Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Pierre Thilloy, compositeur voyageur

Alors que la seconde édition de son festival Les 2 Mondes s'achevait par une soirée intitulée "Voyage symphonique" où était créée la nouvelle version de son œuvre controversée "Khojaly 613", nous avons rencontré le compositeur pour un entretien sans tabous. Pour la première fois depuis son éviction de la direction artistique de l'Orchestre Lamoureux, Pierre Thilloy est sorti de son silence pour revenir sur un passé encore amer mais aussi pour nous parler de ses projets d'avenir.



© DR.
© DR.
Si Pierre Thilloy est un compositeur très demandé à l'étranger, il semble curieusement ignoré en France. Celui-ci assure être soutenu par la diplomatie française, mais curieusement écarté des commandes institutionnelles. Selon lui, rien n'a vraiment changé depuis Louis XIV et Colbert, seul un art officiel est soutenu - auquel il se sent étranger.

Il vient d'écrire une pièce à la demande de Belém au Brésil, pour le quatre-centième anniversaire de la ville, "Saudades de Belém", et un livre "Les Neuf Mondes", publié en Norvège. Ce fin connaisseur du Caucase et du Nouveau Monde, amateur de dessin et de calligraphie, voyage beaucoup à la rencontre de ces autres cultures dont il est friand. Le chef Nicolas Krauze, à la tête de son orchestre Nouvelle Europe, créera par ailleurs en octobre prochain le premier volet de son nouveau triptyque, dont le premier volet s'intitule "Duel".

La vie ne s'est donc pas arrêtée au mois de mars 2016 pour Pierre Thilloy quand le communiqué de l'Orchestre Lamoureux est tombé, annonçant la rupture anticipée de son contrat de directeur artistique, signé à peine quelques mois auparavant. Ce que le compositeur considère comme une "injustice" et qui l'a blessé profondément (il songe d'ailleurs à apporter à ce licenciement une réponse).

En ce samedi gris et frais à Mulhouse, la dernière journée de son festival programme une rencontre avec les artistes du jour, trois concerts dont un soirée où l'orchestre de la ville jouera Samuel Barber, Khayyam Mirzadeh, W. A. Mozart, Darius Milhaud et sa nouvelle version de "Khojaly 613". Un Orchestre symphonique de Mulhouse qui montrera d'ailleurs sa vaillance et un total engagement au Théâtre de La Sinne pour ce concert.

© DR.
© DR.
Ce troisième opus de "Khojaly 613" est une œuvre impressionnante dans le droit fil de l'inspiration de sa dernière symphonie "Exil" (1), une fresque à la mémoire des morts du massacre survenu dans le Haut Karabagh à la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan en 1992. Une œuvre déprogrammée justement la saison dernière, sur fond de tollé des organisations arméniennes et de conflit avec les instances dirigeantes des Lamoureux.

Ceux-ci ne voulant en donner qu'un extrait - ce que le compositeur avait expressément refusé car la dénaturant (2). L'Azerbaïdjan, autre fruit de la discorde ? C'est une des questions posées au compositeur, suspecté par certains d'être un ambassadeur un peu trop actif de cette ex-république soviétique, tenue d'une main de fer par un président qui n'a pas hésité à modifier la constitution de son pays pour se maintenir au pouvoir (3).

Christine Ducq - Qu'avez-vous à répondre à ceux qui vous reprochent d'être trop proche de l'État Azéri et quelle est la nature de vos relations avec la Fondation Heydar Aliyev (4) ?

Pierre Thilloy - Cette fondation est celle de la Première Dame qui soutient toutes les initiatives visant à faire connaître la culture de son pays, donc l'action que je mène. J'ai été longtemps en résidence en Azerbaïdjan (mais aussi en Ouzbékistan) et je suis tombé amoureux de ce pays, de sa culture et de son peuple. Beaucoup d'artistes et de compositeurs azéris sont devenus des amis et je veux les faire connaître. De même que je m'emploie à faire connaître des artistes d'autres pays. Je remarque avec beaucoup d'étonnement que seuls les artistes azéris semblent poser problème.

