Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"The Mountain" La vérité ? Un mythe qui a de l'avenir… l'avenir d'une illusion

Si, dans le mythe de la caverne, Platon mettait en lumière l'aveugle tendance des hommes à prendre des vessies pour des lanternes, tant ils confondent les ombres projetées avec le vrai monde auquel ils tournent le dos, dans "The Mountain", le mythe de la vérité prend de l'altitude pour tenter d'atteindre le sommet de l'Everest… avant de se crasher - en beauté - dans les machineries du théâtre multimédia de la Cie Agrupación Señor Serrano, lieu de toutes les manipulations engendrant des vérités belles comme des mensonges (ou l'inverse). Expérience immersive à couper le souffle… Vertige assuré…



© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Entre fake news et vérités, vérités fabriquées et mensonges assumés sous nos yeux, le tournis gagne… Croisant les fils dramaturgiques de la conquête du plus haut sommet du monde tentée par George Mallory en 1924 et ceux du canular de l'invasion des Martiens contée à la radio par Orson Welles en 1938, les performeurs nous baladent avec bonheur sur les pentes glissantes de la vérité. Cerise sur l'Everest, ils invitent Vladimir Poutine en tant qu'expert reconnu de la vérité si je mens ainsi que d'incroyables baseballeurs jouant au badminton…

Le dispositif dévoilé immerge de plain-pied dans "la fabrique de la vérité". Partie de baseball (avec des volants de badminton et la complicité du public), maquette de l'Himalaya (sur laquelle s'étendra de tout son long, aspergé de neige en bombe, George Mallory muni de son équipement), deux écrans neigeux où défileront des images d'archives juxtaposées à d'autres produites en live sur le plateau, visage et voix distordus de l'animatrice "sherpa" qui donneront vie au président russe, maquettes à partir desquelles l'épisode de "La Guerre des Mondes" sera reconstitué, filmé et projeté (priorité donnée à l'information…).

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
D'emblée, les mises en abyme de la vérité et du mensonge - deux faces interchangeables de la même montagne - apparaissent dans la mise au point prêtée à Orson Welles : "Nous voulions que les gens comprennent qu'ils ne devraient pas prendre pour vérité toute information prédigérée, pas tout avaler de ce qui arrive par le robinet de la radio ou de Facebook"… À ceci près que l'effet panique a été délibérément grossi par les journaux de l'époque dénonçant le pouvoir phénoménal de la radio, et surtout, supercherie nichée dans le canular, la mention de Facebook relève d'un anachronisme confondant la naïveté du spectateur de 2020.

La vérité dépendant d'un consensus d'individus partageant la même opinion, elle sera incarnée sur le plateau par le biais d'un avatar de Poutine, né d'un logiciel acquis par l'équipe artistique grâce à l'argent du (faux) site créé sur le Web (mais étant la propriété de celui qui l'énonce, où est la vérité ?). C'est donc en compagnie du président Poutine et sous ses bons auspices que l'on suivra le cours de l'expédition haletante sur les pentes de la vérité glissante.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Images d'archives en noir et blanc, itinéraire de l'expédition retracé sous nos yeux, vidéo en live projetant le comédien - moufles, bonnet et chaussures de montagnard - gisant dans la neige, visage contre le sol, corde rompue autour de la taille, drone avec caméra surplombant son corps parfaitement conservé par le froid tel qu'il fut découvert 75 ans après sa disparition. Autant d'effets de vérité amplifiés par les lectures en voix off d'émouvants extraits de lettres adressées par sa femme, ou encore par l'évocation de la photo manquante de Ruth dans le portefeuille retrouvé "prouvant" que George Mallory avait bien atteint le toit du monde…

Quant aux accents de vérité du commentaire - "C'est le pouvoir du consensus… La vérité n'est pas pure mais complexe et glissante comme la réalité" - lorsqu'ils sont placés par "pure provocation" dans la bouche du Maître du Kremlin, ils se renversent en leur contraire et font figure d'une remise en question fulgurante de la vérité à peine entrevue.

