La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Récital Emphatique, un spectacle Fau, Fau, Formidable !

La chronique d'Isa-belle L

Misère ! Misère ! Je crie.
Mon cœur a mal, ma tête aussi. Quelle est cette météo pourrie ?
Un mois de juin. Et toujours pas de soleil ! Ouin, ouin ouin...
Me voici blottie devant mon écran d’ordi, à tenter quelques rimes et de la poésie.
Bonheur, bonheur ! Je revis.
Fau, Fau, Forrrrrrrrrrrrrrrrrrmidable soirée à Marigny.



© Marcel Hartmann.
© Marcel Hartmann.
Je revis, je chante, je me lève, je bouscule feuilles, crayon de mon bureau, je veux – comme ZAZ le chante si… si …. Fort - de la bonne humeur et surtout de la place pour écrire mon billet. Non mais !

Sarah Bernhardt a ressuscité. Sixième rang, milieu, personne à droite, une amie à gauche. Que ça tombe bien de sortir au théâtre avec une amie à ma gauche ! N’ayez crainte, je n’ai pas connu la grande Sarah. Seule la petite, la princesse du dessin animé japonais qui m’a tant fait pleurer enfant. Je lis Sarah Bernhardt en ce moment, je la dévore même. Il s’écrit partout qu’elle déclamait ses textes avec une intonation que seule, elle maîtrisait. Mais laquelle ?

Victoire, victoire, je suis face à Michel.
En regardant Michel, j’ai imaginé Sarah. La tragédienne. Faut dire que Michel Fau s’en donne à cœur joie en reprenant l’incontournable monologue de Phèdre face à Œnone. Well done ! Bravo en anglais. Sarah aussi a joué Phèdre. De nombreuses fois. En français et en anglais. Je l’ai lu, dans sa Bio. J’ai compris ce soir pourquoi la "Bernhardt" fut autant critiquée. Si elle jouait comme l’a fait Michel… Normal que le public soit remboursé ! Pour sûr qu’elle en a cassé des oreilles !

Des fleurs, des fleurs, pour notre serviteur.
Si Sarah pouvait briser les tympans, en déclamant ses rimes, Michel, lui nous fait marrer en forçant le trait. Enivrée de bonheur j’étais comme une gamine qui redécouvre son métier. M’en foutais de la pluie dehors. À Marigny il faisait chaud, l’été : "Summer time". Les strass de la robe de l’artiste, accompagnés du doigté impeccable du pianiste, ont réchauffé la salle en deux temps, et quelques déhanchés d’un des acteurs les plus déjantés de toutes ces dernières années. Ça riait aux éclats devant le récital de Michel Fau, véritable ovni théâtral. Mimiques, gestuelle, chorégraphie, Michel Fau a tout capté des femmes, des divas du monde. Entre Natacha Atlas qui aurait "gonflé", la Castafiore moins diamantée ou une Bartoli, un tantinet plus capricieuse, cet acteur endosse LE personnage féminin avec une facilité déconcertante.

© Marcel Hartmann.
© Marcel Hartmann.
Inspiration, inspiration quand tu me tiens.
La Castafiore de Marigny, comme d’autres ont nommé Michel Fau, a osé. Reprendre un tube de variétés dont j’ai récemment parlé. Emma Gattuso : veuillez m’excusez si je vous fais une infidélité. Je vais reprendre deux lignes du billet que je vous ai concocté il y a quelques semaines. Souvenez-vous, ce billet dans lequel j’écrivais :
"Quand un artiste balance d’emblée qu’écouter Zaz n’est pas bon pour la santé, je dis merci."
FAUX : Michel Fau ne balance pas sur Zaz. Il reprend à sa manière cette chanson et ça "fau" le détour. Et maintenant "une chanson qui parle de la fracture sociale" qu’il balance Michel après le premier rappel. Putain ! Ce qu’il joue bien ce génie de la comédie. Le non texte de la nouvelle vedette de la scène française permet au grand artiste de s’amuser et de délirer. Tout ce que Zaz hurle à gorge sur-déployée, le personnage incarné tout au long du récital, nous l’envoie avec délice, malice et espièglerie. Il réussit à nous faire pleurer de rire. Que dire ? C’est génial !