© DR.
© DR.
Ne vous reproche-t-on pas le fait que l'Azerbaïdjan soit une dictature ?

Pierre Thilloy - Je ne sais pas. Il faudrait visiter ce pays avant d'affirmer une telle chose.

Il est de notoriété publique que les élections sont truquées.

Pierre Thilloy - Je m'occupe de culture et ne fais pas de politique.
La Fondation Heydar Aliyev me soutient depuis deux ans dans mon action mais rien de plus : elle n'a pas acheté ma conscience et ne me donne pas d'ordres. Je suis entièrement libre. Durant mon mandat à l'Orchestre Lamoureux, la fondation sponsorisait l'orchestre pour faire connaître la musique magnifique de son pays. Elle continue à me soutenir sur ce même projet mené depuis seize ans.

Ce soir est programmée une œuvre d'un de mes amis compositeurs, Khayyam Mirzadeh. C'est un vieux et merveilleux monsieur qui m'a fait découvrir la richesse musicale azérie. Je suis donc heureux de faire connaître aujourd'hui son très beau "Concerto Grosso". Ce n'est donc en rien un enrichissement personnel. Je rembourse comme tout le monde le crédit de mon appartement. Pour ma commande brésilienne, va-t-on aussi affirmer que j'ai des actions chez Petrobras ? C'est ridicule. Ce système de soutien financier dans la culture est courant, et on ne me le reproche qu'à moi ?

© DR.
© DR.
J'ajouterai que si des "dictatures" se mettent à sponsoriser la culture, sont-ce vraiment des dictatures ? L'Azerbaïdjan est sans doute un état autoritaire, mais a-t-il le choix étant donné son implantation géographique ?

Les attaques dont j'ai fait l'objet il y a quelques mois - j'aurais vendu l'Orchestre Lamoureux à l'Azerbaïdjan - sont des bêtises non fondées. Mon rêve serait d'avoir sur un même plateau des artistes de tous les pays, y compris ceux dont les états sont en guerre actuellement, pour mettre en évidence les passerelles entre nos cultures.

Dans quelles conditions avez-vous composé "Khojaly 613" qui a été la source de bien des polémiques ?

Pierre Thilloy - C'est le nom d'un village où a eu lieu il y a vingt-cinq ans un massacre. J'ai vu en 2001 une exposition de photographies à Bakou. Sur l'une d'elles, le grand M. Rostropovitch jouait dans un camp de déplacés azéris (5). Ces derniers étaient des réfugiés, exilés de la région de Haut Karabagh, occupée par l'Arménie. J'avais trente-et-un ans et cette souffrance m'a bouleversé. Mes amis, très discrets sur cet événement malgré une évidente blessure non refermée, ont fini par m'en parler. Beaucoup avaient perdu un proche. J'ai attendu 2013 pour en faire une œuvre. Il me semble qu'il faut parler de cette tragédie inconnue en Occident, si on veut que la paix soit un jour possible là-bas.

© DR.
© DR.
Et je veux affirmer avec force qu'ériger une stèle musicale aux victimes azéries n'oblitère en rien mon respect pour les Arméniens. Il ne s'agit pas de condamner qui que ce soit - je laisse aux politiques et à la justice le soin de faire leur travail. J'aime aussi la culture arménienne que je connais bien.

Parlez-nous de cette nouvelle version. La troisième, n'est-ce pas ?

Pierre Thilloy - Pour moi l'essentiel est que cette pièce émeuve l'auditoire. La première version était prévue pour un petit orchestre à cordes, une percussion, un violon et un balaban (un instrument semblable au duduk arménien).

