La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Que viennent les barbares" Le regard de l'autre

Toutes les enquêtes journalistiques, les témoignages, les actions en immersion d'association comme SOS racisme et toutes les confidences d'amis, d'amies et toutes les statistiques n'y feront rien : le regard porté en France sur tous ceux dont la couleur de peau, la culture ou la religion sont différentes, est un regard d'aveugle. La République ne voit pas la réalité, elle ne voit que les grands principes qu'elle grave aux frontons des édifices comme une parole divine : nulle discrimination de couleur, de religion ou d'opinion ne peut exister en France. C'est écrit, mais il faut le dire encore et encore, ce qui est écrit dans les lois, le marbre et les principes n'est pas la réalité.



© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Après avoir tourné son esprit vers le regard sur les femmes voilées, avec son précédent spectacle "Ce qui nous regarde", Myriam Marzouki élargit son interrogation aux autres préjugés que la société française traîne et recycle depuis des siècles et des siècles, amen. Pour ce faire, elle a créé, en 2019, "Que viennent les barbares", spectacle dont les ailes furent coupées comme tant d'autres par l'événement Covid, avec la volonté d'embrasser au plus large cette thématique. C'est ainsi qu'elle convoque de grandes figures conscientes ou victimes du problème, puisées dans les deux derniers siècles… depuis la naissance de cette nation française en quelque sorte… depuis la genèse.

En 1793 est venu à la convention un député noir, Jean-Baptiste Belley, résolu à imposer l'abolition de l'esclavage. Ce qu'il fit. Ce que défit la gloire nationale Napoléon quelques années plus tard. C'est ainsi que cela commença, cette belle idée de citoyens naissant libres et égaux en droit : on y avait oublié les esclaves noirs des colonies. Sur scène, Jean-Baptiste Belley fait une apparition…

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Sans jamais vouloir faire encyclopédie ni développement chronologique, bien au contraire, le texte de Sébastien Lepotvin et Myriam Marzouki va survoler ces deux siècles en faisant vivre au plateau les ardents défenseurs de cette liberté de vivre pour tous, toutes nations confondues, toutes couleurs de peaux ou d'idées s'exprimant. Ainsi, apparaîtront Jean Sénac (poète algérien assassiné, ami d'Albert Camus), Toni Morrison (première écrivaine afro-américaine prix Nobel de littérature), Mohamed Ali, James Baldwin et Claude Lévi-Strauss.

Un éclatement de discours, tous différents au cours des temps, mais qui possèdent tous une filiation brûlante : l'impossibilité, malgré les lois et les grands principes, de se sentir français quand on ne ressemble pas à un français. Cette terrible impression d'être toujours intrus. Étrange. Toléré. La mise en scène colle à cette multitude. L'espace-temps incertain du début se resserre au fur et à mesure, d'abord dans un temple administratif de la bêtise, antichambre carcérale des libertés, puis dans un bar futuriste où les siècles et les révoltes se conjuguent comme dans un camp retranché pour finir en apothéose dans un musée de notre histoire.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
"L'histoire n'est pas le passé", dit-on dans la pièce. Mais c'est pourtant bien de notre histoire dont il s'agit. Comme un renversement du temps, notre présent est présenté comme le futur de ceux qui ont témoigné. Un futur où les espoirs sans être écrasés sont toujours, toujours remis à demain. Un futur mis au musée, dans une des salles possibles du musée de l'évolution du jardin des plantes.

Les six comédiennes et comédiens donnent à ce texte toute la vitalité, le charnel et le rêve vitaux. Ils endossent avec talent chacun plusieurs rôles attachants dans un exercice difficile de scènes courtes, jamais dans le même espace-temps, avec le challenge de toucher immédiatement l'imaginaire du spectateur.

Vu le 28 janvier 2022 au Théâtre Molière - Scène nationale archipel de Thau, Sète.

"Que viennent les barbares"

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Texte et dramaturgie Sébastien Lepotvin et Myriam Marzouki
Avec des extraits de Constantin Cavafis et Jean Sénac, et des passages librement inspirés des interviews et récits de Mohamed Ali, James Baldwin et Claude Lévi-Strauss.
Texte et dramaturgie : Sébastien Lepotvin et Myriam Marzouki.
Avec des extraits de Constantin Cavafis et Jean Sénac ; et des passages librement inspirés des interviews et récits de Mohamed Ali, James Baldwin et Claude Lévi-Strauss.
Mise en scène : Myriam Marzouki.
Assistante à la mise en scène et regard chorégraphique : Magali Caillet-Gajan.
Avec : Louise Belmas, Marc Berman, Yassine Harrada, Claire Lapeyre Mazérat, Samira Sedira, Maxime Tshibangu.
Scénographie : Marie Szersnovicz.
Lumière : Christian Dubet.
Son : Jean-Damien Ratel.
Costumes : Laure Maheo.
Stagiaire assistant à la mise en scène : Timothée Israël.
Construction décor : Ateliers de la MC93.
Durée : 1 h 30.
À partir de 14 ans.

15 février 2022 à 20h.
Scène Nationale de l'Essonne, Centre Culturel Robert Desnos, Ris-Orangis (91), 01 60 91 65 65.
>> scenenationale-essonne.com

Bruno Fougniès
Vendredi 4 Février 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter


Brèves & Com



















À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024