La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"The Mountain" La vérité ? Un mythe qui a de l'avenir… l'avenir d'une illusion

Si, dans le mythe de la caverne, Platon mettait en lumière l'aveugle tendance des hommes à prendre des vessies pour des lanternes, tant ils confondent les ombres projetées avec le vrai monde auquel ils tournent le dos, dans "The Mountain", le mythe de la vérité prend de l'altitude pour tenter d'atteindre le sommet de l'Everest… avant de se crasher - en beauté - dans les machineries du théâtre multimédia de la Cie Agrupación Señor Serrano, lieu de toutes les manipulations engendrant des vérités belles comme des mensonges (ou l'inverse). Expérience immersive à couper le souffle… Vertige assuré…



© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Entre fake news et vérités, vérités fabriquées et mensonges assumés sous nos yeux, le tournis gagne… Croisant les fils dramaturgiques de la conquête du plus haut sommet du monde tentée par George Mallory en 1924 et ceux du canular de l'invasion des Martiens contée à la radio par Orson Welles en 1938, les performeurs nous baladent avec bonheur sur les pentes glissantes de la vérité. Cerise sur l'Everest, ils invitent Vladimir Poutine en tant qu'expert reconnu de la vérité si je mens ainsi que d'incroyables baseballeurs jouant au badminton…

Le dispositif dévoilé immerge de plain-pied dans "la fabrique de la vérité". Partie de baseball (avec des volants de badminton et la complicité du public), maquette de l'Himalaya (sur laquelle s'étendra de tout son long, aspergé de neige en bombe, George Mallory muni de son équipement), deux écrans neigeux où défileront des images d'archives juxtaposées à d'autres produites en live sur le plateau, visage et voix distordus de l'animatrice "sherpa" qui donneront vie au président russe, maquettes à partir desquelles l'épisode de "La Guerre des Mondes" sera reconstitué, filmé et projeté (priorité donnée à l'information…).

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
D'emblée, les mises en abyme de la vérité et du mensonge - deux faces interchangeables de la même montagne - apparaissent dans la mise au point prêtée à Orson Welles : "Nous voulions que les gens comprennent qu'ils ne devraient pas prendre pour vérité toute information prédigérée, pas tout avaler de ce qui arrive par le robinet de la radio ou de Facebook"… À ceci près que l'effet panique a été délibérément grossi par les journaux de l'époque dénonçant le pouvoir phénoménal de la radio, et surtout, supercherie nichée dans le canular, la mention de Facebook relève d'un anachronisme confondant la naïveté du spectateur de 2020.

La vérité dépendant d'un consensus d'individus partageant la même opinion, elle sera incarnée sur le plateau par le biais d'un avatar de Poutine, né d'un logiciel acquis par l'équipe artistique grâce à l'argent du (faux) site créé sur le Web (mais étant la propriété de celui qui l'énonce, où est la vérité ?). C'est donc en compagnie du président Poutine et sous ses bons auspices que l'on suivra le cours de l'expédition haletante sur les pentes de la vérité glissante.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Images d'archives en noir et blanc, itinéraire de l'expédition retracé sous nos yeux, vidéo en live projetant le comédien - moufles, bonnet et chaussures de montagnard - gisant dans la neige, visage contre le sol, corde rompue autour de la taille, drone avec caméra surplombant son corps parfaitement conservé par le froid tel qu'il fut découvert 75 ans après sa disparition. Autant d'effets de vérité amplifiés par les lectures en voix off d'émouvants extraits de lettres adressées par sa femme, ou encore par l'évocation de la photo manquante de Ruth dans le portefeuille retrouvé "prouvant" que George Mallory avait bien atteint le toit du monde…

Quant aux accents de vérité du commentaire - "C'est le pouvoir du consensus… La vérité n'est pas pure mais complexe et glissante comme la réalité" - lorsqu'ils sont placés par "pure provocation" dans la bouche du Maître du Kremlin, ils se renversent en leur contraire et font figure d'une remise en question fulgurante de la vérité à peine entrevue.

