La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Sur un air de jazz, la java des cœurs amoureux...

"La Surprise de l'Amour", Théâtre de Belleville, Paris

[Reprise] Pour sûr, en 1722, le jazz n'était pas là... mais la java oui ! La java des cœurs amoureux, ceux qui se dévoilent et ceux qui se voilent, d'où naissent les passions qui se disent ou celles encore indécises que l'on voudrait taire... C'est là toute "La Surprise de l'Amour" ! Aude Macé et la Cie le Fil a Tissé ne s'y sont pas trompées en s'emparant, avec une jubilation toute jazzy, du texte de Marivaux.



© Émilie Deligne.
© Émilie Deligne.
Ce qui préoccupe Marivaux, et qu'il nous donne à entendre dans cette pièce (comme dans de nombreuses autres), touche à la genèse du sentiment amoureux, à son éclosion fragile et à son évolution toujours sujette à l’incertitude. Comme une danse, une java des cœurs (qui avance puis recule et qui parfois piétine...) : ceux de Jacqueline et Pierre qui ont déjà cette presque certitude et revendique leur union, ceux de Colombine et Arlequin qui, au défi du jeu (de cache-cache), finiront (tout comme leurs "maître et maitresse" respectifs) par répondre présents et, enfin, ceux de Lélio et la Comtesse qui, déçu de leurs précédents engagements, peinent à laisser éclore leur "nouvel amour" naissant. Mais les sentiments de ces derniers, n'échappant dans un premier temps qu'à eux, ne seront pas invisibles aux autres qui, pour libérer les cœurs prisonniers, ne pourront s'empêcher d'en "jaser" (ou révéler ce que l'on aurait dû taire)... et d'en jazzer !

© Émilie Deligne.
© Émilie Deligne.
De ces variations amoureuses, Aude Macé va écrire une mise en scène - musicale partition – toute en finesse et en précision où l'improvisation ne peut s'exercer, comme sur une grille d'accords jazzy, sans la perfection et la maîtrise du jeu. De ce qui aurait pu paraître audacieux, elle (et la Cie) nous offre une création juste et précise, prenant soin d'effectuer des choix musicaux ne perturbant à aucun moment la dynamique et la musicalité de la langue de Marivaux : un texte qui, dans son rythme même, donne déjà le sens de l'action. Mais ce parti-pris n'aurait pas pu être une réussite sans le talent des comédiens de la compagnie. Chaque rôle étant parfaitement distribué, chacun prend possession, avec une énergie pleine de fraîcheur, de simplicité mais déjà d'un professionnalisme affirmé, de son personnage et l'emmène, entre humour et tension bouleversante, sur le fil chromatique des notes bleues d'un jazz majeur. Et le verbe de Marivaux, dans l'expression de leurs jeux respectifs, prend alors la légitimité d'un accord de septième augmentée ! Que ce soit la prestance du Baron (Édouard Michelon), rappelant Joel Grey (le maître de cérémonie) dans "Cabaret" de Bob Fosse, ou Jacqueline (Julie Duquenoÿ) nous laissant entendre quelques mélodiques notes vocales, ou encore Pierre (Mathieu Graham) à la trompette, l'ensemble est fluide, souple et coule sur la musique gracieusement... Et l'arrivée presque attendue de Glenn Miller soutient même le rythme parfois un peu "speedé" d'un Lelio (Mathieu Héridel) luttant désespérément une dernière fois contre son cœur. Sur une partition réputée difficile, l'adaptation moderne d'un classique, qui plus est en le collant à un style musical classifié, la Cie Le Fil a Tissé et Aude Macé à la mise en scène réussissent à ne commettre aucune fausse note... Décidément, le cours de théâtre Claude Mathieu nous réserve de bonnes surprises... Après la Savaneskise issue également de ses rangs, c'est au tour (et dans le même théâtre) de la Cie Le Fil a Tissé de nous proposer une pièce du répertoire, à la sauce jazzy cette fois-ci, adaptée et jouée par de jeunes comédiens "plus que prometteurs".

"La Surprise de l'Amour"

© Émilie Deligne.
© Émilie Deligne.
(Vu le 2 mars 2011)

Texte : Marivaux.
Mise en scène : Aude Macé.
Avec : Laura Chiche, Julie Duquenoÿ, Mathieu Graham, Mathieu Héribel, Édouard Michelon, Aurélie Noblesse, Clément Séjouré.
Création lumière : Julie Duquenoÿ.

A été joué du 4 janvier au 30 mars 2011, les mardis et mercredis à 21 h 15.
Théâtre du Marais, Paris 3e, 01 44 45 88 42.

Reprise les 3 et 4 juin 2012 à 21 h.
Théâtre de Belleville, Paris 11e, 01 48 06 72 34.
>> theatredebelleville.com

Gil Chauveau
Mercredi 30 Mars 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2018 | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB

PUB

PUB


Publicité



À découvrir

● Avignon Off 2018 ● "Gueule d'Amour - Gainsbourg for ever" de Myriam Grélard

Le parcours d'un Dom juan pas comme les autres à travers le regard de sa sœur jumelle.
De Lucien à Serge, de Juliette à Charlotte… des destinées se croisent, s'aiment, s'enrichissent, se déchirent… pour donner vie à une légende.
L'inspiration que Serge Gainsbourg a trouvée en ces femmes a fait de lui un personnage éternel.

