La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Temps de Chien dehors... Beau temps à l'intérieur pour futurs cœurs libérés

La chronique d'Isa-belle L

Utiliser l’expression "Un temps de chien" c’est, certes, plus poli, mais je préfère dire "Un temps de merde". Même si c’est moins joli. Avouez que le temps l’est vraiment... pourri. Même doubler l’expression - temps de merde de chien - ne suffirait pas à exprimer tout le ras-le-bol de cette météo qui nous irrite et nous fatigue. "Tempo di merda" avec ses indémodables imperméables, ses cirés jaunis et ses manifs de parapluies dominicales.



© Emanuele Scorcelletti.
© Emanuele Scorcelletti.
Braver les intempéries. Mais quel sale temps pour une sortie ! Un "temps de merde" qui nous met capuche et moral en saucée.

"Temps de merde de chien-chien tiens !" Pauvres petites bêtes, ce que vous prenez quand même ! Amis chiennes et chiens : N'aimeriez-vous pas que les humains vous aiment ? Grâce au ciel. Pardon ! L’ondée me monte trop au cerveau. Grâce au spectacle plutôt… qui se joue au Théâtre Montparnasse, finie la dépression, place au temps de saison. C'est connu. Après les temps de chiens, qu’ils soient caniches, cockers ou dalmatiens, enfin reviennent, piano-piano, les rayons du soleil.

Mes chères amies les bêtes, bye-bye la tempête. Messieurs dames : accalmie au programme. La chaussée glisse, le ciel est noir, les nuages prennent toute la place mais un micro climat surfe au-dessus du Théâtre Montparnasse. Le grand. Celui qui accueille des stars et des rimes :
Lemercier/Bernier... Catalifo/Arbillot ! Des rimes et suivront quelques expressions climatiques. C’est de saison.

© Emanuele Scorcelletti.
© Emanuele Scorcelletti.
Celle que le public vient voir, constellation de la soirée, c’est Valérie Lemercier ! Ce n’est pas ma préférée. Mais elle me fait toujours marrer. Elle porte très bien l’imperméable et de la jauge, paraît presque agréable. Elle a le rôle-titre, celui de la femme un peu blasée, qui se réfugie un jour de pluie dans un bistrot de quartier. Plus le temps dehors va empirer, plus son cœur, légèrement alcoolisé, va se libérer. Aidée par trois autres personnages dont les vies, d’un point de vue "météorologique", sont plus proches de la dépression que de l’anticyclone.

"L’alizé" s’appelle Mélanie Bernier. Rôle de la jeunette orpheline qui a connu les foyers jouant, certes, sur un vent de clichés imposés : écervelée, sapée sexy, gentiment droguée, élevant seule son môme et incapable de trouver chaussure à son pied. Look de midinette et vraie générosité. Voix de velours et corps parfait. Mais la "petite" Mélanie Bernier s’en sort très bien face à la grande Valérie Lemercier.

"L’œil du cyclone". Patriiiiiiiiiiiick ! Merde ! Ça y est ! Je suis aphone. C’est à cause du temps ! Et je n’ai plus 13 ans. Je reprends. Patrick Catalifo. Plus qu’un acteur, un ouragan. Craquant, épatant, séduisant. Voix rauque, servant mieux les mots que les clients. Oui. Dans la pièce, il bosse dans un bistrot. Au départ, c’est un type peu enclin à la sympathie mais ce nuage gris qui plane au-dessus de sa tête va peu à peu se dissiper, et son personnage va devenir gentil. Youpi !

© Emanuele Scorcelletti.
© Emanuele Scorcelletti.
Puis voilà que, soudain, à la fenêtre du bistrot, les flocons de neige font leur apparition. Temps de chien, temps de husky sibérien. L’hiver en septembre et le souffle d’une interprète immense qui ouvre le bal. C’est la première qui entre en scène et la dernière dont je parle. Le tsunami de la tragi-comédie, j’ai nommé : Pascale Arbillot. Il y a eu Charlotte Kady que j’ai rêvé, le temps d’un billet, comme meilleure amie.
Puis soudain un arc-en-ciel... Pascale Arbillot, bien plus qu’un modèle. L’onde sensuelle, un brin émotive, qui carbure au Lexomil. Ce rôle lui va si bien. Elle excelle. Un tourbillon cette comédienne. Palette aussi large que les pluies de Bretagne sont torrentielles. Drôle parfois, sensible souvent, talentueuse à tout moment. Ce soir, c’est elle, ma star. Qui, malgré le vent dehors et la tempête, les cheveux mouillés, les bottes trempées, les flaques d’eau qui amusent les enfants plongeant dedans au grand dam de leurs parents, brille et arrête le temps. Pascale Arbillot est l’éclaircie qui promet le retour du soleil. Donnant au passage quelques leçons d’interprétation. Torrent… et pluie d’applaudissements.

