La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
RV du Jour

"Qu'est ce qu'on attend pour être heureux" par L'Inattendu - Orchestre symphonique confiné

Si le confinement est bien sûr difficile à vivre, il présente néanmoins quelques avantages dont celui de provoquer chez les artistes une éruption jubilatoire de créativité, d'imagination et d'ingéniosité. Voici une nouvelle pépite polie avec grâce et talent par L'Inattendu, orchestre symphonique Centre-Val de Loire, dirigé par Clément Joubert… avec - cerise sur le gâteau - beaucoup d'humour en deuxième partie de vidéo. Un vrai petit bonheur musical à savourer… bien calé au fond de son canapé !



Au départ était, à Orléans, "l'Orchestre de Léonie", créé en 2012 par des amis, tous musiciens professionnels, unis par le même désir de partager la musique, les musiques, à l'attention du plus grand nombre. Sous la baguette de Clément Joubert, leur chef, ils se retrouvèrent à partir de ce jour-là autour de projets divers et de répertoires éclectiques : bandes originales de films, soirées dansantes disco, mais aussi dans un style plus conventionnel allant de la musique baroque ou classique à des créations contemporaines.

Au fil des années, l'orchestre et son chef grandirent, nourris de ces projets variés et partagés avec plaisir. Cet ensemble modulable affirme sa vocation de démocratiser la musique classique.
C'est en 2019, riche de cette expérience et de son identité affinée, que l'orchestre prend son envol et devient l'Inattendu ! Sous cette nouvelle appellation, en octobre 2019, il donne sa première "Folle Semaine", en partenariat avec la ville de Meung-sur-Loire (45). Sept jours durant, la musique est partout dans la ville. Un programme musical éclectique et varié pour petits et grands, avec un concert ou spectacle tous les soirs. Un festival est né, et une deuxième édition est déjà programmée.

En mars 2020, devait se tenir la 6e production de la fabrique Opéra Val de Loire et l'Inattendu aurait dû faire découvrir la fameuse "Traviata" de Verdi à quelque 12 000 personnes (quatre soirs) au Zénith d'Orléans. Malheureusement, le Covid-19 en a décidé autrement. Pour se consoler, les musiciens s'organisent pour enregistrer chacun chez soi une chanson qui met de baume au cœur, et qui répand de la joie. Grâce à l'enthousiasme du chef d'orchestre et aux talents de montage de Jérôme Damien et Vincent Carlier, une vidéo 100 % "made in confinement" voit le jour sur les réseaux sociaux le 27 mars au soir, à l'heure précise où auraient dû s'envoler les premières notes de la Traviata.


"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux"
Auteur : André Hornez.
Compositeur : Paul Misraki.
Arrangé par Clément Joubert d'après la version de Ray Ventura et ses collégiens.
Interprété par l'Inattendu - orchestre symphonique.

Violons : Pauline Dhuisme, Julie Bonnafont, Muriel Reynaud, Caroline Gimenez, Camille Vuillermet, Anne Damien-Madec, Florence Van Gerdinge, Claire Bajard.
Altos : Kristell Madec, Jean-Philippe Bardon, Anthony Chéneau, Manuela Barillon, Isabelle Billant.
Violoncelles : Anne-Laure Py, Geneviève Koerver, Anne Moreau, Lucile Louis.
Contrebasses : Floriane Hanrot, Christophe Andrivet.
Flûtes : Sabrina Featherstone, Matthew Featherstone.
Hautbois : Emmanuelle Py-Roussillat.
Clarinette : Florian Bernad.
Basson : Jean-Édouard Garritan.
Trompettes : Vincent Mitterrand, Jérôme Germond, Frédéric Racine, Julien Cosson.
Trombones : Rémi Barberon, Stéphane Montigny, Jean-Charles Legrand, Romain Goupillon-Huguet, Stéphane Delalande.
Cors : Élodie Georget, Vanessa Grange, Christophe Delalande.
Tuba : Nicolas Biget.
Harpes : Nathalie Nicolet, Sujata Chapelain.
Voix : Patrice Blanchard.
Piano : Jérôme Damien.
Batterie : Benoît Lavollée.
Percussions : Eude Garritan.
Direction : Clément Joubert.
Mixage son : Vincent Carlier.
Montage Vidéo : Jérôme Damien.

Gil Chauveau
Mercredi 8 Avril 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020