La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"The Normal Heart" "Donc on est tous des grenades dégoupillées et on est en train de crever"

À New York, entre 1981 et 1984, une épidémie sans nom ni mode de transmission connu décime la communauté homosexuelle. Alors que le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) minimise puis égrène un nombre de morts exceptionnel, le scénariste Ned Weeks part au combat. Il oppose au déni ambiant et à l'indifférence généralisée son mauvais caractère, dénonce violemment l'inaction des politiques, affronte les membres de sa communauté qu'il veut convaincre d'arrêter toute relation sexuelle. Épaulé par le docteur Emma Brooker qui se bat au sein de sa propre communauté, lâché par son frère avocat qui l'aime mais n'accepte pas son homosexualité, il trouvera sur son chemin ce qu'il avait mis beaucoup d'énergie à fuir : l'amour.



© Virginie de Clausade.
© Virginie de Clausade.
Au début des années quatre-vingt, Larry Kramer, jeune producteur de cinéma, décédé en 2020, s'interroge sur la situation et passe pour un alarmiste. Il écrit la pièce "The Normal Heart" en 1985, deux ans avant de fonder Act Up alors qu'il n'existe toujours aucun traitement à la maladie. Il la fera jouer sur scène la même année à Broadway comme un acte militant autobiographique pour réveiller les consciences. Il y est question de désir et de sexe, d'engagement et de combat, de peur et d'injustice et surtout, d'amour.

Plus de quarante ans après sa première représentation, la pièce se joue pour la première fois en France, une histoire qui résonne encore plus fort en pleine pandémie de Covid-19 mais cette dernière, pourtant bien présente, ne nous la fait pas oublier.

C'est Virginie de Clausade qui a mis en scène cette remarquable pièce autobiographique de Larry Kramer, cofondateur en 1982 du Gay Men's Health Crisis, une des toutes premières associations de lutte contre le Sida aux États-Unis. Son choix de mise en scène est paradoxalement vertigineux parce qu'il n'y a rien d'inventif à l'excès ni de surréaliste sur ce plateau du Théâtre la Bruyère. Virginie de Clausade a opté pour une mise en scène qui frôle le huis clos et qui renforce admirablement le propos de la pièce : une succession de scènes dans lesquelles apparaît en grande partie l'activiste Ned Weeks, double fictionnel de Larry Kramer qui affiche son mauvais caractère de façon ostentatoire et dont on sait de nos jours à quel point le déterminisme a été efficient.

Mais, face à de telles luttes, l'indocilité n'est-elle pas parfois essentielle, voire capitale ?

© Virginie de Clausade.
© Virginie de Clausade.
Chacune des scènes, sans exception, prend le spectateur à la gorge, notamment celle où Ned Weeks est en face à face avec son frère avocat hétérosexuel qui refuse d'aider l'association et de prendre parti pour une épidémie qui le dérange. Il s'agit peut-être de la scène la plus poignante même si chacune, encore une fois, l'est à sa manière. Car le texte original est fidèlement respecté et c'est sans doute cela qui apporte une force considérable à cette pièce. On y sent toute la rage et la lutte herculéenne de Larry Kramer, tous ses cris de SOS, sa fureur palpitante pour se faire entendre ! Ceci rend l'ensemble extraordinairement présent.

En 2022, nous ne pouvons que recevoir ou entendre des témoignages rétroactifs de cette épidémie du Sida mais, au Théâtre La Bruyère, on est en plein cœur de l'action grâce à la traduction du texte mais surtout grâce à l'aura incomparable des comédiens. On aurait envie de dire "une mention toute particulière à" tel ou telle mais il n'en sera rien ici tant l'ensemble des sept comédiennes et comédiens sont époustouflants… Bien sûr, Dimitri Storoge alias Ned Weeks incarnant Larry Kramer lui-même est intensément bouleversant et nul doute que l'écrivain malheureusement décédé aujourd'hui aurait été fier de se voir incarné de la sorte. Sur le plateau, il crève l'écran de nos émotions et de nos âmes parfois trop incultes de tout ce qui s'est passé à l'époque !

