La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Tartuffe"… dévotion ? Tout de travers !

"Tartuffe", Théâtre de l'Odéon, Paris

Il y a des classiques que l’on croit connaître sur le bout des répliques et pourtant, quand la mise en scène est faite par un grand metteur en scène comme Luc Bondy, c’est une redécouverte. Tartuffe se dévoile sous un nouvel aspect et une nouvelle allure.



© Thierry Depagne.
© Thierry Depagne.
Ce n’est pas tartufferie que ce théâtre-là. Le jeu de mots était facile* mais le grand Luc Bondy, qui a malheureusement disparu le 28 novembre dernier, ne nous a pas quittés pour autant. "Othello", devant être mis en scène par Bondy, a été remplacé par "Tartuffe" qui avait été joué en mars 2014. La distribution a été revue en grande partie mais toujours avec Micha Lescot dans le rôle-titre de Tartuffe.

Il ne manque pas d’audace ce Tartuffe. Car, original et surprenant. Il n’a pas la figure du dévot austère, intransigeant, à cheval autant sur les affaires religieuses, sans les suivre, que sur le maintien corporel. Non… presque un jeune homme à l’allure nonchalante, traînant quelque peu des pieds, les mains dans les poches, pas rasé, les poils recouvrant généreusement le menton. Un dévot presque branché. Voilà notre Tartuffe dépoussiéré par Bondy, faisant peau neuve.

Quelques remaniements très légers habillent le texte d’un cachet humoristique et la mise en scène s’appuie sur ceux-ci pour apporter du rythme comme quand Tartuffe arrive accompagné d’un jeune enfant qui récite à sa place les bonnes prières apprises deux minutes auparavant. Tartuffe est parole et non action.

© Thierry Depagne.
© Thierry Depagne.
La scénographie découvre une pièce dont le carrelage est à carreaux noirs et blancs. Une grande table est au centre où les personnages sont attablés.

En arrière-fond, les servantes ont un rôle bien marqué. Loin d’être anodines, elles interviennent de façon très discrète, plumeau à la main ou de façon plus hardie, poussant le fauteuil roulant de Mme Pernelle (Christiane Cohendy), mais toujours dans une approche qui cadre la scène dans ses contours, lui donnant une couleur, un parfum.

Les vers de Molière sont appuyés par le jeu corporel des personnages. L’approche de Tartuffe à l’égard d’Elmire est très physique, voire sexuelle. Les personnages sont dans des relations où la spontanéité, la franchise tranchent avec l’hypocrisie et la fausseté de Tartuffe. Le corps parle vrai quand les propos peuvent être trompeurs ou retenus. C’est aussi Tartuffe qui se joue d’une situation délicate devant Orgon (Samuel Labarthe) dans une scène où la théâtralité se dispute avec une "passion" subite de culpabilité jouée de façon exquise.

© Thierry Depagne.
© Thierry Depagne.
De même, les décors sont utilisés pour marquer les situations ou les émotions. On tape des poings sur le corps ou sur la table, on s’y cache, on joue avec les rideaux, on utilise un plumeau ou un fauteuil roulant, on crache pour marquer son courroux, son indiscrétion, son désaccord ou son mépris. Le décor, l’allure des personnages, tout, corps et parole, participent à cette cathédrale des délits et des mensonges où la religion, encore, est utilisée à des fins qui laisseraient pendus Jésus, Moïse et aujourd’hui Mahomet sur leurs croix.
Et le talent reste ! D’ailleurs qui a dit que Luc Bondy était parti ?

*Si, si… je le reconnais dévotement !

"Tartuffe"

© Thierry Depagne.
© Thierry Depagne.
Texte : Molière.
Mise en scène : Luc Bondy.
Collaboration à la mise en scène : Marie-Louise Bischofberger Bondy.
Conseiller artistique : Vincent Huguet.
Assistante à la mise en scène : Sophie Lecarpentier.
Avec : Christiane Cohendy, Victoire Du Bois, Audrey Fleurot, Laurent Grévill, Nathalie Kousnetzoff, Samuel Labarthe, Yannik Landrein, Micha Lescot, Sylvain Levitte, Yasmine Nadifi, Chantal Neuwirth, Fred Ulysse, Pierre Yvon.
Décor : Richard Peduzzi, assisté de Clémence Bezat.
Costumes : Eva Dessecker.
Lumière : Dominique Bruguière, assistée de Cathy Pariselle.
Maquillages/coiffures : Cécile Kretschmar.
Durée : 1 h 50.

Du 28 janvier au 25 mars 2016.
Du mardi au samedi à 20 h, dimanche à 15 h.
Odéon Théâtre de l'Europe, Ateliers Berthier, Paris 17e, 01 44 85 40 40.
>> theatre-odeon.eu

Safidin Alouache
Vendredi 12 Février 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022