La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Roméo et Juliette"... Passion tragique autant intemporelle que futuriste !

Sur une musique du compositeur russe Prokofiev et une création du chorégraphe britannique Matthew Bourne, la tragédie shakespearienne "Roméo et Juliette" bascule dans une époque très moderne, voire futuriste, avec sa scénographie et un focus particulier sur la violence dans les champs privé et institutionnel.



© Johan Persson.
© Johan Persson.
Rideau sur un décor en briques blanches avec, côté jardin, une entrée avec des barreaux blancs surplombée par l'inscription "GIRLS" et, côté cour, la même entrée avec "BOYS" au-dessus. Au centre, une porte neutre et blanche. Nous sommes dans le "Verona Institute", établissement ajouté à la trame de la tragédie shakespearienne pour nous plonger dans un espace-temps qui n'est pas celui de Vérone du XVIe siècle. La scénographie avec ses murs propres, blancs et les costumes de Lez Brotherston nous plongent dans une époque très moderne, voire futuriste, où la haine entre clans familiaux est prorogée par l'institution policière jusqu'à empêcher une passion amoureuse, celle de Roméo et Juliette.

Le ballet éponyme du compositeur, pianiste et chef d'orchestre russe Sergueï Prokofiev (Sergueï Sergueïevitch Prokofiev) (1891-1953) donne à la représentation du volume tragique et une forte tension rythmique. Il est un élément essentiel à la trame qui s'y joue et est composé de trois actes. Il a été écrit en 1935 après son retour en Union soviétique.

© Johan Persson.
© Johan Persson.
À l'entame de la représentation, la danse est géométrique, lui donnant un caractère froid, sans être dénuée de poésie et de grâce, avec des danseurs dont l'expressivité est furtive et presque absente. Les têtes se tournent vers le côté avec un cou en pivot, les troncs se baissent et les avant-bras jouent de mouvements de va-et-vient à hauteur de taille. Les gestuelles sont linéaires et anguleuses avec des trajectoires horizontales toujours mouvantes. Sur le plan vertical, les attitudes sont quasiment fixes avec, pour axe, la partie moyenne du corps.

Dans cette découpe à deux niveaux, la querelle familiale est symbolisée par la verticalité des corps presque statiques plantés sur leurs jambes vis-à-vis d'une passion amoureuse qui le transgresse, symbolisée par des membres supérieurs toujours en déplacement et qui s'opposent autant dans le rythme que dans la direction avec la gestique des troncs.

Est présent sur scène un policier armé d'un attirail qui ressemble plus à celui utilisé pour réprimer toute action violente qu'à rassurer et qui intervient physiquement afin, entre autres, d'enfermer Juliette. Avec cette incursion, la danse investit un champ beaucoup plus vaste qu'une violente querelle familiale et pointe aussi celui d'une société qui entre dans le champ privé des relations humaines, comme dans toute dictature.

© Johan Persson.
© Johan Persson.
À l'exception des duos entre Juliette (Monique Jonas, Bryony Pennington) et Roméo (Paris Fitzpatrick, Andrew Monaghan), les danses sont essentiellement effectuées en groupe, composées de couples synchronisés avec des corps droits, oscillant, tournant ou s'abaissant.

Les mouvements deviennent parfois plus lâches, plus amples avec des membres inférieurs et supérieurs qui se glissent les uns dans les autres comme dans cette très belle séquence du balcon entre Roméo et Juliette. Cette fusion, nous la retrouvons en scène finale entre nos deux amants. La chorégraphie sous le balcon devient joyeuse, entraînante avec une gestique aérée et aérienne, les corps se touchant, se glissant l'un en appui de l'autre. Cela bascule avec les membres supérieurs de Roméo qui viennent se mettre en pivot pour que Juliette puisse être portée et être objet de bascule. Ils courent ensuite par petits pas joyeux.

Ces gestuelles sont antinomiques avec celles géométriques du début du spectacle. Entre la courbure des unes et "l'angularité" des autres se détachent au centre des danses beaucoup plus frontales et combatives. Ainsi alternent différentes ambiances portées par les chorégraphies comme baromètres de tensions et d'émotions.

© Johan Persson.
© Johan Persson.
La scène finale, avec la mort de nos deux amoureux, fait écho à la scène du balcon où la première est source de vie quand la seconde est signal de mort. Le rouge sang sur leurs blouses détonne avec la blancheur immaculée que l'on retrouve essentiellement sur le plateau. Le blanc et le noir sont les deux couleurs de la scénographie, le noir représentant la violence et la mort, quand le blanc est celui de la vie et de l'amour.

L'interprétation est très belle avec une modernité et une variété chorégraphique qui donnent au spectacle une couleur audacieuse dans sa dénonciation actuelle de la violence des clans et des camps ainsi que de la modernité futuriste d'une société qui pourrait basculer, si les contrefeux numériques ne sont pas mis en place à temps, dans un mode opératoire d'investigation du champ strictement privé comme dans certaines dictatures.

"Roméo et Juliette"

© Johan Persson.
© Johan Persson.
D'après la pièce de Shakespeare.
Direction artistique et chorégraphie : Matthew Bourne.
Musique : Sergueï Prokofiev.
Avec : Paris Fitzpatrick, Andrew Monaghan (Romeo), Monique Jonas, Bryony Pennington (Juliette), Danny Reubens, Richard Winsor (Tybalt).
La compagnie : Matthew Amos, Tanisha Addicott, Tasha Chu, Carla Contini, Adam Davies, Anya Ferdinand, Jackson Fisch, Cameron Flynn, Euan Garrett, Kurumi Kamayachi, Daisy May Kemp, Hannah Kremer, Kate Lyons, Rory Macleod, Blue Makwana, Leonardo McCorkindale, Eleanor McGrath, Enrique Ngbokota, Harry Ondrak-Wright, Alan Vincent.
Décors et costumes : Lez Brotherston.
Lumières : Paule Constable.
Orchestration : Terry Davies.
Création sonore : Paul Goothuis.
Associée à la direction artistique : Etta Murfitt.
Associée à la chorégraphie : Arielle Smith.
À partir de 14 ans.
Durée : 1ère partie 1 h, entracte 20 minutes, 2e partie 35 minutes.

Du 9 au 28 mars 2024.
Du mardi au samedi à 20 h, dimanche à 15 h.
Théâtre du Châtelet, Grande Salle, Paris 1er, 01 40 28 28 40.
>> chatelet.com

Safidin Alouache
Mardi 19 Mars 2024

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024