La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

"Tabarnak"… humour et acrobaties, entre poésie et divin !

Depuis quelques années, le cirque revient en force dans les théâtres parisiens avec, pour fer de lance, le Québec. Le cirque Alfonse, en digne représentant de la Belle Province, offre une variété artistique de grande qualité qui fait découvrir, de l'univers circassien, différentes disciplines coexistant avec délice.



© DR.
© DR.
Ils sont neuf et viennent du Québec, pays où le cirque ne compte plus ses talents. Certains de la troupe sont à la musique, d'autres au chant et d'autres encore aux acrobaties. Peu restent cantonnés dans un seul domaine. On est loin ici des animaux avec leur dressage et des annonces de monsieur Loyal. Depuis de nombreuses années, l'art circassien a redéfini son approche autour de numéros jonglant avec, entre autres, la comédie et la musique. Le cirque Alfonse a choisi aussi le chant et des sketchs humoristiques pour sa dernière création.

Autour de percussions, guitare, violon, clavier et contrebasse s'enchaînent la banquine et les différentes performances acrobatiques. Tout tient autour d'un même filon, celui de l'amusement, au sens noble du terme, comme si le propos, chantonné ou joué, se devait d'être décalé. Et il l'est.

La musique a une place essentielle avec des percussions qui donnent le rythme, insufflent la pulsation du spectacle. Les numéros de voltige sont composés de deux, de trois, voire de quatre artistes, sur lesquels un ou plusieurs autres viennent se greffer pour former une cathédrale humaine. Escaladant des mâts chinois, ceux-ci défient également la gravité, à quelques mètres du sol. Exercice des plus classiques mais qui est fait là avec une réelle légèreté de mouvements.

© Audric Gagnon.
© Audric Gagnon.
La poésie corporelle vient accompagner une chorégraphie où la gestuelle est au ralenti dans un rapport à l'espace gracieux presque lyrique. Les artistes semblent raconter charnellement une fable. Un numéro de poutre est aussi présent avec ses sauts périlleux ainsi que celui des sangles tenues à la tête pour accomplir des tours circulaires autour d'un axe central. Même si le "dressage d'animaux" est inexistant, un numéro de fouet, pas des plus affriolants, peut y faire référence.

La chanson est également un élément important. Elle a un côté humoristique même si son but premier est d'imprimer le tempo, et ce dès le début, au spectacle. Les sketchs sont pleins d'humour par leur côté absurde et décalé. C'est une véritable représentation comique.

La troupe est un ensemble hétéroclite, un puzzle de différents savoir-faire artistiques qui fait cohabiter la parole, le geste, le rire, les notes dans une même gamme. C'est aussi une scénographie habillée d'originalité qui fait du décor, un élément à part entière de la représentation. Il y a du théâtre dans l'approche, dans cette façon de faire tenir chaque séquence comme des découpages d'une même pièce. Il y a cette façon de se préparer, avant que ne débute le premier saut ou le premier chant, dans des exercices de couture où les interprètes confectionnent leurs costumes. Nous sommes dans un rapport global à la scène car tout se joue autour de l'oreille, de l'ouïe et de l'esprit du spectateur. Tout est convoqué.

Car de l'esprit, il y en a dans ces scènes où ce qui est mis en exergue est ce rapport au mot, seul avec son contexte, sans qu'aucune "cabriole" ne vienne l'étayer. Il existe pour ce qu'il est autant dans la chanson qui entraîne le public que dans les sketchs, pour surprendre ou détourner la signification d'un terme. Nous sommes autant dans le théâtre que dans le cirque et le chant. Ce qui est proposé est souvent poétique, dans sa gestuelle ou dans son propos, mais aussi dans son contexte scénique où la parole est en rapport toujours constant avec un élément de scène et une situation.

C'est gai, joyeux, drôle, enthousiaste. Un vrai régal !

"Tabarnak"

© Audric Gagnon.
© Audric Gagnon.
Cirque Alfonse.
Mise en scène : Alain Francœur.
Composition de la musique originale : David Simard.
Acrobates : Avec : Antoine Carabinier, Geneviève Gauthier, Julie carabinier, Nicolas Pulka, Jonathan Casaubon, Jean-Philippe Cuerrier, Alain Carabinier.
Musiciens : Josianne Laporte, David Simard, Guillaume Turcotte.
Lumières : Nicolas Descôteaux.
Scénographie : Francis Farley.
Costumes : Sarah Balleux.
Direction artistique : Antoine et Julie Carabinier Lépine.
Direction technique : Hugo Hamel et Nicolas Descôteaux.
Support à la création : Alain Carabinier et Louise Lépine.
Construction des éléments scénographiques : Alain Carabinier et Sylvain Lafrenière.
Conception de la balançoire acrobatique : Renaud Blais.

