La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Podalydès découpe Jekyll au scalpel

Nous ne l’avions pas vu la saison dernière. L’erreur est réparée. Jusqu’au 21 mai au Théâtre National de Chaillot (puis en tournée), "Le Cas Jekyll", joué et co-mis en scène par Denis Podalydès, est du grand, du très grand théâtre. Un seul en scène superbe par un acteur aux multiples visages.



Le Cas Jekyll © Elisabeth Carecchio
Le Cas Jekyll © Elisabeth Carecchio
Trouble de la personnalité, dédoublement, part sombre de l’humain. Podalydès ne va pas seulement explorer la transformation inquiétante du célèbre Docteur Jekyll, il dévoile aussi un fantasme, celui du "comédien désincarné" (comme disait Jouvet) qui pousse jusque dans ses retranchements l’observation de "l’étrange animal" qu’est précisément… le comédien. Il traque son personnage, l’appelle de toute sa puissance, le regarde, se lie, s’unit à lui dans un rapport d’amour et de haine, jusqu’à en faire un tout. C’est cela Jekyll et Hyde, deux entités devenues indissociables. C’est cela aussi être comédien ou être son personnage, dans la maîtrise la plus absolue et la plus aboutie qui soit. Denis Podalydès a raison : qui ne rêverait pas de jouer un tel rôle ? Cette expérience aurait pu faire un chapitre de Scènes de la vie d’acteurs (paru aux éditions Seuil en 2006).

Sur une adaptation de Christine Montalbetti, d’après le roman original de Robert-Louis Stevenson (The Strange case of Dr Jekyll and Mr Hyde), le texte fait l’effet d’un glas. Il incise avec une précision de chirurgien la langue de l’auteur victorien, "coupe dans l’hétérogène" les contours effrayants et hideux du personnage, hache sans vergogne sa part d’humanité pour rendre avec une crudité monstrueuse la "dualité primitive de l’homme". Dans "le petit théâtre de ce moi alternatif", la bête attire autant qu’elle repousse. En même temps qu’elle gagne son combat, elle emporte avec elle l’adhésion du spectateur, captivé par l’ombre obsédante de sa représentation.

Le Cas Jekyll © Elisabeth Carecchio
Le Cas Jekyll © Elisabeth Carecchio
À peine suggéré par le corps, tout en finesse dans le mouvement et dans la voix, Jekyll avance pas à pas vers Hyde. Le déplacement pourrait presque être celui d’une caméra, qui découpe avec un œil de lynx, image par image, chaque nouvelle étape de la transformation. Pèse sur le plateau le regard minutieux et attentif de l’acteur-metteur en scène Podalydès, mais aussi de ses deux acolytes de renom Emmanuel Bourdieu et Éric Ruf. Depuis les expressions du visage jusque dans la gestuelle, Hyde est une lente possession de Jekyll. Les sursauts d’une main poilue d’abord qui prend peu à peu le contrôle, arrache, enlève, assomme, tue, puis entraîne le reste du corps dans sa chute. Un tourbillon de mots et de cris recouverts par une musique ahurissante de beauté, entraîne la bête immonde dans son ballet d’horreurs. Danse superbe et effrayante du "matamore" dans l’arène face à la bête, face à lui-même.

Moitié ombre moitié lumière, le corps de Jekyll est tailladé jusque dans l’éclairage et la scénographie. Morcelé, il passe de l’un à l’autre jusqu’à ce que le "fog" londonien domine définitivement. Le fond de la scène est vertigineux de hauteur, il donne la mesure d’une ville labyrinthique et mystérieuse, aux quartiers peu rassurants. Il est en tout cas à l’image de son personnage, monstrueux et démesuré.

Le Cas Jekyll © Elisabeth Carecchio
Le Cas Jekyll © Elisabeth Carecchio
Mais en s’insinuant, cette emprise est aussi celle d’une "dépossession", celle du comédien dans toute la maîtrise de son art. Dans ce jeu d’équilibriste déséquilibré, à la fin de la pièce, Podalydès n’est plus. Hyde a pris ici le dessus. N’est-ce pas le plus beau compliment que l’on puisse faire ? Gageons que sa prochaine adaptation du "petit Nicolas" soit du même tonneau. Nous attendons sa sortie* avec impatience.


