La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Sombre rivière"… Mise à nu de pensées en déroute

"Sombre rivière", Théâtre du Rond-Point, Paris

Lazare a trempé sa plume au plus vif de sa sensibilité pour créer une œuvre après les attentats de Paris de novembre 2015. Au travers d'un prisme qui mêle différentes tranches de vie des protagonistes, l'auteur nous convie à un parcours sinueux de ses émotions.



© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Il y a dans cette pièce de théâtre, du chant, de la musique, de la danse, des vidéos… et des apartés. Bref un mélange de plusieurs disciplines qui aurait pu faire de ce cocktail artistique, un beau bouquet. Sauf que la trame est difficile à suivre.

Il y a pourtant de très beaux rôles comme celui, entre autres, de Lazare (interprété par Julien Villa), incarné avec beaucoup d'humour, de vivacité, de plaisir, d'envie par le comédien. C'est un artiste à moitié compris et à moitié soutenu par sa productrice (Anne Baudoux), présente dans les coulisses.

Nous voyons ainsi l'autre côté du décor, avec une caméra qui filme ce qui se passe en coulisses en le projetant sur scène. La perspective est double, c'est celle d'une création, de sa mise en mots, en forme, au travers de sa production, avortée, et de personnages avant même leur entrée sur le plateau. Une mise à nu du théâtre. Tout est montré. Les doutes de Lazare, ou plutôt de sa productrice et les à-côtés de sa vie.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Ainsi que ses pensées (ou celles d'un autre ?) qui viennent ponctuer la pièce avec des propos sur les Arabes et les préjugés qui leur sont dédiés après des attentats revendiqués par des extrémistes religieux "musulmans "… bien qu'un Arabe ne soit pas forcément musulman ; ainsi que des propos sur les banlieues et le racisme.

Il y a aussi un bout de film sur la maman de Lazare, jolie personne âgée au rire communicateur. Bref un melting-pot de plusieurs tranches de vie, d'instants du personnage/créateur.

Lazare est l'auteur de "Sombre rivière" qui s'est projeté dans un des protagonistes pour mettre en humeur, et en déroute, les pensées qu'il a eues lors des attentats de novembre 2015.

C'est une œuvre salvatrice pour son créateur, et sans doute pour une partie du public, comme le dit le personnage Lazare : "J'écris pour des gens, j'écris aussi pour les morts qui sont dans ma chambre ! Ça tu ne le sais pas, j'écris les morts qui sont dans mon corps".

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Même si je n'ai pas accroché, il y a une réelle imagination qui génère de beaux moments, très drôles pour certains. Mais la pièce me semble un peu longue, manquant parfois de cohérence dans une pensée qui était sans doute perturbée par les événements qui avaient alors ébranlé Paris.

Mais nous sommes sur scène, avec le recul d'un artiste qui tient son pinceau à la main pour faire de son tableau une belle œuvre. Là, il y a eu, à mon sens, des coups de pinceau de trop même si cette approche à vouloir mettre en lumière le saisissement de l'auteur durant ces événements lui était nécessaire… Cela est resté difficile à suivre pour le spectateur que j'étais.

"Sombre rivière"

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Texte et mise en scène : Lazare.
Avec : Anne Baudoux, Laurie Bellanca, Ludmilla Dabo, Marion Faure, Julie Héga, Louis Jeffroy, Olivier Leite, Mourad Musset, Veronika Soboljevski, Julien Villa.
Collaboration artistique : Anne Baudoux, Marion Faure.
Lumières : Christian Dubet.
Scénographie : Olivier Brichet.
En collaboration avec : Daniel Jeanneteau.
Costumes : Marie-Cécile Viault.
Son : Jonathan Reig.
Image : Lazare, Nicos Argillet.
Montage vidéo : Romain Tanguy.
Prise de vue sur le plateau : Audrey Gallet.
Direction de chœur : Samuel Boré.
Assistanat général : Marion Faure.
Assistanat musical : Laurie Bellanca.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Avec la participation filmée de : Ouria, Olivier Martin-Salvan.
Durée : 1 h 55.
Par la compagnie Vita Nova.

Du 28 novembre au 30 décembre 2018.
Du mardi au samedi à 21 h, dimanche à 15 h.
Relâche le 25 décembre.
Théâtre du Rond-Point, Salle Renaud-Barrault, Paris 8e, 01 44 95 98 00.
>> theatredurondpoint.fr

Safidin Alouache
Lundi 10 Décembre 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020