© Guillaume Morin.
© Guillaume Morin.
Du 16 ami 9 juin 2018.
Du mercredi au vendredi à 20 h 30, samedi à 16 h et 20 h 30
.
Bobino, Paris 14e, 01 43 27 24 24.
>> bobino.fr

Tournée
Du 12 au 17 juin 2018 : Festival TRI.P, Triennale de Milan (Italie).
23 et 24 juillet 2018 : Théâtre Grec, Barcelone (Espagne).
Du 4 au 25 août 2018 : Edimbourg (Écosse).

© Nicolas Descoteaux.
© Nicolas Descoteaux.

Safidin Alouache
Jeudi 31 Mai 2018

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Kanata" : conjuguer la réalité et l'illusion, et faire apparaître, sous l'apparence et la fiction, le réel et son intimité

"Kanata", Théâtre du Soleil, Paris

Mais que sont devenus les Hurons, la Grande Forêt, les canoës ? Tous ces rêves de Canada des petits garçons et petites filles ? Quand Ariane Mnouchkine et Robert Lepage, avec les comédiens du Soleil, envisagent de monter un spectacle sur le Canada et son Histoire, personne n'imaginait l'hostilité, la violence des réactions qu'engendrerait là-bas ce projet*.

Que l'ambition affichée de montrer le sort des Amérindiens dans le monde moderne aboutirait à une contestation brutale du droit à les représenter. Face aux insultes anonymes, forcément sur Internet, venant de tous les bords, la troupe du Soleil (dont les comédiens appartiennent au monde entier) a réagi de la meilleure façon. En montant le premier épisode de "Kanata" sur la controverse. La troupe intègre, intériorise tous les tenants de la querelle.

La pièce prend pour fil conducteur un couple de jeunes Français primo immigrants naïfs qui s'installant à Vancouver, découvrent les réalités cachées sous les cartes postales. Les rues sordides, la misère, la drogue, la prostitution, les Amérindiens déchus, le crime, l'impuissance d'une police, la déforestation, la disparition des traces du passé. Un melting-pot qui n'est qu'un agrégat de souffrances travaillées pourtant par l'instinct de survie et l'espoir de s'en sortir.

Jean Grapin
07/02/2019
Spectacle à la Une

"Botéro en Orient"… tout en rondeur !

C'est un voyage où le physique et l'esthétisme ont une place prépondérante et dans laquelle les rondeurs sont revendiquées et montrées. Autour d'une création picturale qui l'a guidé, Taoufiq Izeddiou place l'identité au centre de sa création.

Le titre du spectacle est dû au fait que Taoufiq Izeddiou a été inspiré par l'œuvre autour d'Abou Ghraïb (Irak) de Fernando Botero, peintre et sculpteur colombien, où l'artiste s'était insurgé. Il avait en effet dessiné de superbes planches où la torture, l'humiliation et la violence s'étalaient. Les personnages des œuvres de Botero sont toujours des êtres ronds et épais. C'est dans ce rapport aux volumes que le chorégraphe a bâti son spectacle.

À l'entame de la représentation, le silence habille le plateau puis des ombres se détachent d'une demi-obscurité. Les déplacements sont séparés, la gestuelle des trois danseurs est propre à chacun, ceux-ci perchés sur un bloc de bois. La scénographie est déplacée tout au long du spectacle, les blocs changeant de lieu, bousculés et balancés sur scène. C'est une œuvre de construction et de reconstruction où les chorégraphies se suivent dans des thématiques où l'identité de chaque interprète est posée par rapport à son corps, rond, "volumétrique" selon les propos de Taoufiq Izeddiou.

Safidin Alouache
28/02/2019
Sortie à la Une

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown

"Je demande la route", Théâtre de l'Œuvre, Paris

Roukiata Ouedraogo présente son spectacle "Je demande la route". Difficile de ne pas lui répondre que la route est droite et belle en saluant tout le talent dont elle fait preuve sur scène.

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown
Roukiata Ouedraogo est pour ainsi dire une princesse qui, ayant découvert le secret des griots et leur art de raconter, donne corps et parole à tous les personnages qui ont marqué sa vie. Elle fait ainsi cadeau de l'humour africain et le fait savoir dans la joie de jouer.

Allant bien au-delà d'un soliloque moqueur ou sarcastique, Roukiata fait œuvre picaresque. En faisant vivre toutes ses ombres, en partant du village, quittant son enfance, sa famille : partant à la conquête du monde. Le public l'accompagne dans le rire.

Les récitations ânonnées à l'école communale, les conseils du grand frère, son arrivée en France, son grand-père ancien de la guerre, sa hantise du froid, son premier appart au dernier étage avec vue sur les chéneaux. De la bureaucrate de l'état civil aux femmes du salon de coiffure à Château-rouge, des métiers de gardienne d'enfants à celui de comédienne, tout fait conte, conte moderne, conte initiatique.

Jean Grapin
08/02/2019