La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Récital Emphatique, un spectacle Fau, Fau, Formidable !

La chronique d'Isa-belle L

Misère ! Misère ! Je crie.
Mon cœur a mal, ma tête aussi. Quelle est cette météo pourrie ?
Un mois de juin. Et toujours pas de soleil ! Ouin, ouin ouin...
Me voici blottie devant mon écran d’ordi, à tenter quelques rimes et de la poésie.
Bonheur, bonheur ! Je revis.
Fau, Fau, Forrrrrrrrrrrrrrrrrrmidable soirée à Marigny.



© Marcel Hartmann.
© Marcel Hartmann.
Je revis, je chante, je me lève, je bouscule feuilles, crayon de mon bureau, je veux – comme ZAZ le chante si… si …. Fort - de la bonne humeur et surtout de la place pour écrire mon billet. Non mais !

Sarah Bernhardt a ressuscité. Sixième rang, milieu, personne à droite, une amie à gauche. Que ça tombe bien de sortir au théâtre avec une amie à ma gauche ! N’ayez crainte, je n’ai pas connu la grande Sarah. Seule la petite, la princesse du dessin animé japonais qui m’a tant fait pleurer enfant. Je lis Sarah Bernhardt en ce moment, je la dévore même. Il s’écrit partout qu’elle déclamait ses textes avec une intonation que seule, elle maîtrisait. Mais laquelle ?

Victoire, victoire, je suis face à Michel.
En regardant Michel, j’ai imaginé Sarah. La tragédienne. Faut dire que Michel Fau s’en donne à cœur joie en reprenant l’incontournable monologue de Phèdre face à Œnone. Well done ! Bravo en anglais. Sarah aussi a joué Phèdre. De nombreuses fois. En français et en anglais. Je l’ai lu, dans sa Bio. J’ai compris ce soir pourquoi la "Bernhardt" fut autant critiquée. Si elle jouait comme l’a fait Michel… Normal que le public soit remboursé ! Pour sûr qu’elle en a cassé des oreilles !

Des fleurs, des fleurs, pour notre serviteur.
Si Sarah pouvait briser les tympans, en déclamant ses rimes, Michel, lui nous fait marrer en forçant le trait. Enivrée de bonheur j’étais comme une gamine qui redécouvre son métier. M’en foutais de la pluie dehors. À Marigny il faisait chaud, l’été : "Summer time". Les strass de la robe de l’artiste, accompagnés du doigté impeccable du pianiste, ont réchauffé la salle en deux temps, et quelques déhanchés d’un des acteurs les plus déjantés de toutes ces dernières années. Ça riait aux éclats devant le récital de Michel Fau, véritable ovni théâtral. Mimiques, gestuelle, chorégraphie, Michel Fau a tout capté des femmes, des divas du monde. Entre Natacha Atlas qui aurait "gonflé", la Castafiore moins diamantée ou une Bartoli, un tantinet plus capricieuse, cet acteur endosse LE personnage féminin avec une facilité déconcertante.

© Marcel Hartmann.
© Marcel Hartmann.
Inspiration, inspiration quand tu me tiens.
La Castafiore de Marigny, comme d’autres ont nommé Michel Fau, a osé. Reprendre un tube de variétés dont j’ai récemment parlé. Emma Gattuso : veuillez m’excusez si je vous fais une infidélité. Je vais reprendre deux lignes du billet que je vous ai concocté il y a quelques semaines. Souvenez-vous, ce billet dans lequel j’écrivais :
"Quand un artiste balance d’emblée qu’écouter Zaz n’est pas bon pour la santé, je dis merci."
FAUX : Michel Fau ne balance pas sur Zaz. Il reprend à sa manière cette chanson et ça "fau" le détour. Et maintenant "une chanson qui parle de la fracture sociale" qu’il balance Michel après le premier rappel. Putain ! Ce qu’il joue bien ce génie de la comédie. Le non texte de la nouvelle vedette de la scène française permet au grand artiste de s’amuser et de délirer. Tout ce que Zaz hurle à gorge sur-déployée, le personnage incarné tout au long du récital, nous l’envoie avec délice, malice et espièglerie. Il réussit à nous faire pleurer de rire. Que dire ? C’est génial !

Bis, ter, repetita, tralala…
Et voilà que notre diva revient sous les applaudissements interminables des spectateurs qui ne veulent pas quitter le Théâtre de Marigny. N’oubliez pas qu’il pleut dehors et que le soleil, comme la robe de l’artiste, brille ici. Elle revient, avec un autre exploit dans la poche. Plutôt dans ses cordes vocales un peu fatiguées, je dois l’avouer, mais que peut-on faire quand le public en redemande, encore, et encore.
Et soudain : un silence. Mais qu’est-ce qu’il nous chantonne là Michel ? Je l’ignore. Jusqu’au refrain qui me renvoie vingt-six années en arrière. Quand je pense que j’ai acheté ce disque et que j’ai dû supplier ma mère ! Je me tais. Il faut le voir pour y croire. Il l’a fait !

Bravo, bravo… et Noir !
La pluie d’applaudissements qui a sévi ce soir au Théâtre Marigny n’a pas fait disparaître les nuages gros et gris dehors. Il faisait nuit et les gouttes résistaient encore. Bizarrement, l’humeur morose de ce mois de juin, qui s’apparente plutôt à la Toussaint, a repris quelques couleurs à la sortie du théâtre. Il aura suffi d’un spectacle pour réchauffer ma tête, mes pieds et mes mains. L’appel du parapluie était un peu fort, j’ai cédé sous la pression. Et je me suis mise à rire. Avenue des Champs-Élysées, un mardi soir, à la sortie du théâtre Marigny. J’ai assisté au récital d’un acteur décidément génial. Un récital FANtastique.

"Récital Emphatique"

© Marcel Hartmann.
© Marcel Hartmann.
Mise en scène et interprétation : Michel Fau.
Accompagnement piano : Mathieu El Fassi.
Robes : David Belugou.
Maquillages : Pascale Fau.
Coiffures : Élodie Martin.
Lumières : Daniel Eudes.

Spectacle prolongé jusqu'au 30 juin 2012.]
Du mardi au samedi à 21 h, matinée le samedi à 18 h.
Théâtre Marigny, Carré Marigny, Paris 8e, 01 53 96 70 30.
>> theatremarigny.fr

Du 14 mai au 21 juin 2014.
Du mardi au samedi à 21 h 30.
Théâtre de l'Œuvre, Paris 9e, 01 44 53 88 88.
>> theatredeloeuvre.fr

Isabelle Lauriou
Mardi 19 Juin 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019