De même, la reconstitution fidèle du décor d'une ville américaine des années quarante avec des figurines miniatures manipulées à vue et commentaires affolants du reporter "prenant l'antenne" pour commenter les scènes d'effroi, le tout redoublé par des images de Tom Cruise dans "La Guerre des Mondes" réalisé par Steven Spielberg, véhiculent l'image parfaite des frontières labiles entre vraie fiction et fausse réalité. À faire perdre l'équilibre…

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Se méfier des informations qui confirment ce que nous voulons savoir… Qu'est-ce qui atteste de l'existence d'un fait ? L'absence de la photo de Ruth dans le portefeuille de George prouve-t-elle la présence de ce dernier au sommet de l'Everest ? La panique inventée de l'invasion des Martiens atteste-t-elle de leur non-existence ? Les vérités sur la vérité énoncées par un menteur patenté restent-elles vérités ?

Le final montrant dans un silence assourdissant (l'acteur jouant) George Mallory contemplant à ses pieds (la maquette de) l'Himalaya prendre soudain des dimensions gigantesques donne à voir l'essence de la vérité théâtrale, l'avenir d'une (très belle) illusion.

Présenté en première mondiale aux Colonnes, Blanquefort (33), les 10, 11 et 12 octobre 2020, dans le cadre du FAB (2 au 17 octobre 2020).

"The Mountain"

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Création : Agrupación Señor Serrano.
Dramaturgie et mise en scène : Àlex Serrano, Pau Palacios, Ferran Dordal.
Performance : Anna Pérez Moya, Àlex Serrano, Pau Palacios, David Muñiz.
Musique : Nico Roig.
Programmation vidéo : David Muñiz.
Création vidéo : Jordi Soler Quintana.
Scénographie et maquettes : Lola Belles, Àlex Serrano.
Assistante scénographie : Mariona Signes.
Costumes : Lola Belles.
Conception légère : Cube.bz.
Masque numérique : Román Torre.

Tournée
14 octobre 2020 : Primavera dei Teatri Festival, Castrovillari, Italy (Italie).
19 et 21 novembre2020 : Centro de cultura contemporánea Condeduque, Madrid (Espagne).
2 et 3 décembre2020 : Zona K, Milan (Italie).

Yves Kafka
Mercredi 21 Octobre 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Eurydice aux Enfers" Vivre comme mourir engage l'être tant dans son âme que dans son corps

Ayant perdu son épouse Eurydice, Orphée pleure sa mort durant la cérémonie funèbre. Zeus, voyant le chagrin du jeune homme, l'autorise à descendre aux Enfers pour qu'il aille chercher sa bien-aimée. Une seule condition lui est imposée : qu'il ne croise le regard d'Eurydice à aucun moment.

© Julie Mitchell.
Accueilli d'abord avec hostilité par les Esprits infernaux, Orphée est ensuite guidé par les Ombres heureuses dans le paysage des Champs-Élysées et elles lui rendent Eurydice. Tous deux chantent le bonheur retrouvé et Orphée veille à ne pas regarder son épouse. Mais celle-ci commence à douter de l'amour d'Orphée qui lui refuse tout contact. Tenu au silence, Orphée finit pourtant par briser le serment et témoigne son amour à Eurydice : la jeune femme s'effondre aussitôt, laissant à nouveau Orphée seule. Toutefois, grâce à l'intervention de l'Amour, ils seront bientôt unis pour l'éternité.

Tel est le résumé du célèbre mythe d'Orphée et Eurydice. Mais c'est avec une grande modernité et une grande audace que la Compagnie de l'Eau qui Dort, sous la houlette de Gwendoline Destremau, a revisité ce dernier. Ici, c'est Eurydice qui traverse la croûte terrestre pour retrouver son amant Orphée décédé. Elle rencontre de multiples cadavres et créatures qui font de sa route vers l'amour un véritable chemin initiatique. La mise en scène, d'une modernité heureuse et lumineuse, met l'accent sur une incontestable dimension féminine sans toutefois afficher de grandes revendications féministes auxquelles on est souvent confronté ! Car dans cette pièce, tout est soigneusement sobre à ce sujet, juste et subtile.

Brigitte Corrigou
25/06/2022