La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Sérénade pour des Héros aux Champs-Élysées

En prélude au Festival de Prades, créé par Pablo Casals, et pour sa dix-neuvième saison parisienne au Théâtre des Champs-Élysées, la qualité était au rendez-vous, tant du côté des solistes que du programme dont les compositeurs - trônant tous au "Walhalla", ce séjour des Héros voulu par Louis Ier de Bavière - étaient L. van Beethoven, W. A. Mozart et J. Brahms. Sans oublier le clou de la soirée : la création française d’un Duo pour violon et contrebasse de K. Penderecki... Un compositeur polonais qui mériterait de rejoindre ses illustres aînés.



Michel Lethiec, clarinette © Josep Molina.
Michel Lethiec, clarinette © Josep Molina.
Une belle soirée consacrée à la musique de chambre qui commença avec le Trio avec piano n°5 de L. van Beethoven, appelé aussi le "Trio des Esprits". Le thème du largo était initialement destiné à une scène de sorcières pour un opéra que L. van Beethoven projetait d’écrire - et qui ne vit pas le jour.

Écrite à l’âge de trente-sept ans, cette œuvre est contemporaine de la 5e symphonie et de la Pastorale. Expression intime de tourments inconnus, son Largo ed espressivo déchire l’âme, sur les rivages prochains du Romantisme. C’est bien ce "langage sublime" venu d’un monde inconnu dont a parlé E. T. W. Hoffmann.

Quelques années après la dépression de 1802, le Trio en ré majeur pour piano, violon et violoncelle exprime toute l’orgueilleuse solitude dans laquelle s’est réfugié le Titan. Et c’est le prestige de cette musique que de nous faire entrevoir ces régions ineffables.

Plus léger, charmant, épanoui, le Quintette pour piano et vents de W. A. Mozart luit des derniers feux des Lumières plutôt que des premiers assauts du "Sturm und Drang". Il nous a semblé être transportée, ces après-midi lointains en Allemagne, dans ces concerts destinés aux émigrés français d’après 1791.

L'écrivant en 1784, "le plus prodigieux génie" (selon R. Wagner) invente la forme du quintette et compose beaucoup pour éblouir Vienne. C’est que la liberté de l’Enfant prodige a un prix depuis qu’il a échappé au régime des laquais chez l’infâme archevêque de Salzbourg !

Comme W. A. Mozart en 1791 et L. van Beethoven en 1827, J. Brahms meurt à Vienne en 1897. C’est cependant à Detmold en 1861 qu’il a composé cette impressionnante Sérénade n°1 opus 113 (ou opus 11) pour neuf musiciens (cordes et vents), et qu’il a adaptée ensuite pour un orchestre.

Le Quatuor Talich, invité du prochain concert du 16 février © DR.
Le Quatuor Talich, invité du prochain concert du 16 février © DR.
Ce soir-là, ce sont neuf solistes de Prades qui ont parfaitement rendu justice aux six mouvements à l’ampleur toute symphonique de cette pastorale. Entre allegro et menuetto, l’adagio a délivré l’entêtante formule de la mélancolie d’un jeune compositeur romantique de vingt-cinq ans, amoureux sans espoir de la belle pianiste Clara Schumann.

Mais le public attendait également avec curiosité la création du Duo concertante pour violon et contrebasse du musicien K. Penderecki, par le violoniste Olivier Charlier - qui nous a impressionnée tout au long de cette soirée - et le contrebassiste Jurek Dybal. Les solistes se sont particulièrement distingué dans l’exécution d’une œuvre aux larges tonalités affectives, et par le feu de leur jeu dans les passages scherzando.

L’ensemble des musiciens de cette soirée a charmé l’auditoire. Leur interprétation n’a pas failli pour rendre les subtiles couleurs et les phrasés délicats de ce très bon programme. À noter que Bruno Pasquier a remplacé, à l'alto, Vladimir Mendelssohn initialement prévu.

Le prochain concert du Festival de Prades au Théâtre des Champs-Élysées aura lieu le 16 février 2012 à 20 h, avec un programme consacré à J. Haydn, R. Schumann et F. Mendelssohn. À ne pas manquer.

Prades aux Champs-Élysées – Concert du 12 janvier 2012

Beethoven - Trio avec piano n° 5 en ré majeur (op. 70 n° 1) ;
Mozart - Quintette pour piano et vents en mi bémom majeur (K. 452) ;
Penderecki - Hore Duo pour violon et contrebasse (création française) ;
Brahms - Sérénade pour cordes et vents n° 1 en ré majeur (op. 113).

Stefan Vladar : piano,
Olivier Charlier : violon,
Bruno Pasquier : alto,
François Salque : violoncelle,
Jurek Dybal : contrebasse,
Jacques Zoon : flûte,
Jean-Louis Capezzali : hautbois,
Philippe Berrod, Michel Lethiec : clarinette,
André Cazalet : cor,
Giorgio Mandolesi : basson.

Coproduction Festival Pablo Casals de Prades / Théâtre des Champs-Élysées.
>> theatrechampselysees.fr
>> prades-festival-casals.com

Christine Ducq
Vendredi 20 Janvier 2012

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020