La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Salieri retrouve ses lettres de noblesse sur la scène du Lucernaire.

Guère besoin d’être un mélomane averti pour au moins avoir entendu parler du compositeur Salieri. Milos Forman en avait fait (dans son film "Amadeus") l’empoisonneur de Mozart. Ici, Jean Hache, certainement plus proche de la réalité historique, dresse le portrait d’un homme en proie à sa solitude et à son passé. Loin d’en faire un monstre jaloux et assassin, il rend le personnage terriblement humain et touchant.



Jean Hache dans "Salieri le mal-aimé de Dieu" © André Bradin
Jean Hache dans "Salieri le mal-aimé de Dieu" © André Bradin
Ah ! Salieri… l’abandonné. "Saliéri le mal-aimé de Dieu". Particulièrement doué, il fut pourtant reconnu de son vivant comme un grand compositeur. Mais difficile d’arriver à faire exister ses œuvres à côté du génial Mozart. Et bien qu’attaché à la Cour de Joseph II à Vienne. On le sait, ce dernier lui volera la vedette et ses livrets seront jetés aux oubliettes pendant plus d’un siècle. C’est la nouvelle d’Alexandre Pouchkine d’abord (Mozart et Salieri, écrite en 1830) qui aura permis de faire redécouvrir le personnage, mais surtout (comme Forman) d’alimenter la thèse de l’empoisonnement. Thèse qui n’a jamais été accréditée d’ailleurs. Et ce n’est pas ce que Jean Hache a retenu du personnage.

L’originalité de la pièce tient d’abord dans la façon dont Salieri a été mis en scène : seul. Mozart n’est plus qu’une voix et reprendre celle d’Emmanuel Ray (la voix française de Mozart dans le film Amadeus) c’est élever un peu plus le mythe pour donner à Salieri un tour encore plus humain : "La fornication est le meilleur antidote contre le vieillissement", lui fait dire Jean Hache. La perception d’un homme déchu et malheureux qui ne fornique plus au fond de sa cellule, présenté d’abord à sa toilette, puis en train de manger, éloigne le spectateur de cette ombre fantastique et fantasmée qui aurait plané sur la vie de Mozart.

Habilement mis en scène sur le petit plateau du Lucernaire, ce soliloque, tantôt drôle tantôt grave, est investi par un auteur, comédien et metteur en scène qui a su magistralement laisser parler les démons jaloux du compositeur en mal de reconnaissance et lui redonner, ainsi ses lettres de noblesse. Si l’air sec et maigre de Jean Hache n’est pas sans rappeler l’image revêche et sévère que l’on prête volontiers au personnage, sa force est d’avoir su en faire le portrait d’un homme parcouru dans sa dimension la plus complexe et la plus verticale : ni bien ni mal, le personnage oscille entre démesure et faiblesse, emphase et simplicité, folie et raison. Son jeu et son allure ne sont pas sans rappeler celui d’un Laurent Terzieff.

Cet homme qui aurait au moins voulu être un ange déchu regarde l’enfant prodige avec haine et envie. Mozart est celui qui "dialogue avec les anges" et qui détient "le génie du coeur", "seulement occupé à mettre ensemble des notes qui s’aiment". Lui n’a pas une note digne de passer à la postérité. Retranché au fond de sa cellule, il ne reste plus que les souvenirs du passé pour s’entretenir avec lui. Même Dieu aura fini par se taire. Adresses, menaces, supplications, seule la musique vient encore lui chuchoter à l’oreille et imposer sa respiration. Moins "fulgurante" et moins passionnée que celle de Mozart, elle est néanmoins une redécouverte, un dialogue entre les deux compositeurs, sinon un magnifique requiem permettant enfin de réhabiliter son œuvre.

Lumière calfeutrée, barreaux aux fenêtres se détachent discrètement, entre ombre et lumière, et seront le symbole de l’enferment progressif de Salieri. Roland Hergault, à la co-mise en scène et à la lumière, a réalisé là un beau travail. Ce dialogue métamorphose la scène en un confessionnal recueillant les confidences d’un homme en proie à un beau délire.

"Salieri le mal-aimé de Dieu"

Jean Hache dans "Salieri le mal-aimé de Dieu" © André Bradin
Jean Hache dans "Salieri le mal-aimé de Dieu" © André Bradin
(Vu le 14 juin 2011)

Texte : Jean Hache
Mise en scène : Jean Hache et Roland Hergault.
Avec : Jean Hache et la voix d’Emmanuel Ray.
Lumière : Roland Hergault.

Du 1er juin au 28 août 2011.
Théâtre le Lucernaire, Paris 6e.
Du mardi au samedi à 18 h 30.
Réservations : 01 45 44 57 34.
www.lucernaire.fr

Lundi 4 Juillet 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022