La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Superbe couronnement du cycle des symphonies de Tchaïkovski par Philippe Jordan et l'Orchestre de l'Opéra de Paris

Initié en 2017, le cycle des six symphonies de Piotr Ilyitch Tchaïkovski entrepris en trois volets par le directeur musical de l'Opéra de Paris s'est conclu en toute beauté en ce printemps 2018 avec les 3e et 6e. Un concert à revoir sur le site de la Philharmonie avant diffusion à la télévision.



Orchestre 2016-2017 © Eléna Bauer/OnP.
Orchestre 2016-2017 © Eléna Bauer/OnP.
Philippe Jordan a donc clos le cycle qu'il a consacré aux symphonies du compositeur russe en trois concerts à la tête des forces de l'Opéra de Paris. Les deux premières soirées ont été consacrées cette saison, d'abord à la première symphonie liée à la cinquième pour leur caractère positif, puis à la deuxième suivie de la quatrième "pour leur proximité d'écriture" (1).

Pour l'ultime rendez-vous mi-mai 2018 à la Philharmonie de Paris, le chef a choisi de rapprocher la troisième symphonie (de 1875) et la sixième - la plus célèbre dite "pathétique" de 1893 - pour leur importance en tant que (respectivement) jalon et aboutissement dans l'histoire de ce genre après Beethoven.

La troisième symphonie conclut un premier cycle dans la production tchaïkovskienne. De 1868 à 1875, le compositeur a déjà écrit une œuvre importante et variée. Professeur au conservatoire, il ne goûte à l'indépendance financière que deux ans plus tard grâce à la rente versée par son mécène, Nadejda von Meck. Une riche période d'apprentissage dont l'opus 29 marque la fin et, tel Janus, le début d'une seconde ère marquée par les malheurs de la vie intime et à partir de la fin des années 1880 le triomphe public international.

Philippe Jordan © Philippe Gontier.
Philippe Jordan © Philippe Gontier.
Ainsi l'écriture de la troisième conjugue hommage aux devanciers classiques et nouveautés. Tchaïkovski conçoit cinq mouvements (une originalité, même dans son œuvre) plutôt autonomes, dont deux sont des danses. En mode majeur, cette sorte de suite mélodiquement raffinée affiche donc son architecture nouvelle : un Moderato lié à un Allegro Brillante et un Final Allegro (noté comme Polonaise) plus longs encadrant une valse "Alla Tedesca" (consacrée de façon inédite en mouvement), un Andante et un Scherzo.

L'Orchestre de l'Opéra de Paris dessine nettement les contrastes et enchaîne les dialogues de pupitres isolés du premier mouvement avec un rare bonheur. Les bois et les cordes de la Valse peignent ensuite de fantastiques tableaux avant de nous emporter dans le troisième mouvement où ils se révèlent (rejoint par le cor) avec une expressivité poignante.

Transparence des textures et brillance caractérisent les deux derniers chapitres de cette recherche d'une nouvelle voie pour la symphonie. On ne voit pas aujourd'hui quel autre orchestre en maîtrise mieux l'art souverain quand il est dirigé par celui qui a su en polir les facettes en orfèvre.

Les quatre mouvements de la "Pathétique" constituent l'ultime confession du compositeur romantique quelques semaines avant sa mort en 1893 à cinquante-trois ans - du choléra comme la mère adorée si tôt perdue dans l'enfance. Avec son programme si "profondément subjectif" (selon ses propres termes) Tchaïkovski ouvre la voie au grand Mahler en choisissant d'ouvrir et de clore la sixième avec un Adagio (avec un dernier volet sublime marqué Lamentoso).

Telle une autobiographie secrète, elle semble récapituler la vie spirituelle du compositeur et son destin tragique - avec les avertissements répétés du fatum (culminant dans l'Adagio initial avec les interventions saisissantes des trombones et le dernier mouvement reprenant le choral de cuivres du Requiem orthodoxe déjà entendu au premier).

Philippe Jordan © Philippe Gontier.
Philippe Jordan © Philippe Gontier.
Toujours remarquable de fougue et de clarté, l'orchestre exalte les deux Allegros centraux : d'abord une Valse à cinq temps transformée peu à peu par les envolées rythmiques s'achevant en un climat doloriste, lui-même surmonté par une danse souriante. Puis la verve folle s'empare inexorablement de tout l'orchestre dans le scherzo du troisième mouvement - un ballet et une marche que Philippe Jordan donne à entendre "solennellement jubilatoire(s)" comme voulu par le compositeur.

Avec son lyrisme éperdu contrarié par une obsédante energeia (celle du retour à la vie), ses mariages troublants de timbres et de couleurs (dans l'Allegro molto vivace) et ses plans sonores aux contours constamment parfaits, cette sixième symphonie revit ici avec une vraie plénitude mélodique. Rendue magnifiquement à son registre "vibrant" (2) comme à son drame essentiel, elle touche droit au cœur et réveille l'âme jusqu'au long silence final. En cette soirée Philippe Jordan et son superbe orchestre nous a rappelé avec l'éloquence idoine que Tchaïkovski y disait tout autant un adieu aux souffrances qu'aux formes du passé.

(1) Dixit Philippe Jordan.
(2) Le sous-titre en russe de la sixième peut se traduire par les adjectifs "Pathétique" ou "Vibrante".


Cycle Piotr Ilyitch Tchaïkovski/Les six symphonies.
Symphonie n° 3 en ré majeur opus 29.
Symphonie n° 6 en si mineur opus 74.


Orchestre de l'Opéra National de Paris.
Philippe Jordan, direction musicale.

