La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Rabelais en Musique avec le Paris Mozart Orchestra : redécouvrons Jean Françaix !

Le 28 décembre, à La Seine Musicale, le PMO, dirigé par sa cheffe Claire Gibault et assisté par le comédien Éric Genovese, offrira un programme original avec une œuvre truculente de Jean Françaix, "Les inestimables chroniques du bon géant Gargantua". Un compositeur trop peu joué à (re)découvrir absolument.



Claire Gibault (au centre) et le PMO © Gilles Mermet.
Claire Gibault (au centre) et le PMO © Gilles Mermet.
Claire Gibault a choisi, pour le concert de fin d‘année de son orchestre, de mettre en lumière un compositeur trop peu joué, qui mérite mille fois la reconnaissance publique et la réévaluation de son œuvre. Jean Françaix, né en 1912, est l’élève en composition de Nadia Boulanger dès 1922, et proclame (enfant) vouloir "remplacer Saint-Saëns" quand ce dernier disparaît.

Pianiste primé au Conservatoire de Paris, cet ami de Francis Poulenc n’a jamais obtenu la reconnaissance que lui devrait son pays. Beaucoup joué dans le monde, il paie aujourd’hui encore en France son parti-pris d’avoir voulu ignorer toutes les avant-gardes de son temps pour cultiver un style unique : le sien.

Il meurt en 1997 mais le chemin de la postérité ne se ferme pas tout à fait. La personnalité de ses divers et nombreux défenseurs convaincrait d’ailleurs n‘importe quel adepte de l’excommunication de revoir sa position. Compositeur de musiques de films (principalement pour Sacha Guitry), de musiques de ballet, de chambre et d’œuvres symphoniques (sans oublier cinq opéras !), son écriture raffinée et classique dans l’héritage de la grande école française de Couperin à Chabrier lui valent l’admiration de Marcel Landowski, du compositeur Henri Dutilleux (qui loue sa "texture orchestrale") et du philosophe Michel Serres (1).

Éric Genovese, de la Comédie-Française © Marco Borggreve.
Éric Genovese, de la Comédie-Française © Marco Borggreve.
Grand amateur de François Rabelais pour qui il affirmait "ressentir de la vénération", Jean Françaix écrit lui-même l’adaptation d’un de ses romans les plus célèbres (publié en 1532), le "Gargantua" pour récitant et orchestre à cordes. Créée en 1971, l’œuvre d’une durée d’une quarantaine de minutes s’attache à trouver la profondeur et l’universalité du discours humaniste à travers les hénaurmes et comiques aventures du géant.

D’une exécution d’une rare difficulté, la pièce fait dialoguer instruments et voix, instaurant une rare harmonie entre eux. Mais attention aux oreilles chastes : la verdeur du texte rabelaisien est bien présente. Dietrich Fiescher-Dieskau en fit changer certains mots, dit-on, quand il en enregistra la version allemande (due aussi de la main de Françaix).

C’est donc à la fête de la convivialité et de l’intelligence que nous invite le Paris Mozart Orchestra. C’est le comédien français Éric Genovese (2) qui en sera le récitant prenant la suite de grands anciens tels Gabriel Bacquier ou Jean Piat. Outre la (re)découverte d’une œuvre tout à fait passionnante, l’orchestre donnera aussi la "Sérénade nocturne en ré majeur" (K 239) composée par Mozart en 1776 à Salzbourg. Une courte pièce qui mettra aux prises le PMO et le Quatuor Psophos, son ensemble de chambre.

Claire Gibault © DR.
Claire Gibault © DR.
(1) Voir à ce propos l’excellent documentaire de Raymond Pinoteau, "Un Certain Musicien Françaix" réalisé en 1999.
(2) Membre de la Comédie Française depuis 1993.


Concert le 28 décembre 2017 à 20 h 30.

La Seine Musicale.
Île Seguin, 92100 Boulogne-Billancourt.
Tel : 01 74 34 53 53.
>> laseinemusicale.com

"Rabelais en Musique".
Paris Mozart Orchestra.
Quatuor Psophos.
Claire Gibault, direction.
Éric Genovese, récitant.
>> parismozartorchestra.com

Christine Ducq
Mardi 19 Décembre 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Le Frigo" de Copi mis en scène par Clément Poirée

Captation intégrale Voici aujourd'hui une proposition du Théâtre de la Tempête, "Le Frigo", une création qui fut la première partie d'une aventure théâtrale intitulée "Dans le frigo" de Clément Poirée et présentée en ouverture de saison en septembre et octobre 2019.

"Un frigo, c'est la boîte du prestidigitateur la plus élémentaire quand on n'a pas de moyens", nous dit Copi. Exilé à Paris dans les années soixante, l'auteur et dessinateur franco-argentin est une figure emblématique et déjantée de la scène et de l'affirmation du mouvement gay. Atteint du sida, il se sait déjà condamné en 1983 lorsqu'il écrit "Le Frigo". "Je n'ose pas l'ouvrir. J'ai peur d'y trouver le cadavre de ma mère", confie L., le personnage principal. Qu'y a-t-il dans le frigo, dans nos frigos ?

