La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Rabelais en Musique avec le Paris Mozart Orchestra : redécouvrons Jean Françaix !

Le 28 décembre, à La Seine Musicale, le PMO, dirigé par sa cheffe Claire Gibault et assisté par le comédien Éric Genovese, offrira un programme original avec une œuvre truculente de Jean Françaix, "Les inestimables chroniques du bon géant Gargantua". Un compositeur trop peu joué à (re)découvrir absolument.



Claire Gibault (au centre) et le PMO © Gilles Mermet.
Claire Gibault (au centre) et le PMO © Gilles Mermet.
Claire Gibault a choisi, pour le concert de fin d‘année de son orchestre, de mettre en lumière un compositeur trop peu joué, qui mérite mille fois la reconnaissance publique et la réévaluation de son œuvre. Jean Françaix, né en 1912, est l’élève en composition de Nadia Boulanger dès 1922, et proclame (enfant) vouloir "remplacer Saint-Saëns" quand ce dernier disparaît.

Pianiste primé au Conservatoire de Paris, cet ami de Francis Poulenc n’a jamais obtenu la reconnaissance que lui devrait son pays. Beaucoup joué dans le monde, il paie aujourd’hui encore en France son parti-pris d’avoir voulu ignorer toutes les avant-gardes de son temps pour cultiver un style unique : le sien.

Il meurt en 1997 mais le chemin de la postérité ne se ferme pas tout à fait. La personnalité de ses divers et nombreux défenseurs convaincrait d’ailleurs n‘importe quel adepte de l’excommunication de revoir sa position. Compositeur de musiques de films (principalement pour Sacha Guitry), de musiques de ballet, de chambre et d’œuvres symphoniques (sans oublier cinq opéras !), son écriture raffinée et classique dans l’héritage de la grande école française de Couperin à Chabrier lui valent l’admiration de Marcel Landowski, du compositeur Henri Dutilleux (qui loue sa "texture orchestrale") et du philosophe Michel Serres (1).

Éric Genovese, de la Comédie-Française © Marco Borggreve.
Éric Genovese, de la Comédie-Française © Marco Borggreve.
Grand amateur de François Rabelais pour qui il affirmait "ressentir de la vénération", Jean Françaix écrit lui-même l’adaptation d’un de ses romans les plus célèbres (publié en 1532), le "Gargantua" pour récitant et orchestre à cordes. Créée en 1971, l’œuvre d’une durée d’une quarantaine de minutes s’attache à trouver la profondeur et l’universalité du discours humaniste à travers les hénaurmes et comiques aventures du géant.

D’une exécution d’une rare difficulté, la pièce fait dialoguer instruments et voix, instaurant une rare harmonie entre eux. Mais attention aux oreilles chastes : la verdeur du texte rabelaisien est bien présente. Dietrich Fiescher-Dieskau en fit changer certains mots, dit-on, quand il en enregistra la version allemande (due aussi de la main de Françaix).

C’est donc à la fête de la convivialité et de l’intelligence que nous invite le Paris Mozart Orchestra. C’est le comédien français Éric Genovese (2) qui en sera le récitant prenant la suite de grands anciens tels Gabriel Bacquier ou Jean Piat. Outre la (re)découverte d’une œuvre tout à fait passionnante, l’orchestre donnera aussi la "Sérénade nocturne en ré majeur" (K 239) composée par Mozart en 1776 à Salzbourg. Une courte pièce qui mettra aux prises le PMO et le Quatuor Psophos, son ensemble de chambre.

Claire Gibault © DR.
Claire Gibault © DR.
(1) Voir à ce propos l’excellent documentaire de Raymond Pinoteau, "Un Certain Musicien Françaix" réalisé en 1999.
(2) Membre de la Comédie Française depuis 1993.


Concert le 28 décembre 2017 à 20 h 30.

La Seine Musicale.
Île Seguin, 92100 Boulogne-Billancourt.
Tel : 01 74 34 53 53.
>> laseinemusicale.com

"Rabelais en Musique".
Paris Mozart Orchestra.
Quatuor Psophos.
Claire Gibault, direction.
Éric Genovese, récitant.
>> parismozartorchestra.com

Christine Ducq
Mardi 19 Décembre 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

"L'Écume des jours"… Étonnant et détonnant !

C'est une pièce renversante montée par Claudie Russo-Pelosi à partir d'un roman qui l'est tout autant même si, de son vivant, Boris Vian n'a pas connu la popularité et la reconnaissance qu'il obtiendra ensuite. Dans une mise en scène qui s'appuie aussi sur quelques-unes de ses chansons, sur l'un de ses poèmes et sur le jazz de Duke Ellington, bousculé par un rap, l'amour entre Chloé et Colin prend une tonalité presque surréaliste en écho au style de l'artiste.

© Les Joues Rouges.
Boris Vian (1920-1959), l'homme aux mille qualités artistiques et aux mille vies. Scientifique, démarrant sa vie professionnelle à l'AFNOR (Agence Française de NORmalisation), musicien, écrivain, nouvelliste, chroniqueur, chanteur, poète, dramaturge, critique musical, directeur artistique, Satrape du collège de Pataphysique, il a touché, marqué et influencé différents domaines de l'art. Grand animateur de Saint-Germain-des-Prés où il a été l'un des premiers musiciens du célèbre Tabou, il avait pour passion le jazz et a joué un moment en tant que trompettiste dans le groupe de Claude Luter (1923-2006). Il a influencé des artistes comme Gainsbourg (1928-1991) par ses compositions et ses interprétations. Sous le pseudonyme de Vernon Sullivan, il a écrit aussi des romans, de type américain, dont le plus connu, "J'irai cracher sur vos tombes" (1946), lui a valu autant la célébrité que les ennuis fiscaux.

