Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Tosca" à Bastille, un beau Traité des Passions

Reprise de la production de Pierre Audi du chef-d'œuvre de Puccini à Bastille. Servi par une distribution de haut-vol dominée par Anja Harteros et Vittorio Grigolo, le mélodrame implacable se révèle tout aussi brûlant dans la fosse sous la baguette du chef Dan Ettinger.



© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
Il est de certains opéras dont on ne voudrait retrancher ni un mot ni une note, tant leur perfection formelle, dramatique et musicale frappe à chaque nouvelle représentation. Le "mélodrame" puccinien (sous-titre de "Tosca") est de ceux-là ; un modèle du genre avec son livret concentré sur quelques événements liés implacablement par la loi des causes et des effets. Avec son intrigue portée à l'incandescence par une somptueuse écriture vocale et orchestrale, l'œuvre de la maturité du compositeur né à Lucques atteint au cœur des passions tragiques en une crue émotionnelle irrépressible.

Du piètre mélodrame de Victorien Sardou, Puccini et ses librettistes Giacosa et Illica ont extrait une tragédie racinienne, "une action simple, chargée de peu de matière" - tendue comme la corde d'un arc et magnifique d'efficacité théâtrale. Le peintre Mario Cavaradossi aide un prisonnier politique à échapper aux sbires du Baron Scarpia (au premier acte). Jouant avec les sentiments de la fiancée du Chevalier Cavaradossi, la cantatrice Floria Tosca, l'odieux Chef de la police (au service de la Reine Caroline à Rome) se débarrassera de ses ennemis politiques dans les deux actes suivants en le payant de sa vie - échouant à obliger la belle amoureuse à céder à son ignoble chantage : une nuit avec lui contre la vie de son amant.

© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
Les partis pris de la production de Pierre Audi sont d'une simplicité biblique. Les costumes et les décors (dus à Christof Hetzer et Robby Duiveman) respectueux de l‘époque de l'intrigue - une journée en 1800 où s'exacerbent les sentiments des personnages aux mouvements les plus ardents que le sort de la bataille de Marengo viendra troubler. Pierre Audi et son dramaturge Klaus Bertisch jouent sur la stratification et la fermeture du plateau aux deux premiers actes.

Pour l'Église de Sant'Andrea della Valle ou les appartements de Scarpia au Palais Farnèse, le metteur en scène choisit la description réaliste. Quelques chaises côté cour, la grande fresque (pompière) sur Marie-Madeleine côté jardin que peint Cavaradossi, un escalier menant à un portique où se montreront les autorités ecclésiastiques pendant le Te Deum à l'acte un ; un appartement au mobilier de style napoléonien que jouxte une salle de tortures invisible au deux. Ils s'emparent aussi de l'allégorie en jouant sur le poids symbolique d'une énorme croix qui menacera de plus en plus la scène. Le troisième acte montrera le toit végétalisé du Château Saint-Ange où sera exécuté Mario Cavaradossi malgré les efforts déployés par Tosca.

© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
Une proposition plutôt classique qui a le mérite de focaliser l'attention sur les personnages, puisque très soucieuse d'une fine direction de jeu. Une "Tosca" très réussie nécessite, on le sait, un trio de chanteurs de grand talent et à la forte personnalité lyrique. Le couple formé par Anja Harteros (une Tosca subtile aux élans intériorisés) et Vittorio Grigolo (magnifique Cavaradossi qui, après un premier "Recondita armonia" un peu trop en force, se révèle superbe de bout en bout) brûle d'une jolie flamme. Mais le baryton Zeljko Lucic déçoit en Scarpia. Fade, presque paresseux (s'est-on jamais débarrassé plus platement de ses répliques, tel cet "Insistiamo" dont l'articulation virtuose devrait exprimer tout le sadisme du personnage ?), son Scarpia présente un sérieux déficit d'incarnation - et son chant laisse percer une réelle fatigue (en ce soir de première) avec un manque de projection alarmant à la fin de son duo avec Tosca à l'acte deux.

La basse Sava Vemic (Cesare Angelotti) et le baryton-basse Nicolas Cavallier (Il Sagrestano) composent avec le luxe de leurs fiers moyens des seconds rôles inoubliables. Ils sont presque trop beaux pour ces personnages qui ne font que passer. À noter que Martina Serafin, Sonya Yoncheva, Jonas Kaufmann et Marcelo Puente seront les prochains Tosca et Cavaradossi d'ici fin juin.

L'Orchestre de l'Opéra de Paris, dans son élément, et les chœurs brillent sous la baguette du chef israélien Dan Ettinger. Ce dernier donne à entendre toute la richesse du matériau musical, sa violence et parfois son emphase comme son raffinement dynamique et motivique. La tension quasi constante, les climats aux contrastes bien marqués, l'intelligence du discours musical liant pour un résultat au fondu sensuel des épisodes tantôt buffa tantôt seria, sont au rendez-vous. Tout juste regrette-t-on un deuxième entracte qui dessert la belle et implacable horlogerie tant vantée du drame.

Spectacle vu le 16 mai 2019.

© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
© Svetlana Loboff/Opera national de Paris.
Douze représentations du 16 mai au 23 juin 2019.

Opéra national de Paris.
Place de la Bastille 75012.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

"Tosca" (1900).
Musique de Giacomo Puccini ((1858-1924).
Livret de Giuseppe Giacosa et Luigi Illica.
En italien surtitré en français et en anglais.
Durée : 3 h avec deux entractes.

Christine Ducq
Mardi 21 Mai 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Fred Pallem et Le Sacre du Tympan racontent les Fables de La Fontaine

Excellente idée que celle de Fred Pallem, musicien compositeur aux multiples talents et goûts musicaux, de revisiter avec quelques belles notes revigorantes "Les Fables de La Fontaine", quatorze plus précisément, qui sont racontées par une belle "brochette" d'artistes, des fidèles parmi les fidèles ou des - nouvellement ! - copains et copines.