"Macbeth" de Shakespeare et "Les Bonnes" de Jean Genet nouent à mes yeux des correspondances profondes et, tout comme "Le Frigo" de Copi, dévoilent, chacune à sa manière, nos monstres intimes, nos désirs les plus noirs, nos ressources les plus puissantes. Je cherche à tisser les liens sensibles qui font de ces trois pièces un seul spectacle et un seul parcours vibrant pour les spectateurs : un cheminement dans les recoins inavouables de nos âmes, à la recherche de ce qui est dissimulé, enseveli dans nos cœurs, scellé dans nos frigos intérieurs. Un parcours imprévisible, lui-même monstrueux. Clément Poirée.

Gil Chauveau
30/03/2020
Spectacle à la Une

"Où sont passés vos rêves ?" d'Alexandre Prévert, en public au Bataclan

Captation intégrale "Où sont passés vos rêves ?" est le nouveau stand-up classique écrit et interprété par Alexandre Prévert, jeune pianiste de 23 ans, accompagné par le groupe Believe et le label Naïve. Ce jeune Savoyard talentueux, diplômé du Conservatoire de Paris, associe à une originalité créative le piano et les grands compositeurs, l'humour, la poésie, les échanges avec le public et les anecdotes historiques. Joyeux et virtuose, son spectacle est une pause rafraîchissante qui sied bien au contexte actuel un chouia anxiogène !

Ce spectacle est une invitation à rire ensemble de nos petites histoires personnelles et de notre grande Histoire commune, en les partageant sans complexe à travers les codes du stand-up, de la musique classique et de la poésie.

Pour cette nouvelle saison, Alexandre Prévert vous propose un voyage dans le temps et dans l'Histoire à travers les rêves d'amour de Verlaine et de Liszt, les rêves de révolution de Beaumarchais et de Mélenchon, le rêve d'égalité de Martin Luther King ou encore le rêve d'un nouveau Monde partagé par Gérard et Christophe Colomb !

Sur votre route, vous pourrez également croiser Mozart, Apollinaire, Leonardo DiCaprio, Renaud, Schubert, Montaigne, Booba et Kaaris, Chopin, et même Napoléon III dans un Airbnb...

Alors, où sont passés vos rêves ?

Gil Chauveau
27/03/2020
Sortie à la Une

"Comment va le monde ?" de Marc Favreau, mise en scène de Michel Bruzat, avec Marie Thomas

Captation intégrale Proposée par RBD Productions, le Théâtre de la Passerelle (Limoges) et le Théâtre Les Déchargeurs (Paris), "Comment va le monde ?" a été filmé en 2017 dans ce théâtre parisien. Il s'agit d'une création de Marie Thomas permettant de découvrir les textes et de rendre hommage à Sol, le clown clochard imaginé et interprété pendant plus de quarante ans par le québécois Marc Favreau (1929-2005).

Parce qu'il a toujours eu envie de protéger la terre, Sol, pétrisseur, jongleur de mots, à la diatribe philosophique et humoristique, s'évade. Lui, il n'a rien, ce clown naïf nous fait partager sa vision du monde, il joue avec les maux/mots de la terre. La grande force de Sol, c'est de n'être rien, ça lui permet de jouer à être tout. Simplicité, liberté, folie, note bleue mélancolique dans les yeux.

"On est tous Sol seul au fond de soi et qu'il est le pôvre petit moi de chacun. Il se décarcasse pour que la vérité éclate. Il n'a pas d'amis, rien que des mots, il débouche sur la poésie pure. Liberté.

"Il est le plus petit commun dénominateur, c'est-à-dire qu'il a en lui, quelque chose de chacun de nous. Tout le monde finit par se reconnaître en lui. Pourquoi ? Un exemple de qualité, sans emphase, sans ostentation, avec humilité. Il insuffle au langage une énergie. Poète philosophe, médecin de l'esprit, menuisier, jardinier, autodidacte. Dans une époque secouée par toutes sortes de crises, cultivé, il transcende avec un grand éclat de rire. As du cœur, poète, rêveur, il rejoint le clown et l'Auguste. On s'enrichit à son contact. Enfant, il va jusqu'à l'absurde et dissèque ce petit peuple de tous les jours. Ce n'est pas une mise en accusation mais un constat témoin, malin. Il pose les questions, soulève des interrogations. Il est plus que jamais nécessaire de faire entendre les mots de ce clown/clochard, humaniste, qui nous parle de l'état de la planète, de la consommation.

"Et Marie Thomas lève la tête comme si le ciel lui parlait. Elle ne ressemble à personne, c'est fou comme j'aime. J'aime sa gaieté et sa mélancolie, ce vide et ce plein en elle. Un clochard aux traits d'un clown triste s'en va faire son "parcours" au milieu des mots. Il recrée tout un langage qui distrait le quotidien de sa banalité. Il dissèque la société et ses multiples aveuglements. Un marginal qui découvre le monde et le recompose avec humour. Tout est tourné en dérision avec délicatesse." Michel Bruzat, metteur en scène.

Gil Chauveau
26/03/2020