La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Temps de Chien dehors... Beau temps à l'intérieur pour futurs cœurs libérés

La chronique d'Isa-belle L

Utiliser l’expression "Un temps de chien" c’est, certes, plus poli, mais je préfère dire "Un temps de merde". Même si c’est moins joli. Avouez que le temps l’est vraiment... pourri. Même doubler l’expression - temps de merde de chien - ne suffirait pas à exprimer tout le ras-le-bol de cette météo qui nous irrite et nous fatigue. "Tempo di merda" avec ses indémodables imperméables, ses cirés jaunis et ses manifs de parapluies dominicales.



© Emanuele Scorcelletti.
© Emanuele Scorcelletti.
Braver les intempéries. Mais quel sale temps pour une sortie ! Un "temps de merde" qui nous met capuche et moral en saucée.

"Temps de merde de chien-chien tiens !" Pauvres petites bêtes, ce que vous prenez quand même ! Amis chiennes et chiens : N'aimeriez-vous pas que les humains vous aiment ? Grâce au ciel. Pardon ! L’ondée me monte trop au cerveau. Grâce au spectacle plutôt… qui se joue au Théâtre Montparnasse, finie la dépression, place au temps de saison. C'est connu. Après les temps de chiens, qu’ils soient caniches, cockers ou dalmatiens, enfin reviennent, piano-piano, les rayons du soleil.

Mes chères amies les bêtes, bye-bye la tempête. Messieurs dames : accalmie au programme. La chaussée glisse, le ciel est noir, les nuages prennent toute la place mais un micro climat surfe au-dessus du Théâtre Montparnasse. Le grand. Celui qui accueille des stars et des rimes :
Lemercier/Bernier... Catalifo/Arbillot ! Des rimes et suivront quelques expressions climatiques. C’est de saison.

© Emanuele Scorcelletti.
© Emanuele Scorcelletti.
Celle que le public vient voir, constellation de la soirée, c’est Valérie Lemercier ! Ce n’est pas ma préférée. Mais elle me fait toujours marrer. Elle porte très bien l’imperméable et de la jauge, paraît presque agréable. Elle a le rôle-titre, celui de la femme un peu blasée, qui se réfugie un jour de pluie dans un bistrot de quartier. Plus le temps dehors va empirer, plus son cœur, légèrement alcoolisé, va se libérer. Aidée par trois autres personnages dont les vies, d’un point de vue "météorologique", sont plus proches de la dépression que de l’anticyclone.

"L’alizé" s’appelle Mélanie Bernier. Rôle de la jeunette orpheline qui a connu les foyers jouant, certes, sur un vent de clichés imposés : écervelée, sapée sexy, gentiment droguée, élevant seule son môme et incapable de trouver chaussure à son pied. Look de midinette et vraie générosité. Voix de velours et corps parfait. Mais la "petite" Mélanie Bernier s’en sort très bien face à la grande Valérie Lemercier.

"L’œil du cyclone". Patriiiiiiiiiiiick ! Merde ! Ça y est ! Je suis aphone. C’est à cause du temps ! Et je n’ai plus 13 ans. Je reprends. Patrick Catalifo. Plus qu’un acteur, un ouragan. Craquant, épatant, séduisant. Voix rauque, servant mieux les mots que les clients. Oui. Dans la pièce, il bosse dans un bistrot. Au départ, c’est un type peu enclin à la sympathie mais ce nuage gris qui plane au-dessus de sa tête va peu à peu se dissiper, et son personnage va devenir gentil. Youpi !

© Emanuele Scorcelletti.
© Emanuele Scorcelletti.
Puis voilà que, soudain, à la fenêtre du bistrot, les flocons de neige font leur apparition. Temps de chien, temps de husky sibérien. L’hiver en septembre et le souffle d’une interprète immense qui ouvre le bal. C’est la première qui entre en scène et la dernière dont je parle. Le tsunami de la tragi-comédie, j’ai nommé : Pascale Arbillot. Il y a eu Charlotte Kady que j’ai rêvé, le temps d’un billet, comme meilleure amie.
Puis soudain un arc-en-ciel... Pascale Arbillot, bien plus qu’un modèle. L’onde sensuelle, un brin émotive, qui carbure au Lexomil. Ce rôle lui va si bien. Elle excelle. Un tourbillon cette comédienne. Palette aussi large que les pluies de Bretagne sont torrentielles. Drôle parfois, sensible souvent, talentueuse à tout moment. Ce soir, c’est elle, ma star. Qui, malgré le vent dehors et la tempête, les cheveux mouillés, les bottes trempées, les flaques d’eau qui amusent les enfants plongeant dedans au grand dam de leurs parents, brille et arrête le temps. Pascale Arbillot est l’éclaircie qui promet le retour du soleil. Donnant au passage quelques leçons d’interprétation. Torrent… et pluie d’applaudissements.

L’histoire se passe en Septembre. Hier, c’était le 6 février. Quelque part à Paris. Et à la sortie du théâtre, j’ai levé les yeux au ciel et cru en une réelle accalmie. Avant que le sale temps, plus tard dans la nuit, ne revienne.

© Emanuele Scorcelletti.
© Emanuele Scorcelletti.
"Un temps de chien", c’est ce quatuor un tantinet déprimé, coincé dans un bistrot de quartier, qui, entre gouttes de pluie et giboulées, parka et bonnets, verres de vin et tasses de café, vont prendre le temps de vivre, de parler et de rigoler.

"Un temps de chien", c’est la mauvaise humeur qui souffle sur les gens au quotidien. Qui pousse les âmes sensibles à devenir "hyper" au moindre éclair. C’est attendre le retour des beaux jours et espérer que la vie reprendra son cours, sans un nuage. Sans gouttelette dans le cou. Sans dégât des eaux. Sans coup de parapluie dans les yeux. Sans inondations dans les rues.

"Un temps de chien", c’est le titre de cette pièce. Et au théâtre, le mauvais temps passe plus facilement.

"Un temps de chien", c’est au Théâtre Montparnasse. En plein cœur de Paris. Rue de la Gaité. On a beau se marrer dans un quartier, quand le temps est pourri, c’est partout pareil. Ça fait…caguer. Un temps de merde, c’est un temps de merde !

Dire "un temps de chien", c’est un peu plus poli et ça tombe bien… car la pluie au théâtre, cesse enfin, à la fin.

Arbillot/Catalifo... Lemercier/Bernier. Des stars. Des rimes. Ma révélation et des rayons de soleil en prime.

"Un Temps de Chien"

© Emanuele Scorcelletti.
© Emanuele Scorcelletti.
Texte : Brigitte Buc.
Mise en scène : Jean Bouchaud.
Assistante mise en scène : Gersende Michel.
Avec : Valérie Lemercier, Pascale Arbillot, Patrick Catalifo, Mélanie Bernier.
Décor : Jean Haas.
Costumes : Carine Sarfati.

Actuellement à l'affiche (depuis le 24 janvier 2014).
Du mardi au samedi 20 h 30, matinée samedi à 17 h 30 et dimanche à 15 h 30.
Changement d'horaire à partir du 23 février : matinée du dimanche à 16 h.
Théâtre Montparnasse, Paris 14e, 01 43 22 77 74.
>> theatremontparnasse.com

Isabelle Lauriou
Mercredi 19 Février 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022