La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"The Propelled Heart"… chante, danse !

"The Propelled Heart", Théâtre national de Chaillot, Paris

Rarement dans un spectacle, la voix aura été d'une telle complicité avec le mouvement. Lisa Fischer et Alonzo King réunissent leurs talents respectifs pour proposer une chorégraphie dans laquelle la voix de la chanteuse met en lumière l'émotion du geste.



© Queen B Wharton.
© Queen B Wharton.
Alonzo King a fondé le Lines Ballet (1982), l'une des compagnies les plus reconnues sur le continent américain. William Forsythe dit de lui que "c'est l'un des véritables maîtres de ballet de notre époque". Il sait allier modernité et "tradition".

Pour ce spectacle, Alonzo a travaillé avec Lisa Fischer, connue pour son premier album solo "So intense" (1991) et comme choriste de Stevie Wonder, de Sting ou des Rolling Stones qu'elle accompagne, sauf pour leur dernière tournée, depuis 1989. C'est autour de la chanson, dépositaire de l'expression corporelle de la danse, que le chorégraphe a décidé d'inverser les repères de celle-ci qui s'appuie en règle générale sur la musique ou plus rarement sur le silence pour donner du relief à son expression.

Ainsi sur scène, les bras ondulent ou s'élancent quand les corps se tassent, s'étendent ou s'étirent. Les plantes des pieds, quand elles ne prennent pas appui ouvertement sur le sol, le caressent pour glisser dessus. La gestuelle est basée sur de grands mouvements où la vitesse, de piano-piano à forte, varie et devient inclusive pour que chaque tableau forme un tout, celui d'une chorégraphie chantée.

Le ciment de celle-ci est la voix de Lisa Fischer, coulée dans une qualité vocale que la grâce semble avoir bénie. Sa voix se glisse dans la représentation, l'enveloppe, la porte. Lisa Fischer devient ainsi le liant, la partie "articulatoire" de cette mosaïque artistique qui donne un cachet à la fois coulant et soutenu, expressif et directif.

© Queen B Wharton.
© Queen B Wharton.
La musique a différents rythmes avec des solos en point de mire parfois. Des danseurs viennent aussi se glisser dans des duos ou trios bousculant le rythme. Nous sommes dans l'élégance toujours, dans la fragilité parfois et la force souvent.

La voix est très "sonore", soutenant, sur de longs instants par sa puissance, chaque moment de la représentation d'une fluidité élastique. Elle les annonce, les accompagne et les finit. Fluidité liée à la tessiture vocale soprano de Lisa Fischer qui lie chaque gestuelle à l'autre, comme un collier de perles, dans une parfaite osmose. Les interprètes y répondent, toujours corporellement, vocalement parfois.

Le chant donne un cachet "aérien" au spectacle. Aérien car la soprano semble porter les mouvements, même ceux où l'énergie et la force sont de mise, vers un univers où le geste devient, et ce quel que soit son rythme et sa "tenue", fragile quand il se recroqueville, "suspendu" dans les airs quand les corps ondulent, les bras se tendent et les jambes décollent du sol. Il porte avec lui toute la quintessence de la chorégraphie.

Cette approche vocale donne une esthétique basée sur l'émotion. Le corps est appréhendé dans un rapport extérieur où le chant devient son messager, et la chanson, celui de la danse comme une partition où chaque note devient un pas musical.

"The Propelled Heart"

© Queen B Wharton.
© Queen B Wharton.
Chorégraphie : Alonzo King.
Avec : Lisa Fischer (chant) et Babatunji, Adji Cissoko, Madeline DeVries, Shuaib Elhassan, James Gowan, Maya Harr, Guerra Ilaria, Yujin Kim, Michael Montgomery, Kendall Teague, Jeffrey Sciver (danse).
Musique arrangée et enregistrée : JC Maillard et Lisa Fischer.
Lumières : Axel Morgenthaler.
Costumes : Robert Rosenwasser.
Durée : 1 h 30, entracte compris.

Du 9 au 16 mars 2018.
Mardi, mercredi, vendredi, samedi à 20 h 30, jeudi à 19 h 30, dimanche à 15 h 30.
Théâtre national de Chaillot, Salle Jean Vilar, Paris 16e, 01 53 65 30 00.
>> theatre-chaillot.fr

Safidin Alouache
Mardi 13 Mars 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Co-Rennes-A-Virus (Collectif confiné), huit minutes trente de bonheur et de bonne humeur

Un clip jubilatoire et survitaminé de huit minutes trente, un moment exceptionnel qui rassemble soixante-cinq musiciens(nes) chanteurs(ses) et une trentaine de danseurs(ses) confinés(es) à Rennes. Initié par le pianiste Édouard Leys, ce projet représente huit jours de travail, d'enregistrement et de montage pour aboutir à un morceau entièrement composé par des artistes calfeutrés à leur domicile pour lutter contre la propagation du Covid-19. À découvrir d'urgence !

Co-Rennes-A-Virus (Collectif confiné), huit minutes trente de bonheur et de bonne humeur
Collectif rennais confiné mais réuni autour d'un projet collaboratif : écrire, enregistrer et filmer un morceau tous ensemble, à distance, chacun avec les moyens dont il dispose dans son lieu de confinement. Réunir toutes les propositions, certaines enregistrées avec les moyens du bord, les compiler, les agencer et en faire un titre représentant une partie de la diversité de la scène rennaise. Certains mettent leurs talents de monteurs, réalisateurs, techniciens au service de cette entreprise improbable et pharaonique !

8 jours, 65 musiciens, 170 pistes audios et autant d'extraits vidéos plus tard, un clip de 8'30 bluffant, joyeux, bourré d'énergie, émerge, boosté par une trentaine de danseurs rennais venus compléter le tableau de famille ; un morceau très rythmé aux accents groove et funk tantôt chanté, tantôt rappé !

Gil Chauveau
27/03/2020
Spectacle à la Une

"Où sont passés vos rêves ?" d'Alexandre Prévert, en public au Bataclan

Captation intégrale "Où sont passés vos rêves ?" est le nouveau stand-up classique écrit et interprété par Alexandre Prévert, jeune pianiste de 23 ans, accompagné par le groupe Believe et le label Naïve. Ce jeune Savoyard talentueux, diplômé du Conservatoire de Paris, associe à une originalité créative le piano et les grands compositeurs, l'humour, la poésie, les échanges avec le public et les anecdotes historiques. Joyeux et virtuose, son spectacle est une pause rafraîchissante qui sied bien au contexte actuel un chouia anxiogène !

Ce spectacle est une invitation à rire ensemble de nos petites histoires personnelles et de notre grande Histoire commune, en les partageant sans complexe à travers les codes du stand-up, de la musique classique et de la poésie.

Pour cette nouvelle saison, Alexandre Prévert vous propose un voyage dans le temps et dans l'Histoire à travers les rêves d'amour de Verlaine et de Liszt, les rêves de révolution de Beaumarchais et de Mélenchon, le rêve d'égalité de Martin Luther King ou encore le rêve d'un nouveau Monde partagé par Gérard et Christophe Colomb !

Sur votre route, vous pourrez également croiser Mozart, Apollinaire, Leonardo DiCaprio, Renaud, Schubert, Montaigne, Booba et Kaaris, Chopin, et même Napoléon III dans un Airbnb...

Alors, où sont passés vos rêves ?

Gil Chauveau
27/03/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020