© Virginie de Clausade.
© Virginie de Clausade.
Déborah Grall aussi nous submerge par son implication dans la cause homosexuelle en incarnant Emma Brookner, cette femme médecin qui se sera battue bec et ongles pour tenter de faire avancer la recherche en s'adressant aux pouvoirs publics et aux décideurs. Pouvoirs publics et décideurs qui à l'époque "ne pourront pas" ni ne "décideront", qui feront la sourde oreille alors que des centaines de morts s'alignent jour après jour. À cet effet, le choix d'une voix off égrainant le nombre de décès est d'une pertinence remarquable. Nous pouvons toutefois nous interroger sur la pertinence d'une voix féminine : celle d'Emma Brookner elle-même ? Celle des femmes en général (car en Afrique aussi les femmes ont été et sont toujours atteintes du Sida) ? Celle de Virginie de Clausade affichant haut et fort son déterminisme à la Larry Kramer ?

La fougue du comédien Brice Michelini incarnant Thommy Boatwright est vertigineuse et provoque des moments de vie magiques et lumineux grâce auxquels on se dit que dans toute situation critique, il est capital de rester soi-même et de ne surtout rien taire de ce que l'on est !

Cette pièce de Larry Kramer, "The Normal Heart", adaptée par Virginie de Clausade, c'est aussi la "Peste" de Camus, c'est la Covid que nous connaissons toutes et tous, c'est l'évocation humaniste de la fureur qui emporte parfois la normalité des choses et du monde. Mais par la seule volonté de quelques hommes et femmes exceptionnels, c'est la preuve indéfectible que rien n'est jamais perdu !

Bon ! Alors, si : une "mention toute particulière" à Virginie de Clausade pour cette pièce magistrale ; il en fallait bien une malgré tout… C'est chose faite.

"The Normal Heart"

L'ensemble des comédiennes et comédiens © Virginie de Clausade.
L'ensemble des comédiennes et comédiens © Virginie de Clausade.
Texte : Larry Kramer (publié à l'Avant-Scène].
Traduction et mise en scène : Virginie de Clausade.
Assistant à la mise en scène : Joss Berlioux.
Avec : Mickaël Abitboul en alternance avec Scali Delpeyrat, Joss Berlioux, Déborah Grall, Andy Gillet, Brice Michelini, Jules Pelissier, Dimitri Storoge.
Scénographie : Olivier Prost.
Costumes : Colombe Lauriot-Prévost, assistée de Andrea Millerand.
Voix off : Justine Fraioli.
Musique : Brice Michelini et Ronan Martin.
Durée : 1 h 50.
Spectacle créé le 8 septembre 2021 au Théâtre du Rond-Point.

Du 20 janvier au 7 avril 2022.
Du mardi au samedi à 21 h, samedi à 17 h.
Théâtre La Bruyère, Paris 9e, 01 48 74 76 99.
>> theatrelabruyere.com

Brigitte Corrigou
Lundi 4 Avril 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"Othello" Iago et Othello… le vice et la vertu, deux maux qui vont très bien ensemble

Réécrit dans sa version française par Jean-Michel Déprats, le texte de William Shakespeare devient ici matière contemporaine explorant à l'envi les arcanes des comportements humains. Quant à la mise en jeu proposée par Jean-François Sivadier, elle restitue - "à la lettre" près - l'esprit de cette pièce crépusculaire livrant le Maure de Venise à la perfidie poussée jusqu'à son point d'incandescence de l'intrigant Iago, incarné par un Nicolas Bouchaud à la hauteur de sa réputation donnant la réplique à un magnifique Adama Diop débordant de vitalité.