Bis, ter, repetita, tralala…
Et voilà que notre diva revient sous les applaudissements interminables des spectateurs qui ne veulent pas quitter le Théâtre de Marigny. N’oubliez pas qu’il pleut dehors et que le soleil, comme la robe de l’artiste, brille ici. Elle revient, avec un autre exploit dans la poche. Plutôt dans ses cordes vocales un peu fatiguées, je dois l’avouer, mais que peut-on faire quand le public en redemande, encore, et encore.
Et soudain : un silence. Mais qu’est-ce qu’il nous chantonne là Michel ? Je l’ignore. Jusqu’au refrain qui me renvoie vingt-six années en arrière. Quand je pense que j’ai acheté ce disque et que j’ai dû supplier ma mère ! Je me tais. Il faut le voir pour y croire. Il l’a fait !

Bravo, bravo… et Noir !
La pluie d’applaudissements qui a sévi ce soir au Théâtre Marigny n’a pas fait disparaître les nuages gros et gris dehors. Il faisait nuit et les gouttes résistaient encore. Bizarrement, l’humeur morose de ce mois de juin, qui s’apparente plutôt à la Toussaint, a repris quelques couleurs à la sortie du théâtre. Il aura suffi d’un spectacle pour réchauffer ma tête, mes pieds et mes mains. L’appel du parapluie était un peu fort, j’ai cédé sous la pression. Et je me suis mise à rire. Avenue des Champs-Élysées, un mardi soir, à la sortie du théâtre Marigny. J’ai assisté au récital d’un acteur décidément génial. Un récital FANtastique.

"Récital Emphatique"

© Marcel Hartmann.
© Marcel Hartmann.
Mise en scène et interprétation : Michel Fau.
Accompagnement piano : Mathieu El Fassi.
Robes : David Belugou.
Maquillages : Pascale Fau.
Coiffures : Élodie Martin.
Lumières : Daniel Eudes.

Spectacle prolongé jusqu'au 30 juin 2012.]
Du mardi au samedi à 21 h, matinée le samedi à 18 h.
Théâtre Marigny, Carré Marigny, Paris 8e, 01 53 96 70 30.
>> theatremarigny.fr

Du 14 mai au 21 juin 2014.
Du mardi au samedi à 21 h 30.
Théâtre de l'Œuvre, Paris 9e, 01 44 53 88 88.
>> theatredeloeuvre.fr

Isabelle Lauriou
Mardi 19 Juin 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Entendre le théâtre… Un voyage sonore dans le théâtre français au XXe siècle

Le théâtre, au-delà de la scène, du plateau, de l'expression et des mouvements de ses protagonistes, de la représentation imagée, symbolique, imaginée des décors, c'est le texte, les sons, la musique et la voix, les voix… Le théâtre peut donc être écouté… et a été écouté ! Dans l'exercice de son rôle patrimonial, la BnF (associée au CNRS) crée un site et une série de podcasts dédiés à la dimension acoustique de cet art.

Entendre le théâtre… Un voyage sonore dans le théâtre français au XXe siècle
Le théâtre est bien évidemment un art évolutif, en perpétuelle mutation. La manière dont on le perçoit a changé quand lui-même bouleverse en permanence ses manières de représentation, ses codes, ses modes internes d'expression. Mais quel était-il au XXe siècle ? Comment l'a-t-on écouté ? Comment l'entendait-on ? Comment y parlait-on ?

La Bibliothèque nationale de France et le CNRS s'associent donc pour explorer, grâce à des archives exceptionnelles et souvent inédites, la diversité des voix et des sons du théâtre, ainsi que leurs évolutions dans la seconde moitié du XXe siècle. De Jean Vilar à Rosy Varte, en passant par Habib Benglia, Antoine Vitez ou encore Maria Casarès, on y découvre ou redécouvre les voix puissantes, profondes et singulières de celles et ceux qui ont marqué les différentes scènes françaises.

Sous l'influence de la radio, du cinéma, ou encore du cabaret, les scènes françaises se sont mises, dans les années cinquante-soixante, à exposer de nouvelles façons, plus accessibles, de dire les textes dramatiques, tandis qu'étaient explorés de nouveaux territoires de l'oralité. Ce sont ces différents aspects, novateurs à l'époque, que permet de découvrir le site "Entendre le théâtre".

