La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
RV du Jour

Teatro a Corte... En attendant l'édition 2013, y-a-t-il une vie à Turin après le festival ?

À écouter - Épisode 3

En attendant la prochaine édition de Teatro a Corte, en juillet 2013, retrouvons une dernière fois Beppe Navello pour échanger, bien sûr, sur le festival mais également, de manière plus épicurienne, sur les richesses gastronomiques du Piémont et sur les occasions de revenir dans la cité piémontaise, notamment pour les spectacles que Beppe programme tout au long de l'année dans son Teatro Astra.



"Malediction", Dudapaiva Company © Gil Chauveau.
"Malediction", Dudapaiva Company © Gil Chauveau.
Si la qualité et la diversité de la programmation du Teatro a Corte suffisent à vouloir fréquenter (et découvrir), durant le beau et chaud mois de juillet, la région du Piémont, cette dernière a bien d'autres atouts à son actif. On peut évidemment visiter les demeures royales mais également de nombreux musées - dont le Musée national du Cinéma et le Musée Égyptien à Turin (deux références au niveau international) - ; assister aux nombreux spectacles programmées tout au long de l'année dans les différents théâtres ; et, point non négligeable (pour votre serviteur !), déguster l'excellente (et riche) gastronomie et les délicieux nectars piémontais.

Concernant les spectacles, en dehors du festival Teatro a Corte, revenir à Turin vous permettra de découvrir la programmation du Théâtre Astra (une trentaine de spectacles de novembre à mai), réalisée par Beppe Navello et son équipe dans cette très belle salle dont il est le directeur. Parmi les pièces à l'affiche, on notera, entre autres, la reprise de la création historique de Jean-Claude Penchenat, "Le Bal", par une compagnie polonaise et la présentation d'un texte classique italien en vers par de jeunes comédiens (dans une version contemporaine) et mis en scène par Beppe "himself".
teatro_a_corte_beppe_navello_03.mp3 Teatro a Corte Beppe Navello_03.mp3  (11.84 Mo)


"Duo", Jérôme Thomas © Gil Chauveau.
"Duo", Jérôme Thomas © Gil Chauveau.
En dehors du fait que nous partageons avec Beppe le même penchant pour les plaisirs épicuriens, il conçoit Teatro a Corte comme une "manifestation de terroir". En effet, Turin et le Piémont présentent une grande richesse dans le domaine de la gastronomie et de l’œnologie. La mise en valeur des sites, des produits du terroir et du tourisme est d'ailleurs dans le cahier des charges initial du festival et inscrite dans le contrat lié à la subvention de la région. C'est ainsi que, cette année, après la visite (le 14 juillet) du Castello Reale di Racconigi où avait lieu "Monger" du chorégraphe israélien Barak Marshall, et avant le spectacle, un dîner était organisé dans les cuisines XIXe du château.

"Malediction", Dudapaiva Company © Gil Chauveau.
"Malediction", Dudapaiva Company © Gil Chauveau.
Beppe met également un point d'honneur à conseiller aux journalistes et professionnels présents durant le festival des restaurants de qualité. C'est ainsi que nous avons dîner dans l'excellent et chaleureux restaurant "l'Acino", dans l'un des vieux quartiers historiques de Turin. Cet établissement a bâti sa réputation sur la qualité des produits et sur une carte de plats traditionnels et authentiques (légèrement et subtilement revisité). On ne peut être à Turin sans se mettre à table à l'Acino pour savourer (et le mot est faible) un "Tonno di coniglio alla Monferrina", un haché de lapin macéré dans l'huile d'olive, aillé et tendre comme du thon ; une succulente et aérienne "Bagna caôda"(préparation à base de d'anchois, d'ail et d'huile d'olive) ; de sublimes "Trippa di vitello alla Piemontese", des tripes de veau fondantes et parfumées, imprégnées d'une sauce tomate très aromatique et sans excès d'acidité ; de goûteux et nourrissants "Agnolottini del plin", petits "raviolis" qui se caractérisent par leur forme de demi-lune et leur farce de viande ; et, pour clore, l'inévitable (et indispensable à un vrai repas piémontais) "Il bonèt", un dessert traditionnel, ici revu avec talent pour un gain de légèreté bienvenu en cette fin copieuse de dîner.

La carte des vins n'est pas en reste et propose une variété quasi complète des vins piémontais dont, dans les "petits" vins, un très bon Mompertone Monferrato Rosso 2009 de chez Prunotto (60 % Barbera, 40 % Syrah).

"Duo", Jérôme Thomas © Gil Chauveau.
"Duo", Jérôme Thomas © Gil Chauveau.
Pour finir, ce troisième et dernier épisode de notre entretien avec Beppe Navello nous permet également d'aborder la problématique des spectacles de rue qui, en dehors des difficultés liées à la conjoncture économique, ne sont pas toujours facile à mettre en place dans une ville riche d'un patrimoine omniprésent.

Rendez-vous donc l'année prochaine pour une nouvelle édition de Teatro a Corte et, en attendant, n'oubliez pas que le Piémont est frontalier avec la France - et donc très facile d'accès, notamment en TGV -, une bonne raison pour aller visiter cette belle région italienne.

A eu lieu du 6 au 22 juillet 2012.
Festival International "Teatro a Corte", Turin, Italie.
Tél. : +39 011.5634352,
Via Verdi 9, Torino.

>> teatroacorte.it
>> Programme du festival en anglais
>> Site de la Fondazione TPE/Teatro Astra


Gil Chauveau
Jeudi 2 Août 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022