La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

"Révolution(s)" au Festival Radio France de Montpellier

Alors qu'on commémore le centenaire de la Révolution russe, le Festival Radio France a décidé de mettre l'accent sur le foisonnement intellectuel, artistique et musical qui découla de l'événement à l'Est comme à l'Ouest, dans cette nouvelle édition. Une programmation ambitieuse est ainsi proposée à Montpellier comme dans toute la région occitane depuis le 10 juillet avec 90 % de concerts gratuits.



Le jeune soliste Edgar Moreau © DR.
Le jeune soliste Edgar Moreau © DR.
Au programme, des répertoires liés à l'idée de révolution cette année où la Russie est évidemment à l'honneur : Khatchaturian, Roslavets, Chostakovitch et Prokofiev, mais aussi des artistes tels que les Chœurs de l'Armée Rouge ; et des compositeurs tel Giordano et son opéra oublié, "Siberia", à découvrir le 22 juillet avec la soprano Sonya Yoncheva - entre nombreux autres beaux rendez-vous.

Jazz, électro et musiques du monde égaient encore cette année le festival avec une quarantaine de concerts dont la grande soirée FIP du 28 juillet, quatre soirées de l'Ensemble Contraste "Besame mucho" et trois nuits "électro" avec Tohu Bohu à Montpellier.

Les orchestres ne manquent pas à l'appel : l'Orchestre National de Montpellier Occitanie pour trois productions dont "Siberia" déjà évoqué et une soirée "Finlandia" avec le chef Michael Schonwandt (le 27 juillet) ; les formations de Radio France (l'Orchestre National de France, l'Orchestre Philharmonique de Radio France et le Chœur avec Vladimir Fedoseyev le 25 juillet autour de la Cantate "Octobre" de Prokofiev).

Orchestre National du Capitole de Toulouse © DR.
Orchestre National du Capitole de Toulouse © DR.
Le Chœur de la Radio Lettone, le Concert Spirituel dirigé par Hervé Niquet et l'Orchestre National de Lille mené par Alexandre Bloch ont aussi répondu présent. Jeunes artistes et formations chambristes sont à découvrir ou à retrouver tout au long de la journée ou en soirée.

Le 17 juillet, le jeune chef letton Andris Poga, révélé à ses débuts à Montpellier (1), dirigeait l'Orchestre National du Capitole de Toulouse pour une soirée consacrée à Anton Dvorak pour son Concerto pour violoncelle et orchestre opus 104 et à Dmitri Chostakovitch et sa Symphonie n°12, "L'année 17" opus 112.

Conçu pendant les années américaines de Dvorak (1892-1895), ce Concerto pour violoncelle est l'occasion pour le compositeur tchèque d'accomplir un retour imaginaire dans sa patrie, y exhaler sa nostalgie d'exilé comme la tristesse de la perte de la femme aimée en vain dans les années de jeunesse (sa belle-sœur Joséphine Kounicova). C'est le jeune soliste Edgar Moreau qui était invité à se mesurer avec le chef-d'œuvre créé en 1896 par le violoncelliste Léo Stern.

Fazil Say © DR.
Fazil Say © DR.
Petit sentiment de déception pour cette première partie de soirée. Si Edgar Moreau est de toute évidence un bon accompagnateur de l'orchestre dès le premier mouvement "Allegro", ses parties solistes se révèlent parfois moins convaincantes. La virtuosité est bien là mais manquent peut-être ce son brillant et chantant espéré aussi dans les mouvements suivants comme la profondeur de la plainte élégiaque. La grâce, elle, ne faisant jamais défaut.

L'orchestre toulousain est quant à lui attendu dans la 12e symphonie du compositeur russe. Là encore on reste un peu sur sa faim. Sous la baguette d'Andris Poga, les pupitres de vents, les cuivres et les percussions rutilent dans les quatre mouvements retraçant les grandes heures de l'année 1917, du "Petrograd révolutionnaire" et son Allegro martial au Finale ("L'Aube de l'Humanité") et son allure grandiose. Si l'Adagio ("Les Crues") et le troisième mouvement ("Aurore") sont parfois un peu sages, c'est principalement le fameux double discours sarcastique propre à la persona musicale de Chostakovitch qui aura le plus manqué.

Le lendemain, la folie géniale du pianiste Fazil Say venait corriger la trop grande sagesse de la soirée précédente. Le pianiste turc était invité par le festival pour un programme des sonates de Mozart n°10 à 13, composées entre la fin des années 1770 (entre les espoirs du voyage vers Paris et la désillusion qui suivra dans la capitale pour le compositeur) et le début glorieux des années 1780 à Vienne. Humour, tristesse pré-romantique, gaieté folle et limpidité brillante, la palette la plus large des climats s'y déploie. Le pianiste s'est illustré dans ce répertoire dans un enregistrement révolutionnaire qui a fait date (de là l'invitation dans cette édition).

