La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Temps de Chien dehors... Beau temps à l'intérieur pour futurs cœurs libérés

La chronique d'Isa-belle L

Utiliser l’expression "Un temps de chien" c’est, certes, plus poli, mais je préfère dire "Un temps de merde". Même si c’est moins joli. Avouez que le temps l’est vraiment... pourri. Même doubler l’expression - temps de merde de chien - ne suffirait pas à exprimer tout le ras-le-bol de cette météo qui nous irrite et nous fatigue. "Tempo di merda" avec ses indémodables imperméables, ses cirés jaunis et ses manifs de parapluies dominicales.



© Emanuele Scorcelletti.
© Emanuele Scorcelletti.
Braver les intempéries. Mais quel sale temps pour une sortie ! Un "temps de merde" qui nous met capuche et moral en saucée.

"Temps de merde de chien-chien tiens !" Pauvres petites bêtes, ce que vous prenez quand même ! Amis chiennes et chiens : N'aimeriez-vous pas que les humains vous aiment ? Grâce au ciel. Pardon ! L’ondée me monte trop au cerveau. Grâce au spectacle plutôt… qui se joue au Théâtre Montparnasse, finie la dépression, place au temps de saison. C'est connu. Après les temps de chiens, qu’ils soient caniches, cockers ou dalmatiens, enfin reviennent, piano-piano, les rayons du soleil.

Mes chères amies les bêtes, bye-bye la tempête. Messieurs dames : accalmie au programme. La chaussée glisse, le ciel est noir, les nuages prennent toute la place mais un micro climat surfe au-dessus du Théâtre Montparnasse. Le grand. Celui qui accueille des stars et des rimes :
Lemercier/Bernier... Catalifo/Arbillot ! Des rimes et suivront quelques expressions climatiques. C’est de saison.

© Emanuele Scorcelletti.
© Emanuele Scorcelletti.
Celle que le public vient voir, constellation de la soirée, c’est Valérie Lemercier ! Ce n’est pas ma préférée. Mais elle me fait toujours marrer. Elle porte très bien l’imperméable et de la jauge, paraît presque agréable. Elle a le rôle-titre, celui de la femme un peu blasée, qui se réfugie un jour de pluie dans un bistrot de quartier. Plus le temps dehors va empirer, plus son cœur, légèrement alcoolisé, va se libérer. Aidée par trois autres personnages dont les vies, d’un point de vue "météorologique", sont plus proches de la dépression que de l’anticyclone.

"L’alizé" s’appelle Mélanie Bernier. Rôle de la jeunette orpheline qui a connu les foyers jouant, certes, sur un vent de clichés imposés : écervelée, sapée sexy, gentiment droguée, élevant seule son môme et incapable de trouver chaussure à son pied. Look de midinette et vraie générosité. Voix de velours et corps parfait. Mais la "petite" Mélanie Bernier s’en sort très bien face à la grande Valérie Lemercier.

"L’œil du cyclone". Patriiiiiiiiiiiick ! Merde ! Ça y est ! Je suis aphone. C’est à cause du temps ! Et je n’ai plus 13 ans. Je reprends. Patrick Catalifo. Plus qu’un acteur, un ouragan. Craquant, épatant, séduisant. Voix rauque, servant mieux les mots que les clients. Oui. Dans la pièce, il bosse dans un bistrot. Au départ, c’est un type peu enclin à la sympathie mais ce nuage gris qui plane au-dessus de sa tête va peu à peu se dissiper, et son personnage va devenir gentil. Youpi !

© Emanuele Scorcelletti.
© Emanuele Scorcelletti.
Puis voilà que, soudain, à la fenêtre du bistrot, les flocons de neige font leur apparition. Temps de chien, temps de husky sibérien. L’hiver en septembre et le souffle d’une interprète immense qui ouvre le bal. C’est la première qui entre en scène et la dernière dont je parle. Le tsunami de la tragi-comédie, j’ai nommé : Pascale Arbillot. Il y a eu Charlotte Kady que j’ai rêvé, le temps d’un billet, comme meilleure amie.
Puis soudain un arc-en-ciel... Pascale Arbillot, bien plus qu’un modèle. L’onde sensuelle, un brin émotive, qui carbure au Lexomil. Ce rôle lui va si bien. Elle excelle. Un tourbillon cette comédienne. Palette aussi large que les pluies de Bretagne sont torrentielles. Drôle parfois, sensible souvent, talentueuse à tout moment. Ce soir, c’est elle, ma star. Qui, malgré le vent dehors et la tempête, les cheveux mouillés, les bottes trempées, les flaques d’eau qui amusent les enfants plongeant dedans au grand dam de leurs parents, brille et arrête le temps. Pascale Arbillot est l’éclaircie qui promet le retour du soleil. Donnant au passage quelques leçons d’interprétation. Torrent… et pluie d’applaudissements.

L’histoire se passe en Septembre. Hier, c’était le 6 février. Quelque part à Paris. Et à la sortie du théâtre, j’ai levé les yeux au ciel et cru en une réelle accalmie. Avant que le sale temps, plus tard dans la nuit, ne revienne.

© Emanuele Scorcelletti.
© Emanuele Scorcelletti.
"Un temps de chien", c’est ce quatuor un tantinet déprimé, coincé dans un bistrot de quartier, qui, entre gouttes de pluie et giboulées, parka et bonnets, verres de vin et tasses de café, vont prendre le temps de vivre, de parler et de rigoler.

"Un temps de chien", c’est la mauvaise humeur qui souffle sur les gens au quotidien. Qui pousse les âmes sensibles à devenir "hyper" au moindre éclair. C’est attendre le retour des beaux jours et espérer que la vie reprendra son cours, sans un nuage. Sans gouttelette dans le cou. Sans dégât des eaux. Sans coup de parapluie dans les yeux. Sans inondations dans les rues.

"Un temps de chien", c’est le titre de cette pièce. Et au théâtre, le mauvais temps passe plus facilement.

"Un temps de chien", c’est au Théâtre Montparnasse. En plein cœur de Paris. Rue de la Gaité. On a beau se marrer dans un quartier, quand le temps est pourri, c’est partout pareil. Ça fait…caguer. Un temps de merde, c’est un temps de merde !

Dire "un temps de chien", c’est un peu plus poli et ça tombe bien… car la pluie au théâtre, cesse enfin, à la fin.

Arbillot/Catalifo... Lemercier/Bernier. Des stars. Des rimes. Ma révélation et des rayons de soleil en prime.

"Un Temps de Chien"

© Emanuele Scorcelletti.
© Emanuele Scorcelletti.
Texte : Brigitte Buc.
Mise en scène : Jean Bouchaud.
Assistante mise en scène : Gersende Michel.
Avec : Valérie Lemercier, Pascale Arbillot, Patrick Catalifo, Mélanie Bernier.
Décor : Jean Haas.
Costumes : Carine Sarfati.

Actuellement à l'affiche (depuis le 24 janvier 2014).
Du mardi au samedi 20 h 30, matinée samedi à 17 h 30 et dimanche à 15 h 30.
Changement d'horaire à partir du 23 février : matinée du dimanche à 16 h.
Théâtre Montparnasse, Paris 14e, 01 43 22 77 74.
>> theatremontparnasse.com

Isabelle Lauriou
Mercredi 19 Février 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020