De même, la reconstitution fidèle du décor d'une ville américaine des années quarante avec des figurines miniatures manipulées à vue et commentaires affolants du reporter "prenant l'antenne" pour commenter les scènes d'effroi, le tout redoublé par des images de Tom Cruise dans "La Guerre des Mondes" réalisé par Steven Spielberg, véhiculent l'image parfaite des frontières labiles entre vraie fiction et fausse réalité. À faire perdre l'équilibre…

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Se méfier des informations qui confirment ce que nous voulons savoir… Qu'est-ce qui atteste de l'existence d'un fait ? L'absence de la photo de Ruth dans le portefeuille de George prouve-t-elle la présence de ce dernier au sommet de l'Everest ? La panique inventée de l'invasion des Martiens atteste-t-elle de leur non-existence ? Les vérités sur la vérité énoncées par un menteur patenté restent-elles vérités ?

Le final montrant dans un silence assourdissant (l'acteur jouant) George Mallory contemplant à ses pieds (la maquette de) l'Himalaya prendre soudain des dimensions gigantesques donne à voir l'essence de la vérité théâtrale, l'avenir d'une (très belle) illusion.

Présenté en première mondiale aux Colonnes, Blanquefort (33), les 10, 11 et 12 octobre 2020, dans le cadre du FAB (2 au 17 octobre 2020).

"The Mountain"

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Création : Agrupación Señor Serrano.
Dramaturgie et mise en scène : Àlex Serrano, Pau Palacios, Ferran Dordal.
Performance : Anna Pérez Moya, Àlex Serrano, Pau Palacios, David Muñiz.
Musique : Nico Roig.
Programmation vidéo : David Muñiz.
Création vidéo : Jordi Soler Quintana.
Scénographie et maquettes : Lola Belles, Àlex Serrano.
Assistante scénographie : Mariona Signes.
Costumes : Lola Belles.
Conception légère : Cube.bz.
Masque numérique : Román Torre.

Tournée
14 octobre 2020 : Primavera dei Teatri Festival, Castrovillari, Italy (Italie).
19 et 21 novembre2020 : Centro de cultura contemporánea Condeduque, Madrid (Espagne).
2 et 3 décembre2020 : Zona K, Milan (Italie).

Yves Kafka
Mercredi 21 Octobre 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




Vidéos les plus récentes



À découvrir

Oui, nous pouvons permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public !

L'Institut Technologique Européen des Métiers de la Musique, le syndicat CSFI (Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale), le syndicat Les Forces Musicales, c'est-à-dire les professionnels des instruments de musique, des orchestres et opéras français sont parvenus à établir un socle de connaissances solides scientifiquement prouvées sur les enjeux et les risques sanitaires liées à la pratique musicale et vocale. Il sont désormais en état de délivrer des préconisations et de nouveaux protocoles pour permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public. Fanny Reyre Ménard, à la tête du pilotage du Projet PIC VIC (Protocole pour les instruments de musique face au coronavirus, Pratique instrumentale et vocale) nous en a dit plus.

Bois & cuivres © Buffet Crampon.
Fanny Reyre Ménard est Maître Artisan luthière à Nantes depuis 1988 et vice-présidente du CSFI. Elle peut, au nom de ses collègues et camarades engagés dans ce groupe interdisciplinaire de travail (depuis avril 2020), affirmer aujourd'hui qu'une pratique musicale en ces temps de coronavirus n'est pas plus dangereuse que les principaux gestes et actes de notre vie quotidienne.

Un enjeu important puisqu'on parle ni plus ni moins que de rouvrir les salles de concert et les Opéras. Il s'agit également d'encourager la reprise normale d'une pratique musicale, instrumentale et vocale grâce aux outils et connaissances obtenus après quasiment une année de recherches.