Fazil Say © DR.
Fazil Say © DR.
La célébrissime Fantaisie K 475 conclut un concert passionnant où l'engagement de Fazil Say ne se dément jamais. Un vrai spectacle où corps et âme rivalisent pour sculpter un son toujours parfait et où la science magique du toucher du pianiste impressionne sur le magnifique Steinway de concert. Avec sa générosité habituelle, Fazil Say (2) offre au public quatre bis anthologiques avec Satie, Chopin, une de ses superbes compositions mariant Orient et Occident et une improvisation finale de la Fantaisie précédemment interprétée qui lui a valu une ovation du public debout, ô combien méritée.

(1) Andris Poga a gagné le premier prix du Concours Svetlanov à Montpellier en 2010.
(2) Fazil Say est un chouchou du public depuis ses débuts de carrière fait à Montpellier.


Du 10 au 28 juillet 2017.
Festival de Radio France Occitanie Montpellier.
Programme complet et réservations :
Festival Radio France.
Allée des Républicains Espagnols, Montpellier (34).
Réservations : 04 67 61 66 81.
>> lefestival.eu

Les concerts peuvent être réécoutés en podcast sur le site de France Musique.

Christine Ducq
Vendredi 21 Juillet 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Une chambre en Inde"… contre tous les intégrismes !

"Une chambre en Inde", Théâtre du Soleil, Paris

Reprise Ariane Mnouchkine traite de la place du théâtre dans un monde marqué par les guerres, le terrorisme et un populisme d'exclusion qui rend service à celui-ci. Et elle y répond avec humour et passion.

Cornélia (Hélène Cinque) fait partie d'une troupe dont le directeur, M. Lear, a été appréhendé par la police indienne après être monté, nu, sur la statue du Mahatma Gandhi et avoir crié "Artaud". Il avait "pété les plombs" suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Du personnage, de son nom et de son acte, tout est passé à travers le prisme du théâtre ainsi que ses coulisses et ses questionnements.

Cela se passe dans une chambre en Inde où se trouve Cornélia, souvent allongée. Difficile de démêler ce qui est en dehors, de ce qui est en dedans, de ce qui est de l'imagination ou de la réalité. Tout est imbriqué. Monde et événements s'y logent faisant de ce lieu une incarnation de l'esprit du personnage.

La pièce est une œuvre collective construite autour d'improvisations. Mnouchkine se demandait "comment aujourd'hui raconter le chaos d'un monde devenu incompréhensible ? Comment raconter ce chaos sans y prendre part, c'est-à-dire sans rajouter du chaos au chaos, de la tristesse à la tristesse, du chagrin au chagrin, du mal au mal ?".

Safidin Alouache
03/12/2017
Spectacle à la Une

Lou Casa… Une nouvelle résonance, étonnamment actuelle, pour les chansons de Barbara

Il n'est jamais aisé de s'approprier et d'interpréter des chansons créées, portées, sublimées par des artistes tels que Barbara. Mais là où beaucoup échouèrent, Lou Casa et son chanteur Marc Casa relèvent le défi avec brio et donne une lecture étonnante, poignante et incroyablement juste de six morceaux choisis de la Dame en noir.

Lou Casa… Une nouvelle résonance, étonnamment actuelle, pour les chansons de Barbara
Lou Casa, c'est deux frères, l'un au chant (Marc), l'autre au piano (Fred) et un bassiste (Julien Aeillon)… issus d'un collectif (à géométrie variable : 3 à 10 membres) qui travaillent sur des créations tant musicales (chansons, musiques improvisées) qu'expérimentales où peuvent s'associer danse, slam, poésie, vidéo, etc. Ici, après différentes productions, dont "Barbara, Quinze ans" en novembre 2012 qui initiera en 2014 le projet "Chansons de Barbara", ils décident de coucher six interprétations sur un CD intitulé "À ce jour" dont on espère que d'autres suivront.

Marc Casa donne une intonation particulière aux mots de Barbara (1), de Brel (2), de Françoise Lo (3) ou de Georges Bérard (4), portant avec élégance une certaine fêlure dans la voix qui amplifie l'émotion exprimée, la fragilité sous-tendue. En même temps, le grain légèrement rugueux donne la force et l'énergie au chant, imprimant la trame musicale soutenue par la basse toute en rythmique associée au piano percussif, notamment dans le sublime "Perlimpinpin" presque guerrier, revendicatif… Le clip est d'ailleurs très révélateur et significatif de l'interprétation choisie, exprimée par Lou Casa. Voix parlée chuchotée, prenant doucement de l'amplitude. Derrière le piano roule les notes en une rivière sautillante mi-tango mi-reggae, appuyant certains mots scandés par Marc Casa.

Gil Chauveau
04/12/2017
Sortie à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre de la Contrescarpe, Paris

Reprise Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016