Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Tel un roi dans la cour des lions, Arnaud Ducret sur scène nous fait rugir de plaisir !

La chronique d'Isa-belle L

François Hollande contre Arnaud Ducret. (Ne pas confondre avec Daniel Ducruet !). Télévision contre spectacle vivant. Blablabla politique interminable contre one-man-show ?



© DR.
© DR.
De Mitterrand, en passant par Chirac, sans oublier Sarkozy, je crois que jamais je n'ai écouté un président bavasser autour d'une table, à la télé. L'autre soir, notre président actuel, venait s'exprimer une fois de plus, avec invités "triés" sur le volet. Pour nous rassurer…

Mon choix fut rapide et pas question de déroger à MA règle, je n'ai pas regardé ce débat animé… Non ! J'ai préféré aller m'engouffrer dans le dixième de Paname, rue Yves Toudic, direction l'Alhambra. Pas de TV. De toute façon, je l'ai balancée… Je suis con !

Arnaud Ducret est un grand bonhomme. François Hollande est grand, lui aussi, je crois. De taille. Mais Arnaud Ducret le dépasse largement. Je me suis renseignée. Hollande, paraît-il, fait des blagues. Sauf erreur de ma part, la radio Rires et Chansons n'a pas encore fait de sélection officielle de ses meilleurs sketches. J'ai hâte de comparer. Maintenant que j'ai vu, écouté et rigolé à gorge déployée sur les textes de Monsieur Ducret. La radio ci-dessus nommée est d'ailleurs partenaire de ce spectacle déjanté. Ce n'est pas ma radio préférée, mais je dois avouer qu'au volant de sa voiture, autant se marrer sur les blagues d'Arnaud Ducret que sur l'allocution d'un président surmédiatisé !

© DR.
© DR.
Dans la salle de l'Alhambra, il faisait froid. Arnaud Ducret a d'ailleurs prévenu le public. Sympa ! Peu importe. Rire réchauffe les zygomatiques et, progressivement, on oublie qu'on a les pieds gelés, le bout du nez rouge, le torticolis qui guette et que, de toute façon, dehors ce sera pire puisque l'hiver arrive à grands pas. Autant profiter de ce qu'on voit et ce que j'ai vu, moi, c'est avant tout un comédien hallucinant, grand, de taille incontestablement, mais aussi de talent.

Les one-man-show, je ne suis pas adepte. Je n'ai pas assisté à celui de notre président non plus. Je pourrais donc changer d'avis, qui sait ? Bien que l'autre soir, il n'ait pas été tout à fait seul puisque, comme à l'Alhambra d'ailleurs, il y avait des invités. J'ai ouïe dire qu'il avait beaucoup parlé. Idem pour Arnaud Ducret. Une heure et demie de subtilités, de personnages croqués avec brio sur des musiques survoltées dans un corps souple, bien entretenu accompagné d'un style vestimentaire ultra branché.

Et François Hollande ? Toujours en costume trois pièces. Il y a mieux pour paraître décontracté. Il faudrait les faire rencontrer ces deux-là. François dans le pantalon type sarouel d'Arnaud, ça surprendrait. Mieux. Le président ferait la une des magazines, l'intro du 20 heures, les beaux jours des Oups voilà voici chez Gala aussi. Ah ! On me dit que c'est déjà fait. Qu'il a déjà eu les honneurs de la presse à scandale. Tiens ! Je l'ignorais.

© DR.
© DR.
Revenons à notre comédien connu grâce à la télé mais avant tout passionné par la scène depuis ses 10 ans. Il le dit lui-même, je n'ai pas inventé. Je ne me le permettrais pas. Dire des conneries. Lui, Arnaud Ducret, en raconte beaucoup, mais à la fois, c'est son métier. Divertir le public et nous amuser. Il le fait sans compter. Dans l'ordre de mes sketches préférés : la discothèque et la biche qui s'invite en fin de soirée (Énorme !). Puis le chirurgien, super bien croqué, exagéré mais tellement drôle et bien fait. L'intro, excellente, comment ai-je pu d'entrée, l'oublier ? Et le final, incroyablement maîtrisé, et une découverte en entraînant une autre, une voix et un coffre qui m'ont scotchée. Pas une voix de chanteur pour midinette. Non ! Là on vise plus haut… comme le chantait Tina Arena à l'époque : plus haut, ténor, alto ? Peu importe. Chapeau !

Enfin, il y a vraiment dans ce spectacle de la nouveauté. Arnaud Ducret n'a pas le visage d'un "comique". Je ne sais pas si ça existe la tête de comique mais il a une telle allure de dandy que son humour en devient ravageur et que jamais, en plus d'une heure, on se lasse de regarder ce type passionné par son métier. Qui donne en effet, beaucoup de plaisir et aussi, par ce froid qui sévissait, beaucoup de chaleur.

J'ignore encore si le seul "presque en scène" de François Hollande était aussi subtil, physique et drôle. Si, notre président, lui aussi, a raconté des conneries. Si, à la fin de son débat public, il a poussé la chansonnette. J'ignore car je n'ai pas non plus maté le Replay.

Arnaud Ducret aussi fait de la télé. Un programme court. Que je n'ai pas regardé. Puisque je n'ai plus de télé. Je mens. Je suis tombée dessus chez mon père, un week-end débordant d'activité.

