La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

S Druge Strane… l’humour et la solitude au quotidien

"S Druge Strane", Théâtre La Colline, Paris

"S Druge Strane", signifiant en français "de l’autre côté", est une œuvre écrite par deux auteurs croates qui mêle quotidienneté et tragique dans les univers noirs et timorés des personnages. Dans une mise en scène simple avec un décor presque nu, les auteurs réussissent à créer un univers à la fois subtil d’humour et étouffant de solitude.



© DR.
© DR.
Ils sont quatre, deux hommes et deux femmes, assis sur un canapé un peu "vintage". Cela démarre comme une discussion banale, très anodine avec quelques propos dits et lancés à tour de rôle par les personnages.

Le jeu est très naturel, timbré d’aucun artifice. Tout est basé sur les rapports biaisés, bancals entre les personnages. Chacun est comme un miroir déformant de l’autre, miroir qui regarde, qui fixe mais de façon froide et distante.

Il n’y a aucune homogénéité dans les histoires racontées. D’ailleurs, celles-ci sont bousculées par le narrateur ou par ses protagonistes. Seul un fil rouge, marqué au fer de l’incompréhension et d’une solitude étouffante, relie les histoires de chaque personnage, des histoires de rencontres avortées, de mort, des histoires souvent banales mais si importantes pour celui qui raconte.

© DR.
© DR.
C’est la solitude qui habite les personnages. Une solitude qui abîme, bouscule, ratatine. Les paroles des personnages sont lancées, proférées mais avec peu d’écho et d’attention alentour. Ils sont quatre mais seuls. Toujours seuls.

La mise en scène joue sur les ruptures de jeu qui apparaissent en pointillé dans les gestes, les déplacements ou les intonations de voix. Les jeux des acteurs s’emboitent les uns aux autres. Ils se coupent, s’entendent sans s’écouter, ils s’évitent, ils gueulent, ils braillent, ils parlent. Bref, ils se comprennent à peine.

Le comique est très présent. Dans les gestes, les intonations, les situations. Dans les rapports entre les personnages. Dans la mise en scène aussi avec des mises en situation où le canapé tient lieu parfois de champs de bataille. Et puis ce sont aussi des comiques de situation qui donnent un caractère décalé à la pièce. Boire de l’eau équivaut à amener un évier. Manger, c’est un réfrigérateur qui apparaît.

© DR.
© DR.
On veut casser la télé mais on ne le fait pas. On veut casser cette foutue chaise mais… non ! À quoi bon ? Si cette chaise est là, c’est qu’elle devait y être. Comme tous ces événements sans consistance qui débarquent dans leur vie. Et qu’ils souhaiteraient casser ou effacer mais sur lesquels ils butent. Comme ce café… il veut du café le monsieur ou pas ? Cette question lancinante, récurrente intervient à plusieurs reprises comme pour arrêter une autre histoire racontée ailleurs par un autre. Comme deux flots de paroles qui se percutent sans se rencontrer, comme une écume des mots qui meurt sur le rocher du silence.

C’est très bien joué, bien mené avec une mise en scène simple, directe et limpide.

"S Druge Strane (De l’autre côté)"

© DR.
© DR.
Texte : Nataša Rajković et Bobo Jelčić.
Spectacle en croate surtitré en français.
Avec : Nikša Butijer, Jadranka Ðokić, Ksenija Marinkovic, Krešimir Mikić.
Création lumières : Jason Organ.
Création costumes : Libby Mc Donnell.
Surtitrage, traduction du croate en français : Gérard Adam.
Adaptation : Delila Dizdarevic-Barthien.
Durée : 1 h 15.
Coréalisation La Colline - théâtre national, Festival d’Automne à Paris, dans le cadre de "Croatie, la voici" (Festival croate en France).

Du 13 décembre au 20 décembre 2012.
Du mercredi au samedi à 20 h 30, mardi à 19 h 30 et dimanche à 15 h 30.
Théâtre de la Colline, Grand théâtre, Paris 20e, 01 44 62 52 52.
>> colline.fr

Safidine Alouache
Lundi 17 Décembre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À Découvrir

•Off 2024• "Mon Petit Grand Frère" Récit salvateur d'un enfant traumatisé au bénéfice du devenir apaisé de l'adulte qu'il est devenu

Comment dire l'indicible, comment formuler les vagues souvenirs, les incertaines sensations qui furent captés, partiellement mémorisés à la petite enfance. Accoucher de cette résurgence voilée, diffuse, d'un drame familial ayant eu lieu à l'âge de deux ans est le parcours théâtral, étonnamment réussie, que nous offre Miguel-Ange Sarmiento avec "Mon petit grand frère". Ce qui aurait pu paraître une psychanalyse impudique devient alors une parole salvatrice porteuse d'un écho libératoire pour nos propres histoires douloureuses.

© Ève Pinel.
9 mars 1971, un petit bonhomme, dans les premiers pas de sa vie, goûte aux derniers instants du ravissement juvénile de voir sa maman souriante, heureuse. Mais, dans peu de temps, la fenêtre du bonheur va se refermer. Le drame n'est pas loin et le bonheur fait ses valises. À ce moment-là, personne ne le sait encore, mais les affres du destin se sont mis en marche, et plus rien ne sera comme avant.

En préambule du malheur à venir, le texte, traversant en permanence le pont entre narration réaliste et phrasé poétique, nous conduit à la découverte du quotidien plein de joie et de tendresse du pitchoun qu'est Miguel-Ange. Jeux d'enfants faits de marelle, de dinette, de billes, et de couchers sur la musique de Nounours et de "bonne nuit les petits". L'enfant est affectueux. "Je suis un garçon raisonnable. Je fais attention à ma maman. Je suis un bon garçon." Le bonheur est simple, mais joyeux et empli de tendresse.

Puis, entre dans la narration la disparition du grand frère de trois ans son aîné. La mort n'ayant, on le sait, aucune morale et aucun scrupule à commettre ses actes, antinaturelles lorsqu'il s'agit d'ôter la vie à un bambin. L'accident est acté et deux gamins dans le bassin sont décédés, ceux-ci n'ayant pu être ramenés à la vie. Là, se révèle l'avant et l'après. Le bonheur s'est enfui et rien ne sera plus comme avant.

Gil Chauveau
14/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024