La seconde version était destinée à un quatuor à cordes, un violon et une clarinette. Ce soir, c'est la création mondiale d'un troisième opus avec un gros orchestre symphonique et les mêmes solistes. J'y pensais dès l'origine car j'aime obtenir un son puissant, une énergie tellurique. C'est une épopée qui retrace en une demi-heure et en trois mouvements mes impressions en découvrant cette histoire. C'est la violoniste Sabina Rakcheyeva qui l'interprète avec le clarinettiste Alain Toiron, soliste talentueux de l'Orchestre symphonique de Mulhouse.

© DR.
© DR.
Quelle est l'identité de votre festival ?

Pierre Thilloy - Je veux me faire passeur de cultures que nous ignorons souvent totalement. L'an prochain, le pays au centre de la manifestation sera le Brésil, qui dialoguera avec l'Azerbaïdjan et l'Asie Centrale. C'est bien pour cela que j'ai choisi Darius Milhaud ce soir avec son "Bœuf sur le toit" - une œuvre écrite au retour de son mandat comme attaché culturel sous les ordres de Paul Claudel au Brésil. Diplomatie et culture, pour moi c'est une vision d'avenir.

Notes :
(1) Voir l'article "Pierre Thilloy… compositeur sorcier"
(2) Les motifs ayant entraîné le licenciement du compositeur sont essentiellement une interview datée du 25/01/2016 dans "News Tank Culturel" mettant en cause les tutelles publiques de l'orchestre, des conflits avec certaines personnalités des instances dirigeantes (source : courrier reçu par P. Thilloy que nous avons pu voir).
(3) Voir www.diplomatie.gouv.fr
(4) Fondation de la femme du président d'Azerbaïdjan.
(5) L'Azerbaïdjan a une population de 9,4 millions d'habitants dont près d'un million de personnes déplacées. 20% de son territoire est occupé malgré quatre résolutions de l'ONU (Source : ONU).

Le Festival des 2 Mondes a eu lieu du 14 au 17 septembre 2016.
Prochaine édition : mi-septembre 2017.
>> Info festival.

Christine Ducq
Mercredi 28 Septembre 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Fred Pallem et Le Sacre du Tympan racontent les Fables de La Fontaine

Excellente idée que celle de Fred Pallem, musicien compositeur aux multiples talents et goûts musicaux, de revisiter avec quelques belles notes revigorantes "Les Fables de La Fontaine", quatorze plus précisément, qui sont racontées par une belle "brochette" d'artistes, des fidèles parmi les fidèles ou des - nouvellement ! - copains et copines.

Concert
En ces temps si particuliers, où nous sommes coincés - petits et grands - dans nos lieux de vie, notre disponibilité pour lire, écouter, songer, affabuler, s'évader sur des histoires anciennes ou nouvelles, est grande. C'est l'occasion aussi de redécouvrir nos classiques, mais en mode inédit, portés par des phrasés mélodiques et des conteurs aux personnalités affirmées et talentueuses.

S'il y a bien un compositeur à qui l'on ne peut pas reprocher de raconter des fables, c'est bien Fred Pallem. En plus de vingt ans de compositions et de concerts, jamais il ne se répète. Depuis son premier album avec sa formation "Le Sacre du Tympan" (en 2002) jusqu'à sa dernière "Odyssée" en 2018, en passant par ses passions cinématographiques - "Soundtrax" (2010), "Soul Cinéma" (2017) -, voire celles aux dessins animés de son enfance - Cartoons (2017) - et à des compositeurs comme François de Roubaix, jamais il n'a cessé d'innover, de créer.

Mais ce que l'on sait moins, c'est que Fred Pallem est également un amoureux des mots. On peut le constater avec les multiples collaborations qu'il a eues avec des chanteurs et chanteuses comme Lavilliers, Barbara Carlotti, MC Solaar, Clarika, etc. Mais aujourd'hui, avec ce nouvel album, les mots prennent le devant. "Tout d'abord, j'avais envie de composer de la musique autour d'une voix parlée ; m'imprégner du rythme des mots et de leurs sons, ressentir le tempo de la diction, puis écrire de la musique à partir de cela. Nous avons donc enregistré les voix en premier et les musiques ensuite."

