La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Tosca" à Bastille, un beau Traité des Passions

Reprise de la production de Pierre Audi du chef-d'œuvre de Puccini à Bastille. Servi par une distribution de haut-vol dominée par Anja Harteros et Vittorio Grigolo, le mélodrame implacable se révèle tout aussi brûlant dans la fosse sous la baguette du chef Dan Ettinger.



© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
Il est de certains opéras dont on ne voudrait retrancher ni un mot ni une note, tant leur perfection formelle, dramatique et musicale frappe à chaque nouvelle représentation. Le "mélodrame" puccinien (sous-titre de "Tosca") est de ceux-là ; un modèle du genre avec son livret concentré sur quelques événements liés implacablement par la loi des causes et des effets. Avec son intrigue portée à l'incandescence par une somptueuse écriture vocale et orchestrale, l'œuvre de la maturité du compositeur né à Lucques atteint au cœur des passions tragiques en une crue émotionnelle irrépressible.

Du piètre mélodrame de Victorien Sardou, Puccini et ses librettistes Giacosa et Illica ont extrait une tragédie racinienne, "une action simple, chargée de peu de matière" - tendue comme la corde d'un arc et magnifique d'efficacité théâtrale. Le peintre Mario Cavaradossi aide un prisonnier politique à échapper aux sbires du Baron Scarpia (au premier acte). Jouant avec les sentiments de la fiancée du Chevalier Cavaradossi, la cantatrice Floria Tosca, l'odieux Chef de la police (au service de la Reine Caroline à Rome) se débarrassera de ses ennemis politiques dans les deux actes suivants en le payant de sa vie - échouant à obliger la belle amoureuse à céder à son ignoble chantage : une nuit avec lui contre la vie de son amant.

© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
Les partis pris de la production de Pierre Audi sont d'une simplicité biblique. Les costumes et les décors (dus à Christof Hetzer et Robby Duiveman) respectueux de l‘époque de l'intrigue - une journée en 1800 où s'exacerbent les sentiments des personnages aux mouvements les plus ardents que le sort de la bataille de Marengo viendra troubler. Pierre Audi et son dramaturge Klaus Bertisch jouent sur la stratification et la fermeture du plateau aux deux premiers actes.

Pour l'Église de Sant'Andrea della Valle ou les appartements de Scarpia au Palais Farnèse, le metteur en scène choisit la description réaliste. Quelques chaises côté cour, la grande fresque (pompière) sur Marie-Madeleine côté jardin que peint Cavaradossi, un escalier menant à un portique où se montreront les autorités ecclésiastiques pendant le Te Deum à l'acte un ; un appartement au mobilier de style napoléonien que jouxte une salle de tortures invisible au deux. Ils s'emparent aussi de l'allégorie en jouant sur le poids symbolique d'une énorme croix qui menacera de plus en plus la scène. Le troisième acte montrera le toit végétalisé du Château Saint-Ange où sera exécuté Mario Cavaradossi malgré les efforts déployés par Tosca.

© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
Une proposition plutôt classique qui a le mérite de focaliser l'attention sur les personnages, puisque très soucieuse d'une fine direction de jeu. Une "Tosca" très réussie nécessite, on le sait, un trio de chanteurs de grand talent et à la forte personnalité lyrique. Le couple formé par Anja Harteros (une Tosca subtile aux élans intériorisés) et Vittorio Grigolo (magnifique Cavaradossi qui, après un premier "Recondita armonia" un peu trop en force, se révèle superbe de bout en bout) brûle d'une jolie flamme. Mais le baryton Zeljko Lucic déçoit en Scarpia. Fade, presque paresseux (s'est-on jamais débarrassé plus platement de ses répliques, tel cet "Insistiamo" dont l'articulation virtuose devrait exprimer tout le sadisme du personnage ?), son Scarpia présente un sérieux déficit d'incarnation - et son chant laisse percer une réelle fatigue (en ce soir de première) avec un manque de projection alarmant à la fin de son duo avec Tosca à l'acte deux.

La basse Sava Vemic (Cesare Angelotti) et le baryton-basse Nicolas Cavallier (Il Sagrestano) composent avec le luxe de leurs fiers moyens des seconds rôles inoubliables. Ils sont presque trop beaux pour ces personnages qui ne font que passer. À noter que Martina Serafin, Sonya Yoncheva, Jonas Kaufmann et Marcelo Puente seront les prochains Tosca et Cavaradossi d'ici fin juin.

L'Orchestre de l'Opéra de Paris, dans son élément, et les chœurs brillent sous la baguette du chef israélien Dan Ettinger. Ce dernier donne à entendre toute la richesse du matériau musical, sa violence et parfois son emphase comme son raffinement dynamique et motivique. La tension quasi constante, les climats aux contrastes bien marqués, l'intelligence du discours musical liant pour un résultat au fondu sensuel des épisodes tantôt buffa tantôt seria, sont au rendez-vous. Tout juste regrette-t-on un deuxième entracte qui dessert la belle et implacable horlogerie tant vantée du drame.

Spectacle vu le 16 mai 2019.

© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
Douze représentations du 16 mai au 23 juin 2019.

Opéra national de Paris.
Place de la Bastille 75012.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

"Tosca" (1900).
Musique de Giacomo Puccini ((1858-1924).
Livret de Giuseppe Giacosa et Luigi Illica.
En italien surtitré en français et en anglais.
Durée : 3 h avec deux entractes.

Christine Ducq
Mardi 21 Mai 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019