● Avignon Off 2018 ●
"Gueule d'Amour" pour évoquer Serge Gainsbourg semble bien paradoxale, si l'on se souvient qu'il s'identifiait plutôt à un "homme à tête de chou". Et si ce personnage cynique et arrogant qu'il laissait paraître était au fond qu'un être sensible et vulnérable ? Un homme généreux et attachant ? Chéri par sa mère, entouré de deux sœurs, dont une jumelle, Lucien Ginsburg (de son vrai nom) a été dès son plus jeune âge fasciné par les femmes. Complexé par son physique et doté d'une timidité maladive, ses relations avec la gente féminine s'annonçaient compliquées.

Mais voilà que l'homme a hérité d'une culture musicale très riche… et voilà que l'homme a du talent, de l'esprit, qu'il vénère la poésie. Et le voilà avec un charme fou.

J'ai choisi de donner à Liliane, sa sœur jumelle, le rôle de narratrice. Méconnue du grand public et malgré la grande distance qui les séparait, elle ressentait de près ce que vivait son frère. Le but étant de livrer aux spectateurs l'intimité de Serge Gainsbourg d'une façon tendre et fraternelle. Mon fil conducteur est le rapport avec les femmes de sa vie, qu'il soit amical, amoureux ou paternel. Toutes ayant un point commun : l'inspiration qu'elles lui procuraient et qui a fait naître une légende de son vivant… La légende que nous connaissons tous.

Annonce
26/05/2018
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2018 ● Du 9 au 21 juillet - Île Piot "L'Occitanie fait son cirque en Avignon"

Pastille 96 du journal du Off

12e édition de ce rendez-vous avec le cirque contemporain dans le off d'Avignon. "L'Occitanie fait son cirque en Avignon" présente cette année 11 compagnies venues d'Occitanie, de France et d'Europe (Belgique et Catalogne).
En salle, sous chapiteau (climatisés) ou en plein air, un slow festival dans l'effervescence avignonnaise !

● Avignon Off 2018 ● Du 9 au 21 juillet - Île Piot
Depuis plus de 10 ans, "L'Occitanie fait son cirque en Avignon" crée l'événement et permet à des compagnies émergentes ou renommées de donner à voir l'ingéniosité et la diversité de la création circassienne d'aujourd'hui.

Pour cette 12e édition, un chapiteau, un dôme et une salle de spectacle (tous climatisés) recréent un véritable village de cirque pour découvrir 11 spectacles d'Occitanie et d'ailleurs.
Un simple pont à traverser depuis la ville intra-muros pour s'offrir une respiration dans l'effervescence du festival, profiter d'une programmation de qualité et se restaurer au bar restaurant à l'ombre du chapiteau d'accueil.

Une opération impulsée par la Région Occitanie avec le soutien de la ville de Toulouse, d'Alès Agglomération, du Grand Auch Cœur de Gascogne et coordonnée par quatre structures représentatives de la filière circassienne en Occitanie : La Verrerie d'Alès, producteur délégué, La Grainerie, Le Lido et CIRCa.

Annonce
06/06/2018
Sortie à la Une

Lili Cros et Thierry Chazelle… Artistes distillateurs de chansons de vie aux saveurs poétiques et pétillantes

"Peau neuve", Ciné XIII Théâtre, Paris et en tournée

Avec la bonne humeur accrochée en bandoulière et le sourire affiché comme une signature, Lili Cros et Thierry Chazelle, dans une harmonie en habit de duettiste, font "Peau neuve" pour unir leur poétique et charmeuse fraîcheur en un vocal et musical duo de music-hall.

Lili Cros et Thierry Chazelle…  Artistes distillateurs de chansons de vie aux saveurs poétiques et pétillantes
Dès le début, le ton est donné. On sait qu'on va passer un bon moment, que des éclairs de poésie vont illuminer ce spectacle-concert et que des traits d'humour dessineront des sourires sur nos visages, mais aussi que les textes de chansons et les répliques échangées auront parfois une teneur plus sérieuse, abordant la vieillesse ("Le vieux chien"), la mort d'un ami ("L'éclaireur") - tout en tristesse et tendre beauté, où la voix de Lili bouleverse -, la séparation ("L'anneau"), les problèmes sociaux ("Les petits attributs"), l'enfance meurtrie ("Le petit soldat")…

Mais "Le rythme est amour" et l'harmonisation des voix de Lili Cros et Thierry Chazelle régale, telle une douce friandise, nos pavillons auditifs qui hissent haut… et naviguent - entre acoustique et électrique, entre rire et émotion - sur des musiques au groove chaloupé et sur des phrasés limpides et volubiles, voire aériens et riches en couleurs tonales.

Et l'une des particularités de leur approche artistique de la composition est une pratique bien particulière de la cadence avec des appuis marqués de la voix sur les syllabes accentuées, marquant la répartition rythmique des éléments d'une phrase et créant un système de percussions vocales bâti spécifiquement pour chaque chanson où le procédé est utilisé.

Gil Chauveau
16/04/2018