Sur scène, c'est encore mieux ! De mon point de vue. Il y est bien. C'est un homme qui en plus a bossé et qui a des choses, souvent drôles à souhait, à raconter. Ne flingue pas à tout va mais dit quelques vérités. Un type avec qui on resterait bien quelques heures à bavarder sur le karaté, les maisons de retraite ou sur Rouen (ville où il est né).

Je voudrais lui poser cette question en particulier : comment un homme peut-il aussi bien danser ? Il a le rythme dans la peau Arnaud.

Arnaud Ducret tient sa ligne, François Hollande aussi. Quel régime ? Aucune importance, l'essentiel, c'est de la garder. Sa ligne. Non ?

Alhambra ou télévision. La Cour des lions où Ducret ce soir-là fut le roi, ou gros média appelé TV ? Carton ou indomptable débat ?

J'ai donc fait mon choix ce jeudi-là. Arnaud Ducret dit : "vouloir faire plaisir". François Hollande, après debriefing et retour radio sur sa soirée télé, s'est excusé de s'être un peu planté mais promet des efforts et, aussi, de nous faire plaisir.

Il lui reste trois années. Pour Arnaud Ducret, il vous reste une bonne vingtaine de soirée. Je ne saurais que vous le conseiller.
Faites-vous plaisir !

"Arnaud Ducret vous fait plaisir"

© DR.
© DR.
De et avec Arnaud Ducret.
Mise en scène : Étienne de Balasy.
Complicité artistique : Marco.

Du 6 novembre au 31 décembre 2014.
Jeudi, vendredi et samedi à 21 h, lundi 22 et 29 à 21 h, mardi 23 et 30 à 21 h, jeudi 25 à 17 h.
L'Alhambra, Paris 10e, 01 40 20 40 25.
>> alhambra-paris.com

Isabelle Lauriou
Samedi 15 Novembre 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Huit pièces de théâtre d'Agatha Christie éditées chez L'Œil du Prince

L'œuvre théâtrale d'Agatha Christie est très peu connue en France, ses pièces n'ayant quasiment jamais été publiées en français. C'est chose partiellement réparée avec la publication de huit textes - constituant une partie de son œuvre dramatique -, entre 2018 et 2020, aux Éditions L'Œil du Prince* dont deux, "Reconstitution" et "Le Point de rupture", le 12 novembre dernier.

En adaptant elle-même ses romans, Agatha Christie se révèle en dramaturge précise, maîtrisant parfaitement la tension dramatique du huis clos. Sa plume de romancière perce à travers des didascalies fournies, qui permettent de traverser les pièces comme des récits. On a pu le voir l'année dernière à La Pépinière Théâtre avec "La Souricière" mise en scène par Ladislas Chollat.

Ici, pour ces huit parutions, la traduction a été assurée par Gérald Sibleyras, auteur de quelques beaux succès dont "Un Petit Jeu sans conséquence" (co-écrit avec Jean Dell) et Sylvie Perez, journaliste et essayiste.

Gérald Sibleyras est l'auteur de nombreuses pièces : "Le Vent des peupliers", "La Danse de l'albatros", etc. Nommé quatre fois aux Molières comme meilleur auteur, il a gagné le Laurence Olivier Award de la meilleure comédie à Londres en 2006 pour l'adaptation du "Vent des peupliers". Il a reçu en 2010 le Molière de l'adaptateur pour "Les 39 marches". Gérald Sibleyras est également l'adaptateur de la pièce à succès "Des fleurs pour Algernon".

Gil Chauveau
27/11/2020
Spectacle à la Une

Lou Casa CD "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Alicia Gardes.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
03/12/2020
Sortie à la Une

Vingt-huit personnalités du monde culturel et intellectuel déposent une demande au Conseil d'État : leur droit fondamental à la culture

© DR.
L'ensemble des acteurs du théâtre, cinéma, cirque, privés, publics, compagnies, organismes publics, syndicats, associations… seront présents ou représentés lundi matin devant le Conseil d'État pour demander au gouvernement la réouverture des lieux de Culture.

À l'occasion de cette audience, 28 personnalités du monde culturel et intellectuel se sont jointes hier à la procédure en déposant une demande pour invoquer, en tant que citoyen, leur droit fondamental d'accès à la culture.

Ils souhaitent que le Conseil d'État se saisisse de ce moment historique et consacre le droit à la Culture comme une liberté fondamentale en France.

Mireille Delmas Marty, Edgar Morin, Isabelle Adjani, Karin Viard, Juliette Binoche, Jean Nouvel, David Dufresne, Jean-Michel Ribes, Virigine Efira, Rokhaya Diallo, Charles Berling, Pauline Bureau, Philippe Torreton, Julie Gayet, Rebecca Zlotowski, François Morel, Nadège Beausson-Diagne, Nancy Huston, Bulle Ogier, Bernard Latarjet, Laurence Lascary, Patrick Aeberhard, Marcial Di Fonzo Bo, Anna Mouglalis, José-Manuel Gonçalves, Zahia Ziouani, Anny Duperey, Paul B. Preciado.

Cabinet en charge du dossier :
Cabinet Bourdon & Associés – Avocats, 01 42 60 32 60.
contact@bourdon-associes.com

Communiqué de presse du 20 décembre 2020.

La Rédaction
20/12/2020