Concert
En ces temps si particuliers, où nous sommes coincés - petits et grands - dans nos lieux de vie, notre disponibilité pour lire, écouter, songer, affabuler, s'évader sur des histoires anciennes ou nouvelles, est grande. C'est l'occasion aussi de redécouvrir nos classiques, mais en mode inédit, portés par des phrasés mélodiques et des conteurs aux personnalités affirmées et talentueuses.

S'il y a bien un compositeur à qui l'on ne peut pas reprocher de raconter des fables, c'est bien Fred Pallem. En plus de vingt ans de compositions et de concerts, jamais il ne se répète. Depuis son premier album avec sa formation "Le Sacre du Tympan" (en 2002) jusqu'à sa dernière "Odyssée" en 2018, en passant par ses passions cinématographiques - "Soundtrax" (2010), "Soul Cinéma" (2017) -, voire celles aux dessins animés de son enfance - Cartoons (2017) - et à des compositeurs comme François de Roubaix, jamais il n'a cessé d'innover, de créer.

Mais ce que l'on sait moins, c'est que Fred Pallem est également un amoureux des mots. On peut le constater avec les multiples collaborations qu'il a eues avec des chanteurs et chanteuses comme Lavilliers, Barbara Carlotti, MC Solaar, Clarika, etc. Mais aujourd'hui, avec ce nouvel album, les mots prennent le devant. "Tout d'abord, j'avais envie de composer de la musique autour d'une voix parlée ; m'imprégner du rythme des mots et de leurs sons, ressentir le tempo de la diction, puis écrire de la musique à partir de cela. Nous avons donc enregistré les voix en premier et les musiques ensuite."

Gil Chauveau
15/11/2020
Spectacle à la Une

"Rabudôru, poupée d'amour" Une expérience intime de théâtre filmé, diffusée en direct via le web

L'incidence de la mise en sommeil de tous les spectacles, en ce mol novembre 2020, n'est pas la seule raison de cette représentation destinée aux internautes à laquelle nous à conviée la Compagnie La Cité Théâtre. Dès la conception du spectacle, Olivier Lopez, auteur et metteur, envisageait une double vision du spectacle : une en contact direct avec le public de la salle, l'autre en streaming par captation en temps réel.

© Julien Hélie.
"Le "ciné live stream" est un autre regard sur l'histoire de "Rabudôru". Accessible en ligne, cette "dématérialisation" interroge l'expérience théâtrale, la place du(de la) comédien(ne), entre l'image et le plateau. (Olivier Lopez/Dossier de presse).

Le plateau de théâtre devient également plateau de cinéma, avec cadreurs, techniciens et cabine de réalisation intégrée. Le but est de rechercher d'autres rapports à la scène que cet éphémère "ici et maintenant" dont le spectacle vivant a toujours été fier et dépendant. C'est un ici au ailleurs que propose Olivier Lopez mais pas seulement.

Le filmage en direct apporte, dans certaines scènes, une proximité, une intimité avec les personnages sans le filtre de la déclamation théâtrale. Les expressions en plans rapprochés semblent plus fortes. Les cadrages permettent d'oublier un temps le reste du décor plateau et s'immerger plus profondément dans la scène, passer d'un lieu à un autre avec souplesse et précision.

Bruno Fougniès
16/11/2020
Sortie à la Une

"Zaï Zaï Zaï Zaï" Road movie déjanté… Tout ça pour un poireau !

Ne devoir son salut qu'à un légume à bulbe blanc et à longues feuilles vertes, brandi sous le nez d'un vigile expert en roulade arrière dissuasive, marque le point de bascule de ce jeune homme - peu recommandable, il est auteur de BD - venant de commettre l'impensable : ne pas avoir été en mesure de présenter sa carte de fidélité à la caissière ! Telle est l'origine de la folle cavale du "héros" échappé de l'album éponyme de Fabcaro pour être porté sur la scène par Angélique Orvain, réalisant là une prouesse propre à rendre lumineuse toute grisaille.

© Romain Dumazer.
Dans un dispositif immergeant le spectateur au cœur de l'action effrénée - pas moins de quatre podiums disposés en cercle, éclairés tour à tour, incluent le public dans des tableaux vivants -, l'épopée du fuyard décrété ennemi numéro 1 par la vox populi reprenant en chœur les voix des médias et des représentants de l'ordre va être vécue de manière haletante. L'occasion pour l'auteur et la metteure en scène, fins observateurs des travers contemporains, de croquer à pleines dents les errements hilarants des conduites dites "ordinaires".

En effet ces "arrêts sur images", joués superbement par huit acteurs tirant parti avec intelligence des ressorts du théâtre de tréteaux et des ralentis cinématographiques, passent au scanner les dérives de la pensée commune érigée en système de pensée. Aucun milieu n'y échappe. Pas moins les complotistes avachis devant leur téloche, les bobos contents d'eux-mêmes lisant Les Inrocks ou Le Monde Diplomatique, les artistes charitables réalisant un album de soutien à l'auteur de BD à la dérive, les forces de l'ordre au képi bas, et encore moins les journalistes des chaînes d'infos en continu commentant en boucle l'absence d'infos.

Éberlué par tant de perspicacité bienveillante mais non moins mordante, on jubile… Rien ne nous est épargné du grotesque qui sous-tend les comportements de la meute de ces (braves) gens commentant avidement la cavale du dangereux mécréant ayant bravé l'interdit suprême des fidèles du "Temple de la consumation". Et si le trait est grossi à l'envi, il déforme à peine la réalité des travers.

Yves Kafka
29/10/2020