La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Tartuffe"… dévotion ? Tout de travers !

"Tartuffe", Théâtre de l'Odéon, Paris

Il y a des classiques que l’on croit connaître sur le bout des répliques et pourtant, quand la mise en scène est faite par un grand metteur en scène comme Luc Bondy, c’est une redécouverte. Tartuffe se dévoile sous un nouvel aspect et une nouvelle allure.



© Thierry Depagne.
© Thierry Depagne.
Ce n’est pas tartufferie que ce théâtre-là. Le jeu de mots était facile* mais le grand Luc Bondy, qui a malheureusement disparu le 28 novembre dernier, ne nous a pas quittés pour autant. "Othello", devant être mis en scène par Bondy, a été remplacé par "Tartuffe" qui avait été joué en mars 2014. La distribution a été revue en grande partie mais toujours avec Micha Lescot dans le rôle-titre de Tartuffe.

Il ne manque pas d’audace ce Tartuffe. Car, original et surprenant. Il n’a pas la figure du dévot austère, intransigeant, à cheval autant sur les affaires religieuses, sans les suivre, que sur le maintien corporel. Non… presque un jeune homme à l’allure nonchalante, traînant quelque peu des pieds, les mains dans les poches, pas rasé, les poils recouvrant généreusement le menton. Un dévot presque branché. Voilà notre Tartuffe dépoussiéré par Bondy, faisant peau neuve.

Quelques remaniements très légers habillent le texte d’un cachet humoristique et la mise en scène s’appuie sur ceux-ci pour apporter du rythme comme quand Tartuffe arrive accompagné d’un jeune enfant qui récite à sa place les bonnes prières apprises deux minutes auparavant. Tartuffe est parole et non action.

© Thierry Depagne.
© Thierry Depagne.
La scénographie découvre une pièce dont le carrelage est à carreaux noirs et blancs. Une grande table est au centre où les personnages sont attablés.

En arrière-fond, les servantes ont un rôle bien marqué. Loin d’être anodines, elles interviennent de façon très discrète, plumeau à la main ou de façon plus hardie, poussant le fauteuil roulant de Mme Pernelle (Christiane Cohendy), mais toujours dans une approche qui cadre la scène dans ses contours, lui donnant une couleur, un parfum.

Les vers de Molière sont appuyés par le jeu corporel des personnages. L’approche de Tartuffe à l’égard d’Elmire est très physique, voire sexuelle. Les personnages sont dans des relations où la spontanéité, la franchise tranchent avec l’hypocrisie et la fausseté de Tartuffe. Le corps parle vrai quand les propos peuvent être trompeurs ou retenus. C’est aussi Tartuffe qui se joue d’une situation délicate devant Orgon (Samuel Labarthe) dans une scène où la théâtralité se dispute avec une "passion" subite de culpabilité jouée de façon exquise.

© Thierry Depagne.
© Thierry Depagne.
De même, les décors sont utilisés pour marquer les situations ou les émotions. On tape des poings sur le corps ou sur la table, on s’y cache, on joue avec les rideaux, on utilise un plumeau ou un fauteuil roulant, on crache pour marquer son courroux, son indiscrétion, son désaccord ou son mépris. Le décor, l’allure des personnages, tout, corps et parole, participent à cette cathédrale des délits et des mensonges où la religion, encore, est utilisée à des fins qui laisseraient pendus Jésus, Moïse et aujourd’hui Mahomet sur leurs croix.
Et le talent reste ! D’ailleurs qui a dit que Luc Bondy était parti ?

*Si, si… je le reconnais dévotement !

"Tartuffe"

© Thierry Depagne.
© Thierry Depagne.
Texte : Molière.
Mise en scène : Luc Bondy.
Collaboration à la mise en scène : Marie-Louise Bischofberger Bondy.
Conseiller artistique : Vincent Huguet.
Assistante à la mise en scène : Sophie Lecarpentier.
Avec : Christiane Cohendy, Victoire Du Bois, Audrey Fleurot, Laurent Grévill, Nathalie Kousnetzoff, Samuel Labarthe, Yannik Landrein, Micha Lescot, Sylvain Levitte, Yasmine Nadifi, Chantal Neuwirth, Fred Ulysse, Pierre Yvon.
Décor : Richard Peduzzi, assisté de Clémence Bezat.
Costumes : Eva Dessecker.
Lumière : Dominique Bruguière, assistée de Cathy Pariselle.
Maquillages/coiffures : Cécile Kretschmar.
Durée : 1 h 50.

Du 28 janvier au 25 mars 2016.
Du mardi au samedi à 20 h, dimanche à 15 h.
Odéon Théâtre de l'Europe, Ateliers Berthier, Paris 17e, 01 44 85 40 40.
>> theatre-odeon.eu

Safidin Alouache
Vendredi 12 Février 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019