Gil Chauveau
25/02/2020
Spectacle à la Une

"Où sont passés vos rêves ?" d'Alexandre Prévert, en public au Bataclan

Captation intégrale "Où sont passés vos rêves ?" est le nouveau stand-up classique écrit et interprété par Alexandre Prévert, jeune pianiste de 23 ans, accompagné par le groupe Believe et le label Naïve. Ce jeune Savoyard talentueux, diplômé du Conservatoire de Paris, associe à une originalité créative le piano et les grands compositeurs, l'humour, la poésie, les échanges avec le public et les anecdotes historiques. Joyeux et virtuose, son spectacle est une pause rafraîchissante qui sied bien au contexte actuel un chouia anxiogène !

Ce spectacle est une invitation à rire ensemble de nos petites histoires personnelles et de notre grande Histoire commune, en les partageant sans complexe à travers les codes du stand-up, de la musique classique et de la poésie.

Pour cette nouvelle saison, Alexandre Prévert vous propose un voyage dans le temps et dans l'Histoire à travers les rêves d'amour de Verlaine et de Liszt, les rêves de révolution de Beaumarchais et de Mélenchon, le rêve d'égalité de Martin Luther King ou encore le rêve d'un nouveau Monde partagé par Gérard et Christophe Colomb !

Sur votre route, vous pourrez également croiser Mozart, Apollinaire, Leonardo DiCaprio, Renaud, Schubert, Montaigne, Booba et Kaaris, Chopin, et même Napoléon III dans un Airbnb...

Alors, où sont passés vos rêves ?

Gil Chauveau
27/03/2020
Sortie à la Une

"Comment va le monde ?" de Marc Favreau, mise en scène de Michel Bruzat, avec Marie Thomas

Captation intégrale Proposée par RBD Productions, le Théâtre de la Passerelle (Limoges) et le Théâtre Les Déchargeurs (Paris), "Comment va le monde ?" a été filmé en 2017 dans ce théâtre parisien. Il s'agit d'une création de Marie Thomas permettant de découvrir les textes et de rendre hommage à Sol, le clown clochard imaginé et interprété pendant plus de quarante ans par le québécois Marc Favreau (1929-2005).

Parce qu'il a toujours eu envie de protéger la terre, Sol, pétrisseur, jongleur de mots, à la diatribe philosophique et humoristique, s'évade. Lui, il n'a rien, ce clown naïf nous fait partager sa vision du monde, il joue avec les maux/mots de la terre. La grande force de Sol, c'est de n'être rien, ça lui permet de jouer à être tout. Simplicité, liberté, folie, note bleue mélancolique dans les yeux.

"On est tous Sol seul au fond de soi et qu'il est le pôvre petit moi de chacun. Il se décarcasse pour que la vérité éclate. Il n'a pas d'amis, rien que des mots, il débouche sur la poésie pure. Liberté.

"Il est le plus petit commun dénominateur, c'est-à-dire qu'il a en lui, quelque chose de chacun de nous. Tout le monde finit par se reconnaître en lui. Pourquoi ? Un exemple de qualité, sans emphase, sans ostentation, avec humilité. Il insuffle au langage une énergie. Poète philosophe, médecin de l'esprit, menuisier, jardinier, autodidacte. Dans une époque secouée par toutes sortes de crises, cultivé, il transcende avec un grand éclat de rire. As du cœur, poète, rêveur, il rejoint le clown et l'Auguste. On s'enrichit à son contact. Enfant, il va jusqu'à l'absurde et dissèque ce petit peuple de tous les jours. Ce n'est pas une mise en accusation mais un constat témoin, malin. Il pose les questions, soulève des interrogations. Il est plus que jamais nécessaire de faire entendre les mots de ce clown/clochard, humaniste, qui nous parle de l'état de la planète, de la consommation.

"Et Marie Thomas lève la tête comme si le ciel lui parlait. Elle ne ressemble à personne, c'est fou comme j'aime. J'aime sa gaieté et sa mélancolie, ce vide et ce plein en elle. Un clochard aux traits d'un clown triste s'en va faire son "parcours" au milieu des mots. Il recrée tout un langage qui distrait le quotidien de sa banalité. Il dissèque la société et ses multiples aveuglements. Un marginal qui découvre le monde et le recompose avec humour. Tout est tourné en dérision avec délicatesse." Michel Bruzat, metteur en scène.

Gil Chauveau
26/03/2020