* Le film, La Conquête de Xavier Durringer, sortie en salle le 18 mai 2011.

Le Cas Jekyll

Le Cas Jekyll © Elisabeth Carecchio
Le Cas Jekyll © Elisabeth Carecchio
(Vu le 11 mai 2011)
Texte : Christine Montalbetti d’après l’œuvre de Robert-Louis Stevenson, The Strange case of Dr Jekyll and Mr Hyde.
Mise en scène : Denis Podalydès.
Co-mise en scène : Emmanuel Bourdieu et Éric Ruf.
Scénographie : Éric Ruf.
Assisté de : Delphine Sainte-Marie.
Costumes : Christian Lacroix.
Avec la collaboration de : Renato Bianchi.
Conseils chorégraphiques : Cécile Bon.
Lumière : Stéphanie Daniel.
Son : Bernard Valléry.
Avec : Denis Podalydès, sociétaire de la Comédie Française.

Du 10 mars au 21 mai 2011 à 20 h 30.
Relâche et dimanche et lundi.
Attention, la représentation du 18 mai 2011 est reportée au 21 mai 2011 à 16 h.
Théâtre National de Chaillot
Renseignements : 01 53 65 30 00
www.theatre-chaillot.fr

En tournée

● Du 7 au 9 juin 2011 à la Maison de la Culture d'Amiens (80).

● 14 février 2012, Salmanazar, Épernay (51).

● 17 et 18 février 2012, Châteauvallon, Ollioules (83).

● 21 au 25 février 2012, La Criée, Marseille (13).

● 28 février au 3 mars 2012, Scène Nationale de Sète (34).

● 6 mars 2012, Théâtre Municipal de Cahors (46).

● 10 mars 2012, Le Carré, Sainte-Maxime (83).

● 13 et 14 mars 2012, L'Hexagone, Meylan (38).

● 19 et 20 mars 2012, Le Fanal, Saint-Nazaire (44).

● 23 et 24 mars 2012, Théâtre Municipal de Montargis (45).

● 27 mars 2012, Centre Culturel, Sablé-sur-Sarthe (72).

● 31 mars et 1er avril 2012, Théâtre Municipal, Vincennes (94).

● 4 avril 2012, Espace 1789, Saint-Ouen (95).

Sheila Louinet
Samedi 14 Mai 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Publicité



À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

À écouter : Anémone mange ses frites, mais ce qu’elle "préfère le plus au monde, c’est rien foutre"

Difficile d’interviewer Anémone. Elle sortait de son spectacle "Grossesses nerveuses" qu’elle joue en ce moment au Théâtre Daunou (voir article) et nous l’avons rejoint à la brasserie du coin. Elle y mangeait ses frites et manifestement l’interview ne l’intéressait pas. Malgré les efforts de l’interviewer (moi !) dont les gouttes de sueur perlaient sur le visage en décomposition au fur et à mesure de l’entretien, Anémone nous a répondu de façon claire, nette et expéditive.


À écouter : Anémone mange ses frites, mais ce qu’elle
Au passage, voici la définition de "contre-emploi" au théâtre ou au cinéma : assumer des rôles différents de celui joué habituellement et non par rapport à ce qu’on est dans la "vraie" vie. Ce qu’on a, entre autres, essayé (je dis bien "essayer" !) de demander à Anémone était de savoir pour quelle raison elle ne s'est pas plus mise en danger pour jouer autre chose que le personnage qu'elle a toute sa vie incarnée, c’est-à-dire celui d'une bourgeoise ou une vieille fille un peu coincée. Un "contre-emploi" véritable qu’elle a tenu (et justement pour lequel elle a été récompensée par le César de la meilleure actrice) est celui du Grand chemin.

Possible que l'on s'y soit très mal pris. Peut-être aurait-il fallu parler d'autres choses que de "spectacle" ?

Cet entretien reste tout de même un moment (court mais...) mémorable. À écouter absolument !

Musique : Pierre-Yves Plat

À lire >> Une Anémone en fleur au Théâtre Daunou

À venir : Interview exclusive de Pierre Santini suite à son annonce de départ du Théâtre Mouffetard.
interview_d_anemone.mp3 Interview d'Anémone.mp3  (3.33 Mo)


Sheila Louinet
23/05/2011