La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Sombre rivière"… Mise à nu de pensées en déroute

"Sombre rivière", Théâtre du Rond-Point, Paris

Lazare a trempé sa plume au plus vif de sa sensibilité pour créer une œuvre après les attentats de Paris de novembre 2015. Au travers d'un prisme qui mêle différentes tranches de vie des protagonistes, l'auteur nous convie à un parcours sinueux de ses émotions.



© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Il y a dans cette pièce de théâtre, du chant, de la musique, de la danse, des vidéos… et des apartés. Bref un mélange de plusieurs disciplines qui aurait pu faire de ce cocktail artistique, un beau bouquet. Sauf que la trame est difficile à suivre.

Il y a pourtant de très beaux rôles comme celui, entre autres, de Lazare (interprété par Julien Villa), incarné avec beaucoup d'humour, de vivacité, de plaisir, d'envie par le comédien. C'est un artiste à moitié compris et à moitié soutenu par sa productrice (Anne Baudoux), présente dans les coulisses.

Nous voyons ainsi l'autre côté du décor, avec une caméra qui filme ce qui se passe en coulisses en le projetant sur scène. La perspective est double, c'est celle d'une création, de sa mise en mots, en forme, au travers de sa production, avortée, et de personnages avant même leur entrée sur le plateau. Une mise à nu du théâtre. Tout est montré. Les doutes de Lazare, ou plutôt de sa productrice et les à-côtés de sa vie.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Ainsi que ses pensées (ou celles d'un autre ?) qui viennent ponctuer la pièce avec des propos sur les Arabes et les préjugés qui leur sont dédiés après des attentats revendiqués par des extrémistes religieux "musulmans "… bien qu'un Arabe ne soit pas forcément musulman ; ainsi que des propos sur les banlieues et le racisme.

Il y a aussi un bout de film sur la maman de Lazare, jolie personne âgée au rire communicateur. Bref un melting-pot de plusieurs tranches de vie, d'instants du personnage/créateur.

Lazare est l'auteur de "Sombre rivière" qui s'est projeté dans un des protagonistes pour mettre en humeur, et en déroute, les pensées qu'il a eues lors des attentats de novembre 2015.

C'est une œuvre salvatrice pour son créateur, et sans doute pour une partie du public, comme le dit le personnage Lazare : "J'écris pour des gens, j'écris aussi pour les morts qui sont dans ma chambre ! Ça tu ne le sais pas, j'écris les morts qui sont dans mon corps".

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Même si je n'ai pas accroché, il y a une réelle imagination qui génère de beaux moments, très drôles pour certains. Mais la pièce me semble un peu longue, manquant parfois de cohérence dans une pensée qui était sans doute perturbée par les événements qui avaient alors ébranlé Paris.

Mais nous sommes sur scène, avec le recul d'un artiste qui tient son pinceau à la main pour faire de son tableau une belle œuvre. Là, il y a eu, à mon sens, des coups de pinceau de trop même si cette approche à vouloir mettre en lumière le saisissement de l'auteur durant ces événements lui était nécessaire… Cela est resté difficile à suivre pour le spectateur que j'étais.

"Sombre rivière"

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Texte et mise en scène : Lazare.
Avec : Anne Baudoux, Laurie Bellanca, Ludmilla Dabo, Marion Faure, Julie Héga, Louis Jeffroy, Olivier Leite, Mourad Musset, Veronika Soboljevski, Julien Villa.
Collaboration artistique : Anne Baudoux, Marion Faure.
Lumières : Christian Dubet.
Scénographie : Olivier Brichet.
En collaboration avec : Daniel Jeanneteau.
Costumes : Marie-Cécile Viault.
Son : Jonathan Reig.
Image : Lazare, Nicos Argillet.
Montage vidéo : Romain Tanguy.
Prise de vue sur le plateau : Audrey Gallet.
Direction de chœur : Samuel Boré.
Assistanat général : Marion Faure.
Assistanat musical : Laurie Bellanca.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Avec la participation filmée de : Ouria, Olivier Martin-Salvan.
Durée : 1 h 55.
Par la compagnie Vita Nova.

Du 28 novembre au 30 décembre 2018.
Du mardi au samedi à 21 h, dimanche à 15 h.
Relâche le 25 décembre.
Théâtre du Rond-Point, Salle Renaud-Barrault, Paris 8e, 01 44 95 98 00.
>> theatredurondpoint.fr

Safidin Alouache
Lundi 10 Décembre 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020