La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Puissance 3" Fenêtre sur cour… et jardin d'une création à vue

Il était une fois trois autrices sachant écrire qui rêvaient de prendre de la (h)auteur par rapport à leur quotidien d'écrivaines (plaisir solitaire pouvant vite déboucher sur le syndrome de la crampe de l'écrivain) en se mettant au défi de produire un récit collectif en temps réel, composé au vu et au su de tous les curieux et curieuses regroupé(e)s dans la salle.



© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Au rythme du crépitement silencieux de leurs doigts sur le clavier de leurs ordinateurs reliés en réseau à un vidéo projecteur, le texte projeté en live sur les écrans tendus sur les quatre murs du studio du Glob Théâtre donnera lieu à une improvisation de haut vol… un comédien et une comédienne s'en saisissant avec un plaisir lui aussi décuplé par le défi de l'improvisation.

Si on ajoute que le thème proposé est différent chaque soir - sujet connu depuis la veille mais distribution des écritures (didascalies et personnages, il et elle) tirée au sort par un membre innocent du public - et que deux virtuoses lumière et son mixent sous nos yeux les ingrédients pour créer l'illusion théâtrale, on donne idée de la recette du dispositif à l'œuvre.

Ce soir-là, le thème de la "métamorphose" va soumettre l'imaginaire des autrices à un remue-méninges dont celle qui aura en mains la rédaction des didascalies pourrait faire figure de deus ex machina… si ce n'était la liberté prise par les comédiens pour échapper - volontairement ou pas - à ce diktat "imprimé". La performance débridée accouchera en une petite heure d'un objet dont la valeur tiendra nécessairement plus aux circonstances de sa venue au monde qu'à son contenu improvisé "de toutes pièces".

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Une fois Gregor Samsa cité - avec un tel sujet, on ne pouvait raisonnablement pas échapper au héros de Franz Kafka, pas plus qu'à la princesse-cygne de Tchaïkovski, et encore moins au changement de genre agitant les esprits de 2021-, la métamorphose de ce soir est abordée. Il s'agira d'une dystopie en marche, celle de l'hybridation de l'humain et de la machine en vue d'accroitre la productivité, et donc les profits qui lui sont consubstantiels, d'un géant de l'agroalimentaire (toute ressemblance, etc., ne pouvant être évidemment que fortuite). L'héroïne, jeune cadre sympathique, mais non sans ambition, accepte (a-t-elle le choix ?) de se faire greffer une puce propre à booster ses circuits neuronaux…

Elle, qui se révèle être "une putain de Ferrari, vroom, vroom", connaîtra ainsi l'extase d'être une super woman XXL d'une incroyable efficacité… jusqu'à se sentir connectée à l'univers et ses galaxies, ressentant l'amour du végétal et celui de l'animal, hennissant et rugissant… Là le professeur, maître ès sciences, sent que quelque chose est en train d'échapper aux objectifs, d'échapper à sa maîtrise…

Docteur Frankenstein effrayé par sa création, il n'aura alors de cesse que de "se rapprocher" d'elle, "sa merveilleuse erreur", pour fuir ensemble afin d'organiser le rhizome souterrain capable de subvertir l'ordre du monde ancien. Les usines d'élevage industriel dynamitées, les compagnies d'assurance brûlées, etc., adviendra un ordre nouveau aux antipodes du nôtre : un monde où la nature et le vivant ne feront qu'un, la promesse de lendemains qui chantent… lui et elle poussant à gorges déployées des hurlements… de loup !

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
On pourrait voir là les limites d'un récit de dystopie avec happy-end à la clé, s'approchant d'un remake de roman de gare écrit à la va-vite… Bien évidemment, on l'aura compris, l'intérêt de la performance ne peut tenir à son canevas cousu de fil blanc (principalement par celle qui avait en charge ce soir-là les nombreuses didascalies), mais aux coutures mêmes du récit en train de s'écrire en direct. En effet, pénétrant de plain-pied dans la petite fabrique d'un théâtre d'improvisation, on se sent comme investi d'un privilège, celui d'accompagner les démiurges dans leur antre secret dévoilant les complications de toute création. Comment dire des choses nouvelles après des millénaires d'écriture ?

L'intérêt tient aussi, et de beaucoup, à l'interprétation des deux comédiens qui, avec promptitude, inventivité et humour, s'emparent des situations et des dialogues que les autrices leur attribuent pour créer des improvisations enjouées. À de nombreuses reprises, comme des personnages de BD s'évadant de leur vignette, ils s'octroient l'heureuse liberté de pousser l'action vers d'autres voies que celles tracées par leur démiurge.

Finalement, après que le texte se fut effacé lettre par lettre en commençant par la fin comme si l'illusion théâtrale n'avait été que mirage partagé, il reste la belle impression de "s'être pris au jeu" de ces artistes osant travailler sans filet. Une performance, au sens plein du terme.

Vu le jeudi 25 novembre au Studio du Glob Théâtre de Bordeaux.

"Puissance 3"

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Création 2021 - Le Denysiak, Solenn Denis & Erwan Daouphars.
Texte : Solenn Denis, Aurore Jacob, Julie Ménard et parfois une autrice mystère que fut Sonia Ristic à Bordeaux.
Avec : Erwan Daouphars, Vanessa Amaral.
Création lumière et régie : Fabrice Barbotin.
Régisseur vidé : David Dours.
Scénographie numérique : Yves Kuperberg.
Durée : 1 h.

Pour découvrir la saison 2021-2022 du Glob Théâtre.
>> globtheatre.net

Yves Kafka
Jeudi 2 Décembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022