La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
RV du Jour

Teatro a Corte... En attendant l'édition 2013, y-a-t-il une vie à Turin après le festival ?

À écouter - Épisode 3

En attendant la prochaine édition de Teatro a Corte, en juillet 2013, retrouvons une dernière fois Beppe Navello pour échanger, bien sûr, sur le festival mais également, de manière plus épicurienne, sur les richesses gastronomiques du Piémont et sur les occasions de revenir dans la cité piémontaise, notamment pour les spectacles que Beppe programme tout au long de l'année dans son Teatro Astra.



"Malediction", Dudapaiva Company © Gil Chauveau.
"Malediction", Dudapaiva Company © Gil Chauveau.
Si la qualité et la diversité de la programmation du Teatro a Corte suffisent à vouloir fréquenter (et découvrir), durant le beau et chaud mois de juillet, la région du Piémont, cette dernière a bien d'autres atouts à son actif. On peut évidemment visiter les demeures royales mais également de nombreux musées - dont le Musée national du Cinéma et le Musée Égyptien à Turin (deux références au niveau international) - ; assister aux nombreux spectacles programmées tout au long de l'année dans les différents théâtres ; et, point non négligeable (pour votre serviteur !), déguster l'excellente (et riche) gastronomie et les délicieux nectars piémontais.

Concernant les spectacles, en dehors du festival Teatro a Corte, revenir à Turin vous permettra de découvrir la programmation du Théâtre Astra (une trentaine de spectacles de novembre à mai), réalisée par Beppe Navello et son équipe dans cette très belle salle dont il est le directeur. Parmi les pièces à l'affiche, on notera, entre autres, la reprise de la création historique de Jean-Claude Penchenat, "Le Bal", par une compagnie polonaise et la présentation d'un texte classique italien en vers par de jeunes comédiens (dans une version contemporaine) et mis en scène par Beppe "himself".
teatro_a_corte_beppe_navello_03.mp3 Teatro a Corte Beppe Navello_03.mp3  (11.84 Mo)


"Duo", Jérôme Thomas © Gil Chauveau.
"Duo", Jérôme Thomas © Gil Chauveau.
En dehors du fait que nous partageons avec Beppe le même penchant pour les plaisirs épicuriens, il conçoit Teatro a Corte comme une "manifestation de terroir". En effet, Turin et le Piémont présentent une grande richesse dans le domaine de la gastronomie et de l’œnologie. La mise en valeur des sites, des produits du terroir et du tourisme est d'ailleurs dans le cahier des charges initial du festival et inscrite dans le contrat lié à la subvention de la région. C'est ainsi que, cette année, après la visite (le 14 juillet) du Castello Reale di Racconigi où avait lieu "Monger" du chorégraphe israélien Barak Marshall, et avant le spectacle, un dîner était organisé dans les cuisines XIXe du château.

"Malediction", Dudapaiva Company © Gil Chauveau.
"Malediction", Dudapaiva Company © Gil Chauveau.
Beppe met également un point d'honneur à conseiller aux journalistes et professionnels présents durant le festival des restaurants de qualité. C'est ainsi que nous avons dîner dans l'excellent et chaleureux restaurant "l'Acino", dans l'un des vieux quartiers historiques de Turin. Cet établissement a bâti sa réputation sur la qualité des produits et sur une carte de plats traditionnels et authentiques (légèrement et subtilement revisité). On ne peut être à Turin sans se mettre à table à l'Acino pour savourer (et le mot est faible) un "Tonno di coniglio alla Monferrina", un haché de lapin macéré dans l'huile d'olive, aillé et tendre comme du thon ; une succulente et aérienne "Bagna caôda"(préparation à base de d'anchois, d'ail et d'huile d'olive) ; de sublimes "Trippa di vitello alla Piemontese", des tripes de veau fondantes et parfumées, imprégnées d'une sauce tomate très aromatique et sans excès d'acidité ; de goûteux et nourrissants "Agnolottini del plin", petits "raviolis" qui se caractérisent par leur forme de demi-lune et leur farce de viande ; et, pour clore, l'inévitable (et indispensable à un vrai repas piémontais) "Il bonèt", un dessert traditionnel, ici revu avec talent pour un gain de légèreté bienvenu en cette fin copieuse de dîner.

La carte des vins n'est pas en reste et propose une variété quasi complète des vins piémontais dont, dans les "petits" vins, un très bon Mompertone Monferrato Rosso 2009 de chez Prunotto (60 % Barbera, 40 % Syrah).

"Duo", Jérôme Thomas © Gil Chauveau.
"Duo", Jérôme Thomas © Gil Chauveau.
Pour finir, ce troisième et dernier épisode de notre entretien avec Beppe Navello nous permet également d'aborder la problématique des spectacles de rue qui, en dehors des difficultés liées à la conjoncture économique, ne sont pas toujours facile à mettre en place dans une ville riche d'un patrimoine omniprésent.

Rendez-vous donc l'année prochaine pour une nouvelle édition de Teatro a Corte et, en attendant, n'oubliez pas que le Piémont est frontalier avec la France - et donc très facile d'accès, notamment en TGV -, une bonne raison pour aller visiter cette belle région italienne.

A eu lieu du 6 au 22 juillet 2012.
Festival International "Teatro a Corte", Turin, Italie.
Tél. : +39 011.5634352,
Via Verdi 9, Torino.

>> teatroacorte.it
>> Programme du festival en anglais
>> Site de la Fondazione TPE/Teatro Astra


Gil Chauveau
Jeudi 2 Août 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020