La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

"Révolution(s)" au Festival Radio France de Montpellier

Alors qu'on commémore le centenaire de la Révolution russe, le Festival Radio France a décidé de mettre l'accent sur le foisonnement intellectuel, artistique et musical qui découla de l'événement à l'Est comme à l'Ouest, dans cette nouvelle édition. Une programmation ambitieuse est ainsi proposée à Montpellier comme dans toute la région occitane depuis le 10 juillet avec 90 % de concerts gratuits.



Le jeune soliste Edgar Moreau © DR.
Le jeune soliste Edgar Moreau © DR.
Au programme, des répertoires liés à l'idée de révolution cette année où la Russie est évidemment à l'honneur : Khatchaturian, Roslavets, Chostakovitch et Prokofiev, mais aussi des artistes tels que les Chœurs de l'Armée Rouge ; et des compositeurs tel Giordano et son opéra oublié, "Siberia", à découvrir le 22 juillet avec la soprano Sonya Yoncheva - entre nombreux autres beaux rendez-vous.

Jazz, électro et musiques du monde égaient encore cette année le festival avec une quarantaine de concerts dont la grande soirée FIP du 28 juillet, quatre soirées de l'Ensemble Contraste "Besame mucho" et trois nuits "électro" avec Tohu Bohu à Montpellier.

Les orchestres ne manquent pas à l'appel : l'Orchestre National de Montpellier Occitanie pour trois productions dont "Siberia" déjà évoqué et une soirée "Finlandia" avec le chef Michael Schonwandt (le 27 juillet) ; les formations de Radio France (l'Orchestre National de France, l'Orchestre Philharmonique de Radio France et le Chœur avec Vladimir Fedoseyev le 25 juillet autour de la Cantate "Octobre" de Prokofiev).

Orchestre National du Capitole de Toulouse © DR.
Orchestre National du Capitole de Toulouse © DR.
Le Chœur de la Radio Lettone, le Concert Spirituel dirigé par Hervé Niquet et l'Orchestre National de Lille mené par Alexandre Bloch ont aussi répondu présent. Jeunes artistes et formations chambristes sont à découvrir ou à retrouver tout au long de la journée ou en soirée.

Le 17 juillet, le jeune chef letton Andris Poga, révélé à ses débuts à Montpellier (1), dirigeait l'Orchestre National du Capitole de Toulouse pour une soirée consacrée à Anton Dvorak pour son Concerto pour violoncelle et orchestre opus 104 et à Dmitri Chostakovitch et sa Symphonie n°12, "L'année 17" opus 112.

Conçu pendant les années américaines de Dvorak (1892-1895), ce Concerto pour violoncelle est l'occasion pour le compositeur tchèque d'accomplir un retour imaginaire dans sa patrie, y exhaler sa nostalgie d'exilé comme la tristesse de la perte de la femme aimée en vain dans les années de jeunesse (sa belle-sœur Joséphine Kounicova). C'est le jeune soliste Edgar Moreau qui était invité à se mesurer avec le chef-d'œuvre créé en 1896 par le violoncelliste Léo Stern.

Fazil Say © DR.
Fazil Say © DR.
Petit sentiment de déception pour cette première partie de soirée. Si Edgar Moreau est de toute évidence un bon accompagnateur de l'orchestre dès le premier mouvement "Allegro", ses parties solistes se révèlent parfois moins convaincantes. La virtuosité est bien là mais manquent peut-être ce son brillant et chantant espéré aussi dans les mouvements suivants comme la profondeur de la plainte élégiaque. La grâce, elle, ne faisant jamais défaut.

L'orchestre toulousain est quant à lui attendu dans la 12e symphonie du compositeur russe. Là encore on reste un peu sur sa faim. Sous la baguette d'Andris Poga, les pupitres de vents, les cuivres et les percussions rutilent dans les quatre mouvements retraçant les grandes heures de l'année 1917, du "Petrograd révolutionnaire" et son Allegro martial au Finale ("L'Aube de l'Humanité") et son allure grandiose. Si l'Adagio ("Les Crues") et le troisième mouvement ("Aurore") sont parfois un peu sages, c'est principalement le fameux double discours sarcastique propre à la persona musicale de Chostakovitch qui aura le plus manqué.

Le lendemain, la folie géniale du pianiste Fazil Say venait corriger la trop grande sagesse de la soirée précédente. Le pianiste turc était invité par le festival pour un programme des sonates de Mozart n°10 à 13, composées entre la fin des années 1770 (entre les espoirs du voyage vers Paris et la désillusion qui suivra dans la capitale pour le compositeur) et le début glorieux des années 1780 à Vienne. Humour, tristesse pré-romantique, gaieté folle et limpidité brillante, la palette la plus large des climats s'y déploie. Le pianiste s'est illustré dans ce répertoire dans un enregistrement révolutionnaire qui a fait date (de là l'invitation dans cette édition).

Fazil Say © DR.
Fazil Say © DR.
La célébrissime Fantaisie K 475 conclut un concert passionnant où l'engagement de Fazil Say ne se dément jamais. Un vrai spectacle où corps et âme rivalisent pour sculpter un son toujours parfait et où la science magique du toucher du pianiste impressionne sur le magnifique Steinway de concert. Avec sa générosité habituelle, Fazil Say (2) offre au public quatre bis anthologiques avec Satie, Chopin, une de ses superbes compositions mariant Orient et Occident et une improvisation finale de la Fantaisie précédemment interprétée qui lui a valu une ovation du public debout, ô combien méritée.

(1) Andris Poga a gagné le premier prix du Concours Svetlanov à Montpellier en 2010.
(2) Fazil Say est un chouchou du public depuis ses débuts de carrière fait à Montpellier.


Du 10 au 28 juillet 2017.
Festival de Radio France Occitanie Montpellier.
Programme complet et réservations :
Festival Radio France.
Allée des Républicains Espagnols, Montpellier (34).
Réservations : 04 67 61 66 81.
>> lefestival.eu

Les concerts peuvent être réécoutés en podcast sur le site de France Musique.

Christine Ducq
Vendredi 21 Juillet 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021