Mettre en scène un roman est toujours un exercice de réécriture et celui que la troupe "Les Joues Rouges" effectue de "L'Écume des jours" (1946) donne à l'œuvre une lecture théâtrale vive, condensée et musicale. Le roman a eu une reconnaissance tardive, bien après la mort de l'écrivain et bien qu'il ait eu l'appui de Raymond Queneau (1903-1976) et de Jean-Paul Sartre (1905-1980) lors de sa parution. Il a été écrit très rapidement, de mars à mai 1946. C'est une histoire d'amitiés, de désirs, d'amours, de maladie, de mort, de solitude et de couples autour, entre autres, de Chloé (Lou Tilly) et Colin (Ethan Oliel), de Chick (Stéphane Piller) et Alise (Aurore Streich).

Safidin Alouache
04/08/2022
Spectacle à la Une

"L'Alchimiste" Un bien joli voyage théâtral !

Dans une création théâtrale du célèbre roman de Paulo Coelho, le metteur en scène comédien Benjamin Bouzy réussit à créer, dans une simple mais belle scénographie, un voyage autant intérieur qu'extérieur de Santiago, en quête de sa vérité, qui découvre le monde avec ses secrets, ses trésors et ses surprises.

© Matthieu Lionnard.
C'est le mariage d'un conte philosophique, celui de "L'Alchimiste" ("O Alquimista", 1988) de Paulo Coelho et du théâtre, mis en scène par Benjamin Bouzy. À la recherche de sa légende personnelle, pour reprendre les termes de l'auteur brésilien, avec son langage du cœur, ses signes et à la découverte de l'âme du monde, le berger andalou Santiago (Benjamin Bouzy) nous mène du Maroc vers les pyramides d'Égypte en passant par le Sahara. C'est un véritable concentré de poésie et d'actions.

La voix claire, sans tension durant toute la représentation, Santiago porte avec lui le "mektoub", à savoir "ce qui est écrit" comme un parfum de fatalité plein d'espoir. Bien avant qu'il réalise ce que c'est réellement, il l'habite avec quiétude et parfois inquiétude dans les multiples événements qu'il vit. Sa voix, durant ceux-ci, fait l'écho d'une certaine fragilité à la fois poétique et naïve.

L'histoire est racontée au fil de l'eau par deux conteurs, Myriam Anbare et Fabien Floris, qui jouent aussi, à eux deux, tous les autres rôles. Seul Benjamin Bouzy reste dans son personnage. Cette découpe entre conte et actions, récit et situations donnent à la pièce une double dimension avec la parole et l'écrit, le théâtre et le roman. Les actions s'enchaînent dans des tableaux avec, pour chacun, leur décor et leur ambiance. Nous sommes ainsi projetés dans un ailleurs situé dans plusieurs lieux avec un récit qui se décline sous différentes conjugaisons.

Safidin Alouache
06/09/2022
Spectacle à la Une

"Le Dépôt Amoureux" Ou l'art de revisiter de façon tout autant scientifique qu'humoristique le mystère de l'amour et du désamour

Associer avec justesse et inventivité une narration légèrement décalée - du fait de la transposition du traumatisme de la rupture amoureuse d'un patient nommé Noé dans le milieu hospitalier puis dans un centre de rééducation du cœur - et la danse, dont les chorégraphies exprimées peuvent nous mener, selon les interprétations de chacun, dans les méandres du cerveau où s'affrontent les sentiments opposés issus du chagrin d'amour, ou plus exactement de la maladie intitulée ici avec humour… le "Separatus Brutus", telle est la folle création théâtrale, ludique, dynamique et cocasse de la Cie Tout le monde n'est pas normal… Et on veut bien le croire !

© Festival Toi, moi and Co & Ema Martin.
Sur scène, un patient accoutré en mode opératoire d'un linge blanc et entouré de blouses tout aussi blanches qu'on imagine être celles d'une chirurgienne et de quelques autres personnels de santé. L'opéré, Noé, naufragé du cœur après avoir navigué sur l'arche du bonheur, a subi une rupture tout aussi cardiaque que mentale, maladie connue sous le nom évocateur - bien qu'à consonance latine - de "Separatus Brutus".

L'opération chirurgicale est représentée de façon abstraite par le retrait de filaments rouges dans le dos de notre dépité amoureux sous anesthésie. Énumération des actes pratiqués et des suites prévues, envisagés en usant de termes scientifiques propres à consolider la véracité de l'acte médical. C'est la première fois que Noé est atteint de ce mal. Dans son cas, l'annonce de la "fracturation" s'est faite sur l'oreiller avec malheureusement pour lui l'option "rester amoureux" ! Noé, rescapé, survivant, d'un naufrage sentimental.

Diagnostiquer, narrer comme s'il s'agissait d'une opération cardiaque, à cœur "en mal d'amour" ouvert. Après l'intervention vient le temps de la convalescence, direction un centre de rééducation du cœur faisant aussi office d'unité expérimentale de recherche sur le "Separatus Brutus". Dans ce lieu, véritable "dépôt amoureux", on imagine aisément un hangar dans lequel on retrouve des personnages errant comme des âmes en peine. Noé va donc y faire des rencontres nocturnes, issus de son imaginaire… ou pas !

Gil Chauveau
21/09/2022