La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
RV du Jour

"Qu'est ce qu'on attend pour être heureux" par L'Inattendu - Orchestre symphonique confiné

Si le confinement est bien sûr difficile à vivre, il présente néanmoins quelques avantages dont celui de provoquer chez les artistes une éruption jubilatoire de créativité, d'imagination et d'ingéniosité. Voici une nouvelle pépite polie avec grâce et talent par L'Inattendu, orchestre symphonique Centre-Val de Loire, dirigé par Clément Joubert… avec - cerise sur le gâteau - beaucoup d'humour en deuxième partie de vidéo. Un vrai petit bonheur musical à savourer… bien calé au fond de son canapé !



Au départ était, à Orléans, "l'Orchestre de Léonie", créé en 2012 par des amis, tous musiciens professionnels, unis par le même désir de partager la musique, les musiques, à l'attention du plus grand nombre. Sous la baguette de Clément Joubert, leur chef, ils se retrouvèrent à partir de ce jour-là autour de projets divers et de répertoires éclectiques : bandes originales de films, soirées dansantes disco, mais aussi dans un style plus conventionnel allant de la musique baroque ou classique à des créations contemporaines.

Au fil des années, l'orchestre et son chef grandirent, nourris de ces projets variés et partagés avec plaisir. Cet ensemble modulable affirme sa vocation de démocratiser la musique classique.
C'est en 2019, riche de cette expérience et de son identité affinée, que l'orchestre prend son envol et devient l'Inattendu ! Sous cette nouvelle appellation, en octobre 2019, il donne sa première "Folle Semaine", en partenariat avec la ville de Meung-sur-Loire (45). Sept jours durant, la musique est partout dans la ville. Un programme musical éclectique et varié pour petits et grands, avec un concert ou spectacle tous les soirs. Un festival est né, et une deuxième édition est déjà programmée.

En mars 2020, devait se tenir la 6e production de la fabrique Opéra Val de Loire et l'Inattendu aurait dû faire découvrir la fameuse "Traviata" de Verdi à quelque 12 000 personnes (quatre soirs) au Zénith d'Orléans. Malheureusement, le Covid-19 en a décidé autrement. Pour se consoler, les musiciens s'organisent pour enregistrer chacun chez soi une chanson qui met de baume au cœur, et qui répand de la joie. Grâce à l'enthousiasme du chef d'orchestre et aux talents de montage de Jérôme Damien et Vincent Carlier, une vidéo 100 % "made in confinement" voit le jour sur les réseaux sociaux le 27 mars au soir, à l'heure précise où auraient dû s'envoler les premières notes de la Traviata.


"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux"
Auteur : André Hornez.
Compositeur : Paul Misraki.
Arrangé par Clément Joubert d'après la version de Ray Ventura et ses collégiens.
Interprété par l'Inattendu - orchestre symphonique.

Violons : Pauline Dhuisme, Julie Bonnafont, Muriel Reynaud, Caroline Gimenez, Camille Vuillermet, Anne Damien-Madec, Florence Van Gerdinge, Claire Bajard.
Altos : Kristell Madec, Jean-Philippe Bardon, Anthony Chéneau, Manuela Barillon, Isabelle Billant.
Violoncelles : Anne-Laure Py, Geneviève Koerver, Anne Moreau, Lucile Louis.
Contrebasses : Floriane Hanrot, Christophe Andrivet.
Flûtes : Sabrina Featherstone, Matthew Featherstone.
Hautbois : Emmanuelle Py-Roussillat.
Clarinette : Florian Bernad.
Basson : Jean-Édouard Garritan.
Trompettes : Vincent Mitterrand, Jérôme Germond, Frédéric Racine, Julien Cosson.
Trombones : Rémi Barberon, Stéphane Montigny, Jean-Charles Legrand, Romain Goupillon-Huguet, Stéphane Delalande.
Cors : Élodie Georget, Vanessa Grange, Christophe Delalande.
Tuba : Nicolas Biget.
Harpes : Nathalie Nicolet, Sujata Chapelain.
Voix : Patrice Blanchard.
Piano : Jérôme Damien.
Batterie : Benoît Lavollée.
Percussions : Eude Garritan.
Direction : Clément Joubert.
Mixage son : Vincent Carlier.
Montage Vidéo : Jérôme Damien.

Gil Chauveau
Mercredi 8 Avril 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Je vous écris dans le noir" Tragédie d'une femme libre, moderne… en quête de l'impossible amour

Même quand elle est emportée dans les vents de l'amour, Pauline Dubuisson n'échappe pas à son destin… Un destin aux accents de tragédie grecque, comme une filiation à la malédiction des Atrides… Adolescente charnelle et donc collabo "involontaire" durant l'occupation, tondue et violée à 15 ans, meurtrière passionnelle à 24 ans, son passé finira toujours par la rattraper. Entre souhaits d'indépendance, de liberté et désirs de sincérité, de volonté d'aveux voués à l'amour… elle perdra tout espoir de vivre une passion amoureuse "normale" et se suicidera à 36 ans.

© Roland Baduel.
Sensuelle et solaire Essaouira (appelée alors Mogador)… en fond sonore, une entêtante mélopée. En second plan, des voix de femmes parlant en arabe. Pauline est devenue Andrée (son deuxième prénom). Elle est interne dans cet hôpital marocain où elle est arrivée en 1962. Elle rencontre Jean Lafourcade, un ingénieur pétrolier de six ans plus jeune qui souhaite l'épouser. À nouveau l'amour. Mais le souvenir de Félix, qu'elle a tué, est toujours là. Flash-back : Dunkerque, Seconde Guerre mondiale. Apprentissage des plaisirs de la vie et du sexe avec un médecin-chef allemand.

Elle dira la vérité à Félix sur son passé : son statut de femme "tondue" à la libération et violée. Rupture suivie ensuite de fausses retrouvailles… Ils couchent ensemble, font l'amour mais, le lendemain matin, celui-ci la traite comme une prostituée. Elle le tue en tirant au hasard… ou pas. En prison, elle s'évadera par la lecture. Libérée au bout de six ans pour bonne conduite. C'est après la sortie du film d'Henri-Georges Clouzot, "La Vérité" avec Brigitte Bardot (1960), qu'elle fuira en 1962 à Essaouira. Séquence finale, le destin tragique déroule son dénouement… elle donne à Jean ses cahiers où sont contenus les drames de sa vie… Rupture, nouvel abandon… elle se suicide le 22 septembre 1963 à 36 ans.

Gil Chauveau
25/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022