La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Podalydès découpe Jekyll au scalpel

Nous ne l’avions pas vu la saison dernière. L’erreur est réparée. Jusqu’au 21 mai au Théâtre National de Chaillot (puis en tournée), "Le Cas Jekyll", joué et co-mis en scène par Denis Podalydès, est du grand, du très grand théâtre. Un seul en scène superbe par un acteur aux multiples visages.



Le Cas Jekyll © Elisabeth Carecchio
Le Cas Jekyll © Elisabeth Carecchio
Trouble de la personnalité, dédoublement, part sombre de l’humain. Podalydès ne va pas seulement explorer la transformation inquiétante du célèbre Docteur Jekyll, il dévoile aussi un fantasme, celui du "comédien désincarné" (comme disait Jouvet) qui pousse jusque dans ses retranchements l’observation de "l’étrange animal" qu’est précisément… le comédien. Il traque son personnage, l’appelle de toute sa puissance, le regarde, se lie, s’unit à lui dans un rapport d’amour et de haine, jusqu’à en faire un tout. C’est cela Jekyll et Hyde, deux entités devenues indissociables. C’est cela aussi être comédien ou être son personnage, dans la maîtrise la plus absolue et la plus aboutie qui soit. Denis Podalydès a raison : qui ne rêverait pas de jouer un tel rôle ? Cette expérience aurait pu faire un chapitre de Scènes de la vie d’acteurs (paru aux éditions Seuil en 2006).

Sur une adaptation de Christine Montalbetti, d’après le roman original de Robert-Louis Stevenson (The Strange case of Dr Jekyll and Mr Hyde), le texte fait l’effet d’un glas. Il incise avec une précision de chirurgien la langue de l’auteur victorien, "coupe dans l’hétérogène" les contours effrayants et hideux du personnage, hache sans vergogne sa part d’humanité pour rendre avec une crudité monstrueuse la "dualité primitive de l’homme". Dans "le petit théâtre de ce moi alternatif", la bête attire autant qu’elle repousse. En même temps qu’elle gagne son combat, elle emporte avec elle l’adhésion du spectateur, captivé par l’ombre obsédante de sa représentation.

Le Cas Jekyll © Elisabeth Carecchio
Le Cas Jekyll © Elisabeth Carecchio
À peine suggéré par le corps, tout en finesse dans le mouvement et dans la voix, Jekyll avance pas à pas vers Hyde. Le déplacement pourrait presque être celui d’une caméra, qui découpe avec un œil de lynx, image par image, chaque nouvelle étape de la transformation. Pèse sur le plateau le regard minutieux et attentif de l’acteur-metteur en scène Podalydès, mais aussi de ses deux acolytes de renom Emmanuel Bourdieu et Éric Ruf. Depuis les expressions du visage jusque dans la gestuelle, Hyde est une lente possession de Jekyll. Les sursauts d’une main poilue d’abord qui prend peu à peu le contrôle, arrache, enlève, assomme, tue, puis entraîne le reste du corps dans sa chute. Un tourbillon de mots et de cris recouverts par une musique ahurissante de beauté, entraîne la bête immonde dans son ballet d’horreurs. Danse superbe et effrayante du "matamore" dans l’arène face à la bête, face à lui-même.

Moitié ombre moitié lumière, le corps de Jekyll est tailladé jusque dans l’éclairage et la scénographie. Morcelé, il passe de l’un à l’autre jusqu’à ce que le "fog" londonien domine définitivement. Le fond de la scène est vertigineux de hauteur, il donne la mesure d’une ville labyrinthique et mystérieuse, aux quartiers peu rassurants. Il est en tout cas à l’image de son personnage, monstrueux et démesuré.

Le Cas Jekyll © Elisabeth Carecchio
Le Cas Jekyll © Elisabeth Carecchio
Mais en s’insinuant, cette emprise est aussi celle d’une "dépossession", celle du comédien dans toute la maîtrise de son art. Dans ce jeu d’équilibriste déséquilibré, à la fin de la pièce, Podalydès n’est plus. Hyde a pris ici le dessus. N’est-ce pas le plus beau compliment que l’on puisse faire ? Gageons que sa prochaine adaptation du "petit Nicolas" soit du même tonneau. Nous attendons sa sortie* avec impatience.


* Le film, La Conquête de Xavier Durringer, sortie en salle le 18 mai 2011.

Le Cas Jekyll

Le Cas Jekyll © Elisabeth Carecchio
Le Cas Jekyll © Elisabeth Carecchio
(Vu le 11 mai 2011)
Texte : Christine Montalbetti d’après l’œuvre de Robert-Louis Stevenson, The Strange case of Dr Jekyll and Mr Hyde.
Mise en scène : Denis Podalydès.
Co-mise en scène : Emmanuel Bourdieu et Éric Ruf.
Scénographie : Éric Ruf.
Assisté de : Delphine Sainte-Marie.
Costumes : Christian Lacroix.
Avec la collaboration de : Renato Bianchi.
Conseils chorégraphiques : Cécile Bon.
Lumière : Stéphanie Daniel.
Son : Bernard Valléry.
Avec : Denis Podalydès, sociétaire de la Comédie Française.

Du 10 mars au 21 mai 2011 à 20 h 30.
Relâche et dimanche et lundi.
Attention, la représentation du 18 mai 2011 est reportée au 21 mai 2011 à 16 h.
Théâtre National de Chaillot
Renseignements : 01 53 65 30 00
www.theatre-chaillot.fr

En tournée

● Du 7 au 9 juin 2011 à la Maison de la Culture d'Amiens (80).

● 14 février 2012, Salmanazar, Épernay (51).

● 17 et 18 février 2012, Châteauvallon, Ollioules (83).

● 21 au 25 février 2012, La Criée, Marseille (13).

● 28 février au 3 mars 2012, Scène Nationale de Sète (34).

● 6 mars 2012, Théâtre Municipal de Cahors (46).

● 10 mars 2012, Le Carré, Sainte-Maxime (83).

● 13 et 14 mars 2012, L'Hexagone, Meylan (38).

● 19 et 20 mars 2012, Le Fanal, Saint-Nazaire (44).

● 23 et 24 mars 2012, Théâtre Municipal de Montargis (45).

● 27 mars 2012, Centre Culturel, Sablé-sur-Sarthe (72).

● 31 mars et 1er avril 2012, Théâtre Municipal, Vincennes (94).

● 4 avril 2012, Espace 1789, Saint-Ouen (95).

Sheila Louinet
Samedi 14 Mai 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019