Gil Chauveau
15/11/2020
Spectacle à la Une

"Rabudôru, poupée d'amour" Une expérience intime de théâtre filmé, diffusée en direct via le web

L'incidence de la mise en sommeil de tous les spectacles, en ce mol novembre 2020, n'est pas la seule raison de cette représentation destinée aux internautes à laquelle nous à conviée la Compagnie La Cité Théâtre. Dès la conception du spectacle, Olivier Lopez, auteur et metteur, envisageait une double vision du spectacle : une en contact direct avec le public de la salle, l'autre en streaming par captation en temps réel.

© Julien Hélie.
"Le "ciné live stream" est un autre regard sur l'histoire de "Rabudôru". Accessible en ligne, cette "dématérialisation" interroge l'expérience théâtrale, la place du(de la) comédien(ne), entre l'image et le plateau. (Olivier Lopez/Dossier de presse).

Le plateau de théâtre devient également plateau de cinéma, avec cadreurs, techniciens et cabine de réalisation intégrée. Le but est de rechercher d'autres rapports à la scène que cet éphémère "ici et maintenant" dont le spectacle vivant a toujours été fier et dépendant. C'est un ici au ailleurs que propose Olivier Lopez mais pas seulement.

Le filmage en direct apporte, dans certaines scènes, une proximité, une intimité avec les personnages sans le filtre de la déclamation théâtrale. Les expressions en plans rapprochés semblent plus fortes. Les cadrages permettent d'oublier un temps le reste du décor plateau et s'immerger plus profondément dans la scène, passer d'un lieu à un autre avec souplesse et précision.

Bruno Fougniès
16/11/2020
Sortie à la Une

"Zaï Zaï Zaï Zaï" Road movie déjanté… Tout ça pour un poireau !

Ne devoir son salut qu'à un légume à bulbe blanc et à longues feuilles vertes, brandi sous le nez d'un vigile expert en roulade arrière dissuasive, marque le point de bascule de ce jeune homme - peu recommandable, il est auteur de BD - venant de commettre l'impensable : ne pas avoir été en mesure de présenter sa carte de fidélité à la caissière ! Telle est l'origine de la folle cavale du "héros" échappé de l'album éponyme de Fabcaro pour être porté sur la scène par Angélique Orvain, réalisant là une prouesse propre à rendre lumineuse toute grisaille.

© Romain Dumazer.
Dans un dispositif immergeant le spectateur au cœur de l'action effrénée - pas moins de quatre podiums disposés en cercle, éclairés tour à tour, incluent le public dans des tableaux vivants -, l'épopée du fuyard décrété ennemi numéro 1 par la vox populi reprenant en chœur les voix des médias et des représentants de l'ordre va être vécue de manière haletante. L'occasion pour l'auteur et la metteure en scène, fins observateurs des travers contemporains, de croquer à pleines dents les errements hilarants des conduites dites "ordinaires".

En effet ces "arrêts sur images", joués superbement par huit acteurs tirant parti avec intelligence des ressorts du théâtre de tréteaux et des ralentis cinématographiques, passent au scanner les dérives de la pensée commune érigée en système de pensée. Aucun milieu n'y échappe. Pas moins les complotistes avachis devant leur téloche, les bobos contents d'eux-mêmes lisant Les Inrocks ou Le Monde Diplomatique, les artistes charitables réalisant un album de soutien à l'auteur de BD à la dérive, les forces de l'ordre au képi bas, et encore moins les journalistes des chaînes d'infos en continu commentant en boucle l'absence d'infos.

Éberlué par tant de perspicacité bienveillante mais non moins mordante, on jubile… Rien ne nous est épargné du grotesque qui sous-tend les comportements de la meute de ces (braves) gens commentant avidement la cavale du dangereux mécréant ayant bravé l'interdit suprême des fidèles du "Temple de la consumation". Et si le trait est grossi à l'envi, il déforme à peine la réalité des travers.

Yves Kafka
29/10/2020