À revoir jusqu'au 15 août 2018 sur Culturebox et Philharmonie Live.
Diffusion à venir du concert sur les chaînes TF1, France 3 et Mezzo.

Christine Ducq
Jeudi 7 Juin 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB

PUB

PUB


Publicité



À découvrir

● Avignon Off 2018 ● "Gueule d'Amour - Gainsbourg for ever" de Myriam Grélard

Le parcours d'un Dom juan pas comme les autres à travers le regard de sa sœur jumelle.
De Lucien à Serge, de Juliette à Charlotte… des destinées se croisent, s'aiment, s'enrichissent, se déchirent… pour donner vie à une légende.
L'inspiration que Serge Gainsbourg a trouvée en ces femmes a fait de lui un personnage éternel.

● Avignon Off 2018 ●
"Gueule d'Amour" pour évoquer Serge Gainsbourg semble bien paradoxale, si l'on se souvient qu'il s'identifiait plutôt à un "homme à tête de chou". Et si ce personnage cynique et arrogant qu'il laissait paraître était au fond qu'un être sensible et vulnérable ? Un homme généreux et attachant ? Chéri par sa mère, entouré de deux sœurs, dont une jumelle, Lucien Ginsburg (de son vrai nom) a été dès son plus jeune âge fasciné par les femmes. Complexé par son physique et doté d'une timidité maladive, ses relations avec la gente féminine s'annonçaient compliquées.

Mais voilà que l'homme a hérité d'une culture musicale très riche… et voilà que l'homme a du talent, de l'esprit, qu'il vénère la poésie. Et le voilà avec un charme fou.

J'ai choisi de donner à Liliane, sa sœur jumelle, le rôle de narratrice. Méconnue du grand public et malgré la grande distance qui les séparait, elle ressentait de près ce que vivait son frère. Le but étant de livrer aux spectateurs l'intimité de Serge Gainsbourg d'une façon tendre et fraternelle. Mon fil conducteur est le rapport avec les femmes de sa vie, qu'il soit amical, amoureux ou paternel. Toutes ayant un point commun : l'inspiration qu'elles lui procuraient et qui a fait naître une légende de son vivant… La légende que nous connaissons tous.

Annonce
26/05/2018
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2018 ● Du 9 au 21 juillet - Île Piot "L'Occitanie fait son cirque en Avignon"

Pastille 96 du journal du Off

12e édition de ce rendez-vous avec le cirque contemporain dans le off d'Avignon. "L'Occitanie fait son cirque en Avignon" présente cette année 11 compagnies venues d'Occitanie, de France et d'Europe (Belgique et Catalogne).
En salle, sous chapiteau (climatisés) ou en plein air, un slow festival dans l'effervescence avignonnaise !

● Avignon Off 2018 ● Du 9 au 21 juillet - Île Piot
Depuis plus de 10 ans, "L'Occitanie fait son cirque en Avignon" crée l'événement et permet à des compagnies émergentes ou renommées de donner à voir l'ingéniosité et la diversité de la création circassienne d'aujourd'hui.

Pour cette 12e édition, un chapiteau, un dôme et une salle de spectacle (tous climatisés) recréent un véritable village de cirque pour découvrir 11 spectacles d'Occitanie et d'ailleurs.
Un simple pont à traverser depuis la ville intra-muros pour s'offrir une respiration dans l'effervescence du festival, profiter d'une programmation de qualité et se restaurer au bar restaurant à l'ombre du chapiteau d'accueil.

Une opération impulsée par la Région Occitanie avec le soutien de la ville de Toulouse, d'Alès Agglomération, du Grand Auch Cœur de Gascogne et coordonnée par quatre structures représentatives de la filière circassienne en Occitanie : La Verrerie d'Alès, producteur délégué, La Grainerie, Le Lido et CIRCa.

Annonce
06/06/2018
Sortie à la Une

Lili Cros et Thierry Chazelle… Artistes distillateurs de chansons de vie aux saveurs poétiques et pétillantes

"Peau neuve", Ciné XIII Théâtre, Paris et en tournée

Avec la bonne humeur accrochée en bandoulière et le sourire affiché comme une signature, Lili Cros et Thierry Chazelle, dans une harmonie en habit de duettiste, font "Peau neuve" pour unir leur poétique et charmeuse fraîcheur en un vocal et musical duo de music-hall.

Lili Cros et Thierry Chazelle…  Artistes distillateurs de chansons de vie aux saveurs poétiques et pétillantes
Dès le début, le ton est donné. On sait qu'on va passer un bon moment, que des éclairs de poésie vont illuminer ce spectacle-concert et que des traits d'humour dessineront des sourires sur nos visages, mais aussi que les textes de chansons et les répliques échangées auront parfois une teneur plus sérieuse, abordant la vieillesse ("Le vieux chien"), la mort d'un ami ("L'éclaireur") - tout en tristesse et tendre beauté, où la voix de Lili bouleverse -, la séparation ("L'anneau"), les problèmes sociaux ("Les petits attributs"), l'enfance meurtrie ("Le petit soldat")…

Mais "Le rythme est amour" et l'harmonisation des voix de Lili Cros et Thierry Chazelle régale, telle une douce friandise, nos pavillons auditifs qui hissent haut… et naviguent - entre acoustique et électrique, entre rire et émotion - sur des musiques au groove chaloupé et sur des phrasés limpides et volubiles, voire aériens et riches en couleurs tonales.

Et l'une des particularités de leur approche artistique de la composition est une pratique bien particulière de la cadence avec des appuis marqués de la voix sur les syllabes accentuées, marquant la répartition rythmique des éléments d'une phrase et créant un système de percussions vocales bâti spécifiquement pour chaque chanson où le procédé est utilisé.

Gil Chauveau
16/04/2018