La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Podalydès découpe Jekyll au scalpel

Nous ne l’avions pas vu la saison dernière. L’erreur est réparée. Jusqu’au 21 mai au Théâtre National de Chaillot (puis en tournée), "Le Cas Jekyll", joué et co-mis en scène par Denis Podalydès, est du grand, du très grand théâtre. Un seul en scène superbe par un acteur aux multiples visages.



Le Cas Jekyll © Elisabeth Carecchio
Le Cas Jekyll © Elisabeth Carecchio
Trouble de la personnalité, dédoublement, part sombre de l’humain. Podalydès ne va pas seulement explorer la transformation inquiétante du célèbre Docteur Jekyll, il dévoile aussi un fantasme, celui du "comédien désincarné" (comme disait Jouvet) qui pousse jusque dans ses retranchements l’observation de "l’étrange animal" qu’est précisément… le comédien. Il traque son personnage, l’appelle de toute sa puissance, le regarde, se lie, s’unit à lui dans un rapport d’amour et de haine, jusqu’à en faire un tout. C’est cela Jekyll et Hyde, deux entités devenues indissociables. C’est cela aussi être comédien ou être son personnage, dans la maîtrise la plus absolue et la plus aboutie qui soit. Denis Podalydès a raison : qui ne rêverait pas de jouer un tel rôle ? Cette expérience aurait pu faire un chapitre de Scènes de la vie d’acteurs (paru aux éditions Seuil en 2006).

Sur une adaptation de Christine Montalbetti, d’après le roman original de Robert-Louis Stevenson (The Strange case of Dr Jekyll and Mr Hyde), le texte fait l’effet d’un glas. Il incise avec une précision de chirurgien la langue de l’auteur victorien, "coupe dans l’hétérogène" les contours effrayants et hideux du personnage, hache sans vergogne sa part d’humanité pour rendre avec une crudité monstrueuse la "dualité primitive de l’homme". Dans "le petit théâtre de ce moi alternatif", la bête attire autant qu’elle repousse. En même temps qu’elle gagne son combat, elle emporte avec elle l’adhésion du spectateur, captivé par l’ombre obsédante de sa représentation.

Le Cas Jekyll © Elisabeth Carecchio
Le Cas Jekyll © Elisabeth Carecchio
À peine suggéré par le corps, tout en finesse dans le mouvement et dans la voix, Jekyll avance pas à pas vers Hyde. Le déplacement pourrait presque être celui d’une caméra, qui découpe avec un œil de lynx, image par image, chaque nouvelle étape de la transformation. Pèse sur le plateau le regard minutieux et attentif de l’acteur-metteur en scène Podalydès, mais aussi de ses deux acolytes de renom Emmanuel Bourdieu et Éric Ruf. Depuis les expressions du visage jusque dans la gestuelle, Hyde est une lente possession de Jekyll. Les sursauts d’une main poilue d’abord qui prend peu à peu le contrôle, arrache, enlève, assomme, tue, puis entraîne le reste du corps dans sa chute. Un tourbillon de mots et de cris recouverts par une musique ahurissante de beauté, entraîne la bête immonde dans son ballet d’horreurs. Danse superbe et effrayante du "matamore" dans l’arène face à la bête, face à lui-même.

Moitié ombre moitié lumière, le corps de Jekyll est tailladé jusque dans l’éclairage et la scénographie. Morcelé, il passe de l’un à l’autre jusqu’à ce que le "fog" londonien domine définitivement. Le fond de la scène est vertigineux de hauteur, il donne la mesure d’une ville labyrinthique et mystérieuse, aux quartiers peu rassurants. Il est en tout cas à l’image de son personnage, monstrueux et démesuré.

Le Cas Jekyll © Elisabeth Carecchio
Le Cas Jekyll © Elisabeth Carecchio
Mais en s’insinuant, cette emprise est aussi celle d’une "dépossession", celle du comédien dans toute la maîtrise de son art. Dans ce jeu d’équilibriste déséquilibré, à la fin de la pièce, Podalydès n’est plus. Hyde a pris ici le dessus. N’est-ce pas le plus beau compliment que l’on puisse faire ? Gageons que sa prochaine adaptation du "petit Nicolas" soit du même tonneau. Nous attendons sa sortie* avec impatience.


* Le film, La Conquête de Xavier Durringer, sortie en salle le 18 mai 2011.

Le Cas Jekyll

Le Cas Jekyll © Elisabeth Carecchio
Le Cas Jekyll © Elisabeth Carecchio
(Vu le 11 mai 2011)
Texte : Christine Montalbetti d’après l’œuvre de Robert-Louis Stevenson, The Strange case of Dr Jekyll and Mr Hyde.
Mise en scène : Denis Podalydès.
Co-mise en scène : Emmanuel Bourdieu et Éric Ruf.
Scénographie : Éric Ruf.
Assisté de : Delphine Sainte-Marie.
Costumes : Christian Lacroix.
Avec la collaboration de : Renato Bianchi.
Conseils chorégraphiques : Cécile Bon.
Lumière : Stéphanie Daniel.
Son : Bernard Valléry.
Avec : Denis Podalydès, sociétaire de la Comédie Française.

Du 10 mars au 21 mai 2011 à 20 h 30.
Relâche et dimanche et lundi.
Attention, la représentation du 18 mai 2011 est reportée au 21 mai 2011 à 16 h.
Théâtre National de Chaillot
Renseignements : 01 53 65 30 00
www.theatre-chaillot.fr

En tournée

● Du 7 au 9 juin 2011 à la Maison de la Culture d'Amiens (80).

● 14 février 2012, Salmanazar, Épernay (51).

● 17 et 18 février 2012, Châteauvallon, Ollioules (83).

● 21 au 25 février 2012, La Criée, Marseille (13).

● 28 février au 3 mars 2012, Scène Nationale de Sète (34).

● 6 mars 2012, Théâtre Municipal de Cahors (46).

● 10 mars 2012, Le Carré, Sainte-Maxime (83).

● 13 et 14 mars 2012, L'Hexagone, Meylan (38).

● 19 et 20 mars 2012, Le Fanal, Saint-Nazaire (44).

● 23 et 24 mars 2012, Théâtre Municipal de Montargis (45).

● 27 mars 2012, Centre Culturel, Sablé-sur-Sarthe (72).

● 31 mars et 1er avril 2012, Théâtre Municipal, Vincennes (94).

● 4 avril 2012, Espace 1789, Saint-Ouen (95).

Sheila Louinet
Samedi 14 Mai 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020