La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Rythmes sorciers au Festival Radio France

Soirée magique au Festival de Radio France-Occitanie-Montpellier avec un programme d'une belle cohérence et aux invités exceptionnels. L'Orchestre Philharmonique de Radio France dirigé par le jeune prodige finlandais Santtu-Matias Rouvali a offert un superbe concert, dont le Concerto pour la main gauche (de Ravel) admirable du pianiste Bertrand Chamayou.



Le festival nous a offert le genre de soirée parfaite, un de ces concerts inoubliables dont nous ressortons enthousiastes et heureux. Car la réussite (toujours inattendue, toujours espérée) tenait à trois paramètres. D'abord a été médité un programme magnifique, pas si classique et roboratif, avec en forme d'ouverture "The Chairman dances" de John Adams, le concerto pour pianiste unibrassiste de Ravel et - en guise de symphonie - le mythique "Sacre du Printemps" de Stravinski. Pour le défendre ensuite ont été associés une phalange d'exception, un chef impressionnant de maîtrise et un soliste idéal. Enfin l'alchimie indispensable, qui transcende les rencontres artistiques, était nettement sensible dans la salle du Corum de Montpellier.

Belle idée que de donner à entendre le foxtrot pour orchestre du compositeur américain John Adams "The Chairman dances" (Le Président danse). Ce compositeur né en 1947, dont on adorerait entendre plus souvent les opéras dans les grandes maisons françaises, destine cette fascinante pièce symphonique (avec ses rythmes hypnotiques de la musique répétitive avec variations expertes, son riche instrumentarium, une vraie fabrique de sons inouïs) au Milwaukee Symphony Orchestra en 1985.

© DR.
© DR.
Ce foxtrot d'une dizaine de minutes sera la matrice deux ans plus tard de son opéra "Nixon in China" conçu avec Peter Sellars et Alice Goodman. Le Philharmonique se montre brillant tant dans les boucles ondulatoires thématiques du tissu sonore que dans la peinture de climats tantôt oniriques ou ironiques. Il est bien aidé par un chef dansant, sautillant et d'une précision absolue - un vrai farfadet venu du Nord me glisse ma voisine.

Bertrand Chamayou livre ensuite un fiévreux "Concerto pour la main gauche" qui aurait ravi Ravel puisqu'il parvient à faire oublier qu'il ne se sert que d'une main. On se souvient que le pianiste toulousain a souffert il y a une dizaine d'années d'une dystopie de fonction de la main droite pendant quelques mois - rendant incertaine (un temps) la poursuite de sa carrière de soliste. On imagine facilement qu'il puisse rejoindre en pleine conscience l'état d'esprit du commanditaire de l'œuvre, Paul Wittgenstein. Le frère du philosophe allemand avait en effet perdu son bras droit dans les combats de la première guerre mondiale.

© DR.
© DR.
Bertrand Chamayou engage avec une virtuosité unique son duel avec l'orchestre. Tour à tour effrayant, désespéré, héroïque, le soliste parvient par des effets époustouflants dans les tréfonds des registres grave et aigu à monter au combat et à vaincre face à une phalange qui ne lui cède rien en âpreté et en élans magnifiques. Les incursions jazz et les moments de tendresse n'effaceront pas les stigmates sauvages de cette danse endiablée - que nous ont offerts avec force et conviction soliste et musiciens. Le bis "Pavane pour une infante défunte" (composée en 1899 par Ravel) rappelle avec un sens du jeu superlatif que le pianiste sait aussi se servir de ses deux mains.

Après l'entracte, place aux rites sauvages du "Sacre du Printemps" dont il est inutile de rappeler les circonstances agitées de la création au Théâtre des Champs-Élysées en 1913. On attend toujours un peu au tournant un chef dans cette œuvre d'une difficulté certaine à mettre en place. C'est l'épreuve reine et elle est gagnée ici de haute lutte par le jeune chef finlandais. En parfaite osmose avec le Philharmonique, qu'il connaît bien pour l'avoir déjà dirigé, il montre à seulement trente-deux ans une maturité et une maîtrise époustouflantes.

© DR.
© DR.
Santtu-Matias Rouvali exalte ce grand rite sacral avec ses sonorités expressionnistes, sa polyrythmie sorcière, ses ostinatos hypnotiques et ses explosions jubilatoires convoquant tous les pupitres - tous éminemment brillants. Force primitive, luxuriances tonales, subtilité des dynamiques et sens des transitions (particulièrement éprouvantes ici) envoûtent comme jamais dans cette transe dionysiaque sous la baguette de ce lutin génial venu des terres du nord.

Concert donné le 22 juillet 2018.
Disponible à l'écoute pendant plusieurs mois sur le site de France Musique.

Bertrand Chamayou, piano.
Orchestre Philharmonique de Radio France.
Santtu-Matias Rouvali, direction.

Du 9 au 27 juillet 2018.
Festival de Radio France - Occitanie - Montpellier "Douce France".
Tél. : 04 67 02 02 01.
Programme complet >> lefestival.eu

Christine Ducq
Lundi 30 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

"An Irish Story" Une histoire des Irlandais, ces derniers bardes

"An Irish Story", Théâtre de Belleville, Paris

Son grand-père Peter 0'Farrel a disparu sans laisser d'adresse. Dans "An irish story", Kelly Rivière, la petite fille, est partie en quête puisque sa mère Margaret n'a pas voulu révéler le secret de la famille. Volubile, Kelly raconte sur scène ce qui devient vite, par elle et pour elle, une épopée. Don ou atavisme familial ? Au spectateur de décider mais il est comblé devant le collier de perles théâtrales qui lui est présenté.

Trimballé de Lyon à Dublin via Londres. Au départ, Kelly s'y prend un peu, faussement, gauchement, par un timide stand up mais l'histoire accroche. Il y a la personnalité de cet aïeul "so Irish" rejoignant étonnamment Londres pour reconstruire la ville dévastée par la guerre, qui a eu une fille, et a disparu comme bien d'autres… Disparus dans une mer d'alcool ? Peut-être… Que peut-on attendre de ces diables d'hommes, seuls garçons de fratries de filles (nombreuses) et eux–mêmes géniteurs de légendes…

À mesure que l'histoire avance, le récit devient dialogue. Le personnage est de plus en plus échauffé, de plus en plus passionné. Comme ébrié. Des paroles prises sur le vif, des personnages incarnés. Les accents à couper au couteau, ces îles de par delà la Manche ou le channel, de la mer d'Irlande Muir Éireann ou Irish sea, les rituels de la "cup of Tea", de la Guinness, la mère, les cousines, les voisins, le pub, tout y passe.

Jean Grapin
14/05/2019