La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Rabelais en Musique avec le Paris Mozart Orchestra : redécouvrons Jean Françaix !

Le 28 décembre, à La Seine Musicale, le PMO, dirigé par sa cheffe Claire Gibault et assisté par le comédien Éric Genovese, offrira un programme original avec une œuvre truculente de Jean Françaix, "Les inestimables chroniques du bon géant Gargantua". Un compositeur trop peu joué à (re)découvrir absolument.



Claire Gibault (au centre) et le PMO © Gilles Mermet.
Claire Gibault (au centre) et le PMO © Gilles Mermet.
Claire Gibault a choisi, pour le concert de fin d‘année de son orchestre, de mettre en lumière un compositeur trop peu joué, qui mérite mille fois la reconnaissance publique et la réévaluation de son œuvre. Jean Françaix, né en 1912, est l’élève en composition de Nadia Boulanger dès 1922, et proclame (enfant) vouloir "remplacer Saint-Saëns" quand ce dernier disparaît.

Pianiste primé au Conservatoire de Paris, cet ami de Francis Poulenc n’a jamais obtenu la reconnaissance que lui devrait son pays. Beaucoup joué dans le monde, il paie aujourd’hui encore en France son parti-pris d’avoir voulu ignorer toutes les avant-gardes de son temps pour cultiver un style unique : le sien.

Il meurt en 1997 mais le chemin de la postérité ne se ferme pas tout à fait. La personnalité de ses divers et nombreux défenseurs convaincrait d’ailleurs n‘importe quel adepte de l’excommunication de revoir sa position. Compositeur de musiques de films (principalement pour Sacha Guitry), de musiques de ballet, de chambre et d’œuvres symphoniques (sans oublier cinq opéras !), son écriture raffinée et classique dans l’héritage de la grande école française de Couperin à Chabrier lui valent l’admiration de Marcel Landowski, du compositeur Henri Dutilleux (qui loue sa "texture orchestrale") et du philosophe Michel Serres (1).

Éric Genovese, de la Comédie-Française © Marco Borggreve.
Éric Genovese, de la Comédie-Française © Marco Borggreve.
Grand amateur de François Rabelais pour qui il affirmait "ressentir de la vénération", Jean Françaix écrit lui-même l’adaptation d’un de ses romans les plus célèbres (publié en 1532), le "Gargantua" pour récitant et orchestre à cordes. Créée en 1971, l’œuvre d’une durée d’une quarantaine de minutes s’attache à trouver la profondeur et l’universalité du discours humaniste à travers les hénaurmes et comiques aventures du géant.

D’une exécution d’une rare difficulté, la pièce fait dialoguer instruments et voix, instaurant une rare harmonie entre eux. Mais attention aux oreilles chastes : la verdeur du texte rabelaisien est bien présente. Dietrich Fiescher-Dieskau en fit changer certains mots, dit-on, quand il en enregistra la version allemande (due aussi de la main de Françaix).

C’est donc à la fête de la convivialité et de l’intelligence que nous invite le Paris Mozart Orchestra. C’est le comédien français Éric Genovese (2) qui en sera le récitant prenant la suite de grands anciens tels Gabriel Bacquier ou Jean Piat. Outre la (re)découverte d’une œuvre tout à fait passionnante, l’orchestre donnera aussi la "Sérénade nocturne en ré majeur" (K 239) composée par Mozart en 1776 à Salzbourg. Une courte pièce qui mettra aux prises le PMO et le Quatuor Psophos, son ensemble de chambre.

Claire Gibault © DR.
Claire Gibault © DR.
(1) Voir à ce propos l’excellent documentaire de Raymond Pinoteau, "Un Certain Musicien Françaix" réalisé en 1999.
(2) Membre de la Comédie Française depuis 1993.


Concert le 28 décembre 2017 à 20 h 30.

La Seine Musicale.
Île Seguin, 92100 Boulogne-Billancourt.
Tel : 01 74 34 53 53.
>> laseinemusicale.com

"Rabelais en Musique".
Paris Mozart Orchestra.
Quatuor Psophos.
Claire Gibault, direction.
Éric Genovese, récitant.
>> parismozartorchestra.com

Christine Ducq
Mardi 19 Décembre 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020