L’histoire se passe en Septembre. Hier, c’était le 6 février. Quelque part à Paris. Et à la sortie du théâtre, j’ai levé les yeux au ciel et cru en une réelle accalmie. Avant que le sale temps, plus tard dans la nuit, ne revienne.

© Emanuele Scorcelletti.
© Emanuele Scorcelletti.
"Un temps de chien", c’est ce quatuor un tantinet déprimé, coincé dans un bistrot de quartier, qui, entre gouttes de pluie et giboulées, parka et bonnets, verres de vin et tasses de café, vont prendre le temps de vivre, de parler et de rigoler.

"Un temps de chien", c’est la mauvaise humeur qui souffle sur les gens au quotidien. Qui pousse les âmes sensibles à devenir "hyper" au moindre éclair. C’est attendre le retour des beaux jours et espérer que la vie reprendra son cours, sans un nuage. Sans gouttelette dans le cou. Sans dégât des eaux. Sans coup de parapluie dans les yeux. Sans inondations dans les rues.

"Un temps de chien", c’est le titre de cette pièce. Et au théâtre, le mauvais temps passe plus facilement.

"Un temps de chien", c’est au Théâtre Montparnasse. En plein cœur de Paris. Rue de la Gaité. On a beau se marrer dans un quartier, quand le temps est pourri, c’est partout pareil. Ça fait…caguer. Un temps de merde, c’est un temps de merde !

Dire "un temps de chien", c’est un peu plus poli et ça tombe bien… car la pluie au théâtre, cesse enfin, à la fin.

Arbillot/Catalifo... Lemercier/Bernier. Des stars. Des rimes. Ma révélation et des rayons de soleil en prime.

"Un Temps de Chien"

© Emanuele Scorcelletti.
© Emanuele Scorcelletti.
Texte : Brigitte Buc.
Mise en scène : Jean Bouchaud.
Assistante mise en scène : Gersende Michel.
Avec : Valérie Lemercier, Pascale Arbillot, Patrick Catalifo, Mélanie Bernier.
Décor : Jean Haas.
Costumes : Carine Sarfati.

Actuellement à l'affiche (depuis le 24 janvier 2014).
Du mardi au samedi 20 h 30, matinée samedi à 17 h 30 et dimanche à 15 h 30.
Changement d'horaire à partir du 23 février : matinée du dimanche à 16 h.
Théâtre Montparnasse, Paris 14e, 01 43 22 77 74.
>> theatremontparnasse.com

Isabelle Lauriou
Mercredi 19 Février 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Partenariat



À découvrir

Succès mérité pour CIRCa, le cirque dans tous ses états !

Premier week-end à chapiteaux pleins à Auch sous le soleil occitan pour la 34e édition du festival du cirque actuel. Dans une ambiance éminemment festive, le public avait investi les différents espaces du festival, tant le Dôme de Gascogne et la salle Bernard Turin que les toiles édifiées à proximité ou sur d'autres lieux de la commune gersoise, pour découvrir des propositions artistiques riches et variées, d'une grande diversité de formes et de styles.

On pouvait ainsi apprécier, lors de ces deux premières journées, l'espiègle énergie et la bonne humeur des jeunes acrobates australiens de la Cie Gravity and Others Myths, "PANDAX", le cirque narratif de Cirque La Compagnie, la Cie H.M.G. avec son onirique et carrément magique "080" ou encore "Les hauts plateaux", la création 2019 de Mathurin Bolze/Cie MPTA (Compagnie les Mains les Pieds et la Tête Aussi).

Proposition forte au programme de ce week-end introductif, "Les hauts plateaux" offraient une scénographie originale, mystérieuse et très technique faite de trampolines, de plateaux volants et d'agrès en suspension. Dans une vision aux couleurs d'apocalypse, sur fonds de ruines passées, présentes ou imaginaires, ces hauts plateaux se dessinent comme autant d'îles défiant les lois de la gravité… où des êtres, silhouettes parfois irréelles, artistes de l'aérien, de la légèreté, embrassent d'éphémères, mais sans cesse renouvelés, moments acrobatiques, entre deux équilibres, portés, guidés par les rebonds d'efficaces trampolines.