Une recherche menée et des résultats obtenus grâce à une synergie de forces tout à fait exceptionnelle ; outre les professionnels des instruments de musique, des orchestres et autres opéras, les ingénieurs Recherche et Développement de structures importantes en facture instrumentale telles que Buffet Crampon, associés à des laboratoires de recherches en biologie, des spécialistes en aérosols ou en dynamique des fluides ont rejoint dans ce but commun (en savoir plus et agir en conséquence) l'Unité des Virus Émergents de l'Institut universitaire hospitalier de Marseille. Le milieu musical à l'arrêt en mars 2020 souhaitait reprendre l'avantage, la crise sanitaire ayant laissé tout le monde provisoirement sans réponse. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Christine Ducq
31/03/2021
Spectacle à la Une

"Respire" Un conte moderne qui traverse les airs comme un souffle magique

Johanne Humblet est funambule. Avec la Compagnie Les filles du renard pâle, elle parcourt le monde pour tendre ses câbles entre les immeubles, les monuments, les grues, elle les fait grimper, se courber en spirale, plonger dans des lacs, traverser des places, des rivières. "Le fil est le lien qui relie un point à un autre, au-dessus des frontières, des barrières, il rassemble. Un lien autant symbolique que concret", explique-t-elle. Elle tisse ainsi son parcours d'équilibriste : quelques dizaines ou quelques centaines de mètres de long et seulement 12 millimètres de diamètre.

© Les filles du renard pâle.
Mais la conception que cette funambule pleine de rêve fait de ses spectacles ne s'arrête pas à l'exploit. Et même si elle évolue sans sécurité aucune, elle ne cherche pas à provoquer chez celui qui regarde le nœud qui noue le ventre à l'idée de la chute dans le vide. Cette réaction est là, quoi qu'il en soit, mais Johanne Humblet ne s'en contente pas. Elle raconte des histoires. Et elle ne les raconte pas seule.

Avec elle, mais au sol, un groupe de trois musiciens rocks va l'accompagner tout au long de sa traversée. La partie musicale du spectacle est très importante. Un rock très teinté métal, trois musiciens aux looks punky qui suivent de leurs compositions l'évolution de la funambule là-haut. Ce sont des échanges, rythmes et regards, qui orchestrent l'évolution du chaperon rouge des airs tandis qu'au sol le loup surveille. Une autre partie importante du spectacle, qui a pour objectif de se jouer la nuit, est dirigée par l'équipe lumière, des lumières élaborées qui font le lien en collant à la musique et en découpant la funambule dans le ciel.

Bruno Fougniès
23/03/2021
Spectacle à la Une

"Adeno Nuitome" Une glorification de l'amour

Lola Molina questionne pour la deuxième fois les stigmates de l'amour. Dans sa pièce précédente intitulée "Seasonal Affective Disorder" (déjà dans une mise en scène de Lélio PLotton), elle s'était intéressée à la cavale hors normes, et pas correcte du tout politiquement parlant, d'une ado de 14 ans et d'un chanteur vaguement raté de 50 piges. Dans "Adeno Huitome", le couple est moins romanesque puisqu'ils ont à peu près le même âge. Lui est régisseur lumière, Elle, écrivain. Ils vivent ensemble en joyeux citadins et suivent chacun des carrières vouées à la réussite jusqu'au jour où le cancer s'immisce dans leur histoire. C'est sur Elle que ça tombe.

© Jonathan Michel.
Une nouvelle qui bouleverse leurs projets : ils changent de vie, abandonnent la ville, achètent une maison en pleine nature. C'est là qu'elle vit dorénavant entre la rivière, les arbres en fleurs, les animaux sauvages et l'écriture. Lui revient de ses tournées dès qu'il le peut. La pièce se construit ainsi en courtes interventions de l'une ou de l'autre et de scènes à deux. Mélanges de souvenirs, de narrations et moments de vie qui nous font découvrir peu à peu l'histoire de ces deux personnages et les variations de leur amour l'un pour l'autre.

Le texte autant que la mise en scène évitent avec bonheur tout réalisme. C'est plus vers une poésie de réconciliation avec la nature que vers l'analyse des dommages de la maladie que notre attention est tournée. Lola Molina scrute avec art et tendresse les remous intimes que la présence de cette menace provoque. Elle (le personnage féminin), prise entre la solitude de cette nouvelle maison et la solitude de son travail d'écriture navigue entre nostalgie de l'adolescence et besoin d'une vitalité que l'environnement bourgeonnant de la maison lui apporte. Lui se dévoue pour l'entourer de toute son attention.

Bruno Fougniès
15/04/2021