La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
RV du Jour

Teatro a Corte... En attendant l'édition 2013, y-a-t-il une vie à Turin après le festival ?

À écouter - Épisode 3

En attendant la prochaine édition de Teatro a Corte, en juillet 2013, retrouvons une dernière fois Beppe Navello pour échanger, bien sûr, sur le festival mais également, de manière plus épicurienne, sur les richesses gastronomiques du Piémont et sur les occasions de revenir dans la cité piémontaise, notamment pour les spectacles que Beppe programme tout au long de l'année dans son Teatro Astra.



"Malediction", Dudapaiva Company © Gil Chauveau.
"Malediction", Dudapaiva Company © Gil Chauveau.
Si la qualité et la diversité de la programmation du Teatro a Corte suffisent à vouloir fréquenter (et découvrir), durant le beau et chaud mois de juillet, la région du Piémont, cette dernière a bien d'autres atouts à son actif. On peut évidemment visiter les demeures royales mais également de nombreux musées - dont le Musée national du Cinéma et le Musée Égyptien à Turin (deux références au niveau international) - ; assister aux nombreux spectacles programmées tout au long de l'année dans les différents théâtres ; et, point non négligeable (pour votre serviteur !), déguster l'excellente (et riche) gastronomie et les délicieux nectars piémontais.

Concernant les spectacles, en dehors du festival Teatro a Corte, revenir à Turin vous permettra de découvrir la programmation du Théâtre Astra (une trentaine de spectacles de novembre à mai), réalisée par Beppe Navello et son équipe dans cette très belle salle dont il est le directeur. Parmi les pièces à l'affiche, on notera, entre autres, la reprise de la création historique de Jean-Claude Penchenat, "Le Bal", par une compagnie polonaise et la présentation d'un texte classique italien en vers par de jeunes comédiens (dans une version contemporaine) et mis en scène par Beppe "himself".
teatro_a_corte_beppe_navello_03.mp3 Teatro a Corte Beppe Navello_03.mp3  (11.84 Mo)


"Duo", Jérôme Thomas © Gil Chauveau.
"Duo", Jérôme Thomas © Gil Chauveau.
En dehors du fait que nous partageons avec Beppe le même penchant pour les plaisirs épicuriens, il conçoit Teatro a Corte comme une "manifestation de terroir". En effet, Turin et le Piémont présentent une grande richesse dans le domaine de la gastronomie et de l’œnologie. La mise en valeur des sites, des produits du terroir et du tourisme est d'ailleurs dans le cahier des charges initial du festival et inscrite dans le contrat lié à la subvention de la région. C'est ainsi que, cette année, après la visite (le 14 juillet) du Castello Reale di Racconigi où avait lieu "Monger" du chorégraphe israélien Barak Marshall, et avant le spectacle, un dîner était organisé dans les cuisines XIXe du château.

"Malediction", Dudapaiva Company © Gil Chauveau.
"Malediction", Dudapaiva Company © Gil Chauveau.
Beppe met également un point d'honneur à conseiller aux journalistes et professionnels présents durant le festival des restaurants de qualité. C'est ainsi que nous avons dîner dans l'excellent et chaleureux restaurant "l'Acino", dans l'un des vieux quartiers historiques de Turin. Cet établissement a bâti sa réputation sur la qualité des produits et sur une carte de plats traditionnels et authentiques (légèrement et subtilement revisité). On ne peut être à Turin sans se mettre à table à l'Acino pour savourer (et le mot est faible) un "Tonno di coniglio alla Monferrina", un haché de lapin macéré dans l'huile d'olive, aillé et tendre comme du thon ; une succulente et aérienne "Bagna caôda"(préparation à base de d'anchois, d'ail et d'huile d'olive) ; de sublimes "Trippa di vitello alla Piemontese", des tripes de veau fondantes et parfumées, imprégnées d'une sauce tomate très aromatique et sans excès d'acidité ; de goûteux et nourrissants "Agnolottini del plin", petits "raviolis" qui se caractérisent par leur forme de demi-lune et leur farce de viande ; et, pour clore, l'inévitable (et indispensable à un vrai repas piémontais) "Il bonèt", un dessert traditionnel, ici revu avec talent pour un gain de légèreté bienvenu en cette fin copieuse de dîner.

La carte des vins n'est pas en reste et propose une variété quasi complète des vins piémontais dont, dans les "petits" vins, un très bon Mompertone Monferrato Rosso 2009 de chez Prunotto (60 % Barbera, 40 % Syrah).

"Duo", Jérôme Thomas © Gil Chauveau.
"Duo", Jérôme Thomas © Gil Chauveau.
Pour finir, ce troisième et dernier épisode de notre entretien avec Beppe Navello nous permet également d'aborder la problématique des spectacles de rue qui, en dehors des difficultés liées à la conjoncture économique, ne sont pas toujours facile à mettre en place dans une ville riche d'un patrimoine omniprésent.

Rendez-vous donc l'année prochaine pour une nouvelle édition de Teatro a Corte et, en attendant, n'oubliez pas que le Piémont est frontalier avec la France - et donc très facile d'accès, notamment en TGV -, une bonne raison pour aller visiter cette belle région italienne.

A eu lieu du 6 au 22 juillet 2012.
Festival International "Teatro a Corte", Turin, Italie.
Tél. : +39 011.5634352,
Via Verdi 9, Torino.

>> teatroacorte.it
>> Programme du festival en anglais
>> Site de la Fondazione TPE/Teatro Astra


Gil Chauveau
Jeudi 2 Août 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021