Gil Chauveau
26/10/2021
Spectacle à la Une

Un large déploiement de créations pour la 29e édition du Festival Marmaille

Pour la vingt-neuvième fois, l'association Lillico organise, dans Rennes, la métropole rennaise et l'Ille-et-Vilaine, le Festival Marmaille, événement consacré à la jeunesse, à l'enfance et à la prime-enfance, mais aussi aux spectacles "tout public" qui se déroulent durant deux semaines. Un festival pluridisciplinaire puisqu'il accueille théâtre, danse, chant, films, etc., dans différents lieux partenaires. Cette diversité permet aux enfants comme aux adultes de tous y trouver leur compte, d'autant que l'axe de programmation vise non seulement l'éclectisme, mais le sens, l'importance du propos autant que le plaisir de l'instant.

L'édition 2021 de Marmaille révèle vingt-deux propositions artistiques destinées à toutes les tranches d'âge puisque certains spectacles s'adressent à des bébés (comme le spectacle "Chuchoterie" pour un public accepté dès la naissance ou "Touche" à partir de 18 mois dont nous reparlerons plus bas). Elle rayonne dans une galaxie de lieux dans Rennes et dans les alentours. Et elle est riche de quatorze créations.

Des créations que Lillico connaît bien pour beaucoup d'entre elles puisqu'une des missions de l'association est d'accompagner tout au long de l'année des compagnies tournées vers le jeune public. Ceci depuis trente-deux. C'est certainement la raison pour laquelle ce festival révèle des propositions d'une très grande originalité et d'une grande valeur artistique. Accompagnés par l'association Lillico et révélés lors de cette quinzaine, ces spectacles continuent leur chemin sur tout le territoire pour des tournées importantes. Vous pourrez certainement en voir programmés près de chez vous.

Peut-être aurez-vous ainsi l'occasion de découvrir "Vendredi", une pièce inspirée de "Robinson Crusoé" de Daniel Defoe, qui s'attache à mettre en images l'évolution de la relation entre Robinson, l'homme civilisé et Vendredi, le sauvage. Dans un décor construit comme une île en miniature, les deux comédiennes qui interprètent les rôles racontent sans un mot le mimétisme dont Vendredi fait preuve face à Robinson, abandonnant ainsi une partie de sa personnalité. Toute cette histoire nous parvient ainsi par le mime, avec une lenteur voulue, comme un rituel moitié absurde, moitié ludique.

Bruno Fougniès
29/10/2021
Spectacle à la Une

"Olympe et moi" Redécouvrir les écrits d'Olympe de Gouges pour mieux envisager les combats restant à mener

Olympe de Gouges, courtisane, royaliste, puis républicaine, insoumise et revendicatrice, connut son heure de gloire avant de mourir sous la lame meurtrière de la Terreur en 1793 et de tomber dans l'oubli. Elle a réapparu à juste titre aux côtés des grandes féministes contemporaines, il y a quelques décennies. Véronique Ataly et Patrick Mons nous proposent une rencontre attachante, généreuse, avec celle-ci où est associée avec intelligence l'actualité de la Femme telle qu'elle est aujourd'hui.

© Philippe Delacroix.
En fond sonore, bruits confus d'une foule probablement en mouvement, séquence révolutionnaire suggérée. Et cette phrase jetée comme une réplique provocatrice aux événements que l'on imagine en cours : "Femmes, quels bénéfices avez-vous tirés de la révolution ?"… telle est l'adresse d'Olympe à la foule… Et le début du singulier spectacle imaginé par Véronique Ataly où une comédienne, Florence, doit interpréter l'Occitane émancipée et insoumise qui cultiva une révolte permanente contre l'injustice et surtout l'hypocrisie.

L'interprète ainsi désignée de la féministe révolutionnaire donne tout de suite la temporalité du récit envisagé : 1793, la montée vers la guillotine d'Olympe de Gouges. Mais si, ici, cette dernière y perdit la tête, pour Florence, c'est de perte de mémoire dont il s'agit, un énorme trou, l'oubli total de son texte sans souffleur pour la secourir, le métier n'existant plus depuis longtemps.

Perte de mémoire contre perte de tête, le procédé pourrait sembler "facile", cousu de fil blanc - j'avoue que telle fut ma première impression -, mais Véronique Ataly, usant avec subtilité et humour de la trame conçue par Patrick Mons à l'aide notamment des différents écrits d'Olympe, va découdre cette facilité avec beaucoup de talent.

Gil Chauveau
15/11/2021