encore "Les hauts plateaux", la création 2019 de Mathurin Bolze/Cie MPTA (Compagnie les Mains les Pieds et la Tête Aussi).

Proposition forte au programme de ce week-end introductif, "Les hauts plateaux" offraient une scénographie originale, mystérieuse et très technique faite de trampolines, de plateaux volants et d'agrès en suspension. Dans une vision aux couleurs d'apocalypse, sur fonds de ruines passées, présentes ou imaginaires, ces hauts plateaux se dessinent comme autant d'îles défiant les lois de la gravité… où des êtres, silhouettes parfois irréelles, artistes de l'aérien, de la légèreté, embrassent d'éphémères, mais sans cesse renouvelés, moments acrobatiques, entre deux équilibres, portés, guidés par les rebonds d'efficaces trampolines.

Gil Chauveau
26/10/2021
Spectacle à la Une

Un large déploiement de créations pour la 29e édition du Festival Marmaille

Pour la vingt-neuvième fois, l'association Lillico organise, dans Rennes, la métropole rennaise et l'Ille-et-Vilaine, le Festival Marmaille, événement consacré à la jeunesse, à l'enfance et à la prime-enfance, mais aussi aux spectacles "tout public" qui se déroulent durant deux semaines. Un festival pluridisciplinaire puisqu'il accueille théâtre, danse, chant, films, etc., dans différents lieux partenaires. Cette diversité permet aux enfants comme aux adultes de tous y trouver leur compte, d'autant que l'axe de programmation vise non seulement l'éclectisme, mais le sens, l'importance du propos autant que le plaisir de l'instant.

L'édition 2021 de Marmaille révèle vingt-deux propositions artistiques destinées à toutes les tranches d'âge puisque certains spectacles s'adressent à des bébés (comme le spectacle "Chuchoterie" pour un public accepté dès la naissance ou "Touche" à partir de 18 mois dont nous reparlerons plus bas). Elle rayonne dans une galaxie de lieux dans Rennes et dans les alentours. Et elle est riche de quatorze créations.

Des créations que Lillico connaît bien pour beaucoup d'entre elles puisqu'une des missions de l'association est d'accompagner tout au long de l'année des compagnies tournées vers le jeune public. Ceci depuis trente-deux. C'est certainement la raison pour laquelle ce festival révèle des propositions d'une très grande originalité et d'une grande valeur artistique. Accompagnés par l'association Lillico et révélés lors de cette quinzaine, ces spectacles continuent leur chemin sur tout le territoire pour des tournées importantes. Vous pourrez certainement en voir programmés près de chez vous.

Peut-être aurez-vous ainsi l'occasion de découvrir "Vendredi", une pièce inspirée de "Robinson Crusoé" de Daniel Defoe, qui s'attache à mettre en images l'évolution de la relation entre Robinson, l'homme civilisé et Vendredi, le sauvage. Dans un décor construit comme une île en miniature, les deux comédiennes qui interprètent les rôles racontent sans un mot le mimétisme dont Vendredi fait preuve face à Robinson, abandonnant ainsi une partie de sa personnalité. Toute cette histoire nous parvient ainsi par le mime, avec une lenteur voulue, comme un rituel moitié absurde, moitié ludique.

Bruno Fougniès
29/10/2021
Spectacle à la Une

"Olympe et moi" Redécouvrir les écrits d'Olympe de Gouges pour mieux envisager les combats restant à mener

Olympe de Gouges, courtisane, royaliste, puis républicaine, insoumise et revendicatrice, connut son heure de gloire avant de mourir sous la lame meurtrière de la Terreur en 1793 et de tomber dans l'oubli. Elle a réapparu à juste titre aux côtés des grandes féministes contemporaines, il y a quelques décennies. Véronique Ataly et Patrick Mons nous proposent une rencontre attachante, généreuse, avec celle-ci où est associée avec intelligence l'actualité de la Femme telle qu'elle est aujourd'hui.

© Philippe Delacroix.
En fond sonore, bruits confus d'une foule probablement en mouvement, séquence révolutionnaire suggérée. Et cette phrase jetée comme une réplique provocatrice aux événements que l'on imagine en cours : "Femmes, quels bénéfices avez-vous tirés de la révolution ?"… telle est l'adresse d'Olympe à la foule… Et le début du singulier spectacle imaginé par Véronique Ataly où une comédienne, Florence, doit interpréter l'Occitane émancipée et insoumise qui cultiva une révolte permanente contre l'injustice et surtout l'hypocrisie.

L'interprète ainsi désignée de la féministe révolutionnaire donne tout de suite la temporalité du récit envisagé : 1793, la montée vers la guillotine d'Olympe de Gouges. Mais si, ici, cette dernière y perdit la tête, pour Florence, c'est de perte de mémoire dont il s'agit, un énorme trou, l'oubli total de son texte sans souffleur pour la secourir, le métier n'existant plus depuis longtemps.

Perte de mémoire contre perte de tête, le procédé pourrait sembler "facile", cousu de fil blanc - j'avoue que telle fut ma première impression -, mais Véronique Ataly, usant avec subtilité et humour de la trame conçue par Patrick Mons à l'aide notamment des différents écrits d'Olympe, va découdre cette facilité avec beaucoup de talent.

Gil Chauveau
15/11/2021