© Jean-Louis Fernandez.
Un décor sombre pouvant faire penser à d'immenses mâchoires mobiles propres à avaler les personnages crée la fantasmagorie de cette intrigue lumineuse. En effet, très vite, on s'aperçoit que l'enjeu de cet affrontement "à mots couverts" ne se trouve pas dans quelque menace guerrière menaçant Chypre que le Maure de Venise, en tant que général des armées, serait censé défendre… Ceci n'est que "pré-texte". L'intérêt se noue ailleurs, autour des agissements de Iago, ce maître ès-fourberies qui n'aura de cesse de détruire méthodiquement tous celles et ceux qui lui vouent (pourtant) une fidélité sans faille…

L'humour (parfois grinçant) n'est pour autant jamais absent… Ainsi lors du tableau inaugural, lorsque le Maure de Venise confie comment il s'est joué des aprioris du vieux sénateur vénitien, père de Desdémone, en lui livrant comment en sa qualité d'ancien esclave il fut racheté, allant jusqu'à s'approprier le nom d'"anthropophage" dans le même temps que sa belle "dévorait" ses paroles… Ou lorsque Iago, croisant les jambes dans un fauteuil, lunettes en main, joue avec une ironie mordante le psychanalyste du malheureux Cassio, déchu par ses soins de son poste, allongé devant lui et hurlant sa peine de s'être bagarré en état d'ébriété avec le gouverneur… Ou encore, lorsque le noble bouffon Roderigo, est ridiculisé à plates coutures par Iago tirant maléfiquement les ficelles, comme si le prétendant éconduit de Desdémone n'était plus qu'une vulgaire marionnette entre ses mains expertes.

Yves Kafka
03/03/2023
Spectacle à la Une

"Le Chef-d'œuvre Inconnu" Histoire fascinante transcendée par le théâtre et le génie d'une comédienne

À Paris, près du quai des Grands-Augustins, au début du XVIIe siècle, trois peintres devisent sur leur art. L'un est un jeune inconnu promis à la gloire : Nicolas Poussin. Le deuxième, Franz Porbus, portraitiste du roi Henri IV, est dans la plénitude de son talent et au faîte de sa renommée. Le troisième, le vieux Maître Frenhofer, personnage imaginé par Balzac, a côtoyé les plus grands maîtres et assimilé leurs leçons. Il met la dernière main dans le plus grand secret à un mystérieux "chef-d'œuvre".

© Jean-François Delon.
Il faudra que Gilette, la compagne de Poussin, en qui Frenhofer espère trouver le modèle idéal, soit admise dans l'atelier du peintre, pour que Porbus et Poussin découvrent le tableau dont Frenhofer gardait jalousement le secret et sur lequel il travaille depuis 10 ans. Cette découverte les plongera dans la stupéfaction !

Quelle autre salle de spectacle aurait pu accueillir avec autant de justesse cette adaptation théâtrale de la célèbre nouvelle de Balzac ? Une petite salle grande comme un mouchoir de poche, chaleureuse et hospitalière malgré ses murs tout en pierres, bien connue des férus(es) de théâtre et nichée au cœur du Marais ?

Cela dit, personne ne nous avait dit qu'à l'Essaïon, on pouvait aussi assister à des séances de cinéma ! Car c'est pratiquement à cela que nous avons assisté lors de la générale de presse lundi 27 mars dernier tant le talent de Catherine Aymerie, la comédienne seule en scène, nous a emportés(es) et transportés(es) dans l'univers de Balzac. La force des images transmises par son jeu hors du commun nous a fait vire une heure d'une brillante intensité visuelle.

Pour peu que l'on foule de temps en temps les planches des théâtres en tant que comédiens(nes) amateurs(es), on saura doublement jauger à quel point jouer est un métier hors du commun !
C'est une grande leçon de théâtre que nous propose là la Compagnie de la Rencontre, et surtout Catherine Aymerie. Une très grande leçon !

Brigitte Corrigou
07/04/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022